La danse du « Selfie »: #Ekotité, un challenge …

13ieme-apotre-koffi-olomideJe vais encore vous parler de mon beau village, mais sans la #Sape promis, c’est le week-end, se relâcher, temporiser. A force de ne traîner que sur certains couloirs du webles blogs (politiques), – je passe à côté de beaucoup de choses, des pépites que je découvre après tout le monde – c’est une honte, une déchéance-. Aussi, pour ma pénitence -ou la votre- je partage! Et si cela ne vous convient pas, c’est pareil! le rédacteur-en-chef ya blog éza ngai (Moi).

Direction le BlackWeb,  un monde parallèle situé  à 1400 années lumière,  sur Kepler 45-2B pour être precis, à la découverte de l’#AfricaBucketChallenge du moment, le très célèbre «Ekoti té» de Koffi Olomidé, l’autoproclamé 13è Apôtre comme indiqué sur le cover de son album fin 2015. -rien que ça-, une Grande Gueule du Congo, encore. Sur le titre «Selfie», la musique est incertaine – mon avis, il a déjà fait beaucoup mieux- mais la chorégraphie est très vite devenue virale sur le web. Mimétisme du «Selfie», [Kanga photo! (Clic)], gestes recommandés 1. [Buka kingo ! (Bloquez le cou !)], 2. [Toséka moké (rions un peu)], et ce refrain « ékoti té »

«Le Congo, c’est un pays… il faut connaitre» aurait pu dire Coluche. «Ekoti té»? Lorsque qu’on joue au foot dans les rues de Brazzaville ou de Kinshasa, c’est l’expression consacrée pour contester un but quand la balle n’a pas -vraiment- franchi la ligne, «c’est pas rentré!» ou «Y a pas but!» –avec ou sans mauvaise foi-, un Goal-line qui s’applique aussi à «autre chose», passons.

Au Congo, à Paris, en France, l’Europe, les USA, le Japon, le Canada, Didier Drogba, M Pokora, les journalistes de RFI, Chez moi, chez les noirs, les arabes, les juifs, les indiens, les militaires, chez Marine Le pen, chez les texans, les petits, les gros, les grosses, les maigres, les Grands, chez Obama, dans les ministères, dans le 16è, en Banlieue, sur facebook, Instagram, twitter, dans les vestiaires de foot, etc,  c’est la nouvelle tendance. Alors, ékoti -to- ékoti té? Pour se déradicaliser y a pas mieux.

Mbila lobi stoppez!

Allez temporisez !!!

Dansez maintenant, tomona.

./…

Publicités

«Déradicalisez-vous vous même !» Dounia Bouzar se barre, déchéance …

Avec vos conneries «déchéance de nationalité», Dounia Bouzar,  la spécialiste de la «déradicalisation» jette l’éponge…

image

Elle a raison. Imaginons le truc, exemple: Jean-Michel, un converti djihadiste –pour ne pas toujours prendre les mêmes, il y a des «de longue date» dans le tas-. «Bon , ok JeanMi, t’as fait le con et ton père  n’est pas content-content, t’avais une chance de bosser dans l’exploitation de tes parents, ou dans la boîte qu’ils allaient te leguer en héritage -sans compter les allocations chômage-, mais t’as voulu faire Kamikaze-chez-Daech. Bon, on va te donner une deuxième chance Ducon,  mais tu dois coopérer! Il faut te déradicaliser d’abord, ensuite tu vas nous aider à éviter que tes copains ne fassent le con pareil que toi, et si t’es bien sage JeanMi, on ne te piquera que ta nationalité et  tu pourras partir, tranquille,  dans le pays de tes rêves! Apatride et libre! Avec ta barbe si tu veux, pas belle la vie? Oui, mais sans les papiers nationalité-française, ça on garde,  c’est la Constitution qui le dit, tu comprends Michel …». Bref, on imagine bien l’enthousiasme de la seconde chance!

Donc, Dounia Bouzar a dit (je traduis): «Débrouillez-vous! Déradicalisez vos gosses vous même!»  Voila où ça nous mène, c’est malin.

./source