Arôme politique: Nuntium de Spiritu Sancto…

Tous les chemins mènent à Rome« Tous les chemins mènent à Rome », c’est ainsi que j’ai titré mon édito de ce matin publié sur MédiaVox. Ces dernières semaines, l’actu revêt une dimension qui nous dépasse. Sa fragrance est une sorte d’arôme politique aux effluves de Saint-Pierre de Rome…

Tous les chemins mènent à Rome, une expression qui veut dire « on peut obtenir un même résultat de différentes manières » . Essayons une autre approche via une «démonstration absurde» (et non par l’absurde), à travers trois titres d’actualité: Le Mariage pour tous, le scandale de la viande de cheval  et, la démission du Pape Benoît XVI.

1. Taubira, icône ou madone de la république…

Le débat pour l’Egalité a permis l’éclosion d’une nouvelle icône politique, Christiane Taubira, qui, dans une grande maestria a porté le projet dans une Assemblée nationale conquise dès son discours d’ouverture. Références littéraires, prose verbale, parfaite maîtrise des dossiers, une vraie messe politique de 10 jours dans une parfaite communion républicaine. Une victoire morale malgré l’opposition de certaines idées vaticanes portées par des ambassadeurs locaux. De Barbarin à André Vingt-Trois en passant par Frigide Barjot, Boutin et les extrémistes de Civitas, la fronde anti-Mariagepourtous emprunte des chemins qui tous mènent à Rome.

LA - Labirinti-Tous les chemins mènent à Rome
LA – Labirinti- livia alessandrin

2. Lasagne, Bœuf, Cheval et encore des Roms…

Routes alimentaires, traçabilité et étiquetage des produits, encore un fait de société avec de multiples ramifications. Je produis et vends des produits sous traités par des sous traitants qui sous-traitent à des sous-traités. Comme des pelotes de laines, la route de la viande de bœuf se perd chez nos amis les Ro(u)mains. Rome n’est pas en cause malgré la présence, au cœur du circuit de distribution, du groupe Spanghero, français en dépit de sa sonorité italienne. Pour ces groupes, la devise semble être : on peut obtenir un même résultat d’exploitation de différentes manières. Oui, tous les chemins (de la rentabilité) mènent à Rome.

3. Et, le Vatican s’en mêle…

Oui, la démission du Pape Benoît XVI va occulter les autres faits d’actualité pour le restant du mois, voire jusqu’à Pâques. Fait historique car le dernier démissionnaire, (Grégoire XII) remonte à l’an 1415, sous la pression des cardinaux. Et déjà des questions indiscrètes sur les pressions exercées. Qui a viré le Pape? Les voies cardinales sont impénétrables. Attendre la dissipation de l’écran noir pour une fumée blanche sur la question…

Cette lumière romaine est une aubaine pour le gouvernement qui va pouvoir travailler sans pression sur d’autres sujets d’actualité jusqu’à l’élection d’un nouveau souverain Pontife à Pâques. S’en plaindre? Non, car vides sont les chemins de la contestation de La réforme bancaire, même en passant par le boulevard des reprises de sites industriels, dommage. La grève des enseignants ne se fera pas Place Saint-Pierre et, le Vatican ne communiquera pas non plus sur les essais nucléaires de la Corée. Le Saint-Siège ne répond plus. L’actualité, toujours sur la file la plus lente de l’autostrada qui mène à Rome.

Conclusion. Ces derniers jours, Rome est redevenu le point cardinal vers lequel convergent tous les pèlerins consommateurs (d’info), #RadioVatican a remplacé #RadioLondres. Le problème (Coluche), « Si tous les chemins mènent à Rome, pour en revenir, ça doit être le bordel». Carpe Diem

Nuntium de Spiritu Sancto, Amen.

[Illustration]