Logorrhée (politique): «Qui veut noyer Filoche, l’accuse de -honte de la famille (PS)-». Réponse …

sdf-secours-populaire-precarite-pauvrete_877237Mon «cousin-ès-blog» Cyril Marcant que j’aime beaucoup – même si ces derniers temps nous ne partageons pas grand chose politiquement parlant -, mon cousin je disais, a écrit un très bobiyé dans lequel il parle de la «famille (politique)», il évoque ces oncles, tantes ou parents proches un peu honteux à chaque fin de repas avec leurs propos racistes, antisémites, ces puits sans fond de connerie humaine (…). Avec lesquels on ne peut s’empêcher de célébrer l’unité de la famille car après tout, on ne choisit pas sa famille». Une belle intro qui fait écho au drame de Puisseguin et aux déclarations de deux éminents «membres de la famille», à savoir, le Grand cousin par alliance «politique», Noël Mamère, et l’actuel «Bouquet Misère» du PS version Valls, Gérard Filoche.

Mon cousin Cyril est très colère, il pense « qu’aujourd’hui cette «vraie gauche» a dépassé un cap, elle est dans «la haine pure, simple, basse et donc obligatoirement bête, méchante, stupide Pour luiNoël Mamère, Gérard Filoche – et Jean Luc Mélenchon- sont «l’incarnation à gauche de la stupidité tant décrié sous le quinquennat Sarkozy, cette stupidité qui veut que tous les faits divers se doivent d’avoir un seul et unique coupable, un bouc émissaire pour recevoir toute leur haine  (…) ». Pour «ces populistes haineux », ajoute t-il, «une seule réaction possible: charger Emmanuel Macron, suppôt de Satan et coupable d’office de toutes les catastrophes». Et il termine sa logorrhée (politique) par une indignité: «Ces gens ne devraient pas avoir le droit de s’exprimer au nom d’une gauche qui n’engage qu’eux. (…) par leur comportement (…) ces personnes sont indignes et devraient avoir la décence de s’exclure eux-mêmes d’un parti où ils n’ont rien à faire. On ne choisit pas sa famille mais on choisit son parti politique».

dreyfus2

Ah la famille et ses conneries bêtes et méchantes! Ah la stupidité des oncles populistes et haineux que l’on ne veut plus inviter aux «diners de cons» dans leur propre maison occupée par des squatters! Je vais répondre à mon cousin Cyril dans ce billet «réunion de famille & état des lieux…».

Mon cher Cyril, cher cousin.

photoJ’ai lu avec beaucoup d’intérêt ton billet, d’abord sur le fil Facebook des «amis de François Hollande», puis sur ton blog. Quand on connait le pédigrée de certains qui aujourd’hui t’applaudissent sur ton fil de commentaires, je m’inquiète un peu j’avoue. On ne choisit pas sa famille c’est vrai, passons. C’est dimanche, alors causons de cette affaire qui te chagrine tant, et comme j’ai un peu de temps à te consacrer, installons nous sous l’arbre à palabre, c’est mieux. Mon cher Cousin adoré, je me demande de quelle famille tu parles, celle victorieuse de Mai 2012 qui avait scellé son unité dans 60 engagements? Ou celle qui désormais pisse sans vergogne sur les «valeurs» de notre grande et belle famille? Ne répond pas encore, je vais te répondre sur: 1. Le racisme et l’antisémitisme, 2. les valeurs de gauche et l’indignation sélective qui désormais sévit, 3. les orientations politiques et ses dérives, et 4.  sur l‘avenir de la Gauche, des sujets évoqués dans ton billet.

1. De la tolérance sur le racisme et l’antisémitisme…

Mon cher Cyril, comme tu le sais, «notre famille» a toujours été fière de ses «valeurs passéistes», des valeurs que tu partages encore aujourd’hui, héritage de Oncle Jaurès. Dans «notre famille» cher cousin, nous n’avons pas tous les mêmes origines et nous ne sommes pas toujours d’accord sur certaines choses et c’est ce qui fait notre force d’ailleurs. Exemple, je suis né en Afrique et tu n’as pas eu cette chance, pourtant, nous faisons partie de la même famille , «la Gauche», la famille la plus tolérante de France et de Navarre. Elle l’est de moins en moins, tu en conviendras. Oui, et cette «nouvelle» famille (politique) va légaliser les «contrôles au faciès» au nom de la Sainte-sécurité pour nous protéger du terrorisme, – la belle excuse – et là encore, je suis en première ligne comme il n’y a pas si longtemps lorsque ma négritude fut jetée en pâture par les amis de celui qui «rêve de cracher dans le gueule des juifs» – c’est un autre sujet, oublions -. Et tu sais quoi Cher cousin? cette fois encore, je suis «désigné volontaire» pour payer cet «impôt sécurité» décidé par Nanard (Cazeneuve) sur proposition de Manu-le-Catalan, le protecteur de Macron, le petit dernier qui exaspère Titine (elle en « Ras-le-bol ») et Tata Ségo (qui s’étonne de ses réactions), tout comme le Vieux Gégé (Filoche) que tu veux «exfamillier»  en le bottant hors de la famille -.

