La Fable de Cambadelis: La Cigale et le Référendum …

La Cigale et la fourmiLa dernière proposition de 1er secrétaire du Parti socialiste est très drôle (ou pas), je vous explique…

JC Cambadelis propose l’organisation par le PS d’un référendum du «peuple de gauche», du 16 au 18 octobre, pour sceller l’unité entre le PS et les autres partis de gauche aux régionales de décembre: «La question sera assez simple (…) elle portera sur ‘oui ou non à l’unité dès maintenant pour les élections régionales?’». Une proposition «fable de la Fontaine», un remake de «La Cigale et la Fourmi».  Tenez, on va la refaire, prêts?

«Le Parti Socialiste ayant gouverné en solo (et à Droite) tout le temps se trouva fort dépourvue quand la bise des élections (régionales) fut venue. Plus un seul petit morceau de ces mouches ou vermisseaux d’électeurs à qui l’on a afflige des politiques d’austérité. Hébété, JC Camba-Délice  alla crier famine chez «la Gauche passéiste» sa voisine, la priant de lui prêter quelque attention pour subsister jusqu’à la fin de la nouvelle saison parlementaire. «Hé camarades, t’as pas cent balles? J’ai faim! Et un p’tit référendum pour l’Unitay de la Gauche toussa, ça te dit? Je vous paierai en places éligibles sur des listes communes, foi d’animal (politique), intérêt et principal, je te jure sur la tête de Jaurès!» lui dit-il.

cambadelis referendum Cigale et fourmi

Problème, la GauchePropre n’est plus prêteuse, c’est là son moindre défaut. «Que faisiez-vous au temps chaud entre deux élections? Et cet art de vaincre vos propres amis sans convaincre vos électeurs, votre article 49.3, Y’a plus?» dit-elle. Et Comba-Délice de répondre: «Nuit et jour à tout venant nous chantions les cantiques libéraux en chœur avec Frère Manuel dans la chorale de Matignon. N’empêche, c’est la dèche camarade et on est mal barré! Et si on refaisait  une «primaire citoyenne» à la Harlem Désir? » Réponse de l’Effrontée la Gauche: «Ah! Vous chantiez très cher PS 1er? Bah, j’en suis fort aise et vos électeurs aussi! Vous chantiez? Et bien … dansez maintenant!».

Changer de politique, c’est le meilleur des référendum, pour l’unité de la Gauche.

(…) 

Quand Soeur Emmanuelle #Merkel d’Allemagne fait la Couv’ du Spiegel, Yalla!

 

« Sœur Mère Angela »? les réfugiés approuvent, «Sœur Emmanuelle» [1908-2008] la «petite sœur des pauvres» aussi, certainement, enfin, on va le supposer, peut-être que l’Abbé Pierre….  Yalla!

Via  @Limportant_fr

#Fonctionnaires: F. Hollande désavoue Macron (bonus: «Top 10 de ses conneries»)

Pour résumer la nouvelle Macronnerie d’Emmanuel de Bercy, une image suffit.

 

Et comme à chaque fois, Emmanuel recule et fait son innocent: « Ah non! Je n’ai pas dit ça! C’est la presse, elle a encore déformé mes propos… ». Tenez, Le Figaro nous offre la déjà très longue liste des conneries (politiques) d’Emmanuel. Macron en seulement une année (je résume).

«Illettrées», fonctionnaires, 35 heures : le best-of des déclas chocs de Macron

1. «Nous pourrions autoriser les entreprises à déroger les règles de temps de travail» (Le Point, 28 août 2014). Pas encore Ministre, il annonçait déja la couleur sur les 35 heures.

2. «Il ne doit pas y avoir de tabou ni de posture»  (Le Journal du Dimanche, 11 octobre 2014). Après les 35 heures, c’est à un autre «totem» de la gauche qu’Emmanuel Macron s’attaque: l’assurance-chômage.

