Emmanuel Macron: le «coup de la panne» …

Proverbe (politique): « N’oublie pas de traverser la rue, ça t’évitera de faire le pont ». – Je viens de l’inventer –

Le « coup de la panne » c’est terrible –  Paul (Biya) 36 ans au pouvoir doit rigoler. PS: Oui on parle bien de santé -. Bref, seulement 13 mois au « 55 de la Rue du Faubourg Saint-Honoré«  et le voila déjà sur les rotules, épuisé, il fait le « pont ». Le Burn Out. Et si c’était juste la peur de rendre des comptes aux français? Qui sait, au «Pays des fainéantsréfractaires », il est peut-être – et c’est possible – en « arrêt maladie pour convenances personnelles« . A vérifier dès publication du carnet de santé du Président de la République comme sous la présidence de François Mitterrand.

Jupiter, petits bras .

./…

Publicités

Emmanuel Macron a félicité l’#extrêmedroite, M.Le Pen aussi. Le #Bresil bascule & il « Samba »

Bolsonaro Brazil Macron NYTImes

Dimanche dernier, le Brésil a basculé à l’extrême-droite avec l’élection de celui qui porte bien son prénom « Jair » Bolsonaro, et Emmanuel Macron l’a félicité. Même le New-York Times en parle. Marine Le Pen – Salvini -Orban etc. sont en mode Youplaboum

Brésil bascule à l'extrême droite

Brésil Macron félicite Bolsonaro

MAcron félicite Bolsonaro Brésil extrême droite

virage à l_extrême droite pour le Brésil

la victoire de Bolsonaro réjouit l'extrême droite

Et comme le dit si justement l’ami Ervé dit @Croisepattes: « Donc le devient une dictature fasciste et la plupart des gens (Emmanuel Macron) « Samba » les couilles ». Bref, Macron a félicité l’extrême-droite, certainement pour de « bonnes raisons » que ma raison ignore. L’extrême-Droite n’a pas de nationalité, elle reste dangereuse, d’ici ou d’ailleurs. Mon avis.

Screenshot_20181102-152204~2

Puis suivra, je suppose, une invitation au 1er étage de la Tour Eiffel. On avait bien reçu Donald Trump le Bolsonaro Américain un 11 novembre à Paris n’est ce pas?

./…

Tiens, l’«affiche #FN» du #Gouvernement français …

À l’heure du café ce matin, j’ai cru voir une affiche du Front National dans un tweet: des images des nationalistes européens Salvini et Viktor Orban, des drapeaux bleu-blanc-rouge enveloppés dans une flippante musique. Et surtout, en intro, ce visuel: « Immigration: Maîtriser ou subir? »

Mais non, c’est bien un « clip de campagne du Gouvernement français » pour inciter au vote. Curieuse mise en avant de la LoiAsileImmigration avec le concours et les félicitations des députés FN, le refus d’accueillir l’Aquarius comme l’a souhaité l’extrême-droite italienne, la stigmatisation des migrants comme chez l’ultra nationaliste Viktor Orban, laxisme sur les identitaires de DefendEurop dans leur croisade anti-Migrants dans les Alpes, etc. Ce clip #EnMarche (payé par le contribuable) est un auto-satisfecit du GouvernementFr et de ses alliés européens dans leurs « convergences actuelles« . Comme Donald Trump, le Brésilien Bolsonaro sera chez lui en Europe. Ne reste plus qu’à réserver le 1er étage de la Tour-Eiffel …

Tiens, mon café a refroidi, je vais m’en refaire un.

./…

#JLM « Under Arrest » |#PasDeVague et loin de cette musique (politique) qui tourne en boucle…

Pasdevague JL Melenchon Perquisition

Au milieu des années 90, les Inrocks s’entretenaient avec « Arrested Development »05 juillet 1994 – tandis que le monde entier se déhanchait sur « EveryDay people ». Les vrais savent. Le temps passe et la sonorité politique d’aujourd’hui tourne sur JLM Under Arrest. Pour changer de refrain et de musique, The Guardian nous propose un back to The #Sound of #Atlanta, ça va vous faire beaucoup de bien…

Billet comprimé (politique), prescription by Véro Servat. Cette consultation est gratuite. De rien.

