Rien que pour le titre…

wpid-img_20151029_181040_edit

Dans « le titre » du papier de La Charente Libre. Sans commentaire.

Publicités

«L’assistanat parlementaire» de Marine Le Pen: Elle avoue la fraude …

Soupçonnée de fraude au Parlement européen, la fille de Jean Marie Le Pen est passée aux aveux, Marine Le Pen  reconnaît – enfin – qu’un autre élu a voté «4 fois» à sa place. Au moins…

Marine Le Pen fraudeuse 01

«Je suis partie en laissant ma carte de vote, ce que font – et vous le savez bien – des dizaines de députés. […] Mon collègue, monsieur De Graaff, dont je tiens à dire qu’il est l’exemple de la courtoisie et de l’éthique sans faille, a cru que j’étais partie quelques secondes; il a effectivement effectué quatre votes en mon absence (…) [source]

Elle avoue, sans assumer, et accuse son voisinage, une très «patriote» réaction style Front national. Derrière cette fraude se cache peut-être les «tickets de présence» des députés européens et les juteuses allocations qui vont avec. Il faut savoir que Marine Le Pen a un salaire au Parlement européen de 6 200 euros nets mensuels (7 956,87 bruts desquels sont déduits l’impôt européen et la cotisation d’assurance accident). Pour chaque jour de présence, elle se voit verser une indemnité forfaitaire de 304 euros. A ce salaire s’ajoute une indemnité de frais généraux fixée à 4300 euros par mois, censée couvrir ses frais de bureau, de communication, d’équipement, etc. Une explication possible à cette fraude tient peut-être au fait que: «l’indemnité des députés européens est réduite de moitié pour les députés qui, sans justification valable, n’assistent pas à la moitié des séances plénières d’une année parlementaire». D’où l’intérêt d’être présent aux séances du Parlement, ou de faire voter par fraude pour valider une présence. Ajoutons à ce joli pactole de Marine Le Pen, la somme de 4243 euros par an pour couvrir ses frais de transport...

Lire aussi: Louis Aliot: l’assisté parlementaire de Marine Le Pen …

Lorsqu’elle ne se défile pas devant ses obligations –critiquer et toujours dire «non» aux propositions de ta boîte– lorsqu’elle ne délègue pas ce difficile boulot pour squatter les plateaux télés en France, l’argent du contribuable européen –notre argent– peut rapporter à celle qui s’affiche en «valet de Poutine» la coquette somme de 12 340,53 € bruts par mois, et ce n’est pas rien, -idem pour Florian Philippot, Louis Aliot et tous les cadres du FN en échec pour l’entrée à l’Assemblée nationale, mais de «joyeux allocataires du pensionnat de Bruxelles» -. Donc, près de douze-mille euros à-rien-foutre, on évitera de parler «d’assistanat», «d’argent du contribuable, et encore moins «du système» dont elle se nourrit grassement et qu’elle prétend combattre

(…)