Aurore Martin: Valls se lève et répond …

Manuel Valls:

« L’exécution du MAE (mandat d’arrêt européen, ndlr) est une décision de la justice. La décision a été appliquée sous l’autorité du parquet général de Pau. Ce n’est pas du ressort du ministre de l’Intérieur que je suis. Je n’ai pris aucune décision. »

20121103-233905.jpg

Le Ministre de l’intérieur Manuel Valls s’explique sur les circonstances de l’arrestation et de la remise à l’Espagne de l’ancienne dirigeante de Batasuna, Aurore Martin, pour « des accusations liées à un délit d’opinion ».

Il juge « étrange que des élus de la République, notamment des parlementaires qui votent les lois, demandent que l’on n’applique pas la loi ».

« Aurore Martin a été arrêtée lors d’un contrôle routier habituel en cette période de vacances, Je démens toute autre version des faits ».

|source|

4 réflexions au sujet de « Aurore Martin: Valls se lève et répond … »

  1. Cette histoire commence à m’intéresser.

    Le PS des Pyrénées Atlantiques a fait un communiqué pour dire qu’il était consterné : 

    Communiqué de presse suite à la remise d’Aurore Martin aux autorités espagnoles
    2 novembre 2012

    Nous, élus socialistes et républicains du Pays Basque, avons toujours demandé de ne pas procéder à l’exécution du MAE concernant Aurore Martin.
    Consternés à l’annonce de la remise d’Aurore Martin aux autorités espagnoles, nous condamnons la mise à exécution de ce MAE.
    Nous rappelons que les faits visés par l’Espagne ne sont pas répréhensibles en France : appartenance à un parti politique légal en France et participation à des manifestations publiques.
    Défenseurs du droit à la liberté d’expression, nous demandons le retour immédiat de notre compatriote sur le territoire français.

     
    Signataires :
    Sylviane Alaux, députée
    Marie-Christine Aragon, conseillère générale
    Mathieu Bergé, conseiller régional
    Colette Capdevielle, députée
    Kotte Ecenarro, 1er vice-président du conseil général
    Frédérique Espagnac, sénatrice
    Jean Espilondo, maire d’Anglet
    Henri Etcheto, conseiller général
    Guy Lafite, maire adjoint de Biarritz et responsable PRG
    Bernard Lougarot, sénateur suppléant et maire de Gotein-Libarrenx
    François Maïtia, vice-président du conseil régional
    Joël Maïtia, député suppléant
    Christophe Martin, vice-président du conseil général et maire adjoint de Boucau
    Guy Mondorge, vice-président du conseil général et 1er adjoint d’Anglet
    Simon Piveteau, député suppléant
    Arnaud Villeneuve, conseiller général et maire de Tardets

    Source:Blog de Colette CapdeVieille

    J'aime

    1. Autre son de cloche

      ITW du Pdt du syndicat de la magistrature

      « Le problème est que l’invention de ce nouvel outil coercitif ne s’est pas accompagnée de ce qui en était le corollaire indispensable : construire une Europe des droits et des libertés. (…) Pour que le MAE soit valide, il faut que les faits visés dans le mandat soient sanctionnés tant dans le pays requis que dans le pays d’émission. Sauf qu’une longue liste d’infractions a été d’emblée exclue de ce principe de « la double incrimination des faits reprochés ». Le terrorisme, dont la définition est pourtant complexe, en fait évidemment partie. Dès lors que l’Etat d’émission du MAE a qualifié tel ou tel acte de « terroriste », les magistrats de l’Etat d’exécution n’ont plus qu’à appliquer la loi. »

      Source

      Le débat est ouvert.

      J'aime

Extimise ton avis (Commentaire)>

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s