3. «Il y a dans cette société (Gad) une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées» (Europe1, 17 février 2015). Ah ces salauds de pauvres, illettrés en plus! Du mépris, déjà…

4. «Avec la relance des autocars, les pauvres voyageront plus facilement» (Bercy, 5 octobre 2014). Après les salariés «illettrées» de Gad, les «pauvres» en autocar! Premiers pas en politique décidément compliqués, très.

5. «Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires» (Les Échos, 7 janvier 2015). Ben voyons.

6. «On est comme une sorte de prostituée. Le job, c’est de séduire» (Wall Street Journal, 9 mars 2015). Il parlait de son ancien job de banquier d’affaires, il pense toujours y être je crois…

7. «Il ne serait pas réaliste d’imposer un doublement de la rémunération pour les salariés qui travaillent le dimanche». (jeudi, décembre 11, 2014, A perdre la Raison) Traduction: «Tu bosses le dimanche et t’es payé comme un lundi, sans plus » A peu près…

8. «La France est malade» (Europe1, 17 février 2015). Déclaration choc au lendemain d’un vote de confiance au gouvernement arraché à une majorité relative. Lui, il va bien, enfin, je suppose.

9. Le statut des fonctionnaires n’est «pas adéquat» (18 septembre 2015). Couac du jour, encore une fois.

10. Emmanuel Macron, Ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique. Le meilleur pour la fin, on peut l’ajouter…

Non, je n’ai pas oublié la « Loi Macron« , pas la peine de tout rappeler, la liste est longue. Pour être juste, on peut dire qu’ Emmanuel Macron comptabilise à lui tout seul plus de couacs que tout le Gouvernement Jean Marc Ayrault réuni! Et il y’ en avait, c’est beaucoup (trop). [Mon avis]: A ce niveau de performance,  le virer devient un impératif, ça fera du bien à tout le monde, à lui d’abord, à l’économie française ensuite (Moody’s vient d’abaisser la note de la France d’un cran sur fond de «faible croissance»).

Le virer, CC à Pépère.

(…)

Infographie: Intervenir en #Syrie ? Qui pense quoi..

Intervenir en Syrie? La France a annoncé l’imminence d’une intervention en Syrie. L’OBS nous propose l’avis des politiques sur ce qu’il faut ou ne pas faire (Frappes aériennes, intervention terrestre, parler avec Bachar, se coucher). Et quand la presse bosse au lieu de faire les poubelles des blogs, elle est capable de grandes choses, faire une infographie par exemple, et c’est bien.

image

Mon avis (on ne m’a rien demandé, je vous l’offre): « Il faut aller péter la gueule à ces cons une bonne fois pour toute, et qu’on en finisse! ». Oui, si on avait laissé Pépère le faire en septembre 2013 (avant la reculade d’Obama), on n’en serait peut-être pas là, voila. Donc, « Aller péter la gueule des cons (Bachar et Daech), c’est maintenant ». Intervention formule deux-en-un, tir groupé, au ras-du-sol s’il le faut, pour solder nos comptes.

Et vous?

(…)

L’éducation des cons, #lessonOne: le mot « xénophobe » …

«Blogueur» ce n’est pas un métier, mais parfois, pour l’éducation des cons...

Xenophobe définition

Vérification en moins d’une seconde (0,42 exactement) chez l’ami Google, on a:

Xenophobe Dico définition

Donc, @Patriotevendeen est un xénophobe lui et ses 29 RT…

@Patriotevendeen Xénophobe

Exo: Merci de donner des exemples de xénophobes dans le fil des commentaires (tweets, déclarations politiques, etc). Fin de la première leçon.

(…)

L’affaire «DSK et les blogueurs»: les turfistes du web, la presse et l’info équestre …

blogueurs Elysée #Cop21Hébétée, la presse découvre avec effroi qu’elle n’a plus le monopole de l’info. Hier matin sur Franceinfo on pouvait lire: «DSK a rencontré des blogueurs dans un bar-PMU», via un article marqué du sceau de « l’exclu ». Dès les premières lignes de cette info équestre, il fallait s’attendre à l’emballement médiatique, la presse tenait son «scandale du jour», la machine était en marche….

