Vie « extime » et réseaux sociaux: Finalement …

Juste une note. Lecture  (ou réflexion) …

Finalement, c’est très con les réseaux sociaux. La vie extime s’expose, nouvelle norme et nouveau paradigme. En même temps, faire sans, c’est très compliqué, presqu’anti-social. Reste à bien choisir son psychiatre et son psychologue. Pour les flics, pas la peine de s’inquiéter, ils frapperont à votre porte le moment venu, et c’est gratuit – prise en charge de l’État hors trou de la Sécu-.

Demain j’arrête.

Extrait/@helviala

Publicités

5 réflexions au sujet de « Vie « extime » et réseaux sociaux: Finalement … »

  1. Non pas très con, il suffit juste de ne pas trop s’en baffrer le pif ou les veines pour ne pas être addict. Et puis ça a le mérite d’être un prolongement des blogs pour communiquer sur ce qu’on communique, ce n’est donc pas « comme unique action » ! 😉

    Être dans le vraie vie, (IRL ça sonne comme irréel donc je francise le propos), être dans le cloud (qui n’a pas été émerveillé un jour par la drôle de poésie éphémère qu’offres les formes des nuages ou chacun voit ce que l’autre ne vois pas ou n’a pas vu tellement ces cumulus de données naturelles se jouent de nous en un instant ?

    Les réseaux. Qui n’a pas son petit réseaux pour un tout ou arien…. oups ! ou rien ? Des réseaux d’influence, des réseaux d’amis, des réseaux pour du bon shit, un bon plan par ci, un plan B par là.

    Ce n’est pas les réseaux socio qui clament, ce n’est que nous. Que ce soit dans le vide du numérique qui nous efface,
    Que ce soit dans la vraie vie où chaque jour qui passe nous efface un peu plus,
    Que ce soit de le Né-face(ste)book qui est devenu la brocante de nos souvenir à partager au prix du like,
    Que ce soit ces instantanés papiers photos que je m’efforce d’imprimer pour tapisser les murs du seul vrai ami que j’ai : le temps présent; ce que je vis dans le réel, ce que j’ai envie de partager ou pas.

    Je suis libre de tout cela,
    Au final, la somme de « toutes nos vies »…

    @GAB Chouette billet !

    J'aime

  2. Merci @CroisePattes. Ceci étant, ne pas l’être est tout aussi compliqué. Exemple..

    Dilemne. « Avant c’était mieux » diront certains, mais quel « avant »? Question. Vous avez 4 heures, plus…
    ./…

    J'aime

  3. c’est l’avant qu’on veut parce qu’on ne vit pas bien l’après qu’on veut…

    par exemple, : avant le whisky était moins cher qu’il ne l’est aujourd’hui….quand on buvait deux doigts, on ne pensait pas à la somme qu’on avait englouti en une seule fois…maintenant si…

    avant quand tu racontais ta vie au mec qui t’avait invité, il s’arrangeait toujours pour éviter une deuxième fois….maintenant, si peu que tu aies enclencher le suivi facboque ou touiter, c’est le monde entier que tu es obligé de suivre sans le vouloir…

    avant il n’y avait pas de cellules psychologiques pour un pépin, tu savais confusément que tu déconnais mais tu ne savais pas pourquoi, aujourd’hui il y a des psychologues, des cachets de toutes les couleurs pour calmer, dormir, voir la vie en rose à l’insu de ton plein gré, tu déconnes toujours autant mais tu sais pourquoi….pas sûr que ce soit une avancée…

    avant on émettait un avis sur tout, maintenant c’est tout qui nous provoque un avis….

    avant on ne contrôlait rien tout nous échappait , maintenant on veut tout contrôler mais tout nous échappe

    bon allez c’est dimanche, : avant j’allais à la messe, maintenant je vais à l’apéro…là j’ai l’impression que c’est mieux maintenant…

    J'aime

Extimise ton avis (Commentaire)>

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s