#NuitDebout: Eveil (politique) et « Art de rue »…

image#NuitDebout? Une musique qui s’écoute Place de la République à Paris, une musique nocturne qui décrit les angoisses, la colère et l’espérance.  Et elle dérange, suscite débats enflammés, et nous interroge sur l’évolution  de la société.

A moi.

Depuis le #32Mars, la rue s’éveille encore une fois, et la rumeur d’un danger déjà s’étend: «Scandale, vandales!» disent les uns, «NuitDebout bordélique!» clament les autres, un rituel immuable chez ceux qui mélangent pèle mêle et dans une grande confusion, l’avenir de la Gauche et les droits de l’homme… et Sting. A tort ou à raison, ils spéculent sur ce qu’ils n’arrivent pas à lire, conchient ce qu’ils revendiquaient hier pavés à la main dans les rues de Paris, et postillonnent: Ah ces jeunes! Aussi cons que nous l’étions! De l’«Opéra de banlieue» à «Place de la République» à Paris, on assiste à l’éternelle revendication d’une génération aux antipodes des convenances, et des règles. L’Art de rue…

Sans aimer le Rap ni tomber dans «l’éloge à la jeunesse», on peut pointer quelques similitudes entre ces deux mondes parallèles -toutes choses égales par ailleurs bien entendu-, deux sphères qui se côtoient et parfois se mélangent sous une même identité: « les jeunes », une convergence d’envie portée par des mots qui aujourd’hui trouvent un écho dans la #Nuit(debout). Loin des gestes ostentatoires des uns et toujours vent debout, c’est leur mode de vie, un besoin et des convictions forgées dans la pénombre pour faire face à demain. #Nuitdebout ils sont, pour mieux savourer  l’existence, c’est l’éternel combat de ceux qui ne respectent aucune tradition, sauf la leur. Décriés, conspués, ils refusent le «destin de banlieue» qu’on leur prépare,  celui des ces jeunes -plus Fonky que #Finkie-, ceux qui rêvaient plus du statut d’ouvrier ou préparateur de commande que de devenir Architectes, celui de ces jeunes qui ont oublié les vacances dans le Sud de la France draguant de camping en camping, sapes et pompes-converses en bandoulière, pour s’exporter vers d’autres Dieux, cieux, loin de l’Art de rue…

Ces jeunes Français qui choisisent le jihad

Et nous voilà presque- nostalgique de cette bonne vieille période où ils nous cassaient les pieds avec leur ‘Zik, casquettes à l’envers, #NuitDebout Place de la République dans les halls d’immeubles, lancés dans de mystérieuses «Assemblées populaires», perturbant sans vergogne le sommeil des voisins fatigués après une rude journée de travail. Comme ceux d’aujourd’hui. Des cons? Oui, et jeunes nous étions, et nous le sommes encore, certains plus que d’autres -le prendre comme un compliment-. L’éveil (politique) est un Art de rue.

Et quelle que soit la durée de la #NuitDebout …

./…

Publicités

4 réflexions au sujet de « #NuitDebout: Eveil (politique) et « Art de rue »… »

Extimise ton avis (Commentaire)>

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s