Les voeux officiels 2011…

Les voeux 2011…

Dailymotion qui doit retransmettre les voeux officiels du Président de la République le 31 décembre a censuré une parodie de vidéo des voeux 2011 du Président de la république ». Je vous présente ladite parodie made by Le Front de Gauche et le PCF.  Qu’en pensez vous ? Fallait-il censurer? Votre avis dans les commentaires…

Mon message pour vous est sobre, le voici.

Merci d’être passé…

Publicités

N’oublie pas mon petit soulier…

N'oublie pas mon petit soulier...
N'oublie pas mon petit soulier...

[Refrain:]
Petit papa Noël
Quand tu descendras du ciel
Avec des jouets par milliers
N’oublie pas mon petit soulier.
Mais avant de partir
Il faudra bien te couvrir
Dehors tu vas avoir si froid
C’est un peu a cause de moi.

C’est la belle nuit de Noël
La neige étend son manteau blanc
Et les yeux levés vers le ciel
A genoux, les petits enfants
Avant de fermer les paupières
Font une dernière prière.

Et puis, ah ! j’ai oublié la suite des paroles. Tu m’excuseras mais, depuis le temps que j’attends, je commence à me sentir … vieux…

Alors, j’ai été très sage tout ça, j’ai bien écouté mon Père, ma Mère, mes frères et mes sœurs Oh Oh oh000 Et c’était le bonheur !!!! ( Je déconne). Sinon, même que j’ai été gentil avec tous mes amis. Même avec Philippe, il arrête pas de m’embêter et même que je n’ai rien dit à sa maman. J’suis gentil moi…

Christian aussi, il dit tout le temps des gros mots et fait plein de bêtises. Il a dit à toute la classe que le Père Noël, il n’existe pas !!!  Même que son papa  avait mis une petite caméra dans la cheminée pour te filmer l’année dernière, il est geek. Et comme tu n’étais pas sur la vidéo, il arrête pas de dire que croire au Père Noël, c’est pour les bébés. Il est méchant. Hein c’est vrai que tu vis au Pôle Nord avec plein plein de lutins ?

Voici la photo de mon soulier pour les cadeaux quand tu passeras, c’est celui de iPapy, je veux plein de cadeaux, Whouu000Oais !!! Ma liste de jouets est en pièces jointes. PS: N’oublie pas les cigarettes électroniques pour mon papa, pour qu’il arrête de fumer… Sourtout, N’oublie pas mon petit soulier….

Gros gros bisous…

Et puis, c’est tout
Bookmark and Share

Églises et Cathédrales: Espaces #detox, ces lieux cultes qui vont devenir « tendance »…

Églises et Cathédrales : Ces lieux cultes qui vont devenir tendances…

Cathédrale St Jean, Lyon
Cathédrale St Jean, Lyon, un 08décembre, fête des Lumières

Non, il ne s’agit pas ici de faire du prosélytisme religieux et encore moins de vanter les bienfaits d’un dogme ou d’un quelconque Sacré. Je le confesse, certains en auront  besoin.

Églises et Cathédrales brillent de l’intérieur et voient passer nos silhouettes sans qu’on leur prête attention. La estivale est celle la quête de fraicheur, de calme et on se donne de plus en plus Rendez-vous en centre ville, au cœur des cités urbaines. « On se retrouve à Église d’Écully? Ok, pourquoi pas! ». C’est le lieu que j’avais proposé à un ami pour un échange courtois de quelques minutes. Au sortir de ce lieu, il avait adoré, on en a parlé autour de nous,  des amis ont fait la même expérience. Voila ce qu’il en ressort

Le cadre est très agréable, l’Église est habitée par la lumière. Tout le monde peut y entrer quelque soit ses croyances religieuses. On apprécie le tourbillon des couleurs via les vitraux. C’est un espace temps qui le sien,  sans nous, un lieu si proche et loin de notre regard, intemporel.

Le plan d’ensemble d’une église correspond à la fonction que celle-ci doit assurer. Sous la forme d’une croix, c’est un espace géométriquement parfait. L’axe principal porte la Nef et part de la Façade vers le Chevet et le Chœur. L’axe secondaire est le Transept situé au centre de l’édifice, en centre bas de l’Autel. Les amoureux de la pierre et de la beauté architecturale apprécieront. Toujours ouvert, on aime l’endroit pour ses volumes, sa voute imposante, et les reflets des vitraux apaisent l’esprit. Le lieu impose ses codes. En effet, une église est un édifice qui donne traditionnellement l’exemple d’un élan positif, d’une prédisposition à l’écoute, au dialogue.

