Plaidoirie: Jérôme Cahuzac, le bouquet-misère…

Sauver CahuzacDans la grande salle du « Tribunal de la Morale politique », après le réquisitoire du Procureur Médiapart, la parole est à la Défense. Maître Bembelly, Avocat de Jérôme Cahuzac va s’exprimer..

Silence.

«Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les jurés, je suis ici pour défendre ce qu’il reste de l’honneur d’un homme, d’un père, Jérôme Cahuzac.

Avant toute chose, une question s’impose: 600 000 €uros? Seulement 600 000 €uros en vingt ans? C’est à peine le prix d’un minable pavillon en banlieue parisienne, comme l’a fait remarquer Maître MelClalex en commentaire, C’est, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les jurés… l’immense trésor planqué de Jérôme Cahuzac chez UBS!

Ce médiocre butin n’excuse en rien la faute commise, ses aveux plaident la bonne foi. Mais, tous ici, sans exception, nous le croyons plus malin que ça Jérôme Cahuzac! surtout après son formidable débat face à Monsieur Mélenchon sur France2. Jean Michel Aphatie peut en témoigner. Comparé aux 8 Milliards de dollars du trader de Goldman & Sachs, mon client joue petit bras. Il fait moins bien que l’autre Jérôme (Kerviel) dans l’affaire Société Générale. J’ai la conviction, Monsieur le Président, qu’il nous faut relativiser cette « faute » et ne pas faire de Jérôme Cahuzac un « bouquet missaire misère » comme le disait Maître Jegoun citant Belmeyer.

Oui, Mesdames et Messieurs les jurés, Il faut sauver le Soldat Cahuzac!

La morale en politique porte en elle ses contradictions. Devant la faute commise, deux conceptions s’opposent. D’un côté ceux qui démissionnent ou qui disent la vérité, comme mon client. Pour eux, la vindicte populaire pour crime-ès-fiscalité, la justice est toujours sans merci, impitoyable. … De l’autre, ceux qui nient tout en bloc, déléguant magistrats avenants pour des non_lieux sans jamais passer aux aveux! Sont toujours éligibles pour un mandat public! Un comble! Monsieur Eric Woerth a d’ailleurs témoigné dans ce sens.

Monsieur le Président, cette nécessaire contradiction s’impose. Mesdames et Messieurs les jurés, sans trahir la sincérité de Gérard Filoche, témoin de moralité,  il faut sauver Cahuzac parce que ce n’est pas juste de traiter de « menteur » quelqu’un qui dit la vérité. Personne dans ce tribunal ne conteste ses aveux, on le croit! Plus de doute, il a dit vrai!. Dire la vérité et passer pour un menteur est une injustice…

Les faits datent des années 90 avec, rappelons-le, zéro incidence sur le cours de la vie politique. Cette antériorité, c’est curieux, personne ne l’a mentionné, c’est l’argument utilisé par Marine Le Pen, la spécialiste du « tous pourris » de ce tribunal. Elle évoque, Mesdames et Messieurs, une jurisprudence pour dédouaner son ami, l’avocat fiscaliste Philippe Peninque, responsable de l’ouverture de ce compte-cahuzac chez UBS. Elle a déclaré ici, dans cette salle d’audience: «Il y a 25 ans, à l’époque où j’étais en licence de droit, quelqu’un qui est devenu mon ami a eu comme client M. Cahuzac et lui a ouvert un compte à l’étranger. Quelle est ma responsabilité?»

