DSK : Le condamner à un travail d’intérêt général en Economie et Finance…

Crise? Voila un vilain mot qui hante encore notre économie depuis quelques temps. La faute à la crise  ou à l’incompétence, certains ont déjà choisi. DSK, c’est le ‘’cheveu‘’ dans notre soupe à la grimace.

Depuis le 14 mai dernier, cet odieux personnage cristallise les passions. Que s’est-il vraiment passé dans la suite 2806 du Sofitel? Nul ne le saura jamais car, la justice américaine a rendu son verdict: Non-lieu. Et, la française (justice) a pris le relais. Triste Affaire Banon

Coupable? Certainement comme on a pu l’entendre dimanche 18 septembre sur TF1 lors de son Interview-Vérité (ou -Mensonge). Et, la question ne se pose plus. Pour ce passage télé (13 millions de téléspectateurs), on peut retenir deux phases:

  • Phases1: Mea culpa, mea maxima culpa à la Bill Clinton mais sans le saxophone comme l’a justement fait remarqué l’amie Jujusete sur Twitter.
  • Phase2: L’avis d’expert en Économie et Finance.

Sur la crise grecque, DSK ne pense pas que l’euro soit en difficulté, mais il croit que la situation est très sérieuse. :

‘’Si nous ne réagissons pas vite, dans 25 ans, l’Europe sera une terre de désolation. ‘’ Et de commenter la frilosité des gouvernements européens en la matière. ‘’Les puissances économiques [des années 90] sont écrasées sous les dettes, n’ont plus le monopole des hautes technologies, (…) sont des démocraties vieillissantes«  face aux pays émergents’, a-t-il expliqué.

 ‘’Le gouvernement de Nicolas Sarkozy n’est-il pas à la hauteur face à la crise? ‘’, ose Claire Chazal.  ‘’Le piège est un peu facile ‘’, s’est moqué Dominique Strauss-Kahn qui s’est refusé à évoquer les questions de politiques intérieures.

La justesse de ces propos fera l’objet d’un prochain billet, mais déjà une question se pose à nous: La France peut-elle faire l’économie des compétences de Dominique Strauss Khan par ces temps de crise en Europe?

DSK, TF1, 18 septembre 2011

Revenons à son Mea Culpa. Puisqu’il concède le fait de la faute vis-à-vis de la collectivité nationale, j’ai une idée : Et si on le condamnait à une lourde peine de Travail d’intérêt général en Économie et Finance?

Avantages de cette peine…

  • Satisfaire tout le monde: Les détracteurs de tout genre, certains militants UMP, les déçus du PS, la ménagère de moins de 50 ans, les Sécretaires administratives, les adventistes féministes du 3è jour. Satisfaction générale…
  • Soulagement national au regard du traumatisme qu’il nous a infligé individuellement et collectivement. Ce pacte  a déjà été testé sur des sportifs de haut niveau  (Fabien Barthez par exemple).

Une certitude: Son rapport d’expert sur l’état des finances de la France, sur la crise grecque et sur l’Euro sera d’un contenu plus intéressant que les rapports Xavière  Tiberi ou Christine Boutin. En plus, cela ne coûtera pas un seul centime au Trésor Public. Intéressé par ces problématiques, DSK s’est dit prêt à y travailler.

 ‘’Je ne suis candidat à rien, (…) mais toute ma vie a été consacrée à essayer d’être utile au bien public‘’.

DSK, 18 septembre 2011.

Vu qu’il nous doit quelque chose…  Sinon, on a toujours la solution Sarkozy Fillon: 10% sur chaque soda vendu pour sortir de la crise. Voila pour ma contribution sociale généralisée. De rien.

___________________________________

[L’idée qui tue: Livre de Nicolas Bordas, Eyrolles 2009]

.

Publicités