« Nous, nos bombes sont sexuelles et nos attentats, à la pudeur » Message aux cons…

 

image

Pas mieux.

Via @JulBertrand

Publicités

Et maintenant #SaintDenis: Infographie des forces et terroristes…

Cinq jours après les attentats de Paris, un assaut policier d’ampleur a été lancé ce mercredi avant l’aube à Saint-Denis, en proche banlieue parisienne, visant en particulier Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des tueries qui ont fait 129 morts vendredi dernier à Paris.

image
image

Bilan (à 12h00). Deux morts dont une femme-kamikaze qui s’est fait exploser pendant l’intervention, sept personnes ont été interpellées: trois qui s’étaient retranchées dans l’appartement visé par l’opération, deux autres à l’extérieur et deux autres dans des conditions encore non précisées. Elles ont été placées en garde à vue, indique le parquet. Cinq policiers légèrement blessés au cours de l’assaut selon la police nationale.

image

La guerre continue, mais qu’on se rassure, à la fin c’est toujours la France qui gagne!

(…)

Bref, j’ai ressorti la « Machine à baffes »…

Fin des 3 jours de deuil national suite à la tragédie de Paris. A toutes fins utiles, j’ai pris le temps de ressortir la «machine à baffes», quelque chose me dit que je vais être emmené à m’en servir plus vite que je ne le pense. «C’est quoi la machine à baffes, comment ça marche»? Vidéo…

Oui #NousSommesUnis mais pas dans la connerie, Oui #JeSuisParis mais pas avec les amalgamologues du dimanche. Non, ne comptez pas sur moi pour chanter le #Vivrensemble, ni pour tendre l’autre joue, pas cette fois – c’est toujours les autres-victimes-du-terrorisme-mais-désignés-coupables qui le font pendant que les bienpensants-fachos-et-réacs leur tapent dessus, une double peine, non merci, sauf si vous entonnez les premières notes…-. Dans l’attente, je ressors le «distributeur à baffes» que j’avais gardé, et j’espère ne pas être obligé à m’en servir. Ce billet est un «Message de service», prendre note (répétez), «Œil pour œil, baffe pour baffe».

Ressortir la Machine à baffes, c’est fait.

Prêt.

(…)