Brétigny: les barbares et les « Thénardier » aux portes de Paris …

Thenardier Waterloo, Brétigny[Billet(s) archive(s), 2013]. Six morts et des blessées, c’est le bilan définitif du terrible accident survenu à la gare de Brétigny-sur-Orge. Revenons sur ce drame sous l’angle de la polémique à la marge, le « détroussage des victimes » par les « Thénardier«  de banlieue. Les faits ont été démentis tour à tour par les médias: Le Figaro, le monde, Libération, l’Express, FranceInfotv, le NouvelObs. Ça a fait pschitt…

Précipitations, analyses intelligentes sur une fausse info, certains ont foncé tête baissée, laissant libre cours à une plume habile dont l’encre devrait susciter d’autres émotions. C’est le cas de Authueil, un ami blogueur de droite, modéré jusque là dans ses propos, suscitant l’admiration de ses pairs de droite et surtout de gauche (c’est rare). Il est copain de jegoun, très apprécié par RomainBlachier, de SebMusset, c’est le Sarkofrance de droite, souvent cité par la presse. Comme un train victime d’une éclisse mal fixée sur l’aiguillage de l’information, Authueil a déraillé, ça arrive. J’ai lu avec intérêt son billet d’hier intelligemment intitulé: « Les barbares sont près de chez nous« , billet consacré au drame de Brétigny-sur-Orge. Entrez…

Dès les premières lignes, le ton est donné. Au delà de l’accident, un autre incident l’a frappé et choqué, le transportant dans un roman de science-fiction post-apocalypse, sur la route de Cormac McCarthy, écrit-il, où dans un monde détruit, l’homme revient progressivement à l’état sauvage. Pourtant, nous sommes dans la France de 2013, à Brétigny sur Orge, à deux pas de Paris« . A deux pas de Paris donc, la « poudrière« , le « dépotoir« , la « grande difficulté sociale« , les « crève-la-faim« . Notre ami fustige les politiques de la ville (à juste titre), mais avec une vision socio-paternaliste qui suscite l’admiration. Et, il ajoute:

Samuel Authueil 1

Détrousser les victimes comme Thénardier à Waterloo. Il évoque la déculturation,  (sic) la perte de repère (re-sic) et du danger que cela représente, non pas pour les habitants (du Centre-ville) de Brétigny-sur-Orge, mais pour SON « Centre-ville« , Paris.

Samuel Authueil

Après les victimes de Brétigny, les vieilles dames de Paname. Là, il faut marquer une pause pour corriger deux trois choses. Dans les commentaires de son billet, certains de ses amis-lecteurs, souvent conciliants, ne partagent pas son avis.

Maxime C: Autant j’apprécie généralement vos analyses très fines (notamment sur Batho), autant cet article démontre, à mon humble avis, une méconnaissance de la situation à Brétigny sur Orge. (…).J’y ai vécu de nombreuses années, et parler de « ghetto », et même de « banlieue » ne représente pas la situation de cette ville. Si la population est en effet assez mixte, que le niveau de vie est sans commune mesure avec d’autres villes limitrophes, Brétigny n’est pas un ghetto où règne la misère sociale.

Louis: Ce qui m’étonne avant tout dans ce billet, c’est le ton employé. La forme plus que le fond. J’ai l’impression qu’on n’est plus dans un billet d’analyse comme c’était le cas sur ce blog jusqu’à maintenant, mais bien plutôt un billet de « militantisme » politique, de levée de bonnes volontés. @Authueil n’aurait-il pas un engagement électoral en vue ?

Gdc, est beaucoup plus critique: «@Samuel: t’as vraiment l’air très bête, à présent. ça t’apprendra à tourner cette fois ta langue dans ta bouche.... »

Déraillement ou Militantisme politique?…

C’est la question évoquée par Cyril Marcant dans son billet : «Je suis plus étonné du comportement de certains voisins (FalconHill) de blogs (Authueil) qui, même sous l’ère sarkozyste, faisaient preuve d’un peu plus de discernement et de retenue avant de sauter sur une rumeur…». Une certitude, la droite déraille comme le dit si bien Cycee. Une sortie des rails qui emporte avec drame les derniers blogueurs «modérés» de droite, particulièrement Authueil, le meilleur d’entre eux. Je pense qu’il est temps de faire venir de Belgique, « la grande grue de l’amitié » pour sauver le soldat Authueil

Mon conseil amical:  A défaut d’excuses, un simple Édit permet parfois, de corriger beaucoup de choses. Authueil,  tu le sais, et il n’ y a pas de honte à le faire.

Je te garde toute mon amitié. Cordialement.

Guy-Alain BEMBELLY, Lyon 14 juillet 2013.
 

Édit (21h00): Authueil apporte une modification dans son texte: (les incidents semblent avoir été assez limités)

Authueil, les barbares

Allez, on passe à autre chose. Merci.

.
Publicités