Dress Com’ de l’Élysée: Six jeunes, et Sibeth …

Résumons l’analyse de Nathalie Raulin de Libé sur le plantage – ou verrouillage – de la communication politique d’Emmanuel Macron depuis son installation à l’Élysée.

« Emmanuel Macron garde ses distances avec les média – pour le candidat de la Presse c’est curieux-, prétextant que le jeu des questions-réponses est mal adaptée à « sa pensée complexe » – les chevilles-. Mais, c’est surtout attester son refus d’affronter la critique et le contradictoire – pas faux-. Macron refuse « de commenter les péripéties du quotidien » dans notre pays – « Moi Président, hôte de Versailles, Je(..) » -. Ce verrouillage diffuse jusqu’au sein du groupe de la République En Marche à l’Assemblée – Des #frondeurs, déjà?!-. Selon un élu LREM ( je cite)  » ça ne tiendra pas plus de six mois. Il y a loyauté à Macron, mais nous avons aussi une éthique et une responsabilité envers nos électeurs » …

Sibeth Ndiaye Com Elysée

Une équipe Strauskhanienne, six jeunes et Sibeth. Et tout avait pourtant si bien commencé à l’Élysée…

C_xVUlBXUAMHSeS

Une com'(politique) trop verrouillée, c’est si bête d’en arriver là. Pauvre Sibeth (Ndiaye) -Conseillère presse et communication de l’Élysée-, la « pensée complexe de Jupi » ne facilite pas son quotidien qui selon toute vraisemblance finira par ressembler à un placard doré. L’expérimentée Laurence Haim s’est – déjà- barrée, elle. Back to United States, recrutée par David Axelrod, ancien stratège de Barack Obama et directeur de l’Institut d’études politiques à l’université de Chicago. Ailleurs. Moralité?

Une communication (politique) – Com’pol – trop verrouillée ne dure que « la vie d’une rose », c’est à dire « l’espace d’un matin ». Savoir l’entretenir « à jardin ouvert » (…)

Fin du Dress code Com’

./…

Publicités

La « danse du ventre » des gens bien d’Afrique, ou quand le « liboumou Ya Ba Boss » s’exhibe …

Chez « l’homme africain » – on va dire ça-,  un « joli petit ventre bedonnant, mais pas trop » est un « signe extérieur de richesse », tout un paradigme. Avoir la forme (ou les formes), c’est être « en forme » – socialement parlant-. Précision: un beau « libumu (ventre) Ya ba Boss » est sans excès de graisse, pas flasque du tout et, – c’est important, je précise – en format « alimentation salade », c’est-à-dire « bio » si vous préférez, et sans Mfubua dedans. Le ventre -liboumou- Ya ba Boss- se montre, avec élégance please (…) …

MadeInSape Lubumu Ya ba Boss

 (…) et se valorise. Le « liboumou Y a Ba Boss », c’est le truc-à la-con des gens-bien-d’Afrique. Ne cherchez pas, c’est comme ça et puis c’est tout! La bière? Un raccourci possible vers le « liboumou Ya Ba Boss », à éviter, ou juste un peu.  Alors, comment ça se danse le « li-danse Ya Ba Boss »? Toujours doucement, malembé, tranquille, bras droit devant et poing fermé, puis de simples mouvements « haut-bas » du fameux « ventre des Boss » que l’on exhibe, un pas devant, bloqué, puis derrière. Tuto-clip démo by Koffi Olomidé le Grand Mopao DonaldTrump(é)

Et comme vous l’avez remarqué, Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs, chez la femme africaine c’est « l’inverse », on se comprend. Bref, Bo ségaki « Billet li-danse ya boss », bozui ya ngo (fait)!

./Album, Nyataquance (iTunes)