/illustration by Me

Traité de la «banlieue (politique)»|Du «contrôle au faciès» de JL Mélenchon, allégorie (presque)..

20181018_113454L’«apatride politique» que je suis a suivi, non sans une certaine distance, les dernières péripéties de «Meluche le caïd de la cité des insoumis». On va dire ça.  Habitant de la «Banlieue Gauche  de la république», il a fait l’objet d’une descente de police ce 16 octobre très tôt le matin. Il était 07heures, l’heure où Paris s’éveille.

Des policiers partout – et un procureur- ont investi son domicile lors d’une perquisition d’une grande ampleur. Plus d’une centaine au total, éparpillés façon puzzle, réunis dans un tir groupé, à son domicile et en même temps chez certains de ses amis. Son QG siège de son «organisation» n’a pas été épargné. Une intervention légale – disproportionnée – dans le cadre d’une information judiciaire ouverte par le Procureur de Paris pour «malversations financières entre autres fraudes». Et comme souvent dans ce genre de situation, on n’entend jamais le  «perquisitionné involontaire» dire: «Ah chouette de la visite! Z’êtes tombé du lit? Mais entrez donc les amis, un café? Ah non, jamais pendant le boulot j’avais oublié. Mais perquisitionnez donc! Faites-vous plèZ! Des volontaires pour ma cave-à-vin tant qu’à bien fouiner partout? J’ai de bonnes bouteilles si ça vous tente». Et comme souvent, ce qui devait arriver ou attendu, arriva. La disproportion se nourrit toujours de la disproportion:  1. Plus de 100 flics armés et en gilets pare-balles, 2. Une dizaine de procureurs mobilisés, 3. 17 perquisitions et 20 auditions, 4. Des dizaines de milliers de mails “aspirés”, 5. Des disques durs et clés usb confisquées..

Une “descente de police” hautement politique, du jamais vue sauf dans de le cas de la lutte antiterrorisme.  Pas de saisie d’armes comme lors d’une précédente perquisition dans les locaux parisiens d’une «bande rivale, la team #Benalla», mais de nombreux documents confisqués, des fichiers informatiques, des photos de vacances, etc. Cette fois, le coffre n’a pas disparu. Dans cette séquence mise en lumière par le «contrôlé involontaire» lui-même via son smartphone et en direct sur les réseaux sociaux, seuls ses propos ont retenu l’attention, l’avant ne compte plus. Et l’emballement médiatique a vite suivi.  Le bandeau Breaking News était à la UNE: « Ladies and Gentlemen, we got him! ». C’est là une récurrence désormais bien installée dans la gestion des faits de société où le «présumé innocent», sujet à un contrôle qui tourne mal pour lui, devient, dans la suite de la procédure médiatique (presse, télé, twitter), coupable de sa propre «insoumission». Constat observé dans bien d’autres faits à la Une de l’actualité de ces derniers temps n’est-ce pas ? Bref, la vie (politique) est à l’image de la société, avec ses «quartiers résidentiels» et ses intouchables d’un coté, puis ses «cités» et ses insoumis de l’autre. Oui le distinguo s’impose.

Jean Luc Mélenchon vient de découvrir ce qu’il convient d’appeler le «contrôle au faciès» ou «délit de sale gueule (politique)». C’est nouveau.

Le raccourci est facile je vous le concède. Mais ça se tient 1. Intervention (police ou justice), 2. Excès de zèle des parties présentes, 3. C’est toujours les 1ers qui gagnent, force à la loi, normal. 4. «L’insoumis» devient victime de son insoumission, à tort ou raison. Et s’en suit le procès de «l’insoumission  de l’insoumis» sur la place publique. On met l’accent et on s’affaire sur l’affaire dans l’affaire, la « belle affaire ». Puis, tous en chœur, on juge avec sévérité  ce que l’on n’accepterait pas pour soi, souvent et presque toujours d’ailleurs. Les faits ayant entrainés le contrôle disparaissent et les actes posés par certaines personnes dépositaires de l’autorité, souvent controversés dans bien des cas-, trouvent toujours une justification à posteriori. Imparable. La mauvaise foi s’habille toujours chez très bonne intention et le présumé-innocent toujours coupable.

