Survivante du massacre nazi d’Oradour, elle refuse d’être décorée par M.#Valls. Quand on vous dit que…

Ne pas respecter les valeurs de Gauche c’est mal

20160530_181735

« Dans le contexte actuel il m’est impossible d’accepter de votre part cette distinction (…) alors que je suis totalement solidaire des luttes menées depuis deux mois par les salariés, les jeunes, une majorité de députés et de Français contre la Loi travail que vous venez d’imposer par le 49-3 »

a écrit Camille Senon, 93 ans dans une lettre adressée à Manuel Valls fin mai. Elle n’a pas aimé le 49.3 entre autres billevesées du premier ministre je crois. Déjà récipiendaire de la Légion d’honneur, cette rescapée du tramway d’Oradour-sur-Glane, qui a perdu sa famille dans le massacre des habitants par le détachement de la Waffen-SS Das Reich le 10 juin 1944, ajoute:

« Accepter cette distinction aujourd’hui serait renier toute ma vie militante pour plus de justice et de solidarité, de liberté, de fraternité et de paix ».

Il est question de Loitravail certes, mais lorsqu’on insiste sur les mots « solidarité, liberté, fraternité et paix », on peut se demander si le positionnement de Manuel Valls sur les questions de société n’a pas motivé ce refus. On se demande…

camillesenon

Camille senon

Une certitude, avec Camille Senon, c’est non!.

./Source

Connerie (identitaire): Non, #BlackM n’a pas fait son yogging à #Verdun …

Restons dans le format court car la « connerisation » identitaire de la France continue. Ceux qui avaient applaudit le black out d‘Alpha Diallo pour son concert en marge de la cérémonie du Centenaire de la bataille de Verdun doivent avoir l’air con aujourd’hui.

image

Non, il n’a pas fait de jogging sur les tombes à Verdun  et on a compté « zéro #BlackM » parmi nos têtes blondes bien en jambe sur les pas de la Mémoire, pour redonner vie à nos valeureux aînés morts pour la France. Mais la « polémique-à-la-con » de la pensée identitaire refait surface pour s’approprier les symboles et valeurs qu’ils ne respectent pas. On le disait, la surenchère identitaire du FN et associés était une évidence, une victoire morale en appelle toujours une autre, certains le découvrent à leurs dépens, tant mieux. Désormais, « c’est le dernier qui a parlé qui a raison  » chantait Amina à l’Eurovision 1991 pour la France.

Ne surtout pas s’interroger sur « qui a le droit de lever le ton dans la France d’aujourd’hui et au nom de quelle morale» et, pas d’inquiétude sur ce silence qui en dit long sur «le courage de certains républicains » désormais sous anesthésie du FN. Non, « C’est celui qui dit qui est » n’est ce pas?

Bande de cons!

./…