De « Salut les copains! » de Johnny à « Merci les copains! » de M.Valls: une semaine en France …  

En une semaine, la France est passée de « Salut les copains » avec la disparition de JohnnyHallyday le « PapaWemba de France » à « Merci les copains » avec la validation de l’élection de Manuel Valls par le Conseil Constitutionnel. Malgré le constat d’une triche avérée sur 66 bulletins de vote, il reste député de l’Essonne, une décision qui étonne certains, c’est pourtant une issue attendue si l’on se réfère à la pensée du grand philosophe Coluche qui disait en son temps « Il y a deux sortes de justice: vous avez l’avocat qui connaît bien la loi, et l’avocat qui connaît bien le juge ! ».


Et tout de suite « le procès et la théorie du complot » comme on peut le lire ça et là ou dans le visuel ci dessus d’Olivier Berruyer. Prenons la défense de Manuel Valls un instant, pour changer, essayons..

Manuel Valls Conseil Constitutionnel

Il est vrai que le Conseil Constitutionnel peut faire penser au «Radeau de la Méduse», vous savez, ce bateau ivre qui fait office de refuge pour les «échoués de la politique» qu’on croyait disparus … ça fait penser aussi au chantre des Pèr’peinard où l’on recase les «copains d’abord», c’est -presque- vrai, mais c’est comme ça épicétout, n’en déplaise aux jeteurs de sort! Les institutions de la République ça se respecte, point. Non, son capitaine Laurent (Père de la Cop21, please) et ses mat’lots Lionel (Conseillé par Valls à Matignon), Michel Charas (que j’avais croisé à Biarritz 1992, Conseiller de F. Mitterrand), etc ne sont pas des enfants d’salauds, ils sont juste un peu copains de Manuel Valls, des amis franco de port ou de luxe style « Castor et Pollux». Et alors? Aussi, les traiter de «complices» est une honte. Bon, ok, ils ont bossé ensemble, ce ne sont pas des anges non plus, ils n’ont pas lu l’Évangile («séparation de l’Église et de l’État » oblige) et filer un coup de main à un pote était une évidence. Qui aurait fait le contraire ? Personne. Donc, pour Jean, Pierre, Paul, Laurent, et compagnie, aider « un copain d’abord » c’est être au rendez-vous de l’amitié. Et qu’on se le dise, poser un lapin à un ami n’est pas une chose glorieuse. On a tous des copains et quand l’un d’entre eux manque à bord ou est en détresse, ne jamais, au grand jamais le laisser en rade, c’est dans le code d’honneur de l’Amitié-en-politique. Au moindre coup de Trafalgar, c’est l’amitié qui toujours prend l’quart d’abord. S’avoir s’aimer tout’s voil’s dehors, c’est un credo, un confiteor que je vous conseille…

De « Salut les copains » à « Merci les copains », la semaine a été intense. Le Conseil Constitutionnel a sonné la fin de la récréation, « Los Amigos Primero »! On respecte, JE RESPECTE, fallait pas s’attendre à autre chose, faire avec. Si on n’a plus le droit d’attendre un service de ses potes mais où on va? Oui les copains d’abord, quand même…

./…

Publicités