Christian Estrosi : « l’estropied de la tête » … #ZyedEtBouna

Ce matin à la télé, le très Sarkozyste Christian Estrosi a joué à «l’estropied de la tête». Interrogé sur la qualification de « délinquants » qu’il venait d’utiliser pour Zyed & Bouna pour laquelle aucune preuve n’existe, il a répondu avec l’aplomb d’un arracheur de dents : « Mais de quoi parlez-vous? Ils étaient bien en excès de vitesse ». Faux! Explications (de Droite)..

Si même l’Opinion se moque…(Non, ne vous abonnez pas!). Avant toute supputation ou interprétation malheureuse sur le titre de ce billet, je tiens à préciser le sens de «estropié» – ici (estropied) -, une expression qui peut laisser penser à autre chose, un mot qui peut induire les lecteurs avertis que vous êtes en erreur, évitons les amalgames. Dans le Larousse, le verbe transitif «estropier» (italien stroppiare, du latin populaire *exturpiare, du latin classique turpis, difforme) porte plusieurs définitions, et pour d’évidentes raisons de courtoisie, on va retenir la définition suivante: «Déformer un mot (ici des faits), une phrase, un texte, etc., les écorcher…». Ah ha! Et, les synonymes expliquent mieux l’usage de «estropied» en lien direct avec le «le délit d’excès de vitesse pour piétons» d’Estrosi. (Ajout photo pour masquer pub)…

Estropier Estrosi

On peut donc affirmer, conformément à l’avis de l’incontestable Larousse en ligne que: «Christian Estrosi a baragouiné la vérité sur l’affaire Zyed et Bouna », et comme c’est dans sa tête que cela se passe, le titre de ce billet tient sur pied. [CQFD].

Merci à Michel Dompé (titre).

(…)

Publicités