« Petit à #Brexit, le Royaume devient +petit », comme c’est bête …

D’abord une chose. Je me disais en regardant cette UNE du New Yorker (à Gauche), que cette image je l’avais déjà vu quelque part. J’ai trouvé, puis réalisé cette illustration-intro pour ce billet « Keep walking » écrit en toute sobriété…

image

Pour le #Brexit,  tout laisse croire que les britanniques ont voté bourré dimanche dernier, enfin, une bonne partie. On peut affirmer que c’était « un vote Scotland hard » quils regrettent déjà, une pétition réunie à ce jour, plus de 3 millions de signatures pour un second referendum. Boris Johnson, partisan du #Bexit déclare dans the telegrah:

« I cannot stress too much that Britain is part of Europe – and always will be (…) British people will still be able to go and work in the EU; to live; to travel; to study; to buy homes and to settle down » [Boris Johnson, The Telegraph, 26.06.16]

En gros, on veut garder la libre circulation et le marché unique, c’est à dire ce qui fonde « l’adhésion à l’Union européenne ». Voila qui ressemble au jeu de la séparation dans un couple: « Mon cœur, je te quitte mais je garde encore le canapé 6 mois le temps de me retourner si tu veux bien ». L’Europe, pas dupe les incite à vite partir, et l’Écossepays de Johnnie Walker, majoritairement pro-europe (à 60%)- pense déjà à son indépendance: « Le Royaume-Uni pour lequel l’Écosse a voté pour rester en 2014 n’existe plus » a déclaré Nicola Sturgeon, Première ministre d’Écosse

carte-brexit-620_fr-new

Quitter l’Europe et peut-être bien perdre ses alliées historiques (Écosse, Irlande du Nord), c’est une autre conséquence que Londres n’avait pas envisagé. Bref, « Petit à #Brexit, le Royaume devient plus petit! », et désuni. De quoi coller une cirrhose de foie aux rosbifs.

Et on ne le dira jamais assez, boire c’est mal!

./…