Menace, #Fillon aux cadres #républicains: «Si je suis viré, j’vous traîne en justice!»

Donc, pour rester candidat de sa famille (politique), François Fillon-la-frappe a menacé ses amis cadres les républicains ex-UMP de les trainer en justice dans l’hypothèse de sa destitution en tant candidat  la présidence de la république. Une menace, pas fictive

« Si vous essayez, malgré tout, de me déglinguer en convoquant le Conseil national pour mettre en piste un autre candidat, je saisirai la justice. (…) Depuis la primaire, je suis, selon les statuts, le candidat légitime indéboulonnable ».

« Maitre chanteur«  en plus! A Droite, le rassemblement est une façade, un « ravalement » de (.).

./ ...

Publicités

Aulnay-sous-Bois: #Théo, « A zoki, to zoki », sa blessure est la nôtre, #Justicepourtheo

Stop ou encore? Zyed et Bouna, AdamaTraoré, Rémy Fraisse, le lycée noir de 15 ans tabassé devant le lycée Henri-Bergson, sans oublier les Jonathan, Raouf, Tina, Mendy, Lamine, Dieng, Nelson, Elmi Mohammed, Ait Brahim Moulay, Joseph, Reda, Baba, Lamba, Soukouna,, Akpa, Naguib, Hakim, Yakou, Sanago, Boukourou, Lassana, , Anis, Medhi, Bouhouta, Diarra, etc., une macabre récurrence, Des fins de vie à répétition, des séquelles gravées dans la chair, une blessure permanente, perpétuelle, les mêmes victimes, la même cinématique sociale

Indignation, protestations, marches « blanches » pour «la justice», incidents, échauffourées, arrestations en série, les victimes-coupables en comparution immédiate. Et des «appels au calme». Puis, rien, le silence. [Cycle fin].

Jusqu’à Théo, 22 ans, nouvelle victime, jeudi dernier à Aulnay-sous-bois. Et nouvel «appel au calme», pour se soustraire d’une violence désormais «permissive» (?). La suite, comme d’hab’?

Le calme, oui, pour protéger les « survivants ». Mais en toute sincérité, «je ne suis pas calme»…

theo-justice-aulnay-sous-bois

A zoki, to zoki (« sa blessure est la nôtre »).

./…