2. Des valeurs et de l’indignation sélective

Mon très cher cousin-à-moi, «Notre famille toujours très accueillante n’aurait jamais osé se réjouir – par exemple – de l’expulsion d’une enfant de 15 ans sous prétexte que son père avait menti sur ses conditions de séjour en France. Et quand je pense que ma famille fait passer Jacques Toubon (de Droite) pour un affreux Gôchiste, je m’inquiète. Non cousin, «Notre» famille n’avait jamais jusque là fait l’économie de la lutte contre le racisme et les discriminations – Tiens, Tata Taubira, victime permanente du racisme, avait attendu que «de hautes et belles voix – de Gauche – se lèvent » contre les dérives racistes dans notre société lorsqu’on l’avait traité de Guenon, personne n’avait bougé, c’est le cousin germain «Harry Roselmack» qui avait brisé le silence des victimes avec ma modeste contribution et la tienne aussi, je le sais. Elle te transmet ses remerciements -.

Mon très cher cousin-adoré, notre «famille a toujours été très proche des salariés, elle accepte la critique mais ne vend pas ses convictions sur «Leboncoin de la politique libérale», Ma famille n’a jamais mis « le code du travail aux enchères sur Ebay » comme aujourd’hui, ma famille ne réduira jamais les acquis sociaux pour une soit disant «compétitivité des entreprises» et ne m’obligera pas à cautionner aujourd’hui ce que nous avons combattu ensemble hier. Libre, ma famille marche sur les principes de l’égalité et de la fraternité. Ma famille… au fait, wesh cousin, de quelle famille parle-t-on? Celle qui a viré sa Gauche –Montebourg et Hamon-? Celle de Martine Aubry ou celle de Cambadelis après sa Brocante(politique)?

3. De l’orientation politique et de la protection des salariés…

Mon très cher cousin-préféré, devine qui a dit: «Votre politique se dessine clairement, que vous le vouliez ou non, cette politique se situe dans la droite ligne des politiques néo-libérales qui prétendent apporter une réponse à la crise économique actuelle par une politique de dérégulation systématique et de remise en cause des positions acquises au cours des trente dernières années par les salariés. les éléments d’une telle politique, on les connaît: il s’agit d’abord d’une flexibilité accrue des salaires, mesure demandée par le patronat, inserée dans vos projets de loi». Propos de l’affreux Gérard Filoche? Et ben non! C’est du «Gérard Collomb», Sénateur Maire de Lyon – Pro-Valls – lors qu’il tirait sur les keynésiennes politiques de la Droite, c’était le 08 décembre 1986 à l’Assemblée (Archive pdf vallscinée par Toniolibero page 23), une droite des années 80 qui ressemble étrangement à l’actuel PS version Valls, c’est … « Progressiste? », une Droite que Gégé (Collomb) accusait – à juste titre d’ailleurs – de vouloir instaurer un «État minimal», vœu de ces néo-libéraux aujourd’hui à la tête de «notre famille» avec sa politique d’austérité, ses contraintes juridiques régissant le contrat de travail – flexibilité ils disent -, sans oublier ses régressions sur la protection sociale.

Mon cher cousin-en-Christ, « l’idéal de notre famille » n’est pas celle de parvenir à une société où l’adaptation serait si parfaite que le travail ne serait finalement plus qu’intérimaire (selon Gérard Collomb). Oui, le Gouvernement se trompe (…), nous ne pensons pas que la flexibilité c’est remettre en cause les conquêtes salariales avec une politique fondée sur la déqualification et la régression des avantages acquis. Mon bien cher Cousin, la question intelligente qui se pose aujourd’hui est la suivante: «Qu’avez-vous fait de notre belle famille?» Oui, elle ressemble désormais à «la Famille Adams» avec «ses adoptés» qui dilapident l’héritage sans passer par un acte notarié signé par les électeurs, ils cèdent aux plus offrants «les bijoux de famille» sans l’aval du «conseil des sages».

4. De l’avenir de la #GauchePropre

Pour finir, je partage ton avis cousin sur le fait que certains devraient peut-être aller voir ailleurs, oui et je serais triste de ne plus te compter dans cette famille qui pense que le Vieux Gégé, – avec ses défauts et ses … défauts -,  sera toujours plus dans le droit fil de «nos convictions» que ne le sera jamais Emmanuel Macron. Aussi, pour les partants, merci de ne pas nous rendre vos clés de la Maison «Notre famille», on changera toutes les serrures! – pour pas que certains reviennent – et nous reconstruirons ce que vous avez détruit. Ah! J’oubliais et c’est important: pour «le Grand repas de Noël» qui s’annonce, ne mettez pas trop de couverts, il y aura des absents, nos convives refusent désormais de jouer « aux dindons de la farce électorale » et préfèrent les parties de pêche du dimanche, certains, solidaires de «Gérard (Filoche) – qui n’a pas démérité et qui se bat aux côtés des salariés et de la Gauche depuis tant d’années dans un engagement désintéressé –, seront absents, excusés, histoire de vous laisser le temps d’«enFilocheR Mamère» avant Noël.

Cordialement,

Guy-Alain, ton cousin-de-Lyon.

[Jour du Seigneur, 25.10.2015]

Amen.

Publicités