« Le préfet, le migrant, le Juge et Yann Moix »: Et dire qu’on avait « fait barrage » pour « ça »…

Un titre « Fable de la Fontaine » sauf que c’est pas drôle, pas du tout. Lecture, Canard Enchainé

Un préfet condamné et toujours en poste et un homme bon harcelé pour « délit de solidarité ». Bref, « tout va bien » et certains de nous dire: « La France is back!«  Oui mais laquelle? On se demande. Dans la vallée de la Roya comme à Calais, on assiste, impassible, à des scènes surréalistes qui n’indignent plus grand monde, à une ou deux voix près. Hier soir, une voix s’est fait entendre, celle de Yann Moix. Pas toujours d’accord avec le personnage sur certaines de ses positions, mais il faut lui reconnaître un courage énorme dans l’inacceptable situation des migrants (réfugiés) dans cette nouvelle frontière anglaise en terre française. Il a osé, lui. Magnéto…

Et Jacques Attali a raison de comparer cette situation à celle des juifs en France en 1940. Oui « Maintenant ça suffit ». Et la France tiendra je le sais, mais à condition qu’elle sorte de son inertie. La prétendue « peur du FN » et le soi-disant « vote utile » pour nous éviter l’arrivée des fachos au pouvoir était un leurre, une #Fakenews d’une habilité machiavélique car, ils sont en place, disons, leur politique s’applique, aujourd’hui, en France. Ils s’en félicitent d’ailleurs, et pas que sur les Migrants. Oui ils sont bien en place

Se taire relève de la non-assistance à « X » en danger. Et « X » c’est vous, c’est nous. En effet, une société – disons toute une génération- qui grandit avec l’acceptation de la haine de l’autre installe en son sein les germes de son propre cancer. Bien portante et drapée dans sa vertu égarée, c’est un malade qui s’ignore.

Migrants enfants centre de retention

Se le dire.

./…

Publicités