Tiens, « pour une primaire à Gauche »? Cette fois, c’est du sérieux…

md0.libe.com

Julia Cagé (économiste), Daniel Cohn-Bendit (Européen, Mariette Darrigrand (sémiologue), Marie Desplechin (écrivaine), Guillaume Duval (journaliste), Romain Goupil (cinéaste), Yannick Jadot (député européen), Hervé Le Bras (historien et démographe), Dominique Méda (sociologue), Thomas Piketty (économiste) Michel Wieviorka (sociologue.) etc, sont A la UNE de @liberation «pour une primaire à Gauche» avant 2017:

«Nous refusons la passivité face à l’abstention, au vote Front national et à la droitisation de la société. Nous refusons les renoncements face aux inégalités sociales, à la dégradation environnementale, aux discriminations et à l’affaissement démocratique. Nous refusons la paralysie de nos institutions (…) Notre primaire est la condition sine qua non pour qu’un candidat représente ces forces à l’élection présidentielle en incarnant le projet positif dont la France a besoin pour sortir de l’impasse».

S’attendre à plusieurs réactions possibles: la dérision, le procès en illegitimité de cette «société civile qui ne représente pas le peuple», voire le rire, etc. N’empeche, ce «Nous refusons, Nous n’acceptons pas, Nous voulons» très inattendu (ou pas) et loin de la tradition qui consiste à reconduire le Président sortant dans le statut de « candidat officiel » de sa famille politique, interpelle et appelle une réponse. Question, qu’est ce qui peut bien expliquer une telle initiative?

Il faut que croire qu’à Gauche la « légitimité » de François Hollande n’est plus une évidence, le désamour est  très probablement le fait de deux virages majeurs: 1. Le virage libéral. Avec l’arrivée de Manuel Valls à Matignon, une nouvelle équipe « pro-business » débarrassée de son aile Gauche (Benoît Hamon et Arnaud Montebourg) s’est installée avec Emmanuel Macron aux manettes de l’économie. Ce n’était pas le changement attendu par la Gauche. 2. Le virage idéologique. Une évidence désormais bien assumée dans le discours et dans les politiques (#LoiRenseignement, État d’urgence, Lois sécuritaires, Déchéance de nationalité, etc). Des mesures plébiscitées par la Droite et l’extrême-droite, – les sondages disent « par la majorité des français », mais bien loin d’une Gauche qui refuse «que la menace du FN, le risque terroriste et l’état d’urgence permanent servent de prétexte pour refuser de débattre des défis extraordinaires auxquels notre société est confrontée de fatalité à l’impuissance politique».

Cette « surprenante requête primaire » fera grincer les dents au sein de l’actuelle majorité  minorité gouvernementale« Les français n’ont pas besoin de «polémiques inutiles» dans ces moments difficiles que traverse notre pays » répondront certains pour ne pas dire « cause toujours », ou encore – et ça revient souvent-,« seul François Hollande peut battre la Droite », à croire que le seul but d’une présidentielle c’est de « battre la Droite » et qu’importe ce que l’on fera de la « victoire ». Gagner et gouverner avec la politique des vaincus, c’est le scénario actuel, et c’est ce que dénoncent les signataires de la tribune ce lundi à la UNE de Libération. Sans avis tranché sur la question -pour l’instant-, je vous invite à lire les détails de la tribune dans Libération. [Màj, 11.01.15] Selon le Lab, Francois Hollande ne s’y oppose pas conformément aux statuts du PS (Art. 5.3.1)…

Primaire à Gauche, Hollande

Voila, fin de la polémique, y’a plus qu’à l’organiser, qu’on rigole un peu. 😉

À suivre.

./…

Publicités

15 réflexions au sujet de « Tiens, « pour une primaire à Gauche »? Cette fois, c’est du sérieux… »

  1. ça jette
    candidats à la primaire :
    hollande – valls – cambadelis- hamon – montebourg – royal – écolo

    outsiders : ceux qui veulent
    arrivées au poteau : celles et ceux que le tintamarre médiatique et l’émotion auront décidé (dans le désordre)

    heureusement que l’appel a lieu maintenant, faut occuper ce monde là tout 2016, 2017 sera si vite arrivé.

    je trouve ça bien de la part des politiques de mimer la difficulté d’accéder à leur emploi des 6 prochaines d’années. L’exemple, il n’y a que ça de vrai…

    ce qu’il y a de bien avec la politique, c’est qu’on ne s’ennuie jamais, c’est comme « les feux de l’amour » il y a toujours un épisode pour présenter le suivant..

    J'aime

    1. Là, il ne s’agit pas des «politiques», mais de la «société civile -comme on dit-» qui les interpelle, pour une fois qu’ils se manifestent, ça a le mérite d’appeler à la réflexion sur le modele de société que nous voulons, de nous inciter à réfléchir sur les «sujets de fond» loin des calculs politiques et électoralistes…

      J'aime

      1. tu ne vas pas me croire mais j’avais lu ton texte et donc la liste de noms avant de poser mes doigts sur le clavier.

        et pourtant je ne change pas grand chose à ce que j’ai écrit ce matin. Les civils peuvent toujours demander, l’offre de politiques restera la même et la finale idem..

        mais attention, si je me gausse de toutes ces conneries, cela ne veut pas dire que je désapprouve les tentatives ici et là de ces noms prestigieux de la société civile, ça veut juste dire qu’à mon sens tout le circus (politique, médias et le système concentrique) est tellement vérolé qu’il faut couper…

        voila quoi…

        J'aime

  2. Mauvaise idée que cette primaire dans l’état actuel des choses ! Si je me souviens bien des précédentes primaires, on ne peut pas dire que l’expression démocratique ait été complètement respectée : (https://icezine.wordpress.com/2011/10/10/primaires-citoyennes-une-victoire-en-trompe-loeil/ ) La mémoire est toujours très courte et on nous sortira un Manuel Valls drapé de sécuritarisme comme favori…., tant il est habile dans la construction de son réseau médiatique.
    On a beau dire qu’il ne faisait que 5% en 2011, il ferait plus aujourd’hui en ralliant à lui un électorat de centre droit, voir de droite qui polluera le résultat. Et si on limitait cette primaire aux encartés, on aurait aussi un conservatisme aveugle dans le résultat.

    J'aime

    1. Pas faux mais on peut douter du score prévisionnel de Manuel Valls, il est très fort en sondage mais dans les urnes, j’ai un doute. Il a fait la campagne des départementales et des régionales en chef de la majorité pour les résultats qu’on connaît.

      L’idée de cette tribune – son intérêt-, c’est de susciter un débat sur l’identité de la Gauche à 500 jours de la Présidentielle, pour que «la Gauche: idées, valeurs, etc,» soit bien présente, qu’importe le candidat …

      Aimé par 1 personne

Extimise ton avis (Commentaire)>

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s