Le bout de chemin de Jean-Louis Fraysse [@LeCoucou]…

Jean Louis (@LeCoucou)

C’est dur de perdre un ami qu’on connaissait à peine. C’est difficile d’exprimer des condoléances en de pareilles circonstances. C’est frustrant de se dire que l’éphémère le restera.

C’est dur de partager la peine de ceux qui l’ont connu et aimé. Pas facile de s’insérer dans le cercle des amis de toujours. Cependant, amis nous l’étions sur twitter, ami il le restera.Et, le bonheur de l’amitié se noie dans le chagrin

Écrivain sous le pseudo de Michel Grimaud*, amoureux de la langue française, Jean-Louis Fraysse nous a laissé en souvenir, un texte que je vous propose de découvrir. Dans ce texte écrit pour sa femme Marcelle, en souvenir d’une vie heureuse et partagée  avant que le destin ne les sépare il y a quelques mois, il fait l’éloge de l’amour, de la vie

Le bout de chemin…

J’ai refait le chemin de nos amours et coupé trois brins secs en passant.
Le printemps avait donné un baiser à Paris, la ville s’éveillait fiévreuse d’un rêve communard.

Nous courrions changer la vie, de rouges convictions aux lèvres comme les scouts chantaient la fleur au chapeau dans leurs chimères d’un autre temps.

Les heures étaient graves, et si jolis tes pieds rapides chaussés de ballerines. Nous nous serrions dans l’intimité de nos cœurs portés par des foules fraternelles, la nuit craquait, les rues fumaient, la chaîne des pavés remontait entre nos mains, les tiennes en gants de soirée étirés jusqu’aux coudes —tu les avais trouvés dépareillés d’une trentaine de mètres sur un trottoir où quelqu’une, découvrant la perte du premier, avait jeté l’autre de dépit.

C’était la révolution, je crois avoir gardé un peu de ses élans dans la malle aux reliques; aucune barricade n’empêchera ta grâce d’ange noir de régner sur mes souvenirs. Qu’importe s’il manque les ailes diaphanes du Ciel jouant sur le velours moiré de ton harnois, tu fus mon seul ange de ces jours lointains au dernier soir.

J’ai refait le chemin de nos amours et ramassé trois cailloux polis par les regrets…

[lire la suite]

Pages retrouvées, Paroles croisées de Marcelle & Jean Louis Fraysse dit (@lecoucou) sur Twitter

Monsieur Fraysse, Merci !

…………

(*) Michel Grimaud: C’est Marcelle et Jean-Louis Fraysse. (Lire Fiche Wikipedia), Œuvres complètes.

…………

Publicités

10 réflexions au sujet de « Le bout de chemin de Jean-Louis Fraysse [@LeCoucou]… »

  1. Bonjour Bemb,

    C’est un bel hommage. Comme je te le disais hier au soir, j’ai été très choquée par cette triste nouvelle et c’est cependant assez lourd d’émotion pour ne pas la partager. Ainsi je t’ai écrit ceci, dans les grandes lignes.. :

    Il se fait tard, on approche les minuit de ce jeudi 28 juillet 2011. J’étudiais cet après-midi là, je tweetais ce Renaud Camus dont j’avais très souvent croisé de nom chez Didier Goux, et tout à coup, en pleine lecture, alors que j’écoutais l’oiseau de feu d’Igor Stravinsky afin de mieux appréhender et cerner le portrait de Renaud, son château et sa vie .. un tweet est passé. C’est comme ça que j’ai appris la mort du Coucou, la mort de Michel. Grimaud m’a toujours fait sourire, j’allais souvent dans ce port, ce Var. Mon père habite Tourtour, pas très loin de Claviers, ce petit village où nichait Le Coucou à quelques kilomètres de Draguignan.. La dernière fois que j’ai vu mon père, ..c’était 2007, et l’été. Michel m’avait parlé parfois, dans ce qu’on nomme nous les twittos, les dm. Son cœur était si généreux, son amitié si solide et propre. Il tenait beaucoup à Nicolas.

    Je me rappelle ses mots..lorsqu’il me disait que mon blog rencontrait un problème de publication de commentaires et de m’adresser à Jegoun qu’il saurait m’aider..Je me rappelle sa curiosité et la mienne de nous voir un jour prochain au KDB, je me souviens de tellement de ses mots dont je ressentais l’ampleur et la force que le chagrin, la perte d’une bien-aimée enrobent pour l’éternité. Alors c’est à toi Bemb que j’ai écrit. Car, effectivement, tu es le seul à qui jeme permette de le faire était donné que je t’ai croisé un été… Le seul aussi Bemb qui pouvait me lier au Coucou puisque tu partageais son cercle d’amis comme Jegoun ce cher Nicolas tant aimé par les LeftsBlogs et les gens, ces mêmes gens que Michel soutenait avec une ferveur qui lui ressemblait tant car à l’identique du cœur, de la joie de vivre et de la convivialité, le plaisir, la liberté…

    C’est avec ces derniers mots que je présente mes plus sincères condoléances à sa famille et ses amis.
    Et, ..si de ce fait, Nicolas, au nom de la blogosphère décidait de faire envoyer des fleurs dans ce petit village Claviers où vivaient Jean-Louis et Marcelle, je serai très honorée d’y participer..
    Je te remercie Bemb,.. et te présente mes sincères salutations.

    Bien à vous tous, ..mes tendres pensées <> Bisoux Bemb 😉

    J'aime

  2. Merci Sandra, je transmets à Nicolas…
    Au fait, je découvre un auteur, un couple. Les textes magnifiques, la lecture fluide, un enchantement… Leur blog commun contient des pépites d’expressions profondes…

    Michel Grimaud à lire, à re-découvrir…

    J'aime

Répondre à Nicolas Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s