Non, le scoop n’était pas scoop, puisque tout le monde savait, la rencontre «DSK et les blogueurs» du 07 septembre dernier était connu de «tous» dans ce milieu des blogs (politiques) au moins deux semaines avant. Si,  l’info circule très bien sur le net et beaucoup plus vite que l’on ne l’imagine, c’était un «off», disons, un «chuut» c.-à-d. un secret connu par tous mais «le 1er qui le dit a perdu». Bref, un secret de polichinelle pour des agapes à «la Comète» que voici.

L’affaire «DSK et les blogueurs»: les turfistes du web, la presse et l’info équestre

Les «sachants» savaient, ils n’ont pas dépassé le local poubelle, à l’extérieur du bistro. Tout a été dit ou presque, la riposte-blog a apporté des précisions poussant certains journalistes à des correctifs (édits), mais le mal était fait comme on pouvait le lire hier sur Libération en cache: « Il a connu les soirées au Sofitel et au Carlton, mais c’est dans un bar-PMU du Kremlin-Bicêtre qu’il a passé la soirée du 7 septembre. Changement de décor pour Dominique Strauss-Kahn qui … ». Non, le «repère» des blogueurs de Gauche n’est pas un «Bar-PMU» même si la vie des blogs (politiques) ressemble parfois à un sport équestre. Non, Dominique Strauss Khan n’a pas rencontré de simples turfistes et l’angle d’édition de la presse appelle quelques explications…

  • Sur le respect du «off ». Contrairement aux journalistes, les blogueurs ont une éthique, disons, une éthique à Nicomaque, et c’est peut-être là le problème. Dans l’hypothèse d’une rencontre «DSK-Journalistes» par exemple, l’info aurait fuité et cela bien avant la rencontre, les quelques «piques» de DSK contre le gouvernement auraient fait les choux gras des éditorialistes dès le lever du jour, ce ne fut pas le cas pour cette rencontre entre DSK & les «Burkinabé du Web»j’explique, le Burkina-Faso, pays d’Afrique, ex Haute-Volta, se traduit par «pays des hommes intègres»). La naïveté des respectables trublions du Web explique en partie le respect stricto sensu du «off» imposé par DSK. Il faut croire que DSK a été «surpris» lui aussi, par ce Amen et par le peu d’audience sur cette rencontre après les comptes rendus sur les blogs …
  • De l’intérêt des « bonnes feuilles» de DSK sur le Gouvernement. Là, on touche le cœur du sujet. D’abord une chose, «Que celui a brisé le secret du off sur les propos polémiques se dénonce!» [Message de service]. S’attarder sur les seules «indiscrétions» sans mettre en avant l’avis de DSK sur les vrais sujets, c’est l’angle choisi par la presse dans ses éditions. Bonne ou mauvaise chose? Finalement, après réflexion, il est aisé de dire cela arrange bien tout le monde: 1. La presse d’abord, la polémique intéresse les lecteurs et fait vendre 2. Les blogs ensuite, de nouveau au cœur de l’actualité malgré l’attaque ad hominem de grande-sœur-la-presse jalouse de se voir remplacer par de simples amateurs, et 3. DSK, oui, «Jack is back», encore…
  • Sur le supposé « off » brillamment respecté par les blogueurs. Chez les hommes et femmes politiques, la «stratégie carte postale» a horreur du silence médiatique, et on peut penser que la discrétion imposée  par DSK ne l’était pas, ce qui fait dire à Elie Arié, présent lors de ce rendez-vous (je le cite): « pour ma part, je n’exclus pas l’hypothèse (…) que la « fuite » vienne de DSK lui-même, constatant que, une semaine plus tard, les grands médias  ne parlaient toujours pas de cette «soirée historique». Possible, la carte postale de DSK n’avait pas trouvé preneur et l’hypothèse de la fuite organisée devient plausible. Autre hypothèse: «il y avait une taupe dans la salle!». Et si ça se trouve, des photos circulent déjà sur le Darknet, et pourquoi pas des vidéos, ou de simples bande-son vu le nombre de web-addicts présents ce jour là, smartphones à la main.