Calme et volupté...
Calme et volupté…

Voici quelques points qui vous feront investir ces lieux tendances en devenir.

  • On n’est pas surpris par le calme du lieu mais par sa volupté, par l’espace et l’obligation de bien se tenir. Accessible à tous quelques soient ses origines, sa culture et orientation religieuse, c’est un bon endroit pour  vivre-soi.
  • Dans les églises les conversations se font à voix basses, on respecte le lieu et cette « autocensure » facilite les échanges, on écoute l’autre, on s’écoute, on réfléchi, on pèse ses mots, puis les échanges deviennent donc enrichissants. Mentir dans une église ne nous vient pas à l’esprit n’est ce pas? – quoique-. Un cadre parfait pour les « les affaires » à défaut d’un  contrat pour le meilleur et pour le pire.
  • Pratique pour les échanges conflictuels, ce lieu vous soustrait de l’obligation d’un tiers de confiance pour modérer les avis. Peut servir pour les conflits conjugaux, les avant réconciliations, les après, etc. C’est le cadre idéal pour les confessions-vérités sous l’œil bienveillant de la Rosace
  • On peut aussi y aller seul pour une quiétude assurée pour les grandes décisions à venir. On est inspiré, je conseille les pas-perdus, le Déambulatoire (galerie ou bas côté faisant le tour du Chœur) pour faire le tour de ce qui ne va pas.
  • Souvent au Centre de la ville ou du village, à côté de la Mairie et du bureau de Poste, ces édifices surplombent nos villes. Vous pouvez vous y rendre pour lire un pli recommandé qu’on redoute, lee choc passera plus facilement, le cadre s’y prête et le lieu vous réconfortera si besoin. J’ai testé.
  • Lieux non fumeur – Bah oui-, loin de la fumée des indélicats, l’air est sain (sans t), vous pouvez y aller en famille! Les enfants pourront courir entre les allées, perturber la quiétude des lieux et, personne ne se plaindra, surtout pas le Curé n’est ce pas!
  • Les téléphones mobiles marchent, les réseaux sont facilités par les volumes. Pensez à un kit oreillette Bluetooth. Tentez l’expérience d’une conversation téléphonique en allumant un cierge
  • Et surtout, c’est un espace très fraicheur en période de canicule, ou sec par temps pluvieux…

La liste n’est pas exhaustive, vos idées pour investir ces lieux calmes et reposants sont les bienvenues dans les commentaires de ce billet. Les Églises, Cathédrales et autres lieux de piété seront (sont) investis par des fidèles des temps modernes. Ils ne viendront pas pour les raisons de la foi, ils y trouveront la foi en l’homme, en soi, et ma foi, si cela nous permet d’être en paix, alors on ne va pas se gêner…

Ah, j’oubliais, après le « Détox », en partant, n’oubliez pas la petite pièce ou deux pour les œuvres caritatives. à votre bon cœur Mesdames & Messieurs.

Bookmark and Share

Neige et Grand froid : J’écrirai ma lettre à l’Abbé Pierre…

Neige et Grand froid : J’écrirai ma lettre à l’Abbé Pierre…

Henri Grouès, dit l’Abbé Pierre

Prolégomènes. Il fait chaud ce matin, je discute gaiement avec mes enfants sur leur absence au collège de ce jour. Je dois les excuser auprès de la CPE. On organise en famille la journée des révisions et les loisirs. Ca va être une agréable journée. L’odeur de pur arabica me retient dans ma cuisine, je traine des pieds […]

J’ai froid. emmitouflé dans mon Duffle-coat, gants et bonnet de rigueur, je dois aller travailler. Je vais marcher une bonne demi-heure, la circulation est perturbée. Non, il n’y a pas grève des transports en commun, il neige.

Il a neigé toute la nuit, 15 cm de poudreuse. L’arrêté préfectoral de la veille préconisait une grande prudence dans les transports et recommande de ne pas prendre sa voiture  si possible. Je vais donc affronter la neige, le froid glacial de ce mois de décembre. Je ne suis pas à plaindre, j’aime ce temps qui annonce les fêtes de fin d’année, j’aime ce mois de décembre sous les illuminations. Mes enfants aussi, particulièrement pour les joutes de boule de neige, les descentes en luge le long des pentes de notre résidence.

La ville, blanche, illuminée annonçait-déjà la désormais ‘’ fête des lumières’’. Sur mon parcours escarpé de poudreuse, une vision agréable, la nature qui s’offre à ma vision est une grande fresque fait d’ombre et de lumières. Lumière du soleil sur les branches des arbres recouvertes de neige, reflets cristallins des stalactites façonnées par le froid et par les ruissèlements de neige fondue.

