[Infographie, sondage]: Téléphonie mobile, ce qui va changer…

Free SFR Bouygues numéricableNouvelle éclaircie sur le blog après la dissipation de la fumée politique de ces dernieres heures. Samedi dernier, j’évoquais «l’accord surprise» dans la téléphonie mobile entre Free.fr et Bouygues, les « nouveaux copains comme cochons » [Bouygues Telecom va vendre son réseau de 15.000 antennes à Free. Une opération qui devrait ouvrir à Bouygues la voie du rachat de son concurrent  SFR qu’il se dispute avec Numericable (Groupe Altice)]. L’idée d’un retour à trois opérateurs revient sur le tapis, certains s’inquiètent, d’autres s’en réjouissent (je suppose).

Qu’est ce qui change dans le paysage mobile? Quelles conséquences pour les consommateurs? Pour mieux comprendre les enjeux du rachat de SFR par Bouygues Telecom ou Numéricâble, l’agence de presse IDÉ nous propose une infographie qui simplifie la lecture des deux options possibles avant toutes supputations…

SFR FREE BOYGUES NUMERICABLE

Pour aller plus loin, je vous propose un p’tit #SondageOpif, Exprimez-vous.

Place aux commentaires, lâchez-vous, enfin, si vous voulez parler d’autres choses. Le bar-mobile is open…

Publicités

Conclave (politique): la Droite se cherche un nouveau souverain pensif? (Fumée)….

La Droite (politique) est en « Conclave forcé«  depuis le 06 Mai 2012. Avec les récentes émanations de fumée, les français vont finir par croire qu’elle se cherche un nouveau Pape, un « Souverain pensif« …

20140313-154144.jpg

Oui, pour enfin « penser » et si possible, réfléchir aux vrais problèmes des français, pour arrêter de jouer aux « indiens« , toute cette fumée… Pour le Christ Sauveur, ils vont attendre le passage de la justice, oui cette Justice de la République, désormais indépendante, qui vient d’ouvrir (à l’instant) une enquête préliminaire sur les finances de l’UMP, l’Affaire Copé is back!

Je cherche un volontaire pour demander solennellement la démission de JF Copé. Si vous êtes candidat, Habémus! (J’avais un titre à placer, billet!).

(…)

La droite enfume, Christiane Taubira désenfume (Interview)…

[Désenfumage (politique)]. Dans une longue interview dans le journal Le Monde, Christiane Taubira, Garde des Sceaux, répond à l’enfumage de la droite dans le dossier « écoutes téléphoniques de Nicolas Sarkozy« . Je vous propose une version courte pour rester sur les points essentiels…

 Christiane Taubira

«Le Monde» : Vous êtes accusée d’avoir menti en disant que vous n’aviez pas d’informations sur le contenu de la procédure sur Nicolas Sarkozy ?

 (…) On est en train de m’accuser de connaître le contenu des interceptions! De connaître la date à laquelle les interceptions ont été décidées, d’avoir reçu des synthèses, et vous, vous trouvez ça dans ces deux lettres? Je les ai lues, elles expliquent les motifs pour lesquels une information judiciaire a été ouverte (contre Nicolas Sarkozy).

Vous avez dit que vous n’aviez pas les éléments pour apprécier ce qui se passait, notamment les écoutes d’un ancien président de la République…

(…) J’ai répondu à la question du bâtonnier qui soutenait qu’il n’y avait pas d’indices graves et concordants pour justifier cette mise sur écoute. Je réponds, comment pouvez-vous en juger de l’extérieur, moi je n’ai pas les éléments pour le faire. Et vous, avez-vous trouvé dans ces lettres de quoi dire qu’il y a ou non des indices graves et concordants? A quoi cela m’avance-t-il de savoir que Nicolas Sarkozy se fait appeler Paul Bismuth? Cela donne de quoi apprécier l’opportunité de l’écoute? Il ne m’appartient pas de dire si le juge a eu raison ou non.

La direction des affaires criminelles et des grâces (DACG) ne vous a pas transmis les rapports ?

La DACG reçoit beaucoup de rapports (…) ne transmet pas tout et c’est heureux. Vous ne voulez pas croire que sur une affaire pareille, il y a pratiquement un an de procédure sans que remonte à la chancellerie que Monsieur Sarkozy est sur écoute? Même quand c’est François Falletti, procureur général de Paris qui le dit? J’entends M. Falletti dire qu’il ne transmet pas de procès-verbaux, pas de pièces de procédure, pas le contenu des interceptions, or vous m’accusez de les connaître. Expliquez-moi comment?

Mais vous avez bien reçu ces deux lettres ?

Vous êtes en train de me faire un roman sur deux lettres datées du 26 février, qui arrivent ici le 28, un vendredi soir, les perquisitions ont lieu le 4, cinq jours après. M. Falletti dit qu’il a eu l’information le 21, il la transmet le 26, cinq jours après. Les cinq jours de M. Falletti ne vous posent aucun problème, les miens si? Les procureurs généraux jugent de l’opportunité et de la pertinence des éléments qu’ils envoient, et je ne me pose pas de questions sur ce qu’il juge bon de transmettre, ni sur son délai de ces cinq jours. Quand ces courriers arrivent, les interceptions ont déjà eu lieu, leur exploitation par les juges aussi. C’est cela, «l’espionnage politique» qui nourrit le feuilleton? (…) Désolée, mais j’ai beau être une sorcière d’Amazonie, il y a des limites à mon pouvoir.

Votre circulaire de janvier demande cependant de vous tenir au courant sans délai des affaires sensibles?

Vous n’avez vraiment pas envie de dire qu’avant nous, tout cela, procès-verbaux, contenu de procédures, remontait au cabinet et que depuis, ces pièces ne remontent pas? (…) J’ai dit aux parquets généraux de ne plus communiquer ces pièces, de faire des signalements utiles pour l’organisation des juridictions et sur des affaires sensibles. Nous sommes allés jusqu’à inscrire dans la loi l’interdiction des instructions individuelles. (…) Vous ne voulez pas l’admettre, parce qu’il faut qu’on continue à dire que la gauche et la droite c’est pareil, que l’exécutif se mêle encore des affaires judiciaires.

Mais pourquoi n’avoir pas simplement expliqué dès le départ que vous connaissiez l’existence de cette information judiciaire, en précisant que vous n’étiez pas intervenue dans la procédure ?

Je n’ai pas à répondre à la droite, qui depuis quatre ou cinq jours raconte que nous sommes responsables de tout! Devrais-je aller à la télévision, tous les jours, pour expliquer que je n’ai rien à voir dans le financement de la campagne de 2007 ou dans l’affaire des enregistrements de Buisson? On croit rêver.

Vous aviez été dépêchée au « 20 heures » de TF1, lundi soir. Aviez-vous calé votre position avec le président ou le premier ministre?

Nous n’en serions pas là si nous avions calé quelque chose. Certains récitent des éléments de langage. Pour ma part, je réponds aux questions, à mon détriment d’ailleurs (…).

Vous n’envisagez donc pas démissionner ?

Bien sûr que non. D’ailleurs, qui demande ma démission? Copé, Alliot-Marie, Fenech! C’est un sketch!

Le Monde.fr > Christiane Taubira: «Je n'ai aucun sentiment de lâchage» 

Billet à suivre: «Trafic d’influence, Violation du secret de l’instruction, Complicité, recel, usurpation d’identité: un ex-Président de la République nommé Paul Bismuth»

(coming soon)…