Après Gandrange, Florange: Nicolas Sarkozy et le Mittal…

Après Gandrange...

ArcelorMittal a décidé d’arrêter le deuxième haut fourneau de Hayange (Florange) à partir d’octobre. Cette mise en veille mettra plus d’un millier de salariés au chômage partiel. Bienvenue dans la France qui veut encore se lever tôt, mais…

La députée PS de Moselle Aurélie Filippetti a appelé jeudi Nicolas Sarkozy et le gouvernement à agir fermement contre ‘’la politique spéculative‘’ d’ArcelorMittal qui va recourir au chômage partiel dans son usine de Florange. Pas sûre qu’elle soit entendue car, cette information du Républicain lorrain fait resurgir un douloureux souvenir: Gandrange.

Pour une entreprise en difficulté, Arcelor Mittal s’apprête à racheter le premier producteur mondial de charbon pulvérisé, en association avec l’Américain Peabody Energy pour un peu plus de 5 milliards de dollars (3,4 milliards d’euros). Sauf coup de théâtre, Arcelor et son partenaire américain prendront le contrôle d’un des producteurs les plus convoités dans une Asie émergente toujours assoiffée d’acier.

Pour Philippe Tarillon, maire de Florange: ‘’ L’Etat et ArcelorMittal s’étaient engagés à la fermeture de Gandrange à la pérennisation de la filière liquide pour ainsi voir aboutir le projet Ulcos. ArcelorMittal nous envoie un signal négatif pour Ulcos, projet structurant qui pérenniserait à long terme notre site. Les arrêts successifs de l’outil de production finiront par le condamner. Nous n’accepterons pas d’assister, passifs, à la fin de la sidérurgie en Lorraine. ‘’

Petit rappel déconomie industrielle

‘’ Mon objectif est de garder des usines en France. Un pays qui n’a plus d’usines est un pays qui n’a plus d’économie… ‘’

Nicolas Sarkozy, Gandrange 04 avril 2008.

Les engagements de l’État attendent toujours d’être gravés dans le marbre …

Publicités