Un féerie. La nature devient toile de maître avec ses couleurs ocre jaune, bleu plaisir, gris arc-en ciel, on les imagine, on les invente. Les senteurs de sapins aux effluves du vent caressent ma peau à peine réveillée, je marchais dans mes rêves d’antan l’âme accrochée à ce voyage imaginaire, à ce menu plaisir.

Le long de ma route tracée par la petite circulation, des piétons de tous âges, des voitures embourbées, ‘’abandonnées’’ par leurs propriétaires redevenus piétons. Certains empruntaient le tunnel-de-Balmont normalement réservé aux bus et taxis, une voie piétonne qui d’habitude permettait de rallier la Gare de Vaise, la porte d’entrée de Lyon par l’Ouest.

Au détour d’une rue sous un porche dormait encore un sans-abri. Son regard etait vide, ses traits tirés, il avait passé une sale soirée, je devine. Ce regard livide m’a sorti de ma boule de neige. J’ai pensée à Simon, l’ami clochard de @jegoun décrit dans son billet de la veille (Partageons mon avis : Le gel et le clochard). Non ce n’était pas lui, il lui ressemblait avec ce regard lourd comme  me disant:  »ce n’est pas un coup de froid qui me tuera, mais d’avoir vécu » -Willa Cather-. Il puait l’alcool, l’odeur était si forte que même les fragrances des sapins des alentours n’y pouvaient rien.

J’ai pensé à tous ceux qui n’avaient pas eu la chance de vivre mon réveil matinal attablé dans ma cuisine devant ma tasse de café, entouré de ma famille. J’ai seulement pensé, et j’ai repris ma route. Je n’ai rien fait. Que pouvais-je faire? Je suis comme de nombreux français choqués par cette situation récurrente, inactifs, impuissants, coupables.

Non, cette vidéo ne date pas d’hier. Sentiment de culpabilité, révolte morale et intellectuelle, envie de faire ce présent billet. Plusieurs pistes possibles: Dénoncer les faits, accuser les politiques sociales du gouvernement Sarkozy depuis 2007, ou vous vous donner à revoir cet extrait  du journal de France 3 en 2009.

Le bonheur de ma matinée s’est fondu dans la culpabilité. Suis-je coupable d’inaction? Certainement, peut-etre bien, même si au fond de ma personne, une voix s’élève pour me rassurer, me convaincre que ceci est de la responsabilité des seuls politiques, des associations, des mairies et autres collectivités locales. En clair, c’est la faute des autres, pas la mienne.

Pour me redonner du baume au cœur, j’ai pensé écrire une lettre, non pas au Père Noël mais à l’abbé Pierre… Dans cette lettre écrite dans ma mémoire, je lui dirai ce qui passe depuis son départ le 22 janvier 2007.

Je l’informerai de l’état social de la France en 2010, des politiques soit disant mises en place pour endiguer ce fléau qu’il a combattu sa vie entière. Je lui parlerai de la loi SRU sur le logement social, des combats de l’association Droit au logement (DAL), de sa difficulté à faire valoir ce que de droit. Surtout, pour le soulager je lui dirai qu’on a peut être trouvé son successeur, Augustin Legrand, le porte parole des Enfants de Don Quichotte.

Je n’oublierai pas de lui décrire le parcours de Martin Hirsch, je lui dirai que l’ancien président d’Emmaüs France et de l’Agence nouvelle des solidarités actives, a occupé de 2007 à 2010 le poste de Haut-commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté au sein du gouvernement Fillon. Il apprendra qu’on a en France mis en place le Revenu de solidarité active, le Droit au Logement, et finalement les choses n’ont pas vraiment changé. Si, la situation s’est dégradée…

Puis, après réflexion, j’ai pensé que toutes ces mauvaises nouvelles ne faciliteraient pas son repos mérité. Je m’abstiendrai et ne parlerait que de la formidable compagne des Restos du Cœur de Coluche.

Edit, 05 Août 2012: Je lui dirai qu’on a viré Sarko le 06 mai dernier. une bonne nouvelle qui devrait le réjouir en ce jour de son centenaire de naissance.

Enfin, j’arrive devant mon lieu de travail, la buée sur les vitres de l’établissement est un appel chaleureux que je ne peux refuser. Je vais travailler, à l’abri du froid et promis : je l’écrirai, ma lettre à l’abbé Pierre, avec celle du Père Noël

Bookmark and Share