Armistice: le 11 novembre expliqué à mon fils….

plaque_photo_plaqueArmistice? C’est le mot du jour. Ce mot difficile à prononcer est censé symboliser la Paix. Mon fils me fait remarquer qu’il y’a « arme » dans ce vocable de paix. Alors je prends mon dictionnaire…

Armistice: nom masculin se compose de mots latin arma (arme) et sistere (s’arrêter). C’est une convention par laquelle des belligérants suspendent les hostilités sans mettre fin à l’état de guerre. On comprend mieux pourquoi ça recommence souvent…. S’en suivent les traités de paix. Ce billet sur le 11 novembre est un mélange de tout, des deux guerres, de l’implication des jeunes dans la libération de la France, etc. Une autre lecture du #11Novembre  à travers le temps…

Les jeunes et le 11 novembre. Les jours précédant le 11 novembre 1940, des tracts ont circulé dans les lycées parisiens, notamment à Janson de Sailly, Carnot, Condorcet, Buffon, Chaptal et Henri IV, ainsi qu’à la Corpo de Droit, dans le Quartier latin, appelant à manifester le jour de l’Armistice, à 17 h 30. Le 10 novembre 1940, plusieurs journaux parisiens publient un communiqué de la préfecture de police.

« Les administrations publiques et les entreprises privées travailleront normalement le 11 novembre à Paris et dans le département de la Seine. Les cérémonies commémoratives n’auront pas lieu. Aucune démonstration publique ne sera tolérée ».

Des instructions très fermes ont été transmises aux inspecteurs d’académie et aux chefs d’établissement: les cours ne doivent pas être interrompus et la traditionnelle commémoration devant le monument aux morts de chaque établissement devra se dérouler en présence des seuls professeurs. Le matin du 11, des inspecteurs de police visitent les lycées parisiens et ne constatent rien d’anormal. Mais à partir de 16 heures, à la sortie des cours, une majorité de jeunes, mais aussi des enseignants, des parents d’élèves, des anciens combattants. commencèrent à confluer vers les Champs-Élysées. D’abord silencieuse, la manifestation laisse bientôt échapper des acclamations faisant référence au général de Gaulle, et quelques drapeaux tricolores feront aussi leur apparition. La répression par la Wehrmacht commencera à 18 h 00. Il y eut une centaine d’arrestations, dont 90 lycéens et quelques blessés. Au total, environ 2500 jeunes gens ont participé à ce qui fut l’une des premières manifestations collectives de résistance à l’occupant.

Ce matin du 11 novembre 2010, le témoignage d’un acteur de cette manifestation, interviewé sur BFMTV nous apprend le caractère spontané de ce rassemblement, il avait 15 ans en 1940. J’ai entendu dire que les jeunes allaient se retrouver sur les champs Élysées pour le 11 novembre, on y est allé avec des copains pour voir… A la question: Après votre arrestation, avez vous vu votre dernière heure arriver? Non, je n’ai pas pensé à ça, j’ai juste pensé que j’allais être en retard pour le soupé et que j’allais encore me faire engueuler par mes parents. Arrêtés, ils n’ont pas été fusillés grâce à l’intervention d’un gradé Allemand qui avait lancé au peloton d’exécution:  » Ne tirez pas !! Ce ne sont que des enfants !!! »

L’inconscience juvénile de cet acte a lancé les mouvements de résistance en France, l’appel du Général De Gaulle trouvait en ces jeunes un premier vrai écho, la suite nous la connaissant. Ah ces jeunes !! Déjà en 1940, puis en 1968, et récemment dans les manifs de l’automne 2010. Ceux là mêmes, aux dires des politiques, n’ont pas de conscience politique, manipulés par les mouvements d’extrême gauche, irresponsables qu’ils disent !!! etc… Respectons la trêve des poilus, pas de polémique donc. La France peut dire « Merci » à ses « irresponsables »…

Et l’engagement des colonies…

Ce matin, j’ai rendez-vous au Cimetière Tata Sénégalais à Chasselay (69380) dans l’Ouest Lyonnais pour commémorer les soldats d’Afrique morts pour la France pendant la seconde guerre mondiale..

Legende image:Le
Le « Tata » sénégalais, nécropole de style soudanais érigée au lieu-dit « Vide-Sac », Chasselay, abrite les corps de cent quatre-vingt-huit Sénégalais retrouvés dans la région de Lyon.Source : MINDEF/SGA/DMPA

Maintenant mon fils, tu sais. Carpé Diem

Advertisements

6 réflexions au sujet de « Armistice: le 11 novembre expliqué à mon fils…. »

  1. C’est vrai. Est ce là une façon de récoler à l’électorat jeunes?
    Rappel, les « ainés » ont votémassivement pour Sarkozy en 2007, pas les jeunes.
    La compagne de 2012 est-elle déjà en route?

    J'aime

Extimise ton avis (Commentaire)>

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s