hashtag, le mot-dit-yes… #motdièse

Hastag signe« Ami-e-s twittos, bonjour, Nous sommes heureux de vous apprendre que votre hashtag chéri fait officiellement parti du vocabulaire des télécommunications et de l’informatique à compter de ce jour et, nous le baptisons mot-dièse ».

Le Journal Officiel de ce 23 janvier 2013 a évité cette chaleureuse présentation mais, nous recommande d’utiliser dorénavant le «mot-dièse» en lieu et place de hashtag et, propose une définition:

Suite signifiante de caractères sans espace commençant par le signe # (dièse), qui signale un sujet d’intérêt et est insérée dans un message par son rédacteur afin d’en faciliter le repérage. Le concept a été vulgarisé par Twitter et son réseau social fonctionnant par minimessages (140 caractères).

Au pluriel, écrire «mots-dièse». Extrait du JO n°0019, texte 103.

Hastag

mot-dièse, n.m.
1. En cliquant sur un mot-dièse, le lecteur a accès à l’ensemble des messages qui le contiennent.
2. L’usage du mot-dièse est particulièrement répandu dans les réseaux sociaux fonctionnant par minimessages.
3. Pluriel : mots-dièse.
Équivalent étranger : hashtag.

Le hastag désormais mot-dièse, est un mot-clé qui s’est imposé dans le langage courant sur les réseaux sociaux. Très utile sur Twitter pour remonter le fil d’une actualité, il s’installe dans les émissions télé, #motscroisés, #dpda (Des paroles et des Actes) etc. Ces mots-clés facilitent l’interaction, lors des débats télévisés, avec reprise et diffusion des tweets à l’écran. Twitter s’impose donc comme support d’interaction télévisuelle.

Qui est à l’origine de ces « mots-dièse » sur twitter? Vaste sujet. Il peut être choisi (émissions télé, campagne politique), détourné (#mariagepourtous, #manifpourtous), il est souvent le fait involontaire des utilisateurs de twitter. Le mot-clé s’impose alors comme une évidence parmi tant d’autres. C’est l’expérience heureuse que j’ai vécu le 18 avril 2012 avec le mot-dièse #RadioLondres. Né à Lyon, ville de Jean Moulin, #Radiolondres s’est vite imposé comme source de référence pour les indiscrétions (sondages, résultats) lors de l’élection présidentielle. Cette initiative m’a valu quelques bonnes feuilles dans la presse américaine (cité dans Wonkette Washington D.C, l’équivalent de notre Canard Enchainé) ou plus proche, chez nos voisins suisses LeTemps.ch, pour ne citer que ces deux sources. C’était un vrai plaisir.

Mot-dièse? Encore une exception culturelle française qui aura le même « succès » que  le mot «courriel» que (presque) personne n’utilise.

Publicités