Féerie littéraire: De mauvaises bonnes lectures…

Le temps s’y prête, les charentaises retrouvent avec plaisir la moiteur des doigts de pieds, la chaleur des feux  de cheminée accompagne déjà certains vers de mauvaises bonnes lectures. Aussi, Partageons ma revue de bonnes lectures 2012

D’abord une fierté partagée avec Romain, Sylvie et Marie. Lyon, ville de la féerie et des Lumières s’est encore distinguée avec le Prix Médicis. Après le Goncourt 2011 d’Alexis Jenni, c’est Emmanuelle Pireyre et sa « Féerie générale » |Éditions de l’Olivier|, qui décroche pour Lyon le Prix Médicis 2012. Lumière!

Emmanuelle Pireyre traite des questions contemporaines avec humour et érudition, aborde les sujets avec un phrasé structuré, moderne, style jegoun.net : « Cela a été assez long, cela m’a demandé beaucoup de travail d’écriture, d’invention de personnages, d’histoires (…) J’ai intégré des éléments prosaïques du monde, dans cette structure d’écriture, cela devient plus lisible par un plus grand nombre de lecteurs ».

Le Médicis essai a été décerné à David Van Reybrouck pour «Congo, une histoire», chez Actes Sud. Congo? une histoire qui s’exhibe dans les écrits de Alain Mabanckou, écrivain congolais, lauréat du Prix Renaudot 2006,  et sur les toiles de Rhode Makoumbou, artiste peintre, sculpteur. Saveurs d’Afrique…

Le dernier roman d’Alain Mabanckou «Le Sanglot de l’homme noir»  2012, Fayard, est à découvrir. Signalons l’œuvre de Isabelle Bouvier, «révélation littéraire de cette rentrée » pour son premier roman « Carnet de voyage d’un mort débutant»

© Féerie générale de Emmanuelle Pireyre, Édition L’Olivier, Prix Médicis 2012, disponible en papier & en numérique.

Publicités