La nouvelle discrimination nommée #Ebola… #IamAfricanNotAVirus

Deux billets en une journée via LeFigaro, c’est beaucoup. Mais cette fois, je n’ai pas vraiment le choix car les faits touchent ma racine africaine, Le Congo. De facto, je suis désigné volontaire pour mettre en lumière ce truc nouveau derrière lequel certains se cachent dorénavant, #Ebola.

IMG_5535.PNG
Clic pour agrandir

Prudence? Faut pas exagérer non plus… Non mais.. hé ho! Bande de cons! Quelque chose me dit que ce n’est qu’un début, #Ebola n’est pas encore là, ni au Congo-Brazzaville d’ailleurs, mais possède déjà son passeport en bonnet-difforme. Et la #RiposteEbola s’organise, au Liberia par exemple…

B0KlQpTCMAEYTuZ

Pour élargir cette # je dirais: #! On va transmettre à SOS-Racisme.

(…)

Publicités

Modulation des allocs: les français disent OK, le Figaro aussi…

Sabrina écrivait ce matin dans une dépêche de l’agence TweetPress: « L’alignement des allocs sur les revenus me parait une mesure de solidarité normale (et de gauche) en temps de crise« . C’est l’avis des français et c’est dans le Figaro (09 oct)...

 wpid-wp-1413531618412

F. Hollande a raison d’inscrire cette proposition dans l’agenda du gouvernement (et du Parlement). S’attendre à quelques amendements à la marge sur le taux de modulation pour satisfaire tout le monde, et hop on valide! Aussi, ceux qui vont se mettre à pinailler « au nom des français » devraient lire leur journal intime, Le Figaro! Les français sont « Pour » et c’est le Figaro qui le dit.

Être ‘riche’ et toucher des allocs en douce, ça passe encore, mais venir se plaindre « Ah mes allocs! », c’est une honte, pas classe. Ça critique l’assistanat « Ah ça coûte cher! Faut faire des économies!« , et ça se veut « assistés« .

Lire: Allocs: En finir avec l’assistanat des familles aisées

Un truc de Gauche? pas que, même les « pro-business » de Londres l’appliquent depuis 2013: « Les foyers gagnant plus de 50 000 euros par an ne percevront plus d’allocations familiales à partir de 2013 afin de rendre les coupes budgétaires «justes»

(…)