Oui, quelle est sa responsabilité?, Si son ami d’extrême droite comme elle, Philippe Peninque n’est pas responsable, pour la simple raison que ces faits, aujourd’hui reprochés à mon client, datent de « 25ans! » Alors, il me plait de penser que, retenir le délit de dissimulation de fraude fiscal ou complicité pour mon seul client serait inapproprié. Alors, qu’il plaise à la cour d’annuler ces charges qui pèsent sur mon client, pour l’équité

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les jurés, Mes chers confrères

je n’ai nullement l’intention d’excuser une faute, ni de revenir sur ce précieux contrat moral qui fonde l’équilibre de notre société. Oui, ce contrat mis à mal ici dans cette assemblée par le Ministere public DidierGoux, qui nous avait lu, dans son réquisitoire, souvenez-vous,  un extrait qui lui semblait suffisamment « résonner » avec les circonstances: «Cet homme m’inspire plus de compassion et de pitié que de hargne ou de mépris (…) Peut-être ajouterais-je que la corruption et l’appât du gain, s’ils savent rester raisonnables, me semblent plutôt des qualités souhaitables chez un homme politique élu»

Citant Mark Rowlands « Le Philosophe et le Loup », il avait précisé, toujours sur ce contrat moral «Ce sont les arnaqueurs maladroits et inexpérimentés qui se font prendre et doivent en subir les conséquences. Ils sont mis à l’écart, exclus, méprisés (…)  La civilisation et l’intelligence humaine sont le produit d’une course à l’armement, et le mensonge y constitue l’arme élémentaire. Si vous êtes civilisé et que vous ne mentiez pas, c’est sans doute que vous n’êtes pas un bon menteur». La cour appréciera…

Morale et politique, conflit des interprétations, Ah! Nous y voila! Monsieur le Président, cher François, ce procès Cahuzac nous donne l’occasion de repenser la politique, d’inscrire dans la loi, la « morale en politique » qu’appelle de ses vœux Maitre Blachier. Oui, c’est l’occasion de resituer l’exercice du pouvoir dans l’optique d’une république exemplaire. Mon client, par ses aveux permet à la République de franchir une marche supplémentaire contre les pathologies viscérales et l’immoralité dans la vie politique. Donc, un mal pour un bien. Cependant, à trop vouloir définir la morale sur le simple constat de la vindicte populaire, ne risque t-on pas de confondre le domaine de bonnes intentions (la morale) et le domaine des actions justes ou simplement efficaces (la politique), comme l’a expliqué dans ce tribunal le philosophe Joel Gautier.

Jérôme Cahuzac est un bon père, un bon Maire. Au service de la République, il a traqué la fraude fiscale avec précision. Oui Monsieur le Président, il a mis au profit de la République ses connaissances en « fraude fiscale » et…

– Maitre Copé: Objection! Votre honneur c’est…

– Le Président: Silence! Continuez Maître.

… Merci Monsieur le Président. Je ne répondrai pas aux atermoiements de Maître Copé, je n’irai pas jusqu’à lui rappeler son exil-électoral du temps de la cocoe. Mon cher collègue! Maître… vous savez certainement mieux que nous, que seul un exilé fiscal peut traquer l’exil fiscal! Rewind Ziad Takiedine…

Pour finir, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les jurés, par delà l’enjeu, ce qui se joue dans ce procès, c’est notre capacité à admettre que, « une faute avouée est à moitié pardonnée ». Oui. Aussi, vu l’antériorité des faits et le montant des sommes dissimulées au fisc, je demande pour Jérôme Cahuzac, vous en conviendrez, au moins la moitié de votre pardon, à défaut de votre clémence.

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les jurés, «le pardon, c’est Maintenant» car, «nous sommes tous des cahuzac!»

Tout français « bien-pensant » est un Cahuzac qui s’ignore.

Davantage serait d’intempérance…

Je vous remercie.»

La séance est levée.

.

Publicités

30 réflexions au sujet de « Plaidoirie: Jérôme Cahuzac, le bouquet-misère… »

    1. Le respect des droits de la défense constitue l’une des règles fondamentales de notre justice. Sa traduction concrète consiste dans le droit pour toute personne à l’assistance d’un conseil, et dans la faculté pour une partie d’être représentée par un avocat.

      (Paf!)

      J'aime

  1. Oui, pour service rendu à la République! Les pupilles, c’est maintenant!
    Cahuzac crée (malgré lui) un vrai boulevard à F. Hollande pour enfin moraliser la vie politique, « la République exemplaire »
    Rien que pour ça…

    J'aime

Extimise ton avis (Commentaire)>

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s