Effet Hollande? PSA va produire son utilitaire en France…

Dans le Figaro Économie, derrière les pages « tendances et cotations boursières », cachée sous la pile des fiches « infographies & graphiques », cette information bol-d’air pour l’emploi en France

«Encore menacée de fermeture début juillet, l’usine PSA Peugeot Citroën de Sevelnord voit son horizon s’éclaircir. Le constructeur a choisi de produire son futur véhicule utilitaire léger sur le site de Valenciennes-Hordain (Nord), qui emploie 2600 personnes. Une usine préférée à celle de Vigo, en Espagne. PSA va investir 750 millions d’euros pour ce projet mené avec son nouveau partenaire Toyota. En juillet, il avait dissout sa coentreprise avec l’italien Fiat».

Tout au plus quelques milliers d’emploi, mais un signal fort pour les autres acteurs de l’industrie française. Arnaud Montebourg, Ministre du Redressement Productif, en charge de l’industrie, peut se réjouir de cette décision qu’il a accompagné depuis les premiers pourparlers avec le Groupe Peugeot suite au choc provoqué par l’annonce, le 12 juillet, de la suppression de 8000 postes et de la fermeture du site d’Aulnay.

«L’attribution de ce nouveau véhicule sur le site de Valenciennes-Hordain démontre que le savoir-faire des sites industriels français peut attirer de nouveaux investissements et de nouveaux constructeurs. Elle démontre aussi que le dialogue social est un outil efficace pour renforcer la compétitivité des sites industriels et sécuriser durablement les emplois quand il est mené suffisamment en amont.» Arnaud Montebourg, Ministre du Redressement productif.

Un petit pas pour l’industrie, un bond de géant  pour le redressement productif qui trouve là une première définition. Le changement…

Publicités

N. Sarkozy- JF. Copé et le nouveau concept du con-vaincu…

Jean François Copé s’est lancé dans l’éloge emphatique et exagéré de Nicolas Sarkozy dans sa quête du Graal: La Présidence de L’UMP. Essayons ensemble de trouver des éléments constitutifs de ce nouveau concept politique du con-vaincu.

D’abord, le con-vaincu (en deux mots) excelle dans le discours d’apparat, son lyrisme loue et célèbre avec faste les actions et vertus du «vaincu», son modèle. Il en exalte les valeurs avec onction pour que la gloire de ce dernier rejaillisse sur lui.

En se référant à la définition de Panégyrisme (notre «référence» théorique), on peut affirmer que le con-vaincu est adepte de la brosse à reluire, il peut, sans difficulté, se glisser dans les habits de sa référence spirituelle non sans rappeler  tout ce qu’il a pu accomplir de louable (selon lui), au cours de sa carrière. C’est l’exercice délicat auquel s’est prêté Jean François Copé,  notre désigné-volontaire dans son clip de campagne

Dans l’exercice de l’éloge, le con-vaincu flatte le sujet-vaincu (par F. Hollande), amplifie la caricature, ne cultive plus ses  »réflexes d’impertinences », pourtant sa marque de fabrique. Au risque de paraître comme une pâle copie de son modèle (V.Pecresse), il arbore sans complexe les oripeaux du vaincu (Drapeaux, Discours –Villepinte TrocadéroConcorde) dans l’espoir de réussir à nouveau un bon coup: «Sarkozy me voulait beaucoup de mal, mais il m’a donné un réseau de parlementaires, alors que je n’en avais pas. Maintenant, il me donne un réseau de militants, alors que je n’en avais pas non plus»[JF Copé, Novembre 2010, Prise de l’UMP].

C’est une filiation qu’on pourrait qualifier d’incestueuse (même famille politique), fait de haut et des bas. L’un redoutant l’autre sur l’air d’un «je t’aime moi non plus». Fayotage  réciproque, Modus vivendi car con-vaincu l’un et l’autre…

Le con-vaincu ne s’embarrasse donc pas de la morale. C’est le prototype même de la personne qui, avec trois fois rien, peut transformer un hectare de forêt en véritable jardin potager. Non, il n’est pas écologiste. Lorsqu’il fait preuve d’humour, la référence à sa propre personne s’inscrit toujours en filigrane: « Tu as prévu de filer les clés de l’UMP à Xavier Bertrand; tu devrais en garder un double ». Prix de l’humour politique, 2009. Excellent…

A son image, le con-vaincu n’existe que par le prisme d’une référence tutélaire. Ils sont miroirs l’un de l’autre. La surexposition des actes, images, éléments de langage, posture etc,  cache en réalité une sordide volonté de filiation-dénonciation. Plagiat, détroussage…

«Présenter les échecs de son modèle en simulant l’éloge, c’est pour mieux «tuer le père» . Échecs qu’il promet d’éviter. C’est toujours lui le meilleur, il en est con-vaincu convaincu».

Il n’est donc que reflet d’un autre con-vaincu (Chirac-Sarkozy, VGE-Chirac, Le Pen-Bruno Megret etc) et peut se définir comme un troll politique à droite de l’échiquier politique, adepte du  »détroussage politique‘. Il n’a pas les facultés d’un bon collaborateur. Pour finir, Le seul défaut du con-vaincu, c’est qu’il l’est et s’en félicite. Heureusement pour la société, le dernier mot revient au militant-électeur…

Le con-vaincra t-il?