États-Unis : Le « Grand Rabbin noir »…

Dans un papier de Times Of Israel partagé par L’important, je découvre Capers Funnye, le «grand rabbin noir». J’ai lu (Google trad.), et je partage.

États-Unis : Le « Grand Rabbin noir »…

Il est de Chicago, cousin de Michelle Obama, et a été désigné « premier grand rabbin noir du 21e siècle». Le poste était vacant depuis la mort de Rabbi Lévi ben Levy 1999. Chef spirituel du Beth Shalom B’nai Zaken Ethiopian Hebrew Congregation, le seul rabbin noir sur le Conseil des rabbins de Chicago is donc «the new Grand Rabbin noir»…

rabbi-e1436740406343-635x357

Élu à l’unanimité, le voilà couronné «chef titulaire d’une communauté mondiale des Juifs noirs» avec l’accord du Conseil international des Rabbins d’Israël. La «Communauté mondiale des juifs noirs» [Si, ça existe, comme existent les musulmans noirs, les chrétiens noirs, etc…], c’est une confrérie qui comprend, en plus des juifs noirs des États-Unis, ceux des Caraïbes, d’Afrique du Sud, d’Ouganda et du Nigeria, etc. Notre «Grand Rabbin noir», ordonné par l’Académie rabbinique Israélite à New York prendra officiellement ses fonctions à l’automne. Une de ses missions consistera de tisser des liens plus étroits avec la communauté juive éthiopienne d’Israël (les Falashas) a déclaré le Conseil israélite International dans son communiqué. Il a déjà fait le voyage en Israël pour rencontrer le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Si tout le monde est d’accord, de la Maison Blanche à Tel Aviv en passant par Chicago, New-York et l’Afrique, alors ça me va, j’approuve! Habemus, Capers Funnye, le « Grand Rabbin noir ! » .

תהילה אליו!

(…)

Publicités

Infographie #Grèce: Ce qu’il faut retenir de l’accord…

Pour résumer l’#AccordGrec, une petite infographie.

Des questions? Si oui, c’est dans les commentaires, si non, c’est pareil. Et si vous faites les réponses aussi, ça m’ira très bien! Merci. [Source: VisaActu]

(…)

Le « catalogue des atrocités » de l’EuroGroup (in Spiegel)… #ThisIsACoup

« Catalogue des atrocités ». C’est en ces termes que le journal allemand Spiegel qualifie les dernières recommandations de l’EuroGroup à la Grèce.

Propositions de l'eurogroup grèce catalogue des atrocités

Le Spiegel parle à raison de l’humiliation délibérée de la Grèce avec une série de mesures que le Journal LeMonde résume pour nous :

  • Implication totale du Fonds monétaire internationale, qui a jusque-là refusé de remettre la main à la poche en raison du défaut de paiement grec acté depuis le 1er juillet. Un prérequis à tout nouveau programme d’aide par l’intermédiaire du Mécanisme européen de stabilité (MES). Le montant de celui-ci est évalué entre 82 et 86 milliards d’euros dans le document.

Ensuite, l’Eurogroupe demande à la Grèce des efforts en trois temps :

  • D’ici au 15 juillet, c’est-à-dire mercredi, Athènes doit adopter une série de mesures prioritaires incluant, entre autres, une réforme de la TVA et du système fiscal ou encore des mesures anticipées préparant une réforme du système des retraites.
  • Ensuite, une nouvelle série de conditions: Durcissement des réformes proposées par Athènes en prenant mieux en compte la situation économique et financière de la Grèce, réforme des retraites, Réforme commerciale incluant des mesures sur le travail du dimanche.., Privatisation de la compagnie d’électricité, une révision du droit du travail (en matière de négociations et de licenciements collectifs…) et, renforcement du secteur financier.
  • Enfin, Modernisation et renforcement de l’administration grecque, amélioration des méthodes de travail avec les institutions européennes. Surtout, une vague de privatisations, ou la mise en place d’un fonds basé au Luxembourg, chargé de la gestion des privatisations et des actifs qui en émaneraient.

Et « Si un accord ne pouvait être trouvé, la Grèce se verrait proposer de rapides négociations sur une sortie temporaire de la zone euro, avec une possibilité de restructuration de sa dette ». Rien que ça. Si même les allemands doutent de la grosse ficelle de l’Eurogroup, on peut parler de «catalogue d’atrocités» comme l’écrit le Spiegel, un coup d’état (P. Krugman), voire d’une annexion, celle de la Crimée par la Russie, c’était le «Club Med!». Bref, le vrai problème de l’Europe, c’est l’EuroGroup, et l’Allemagne.

(…)