Deux (2) très mauvaises nouvelles pour Nicolas Sarkozy …

1. Claire Thibout l’ex-comptable des Bettencourt, persiste et signe malgré sa récente mise en examen pour faux témoignage: « C’est bien ça que j’ai vu ».

Claire Thibout

Elle plaide des approximations et erreurs de dates mais elle nie tout mensonge: (Lire dans L’OBS)

2. Catherine Vautrin, l’ex-trésorière de l’UMP est mise en examen ce jeudi pour abus de confiance dans l’affaire des pénalités dues par Nicolas Sarkozy. On comprend mieux pourquoi Nicolas Sarkozy vient de rembourser les pénalités payées par l’UMP.

Catherine Vautrin

Dimanche dernier sur TF1, Nicolas Sarkozy s’était réjoui de la mise en examen de Claire Thibout, je suppose qu’il en sera de même pour son ex-comptable Catherine Vautrin, dans le respect de l’indépendance de la justice (on peut rêver). Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM) nommée numéro 2 de l’UMP  pense peut-être déjà à assurer l’intérim (éventuellement), Daniel Fasquelle nommé trésorier de l’UMP par Nicolas Sarkozy doit être très inquiet.

(…)

Publicités

Les patrons-assistés: les nouveaux «feignasses de la République»…

[Les nouvelles nouveaux feignasses]. C’est à peine croyable, phénoménal. Dans l’histoire de la République, on a rarement vu les meilleurs-assistés se plaindre à ce point. Sans vous encombrer de statistiques, après moults avantages sous la présidence Sarkozy (avec les résultats qu’on connaît, explosion du taux de chômage, fois 2), ils descendent dans la rue…

le_seuil_symbolique_des_3_millions_15663_hd

Même sous l’ère du très avenant Sarkozy, ils avaient rien branler, et les voilà qui remettent le couvert malgré le beau cadeau de Manuel Valls (50 milliards d’euros dans le cadre du « Pacte de responsabilité« ). L’emploi stagne toujours (et on se demande bien pourquoi), mais les marges et autres dividendes ne souffrent pas de la crise, ils ont l’outrecuidance de bouder, ils font grève ces feignasses!, demandent encore et encore de l’aide publique. Oui, il s’agit bien d’aide publique…

Les griefs de nos patrons-assistés sont multiples: 1.faire sauter la durée minimale de travail de 24 heures hebdomadaires pour les nouveaux contrats à temps partiel, 2.exit l’obligation d’informer les salariés en cas de cession de l’entreprise, et surtout, 3. ne veulent pas entendre parler de l’entrée en vigueur de notre compte personnel de prévention de la pénibilité à partir du 1er janvier 2015. En clair, les français, on s’en tamponne !

4337925_patrons3_545x460_autocrop

En gros, pas de contraintes ni contreparties, «on fait comme on veut!» et «on emmerde les français avec nos sifflets!» Le boulot? Quel boulot? Y a plus! Circulez les gens! Le message est simple: « Alléger nos contraintes (donc, moins de recettes pour l’État, pour les Français) et pour le taux de chômage, débrouillez-vous! On spécule nous, les vrais pigeons, c’est vous! »

La caricature est à peine exagérée, tous les chefs d’entreprises ne sont pas dans cette configuration, mais se dessine en France une nouvelle culture de l’entreprise qui consiste à attendre de l’État (donc des français) de l’aide indirecte (allègement des charges!), pour « faire face à la concurrence » (la belle excuse). Quelques exemples des aides publiques (l’argent des français)…

Bilan CICEDividendes entreprisesB3_-51iCcAAHsQOAuchan dégraisse(LIRE)

Les patrons demandent donc des « subventions publiques » sans contreparties en terme de création d’emploi. C’est de l’assistanat, le dire. De nouveaux feignasses, qu’ils aillent s’installer dans un pays moins structuré que la France et on verra la taille de leurs marges, les cons.

(…)