Nul n’est au-dessus de la loi, même pas la Loi  …

Convoqué ce matin, JL Melenchon s’est présenté à la direction centrale de la police judiciare de Nanterre. On aurait pu commencer par là. PS: Ce traité (politique), disons cet essai, n’est que simple allégorie et je n’ai pas d’avis sur les « Olivier-Giroud-de-la-politique », c’est à dire, les autres habitants de la « Banlieue Gauche », les anciens « caïds du quartier », ceux qui se réjouissent de voir les insoumis se faire braquer par « les condés #Enmarche ». Ils s’imaginent « peser dans ce match (politique) » en mêlant leurs voix aux chants des sirènes alors que l’objectif c’est de marquer des buts  pour sa cité, de gagner ses propres matchs, c’est à dire des élections. Au lieu d’observer le silence, « ça poucave » | Proverbe (politique): « Qui a perquisitionné chez Meluche perquisitionnera chez vous », le savoir bande de cons!

|Signé: l’apatride (politique) – ou « aPARTIde » -, au choix.

Que devenus êtes-vous? De mon #Extégration (politique), réflexion sur un constat d’échec …

Désormais tout est #noir ou #blanc, ils ont tous viré « Ouf ». Se poser des questions, sur la nature de « nos valeurs » dites «communes» que nous n’avons jamais défini ensemble, sur ce qui en reste du moins. Ce n’était qu’une illusion (je suppose) car le naturel est vite revenu au galop. Et ils ont « traversé la rue ». Même les mieux armés cèdent à la tentation, les voila desormais victimes d’une pathologie volontaire qui ne les « affecte que pour masquer celle qu’ils igorent » semble t-il. Souffrir de ce qui n’existe pas pour soi, somatiser à tout va, telle est la nouvelle tendance des «malades imaginaires», des sujets à une infection bien réelle. Comprendre …

Le contre-diagnostic viendra plus tard. Dans ma sphère numérique, petit à petit, la gangrène s’installe, la régression s’opère, le foyer d’infection s’étend. Et au bout de cette jactance étalée, un poison savamment instillé opère, et l’on se dit: «Bah, ça passera … (ou pas)». Quand les lire devient blessure, installer des filtres, s’éloigner, «s’extégrer (1)». Quand l’événement à venir projette son ombre, s’inquiéter, ou laisser passer la vague qui les emporte loin des rives de la raison. Et s’en faire une, de raison, à tort peut-être, qui sait. Le Vieux Charles me disait: «il faut savoir quitter les choses avant que les choses ne vous quittent». Pour ne pas insulter demain..

Que devenus êtes-vous? Merci de ne pas répondre à ce «billet-de-service» réservé aux «initiés de la Grande École de la parole sur les blogs & réseaux sociaux». Ils se reconaitrontC’est un simple constat-d’échec, le mien., le vôtre? Le nôtre. L’afficher et vous le livrer est une élégance, disons que c’est un marque page pour de nouvelles lectures … « communes (?) » que nous definirons ensemble, demain peut-être. Le croisement aura lieu …

Bref, comme le chante Lokua Kanza ci-dessus, «Nakozonga»  (ou pas).

________
(1). Extégrer (Extégration). Ce mot-concept qui me vient à l’esprit n’est nullement l’inverse de celui dont il se réfère, et que je vous laisse deviner. Bien au contraire. On peut définir l’éxtégration comme l’étape d’après, celle où l’on devient « soi » dans son espace de vie. S’extégrer c’est tout simplement être libre, surtout quand la nécessité l’oblige. A développer]

./…

À l’Élysée, c’est «la mémoire qui flanche» …

Des problèmes de mémoire à l’Élysée? La question peut se poser après cette nomination, et certains y vont déjà de leurs commentaires: « C’est possible! ça explique la nomination d’un « conseiller mémoire » à l’Elysée  » ou, « Le jeune âge du Président n’exclut pas cette hypothèse! ». Une autre explication est tout aussi possible, passons. Il vrai que, entre Macron-candidat et le Président Jupiterien, la République #EnMarche a paumé des trucs en route. À l’Élysée, faut croire que c’est « la mémoire qui flanche »

Bref, restons #Charlie et surtout pas d’amalgame sur le « job carte mémoire » de Bruno Roger-Petit (BRP) qui, je le précise, mérite notre respect. Je l’ai déjà dit sur ce blog je crois, non? Problème de mémoire …

