« Dimanche, c’est … »: Mémorial de l’esclavage vandalisé à Nantes…

Pour le «Dimanche, c’est l’Afrique» de ce jour, j’avais rédigé un billet sur la Coupe d’Afrique des Nations de foot (#CAN2015) qui se tient actuellement en Guinée équatoriale, avec la participation de mes deux #Congo: Les «Diables rouges» du Congo-Brazzaville et les «Léopards» de l’ex-Zaire devenu Congo RDC. Puis, avant édition, je tombe sur cette info de «Presse Océan»: A Nantes, le mémorial de l’esclavage a été vandalisé …

On ne va pas demander à tous les Nantais de condamner cet acte hautement raciste, ils ne sont pas responsables de l’imbécilité des «Chaplin», pas d’amalgame. Dans cette période trouble dans la France de «l’Après-Charlie», j’entends beaucoup de sonates siphonnées, je lis de plus en plus sur le web le phrasé imprégné du «Nous», des termes imbibés avec identification de la cible, «Eux», nouvelle tendance décomplexée. Guerre des mots, choisis avec prudence des fois, pour soigner des pathologies mal diagnostiquées. Inquiétude «légitime»?, peut-être, mais analyse faussement «Merise» pour reprendre un terme de la programmation informatique. Et, l’ex chez «Nous» devient chez «Eux». Aussi, profaner ma part du «Nous» symbolisée par ce Mémorial, c’est m’inscrire dans le «Eux» à l’insu de mon plein gré…

«Casse-toi? » Tiens, ça me rappelle un truc (récent), j’ai lu ça quelque part, je ne sais plus où.. bref. Et ben non! Le «Mémorial» ne vous dira pas qu’il vous emmerde (on va rester courtois), il va juste, le temps d’une Coupe D’Afrique, partir loin de ce «Nous» qui commence à l’exaspérer un peu (beaucoup), pour une pause chez «Eux», enfin… chez «Moi, c’est la fête au village...

#MèKilSonKon !

(Presse Océan)

Publicités