Extimité…

Extimité Cathédrale[Relire]. A défaut d’aimer l’orthographe, ne pas s’empêcher d’apprécier les mots, les ériger en cathédrale. Je vous en propose un: Extimité.

C’est l’extériorisation de l’intimité, de notre intimité. À l’ère des réseaux sociaux, on extimise à tout va, sur Googleplus, Facebook, Twitter, instagram, kweeper, en plus de la géolocalisation, etc.  «J’extimise donc je suis» semble être la donne pour un nouvel affectio societatis. La palette s’élargit avec la  publication du patrimoine, la transparence recherchée, extimités (politiques)

L’extimisation est avant tout une volonté personnelle, une action libre, un nouveau syndrome social. Je n’en suis pas l’auteur. Proposée par Jacques Lacan en 1969, l’extimité, par opposition à l’intimité, a été défini par le psychiatre Serge Tisseron en 2001 comme «le désir de rendre visibles certains aspects de soi jusque là considérés comme relevant de l’intimité».  C’est un concept qui s’applique à certains blogs, le mien par exemple. Dire  «Ce que je pense», c’est assouvir une forme d’exhibition où l’on expose tout et finalement rien d’important à part soi. Ecrire sur un blog c’est finalement se décrire soi.

On trouve «extime» sous la plume d’Albert Thibaudet dans un article de La Nouvelle Revue Française de 1923, Lettres et journaux»  (Wikip). «Extime» désigne ce qui est tourné vers le dehors, en prise sur les événements extérieurs. Ce mot est moderne car nous extimisons de plus en plus via les réseaux, peut être pour mieux apprécier notre intimité après échange, partage et les réactions  suscitées. On cherche le regard extérieur, l’appréciation des autres pour valider notre nous. S’accepter. Peut être, pour paraphraser La Rochefoucauld, parce que nous gagnerons plus de nous laisser voir tels que nous sommes, que d’essayer de paraître ce que nous ne sommes pas.

L’extimité des uns ne s’arrête pas là où commence celle des autres. Elles s’imbriquent, forment un tout, facilitent les convergences et affinités. L’extimité devient habitus, une raison sociale… Ce voyeurisme réciproque explique le succès des téléréalités par exemple, des groupes de blogs etc. Tiens, cela me fait penser à Francis Bacon, philosophe qui disait (de mémoire), Être, c’est être perçu ou percevoir. On extimise pour être social, on copyright son intimité,  keeps  your emotions alive

Ne pas oublier de respecter de l’extimité d’autrui. Je peux pour moi, pas vous. D’ailleurs, je crois que je vais changer le nom de ce blog, «Ce Que je pense » va devenir «Extimité« , en phase avec Netité, mon autre espace extime. Nouvelle dénomination en un mot avec quelques variantes: «Partageons mon extimité« , «Mon extimité t’intéresse», «Extimité en affichage libre», «Je pense donc j’extimise», «Quelques instagrams de mon extimité» etc. Le potentiel est énorme…

De facto,

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs, avec votre autorisation (et c’est moi qui décide)…

Habemus «Extimité…»

Pensées extimes.

Publicités

22 réflexions au sujet de « Extimité… »

  1. Serge Tisseron :
     » je propose d’appeler : extimité, le mouvement qui pousse chacun à mettre en avant, une partie de sa vie intime, autant physique que psychique ;  » !!!??
    Ben Bembelly, qu’est ce qui ce passe, ??
    Faut arrêter la fumette, mon ami !! ;-)) !!

    J'aime

Extimise ton avis (Commentaire)>

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s