./…

Colombey « les Deux Bêtises » de Jupiter…

Pour les célébrations du 60e anniversaire de la Ve République, Emmanuel Macron était à . Il a déclaré: « Ceux qui veulent la VIe République n’aiment pas l’État ». Ça arrive, oui, mais chez certains ça s’érige en Cathédrale, à force…

French President Emmanuel Macron stands in front of the Croix de Lorraine during a visit at the Charles de Gaulle Memorial to mark the 60th anniversary of the French Constitution, in Colombey-les-Deux-Eglises

Bêtise 1. Se rendre sur la tombe de Mon Général pour célébrer « l’ancien monde » lorsqu’on se revendique du « nouveau monde », c’est vraiment être réfractaire au changement. Rappel: la Constitution de la Ve République a survécu à huit présidents, 23 Premiers ministres et 1.400 ministres ». C’est beaucoup. Aussi, je pense que notre chère Vè a bien mérité ses droits à la retraite à 60 ans. Mon avis.

Bêtise 2. Emmanuel Macron c’est le président qui tout le temps se plaint de voir les français afficher leur mécontentement face à une politique qui les ruine et qui les accuse de se plaindre en plus! Faut suivre. Celui qui avait affirmé qu’il ne ferait pas une politique sur le dos des retraités a remis une couche

« Qui imagine le Général de Gaulle mis à l’index pour invectives répétées contre les retraités?«  Personne. Contesté par les français, le Général de Gaulle, lui, s’était retiré, 1. le 20 janvier en 1946 déjà, puis 2. le 29 Mai 68 en pleine agitation sociale, en hélicoptère à Baden-Baden, et 3. définitivement après l’échec de son référendum sur la réforme régionale et du Sénat, ce qui entraîna sa démission en 1969. Retrait à Colombey-les-Deux-Églises, sans se plaindre et sans insulter les Français. Tant qu’à suivre son exemple, y rester, les municipales approchent, Macron n’a jamais été élu Maire,  c’est peut-être l’occasion.

De Gaulle Macron Colombey les Deux Eglises

« La France se tiendrait autrement si Emmanuel Macron arrêtait de se plaindre, c’est pénible à la fin. »

Voila. J’avais deux titres, l’autre servira plus tard:« Gérard Collomb et les deux Bêtises de Jupiter ». On a le temps, il vient juste de rentrer à la maison

./…

#RedoineFaïd arrêté, 1ère déclaration (presque).

Fin de la cavale de l’évadé n°1 de France ce matin vers 4 heures du matin près de son fief de Creil dans l’Oise. Le braqueur multirécidiviste évadé depuis 93 jours a été retrouvé en pyjama et sans résistance.

«C’est après avoir appris la démission du Ministre de l’intérieur que j’ai décidé de me rendre sans opposition. Je ne voulais pas tomber sous Gérard Collomb, pour mon image. Je passerai l’hiver au chaud ».

Presque. J’ai bien dit « presque »  n’est ce pas? Parfait. Beau boulot des forces d’intervention.

Redoine Faid Arrestation

Dans l’attente de son procès pour ce Prisonbreak, Redoine Faïd ne parlera peut-être pas, alors j’ai imaginé, ça se tient, 1ère image.  Dans l’attente de vos commentaires …

./…

Petit à petit, le Gouvt devient plus petit. Déjà 7 cases en moins, #Collomb Out, fin de règne…

Petit à petit l’oiseau devient plus petit. D’affaires en affaire, les uns après les autres, les uns envers les autres, la confiance s’étiole, ambiance fin de règne en Macronie . Info dernière: Démission de Gérard Collomb, Ministre de l’intérieur, c’est validé. Emmanuel Macron a cédé, le premier ministre Édouard Philippe assurera l’intérim et devient en plus Ministre de l’intérieur…

1.François Bayrou, ministre de la Justice | Juin 2017.

2. Marielle de Sarnez, ministre des Affaires européennes | Juin 2017.

3. Sylvie Goulard, ministre des Armées | Juin 2017

4. Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires | Juin 2017

5. Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique | 28 Août 2018.

6. Laura Flessel, ministre des Sports | 04 sept 2018.

7. Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur | 03 octobre 2018.

8. A suivre, en novembre, nouvelle fréquence.

IMG_20181003_194615

./Le Parisien