Israël se meurt, et ils applaudissent…

Statue du Roi David par Achiam, Musée de Shuni (Israël)Oui, « Israël » se meurt et ils applaudissent... Israël? Je ne parle pas d’un État, ni d’une religion, mais d’une « table de matière » sur une promesse faite à l’Homme. En effet, sous le feu nourri de la loi du talion, Israël s’effondre pierre après pierre, elle s’autodétruit, près d’ici, sous nos yeux et…

Ils applaudissent! Par amitié, refusant de voir dans les décombres de la Cité d’en face les reflets des ruines de la Maison de David. Israël? Une souffrance qui nous rappelle les nôtres, une blessure qui aujourd’hui remplace, par inadvertance, les images d’abomination par d’autres images, détruisant ainsi une digue qui laisse  passer des relents jusqu’alors contenus. Cette «bande ensanglantée» s’érige comme un selfie qui nous renvoie l’image destructrice des ruines de notre propre Cité. Oui, Israël se meurt  et…

Les auto-proclamés « amis » applaudissent! Par peur de ne plus en être, ils s’érigent en parangons de vertu malgré les cris stridents des enfants apeurés, et les fleuves de larmes des êtres endeuillés. L’homme affecté affecte à son tour, il s’efface chaque jour un peu plus, et avec lui la raison qui nous protège. Les murs du temple s’effritent, le serment des Rois brisé. Oui Israël se meurt et …

Ils applaudissent! Avec frénésie. Oui. Par peur de mourir, Israël se meurt avec les félicitations du jury. Amis, ils pensent en avoir le monopole et affichent sans vergogne la tablette d’une morale perdue, se lancent dans la distribution effrénée de «brevet d’inamitié» – reflet de leur propre hantise face à cette vérité qui désormais les dépasse -. A l’intérieur de cette Cathédrale érigée dans la douleur, l’abject a infecté le Juste qui par faiblesse renonce au décalogue, il a oublié le serment fait à l’Homme et prône la violence des vertueux. Oui Israël se meurt et…

Ils applaudissent! Encore et encore, refusant de voir dans cette protection destructrice une désastreuse automutilation. La poussière des souffrances qui s’élève sur cette Cité détruite aveugle le Juste, la lumière par dessus les têtes dans la nuit étoilée n’est plus une joyeuse constellation. Les Rois mages s’effacent face aux images, les piliers du Temple de Salomon s’affaissent, l’architecture est en péril, tout s’effondre. Oui Israël se meurt et (…) vous m’excuserez de ne pas applaudir.

Lyon, le 05 Août 2014. Guy-Alain BEMBELLY, (Merci à Valérie KboTine). Illustration

./…