Au delà de la «polémique», il serait intéressant de s’interroger sur le choix numérique de DSK. Après le « Hello twitter! Jack is back« , puis ses deux billets sur la Grèce via linkedin (Slideshare) (1.#Grèce: «Apprendre de ses erreurs» près de 3.500.000.vues, 2. To my german friends (1.700.000 vues)), DSK confirme sa nouvelle stratégie de communication, l’ancien Boss du FMI fait encore une fois l’impasse sur les anciens moyens de communication. Exit donc l’interview télé, la vieille bonne tribune dans un grand quotidien, ou, un aparté avec un journaliste. C’est donc vers les blogueurs, de simples anonymes que s’est tourné le « presque candidat » de Gauche à la présidentielle 2012. Oui, n’en déplaise à l’institution, les blogs (politiques) font l’actualité, y participe très activement, et cela malgré les « faibles audiences ». Les paramètres de l’influence sont à redéfinir.

Lire: De l’interactivité et des contenus (presse, blogs, réseaux...)

La mutation numérique à laquelle nous assistons change nos moyens d’accès à l’info, et les blogs concourent à l’émergence de ces nouveaux supports d’information, le développement de l’interactivité et des contenus participe à la nouvelle visibilité (des politiques, mais pas que), changement de paradigme. Et une certaine presse découvre l’influence insoupçonnée des blogs, s’étonne et factorise ce qui l’échappe. La blogosphère vit certes de la presse, mais elle la commente, l’alimente souvent et la fait vivre. Non, les blogs ne sont pas morts, quant à la presse …

(…)

#Stromae: Après les concerts, le cancer … #QuandC’est?

«Mais oui, on se connaît bien. T’as même voulu t’faire ma mère, hein, t’as commencé par ses seins. Et puis du poumon à mon père, tu t’en souviens?».

On connait, souvent à l’avance, les dates des concerts et spectacles, mais pour la maladie, particulièrement le cancer, la question se pose: Quand C’est?.

(…)

Les amis, les perches à selfies et vous … #MadeinVrai

Perches à Selfies, les amis

Hier, aujourd’hui, tendre la perche (et si ça vous dit de finir la phrase)...

tendre-la-perche-300x169

(Source)

#Beziers: Quand Robert Ménard re-invente « la Gestapo » … #Refugiés

Extrait du journal la Marseillaise 12.09.15. Non, Robert Menard n’est pas une simple caricature, il s’affiche « extrême-droite-sans-frontières »...

Robert Menard Vichy Beziers expulsion Refugiés syriens

Et l’on viendra nous dire que «le Front national ligne Marine Le Pen», c’est un «parti comme les autres », c’est bien ça? Bande de cons!

(Source)

Nicolas #Sarkozy, son fils et le respect de ses « racines », autocritique … #réfugiés

Après ses sorties hasardeuses sur les réfugiés, invité au Campus des jeunes #Républicains, Nicolas Sarkozy a déclaré (c’est dans le tweet).

Quand on a honte de ses racines, on ne peut pas envisager l'avenir. #CampusRepublicain

On peut dire, sauf avis contraire, que Nicolas Sarkozy a commencé son autocritique, enfin,  je suppose. Ou, peut-être bien qu’il s’adressait à son fils Louis, qui au mois d’Août avait déclaré (sur le patriotisme)…

Tweet pas patriote du fils de sarkozy louis

Être ou ne pas être fier de ses origines, chez les Sárközy de NagyBocsa, c’est décidément, une grande histoire de famille, de génération en génération.

(…)