Drame du Collège de Cévenol: Vue de la banlieue…

Le drame du Collège-Lycée de Cévenol, pose de nombreuses questions. Interrogé sur d’éventuels manquements de la part des différentes autorités concernées, le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, a annoncé dimanche que le garde des Sceaux, Michel Mercier, avait ordonné l’ouverture d’une enquête pour ‘’savoir s’il y avait eu défaillance ou non dans cette affaire‘’

‘’Il est vraisemblable que nous constaterons, et ce n’est pas vraiment une surprise, que la science psychiatrique n’est pas une science exacte puisque le contrôle judiciaire avait vu ses modalités fixées après l’expertise psychiatrique‘’ a-t-il ajouté dans un papier du parisien.fr

La question des défaillances du système se pose avec calme. L’acte odieux de ce jeune, violeur récidiviste trouve un écho particulier chez d’autres jeunes. Ceux des cités dites populaires. Il est impensable de s’imaginer qu’un jeune de banlieue puissent bénéficier de telles largesses au regard de ses antécédents pensent certains.

Tenez! ce weekend, sur la place du marché de Lyon9, cette conversation entre deux jeunes de la cité voisine.

– Hé! t’as vu cette histoire de ouf? Celle de la fille  morte et brulée  à la télé?

– Ouais, c’est un putain de malade le mec qui a fait ça! un truc de barge!

– Heureusement que c’est pas un mec de la cité qui l’a *******!

– Putain! imagine! Qu’est qu’on allait prendre avec les keufs!

– Et vas ‘y que je t’organise des émissions à la télé sur les cités, sur les jeunes…

– Le pélo, déjà qu’il a violé une fille, il est même pas en taule!

– En plus, il est dans un bahut à 12000 balles et , il fait le con…

– Et l’autre là, Joe Dalton, Il va nettoyer ce bahut de bourges au  Karcher?

– Tous des malades…

etc…

Sans commentaires.

Publicités