Et #Macron inventa la «#Déchéance de #crime contre l’humanité! La #colonisation? fini! …

#EnMarcheArrière toute! Il croyait «bien faire» en remettant le «sujet colonisation dans le débat présidentiel»- pour capter la sympathie des *issus de l’immigration*. Mais, face à une « petite Manif FN à Toulon», le voila qui « présente ses excuses». On va le traduire et le compléter…

« Pardonnez-moi les gens car j’ai péché, par action et visée électorale pour m’attirer les voix des «opprimés de la colonisation», Pardonnez-moi mes frères de vous avoir fait mal, par le verbe, en reniant mes propos de novembre dernier, Je suis désolé de vous avoir blessés(…), je ne voulais pas vous offenser. Pardon, je ne voulais pas dire ça. Promis, je ne me soumettrai plus à cette tentation, et pour me délivrer de ce mal je propose – ça va vous plaire- la «déchéance de crime contre l’humanité», pour la colonisation, fini! Je vous ai compris, Love mes frères & sœurs. Amen! 🤗

A peu près. Oui, à moins de se renier, on ne s’excuse pas sur « ses convictions », pour l’avéré

Qui imagine la France s’excuser auprès de l’Allemagne pour dénonciation de crime contre l’humanité? Qui imagine le Congo remercier la France pour ses atrocités lors de la construction du chemin de fer Congo- Océan en 1921?

Sans s’excuser, Aimé Césaire disait : « On me lance à la tête des faits, des statistiques, des kilométrages de routes, de canaux, de chemin de fer. Moi, je parle de milliers d’hommes sacrifiés au Congo-Océan. Je parle de ceux qui, à l’heure où j’écris, sont en train de creuser à la main le port d’Abidjan. Je parle de millions d’hommes arrachés à leurs dieux, à leur terre, à leurs habitudes, à leur vie, à la vie, à la danse, à la sagesse. Je parle de millions d’hommes à qui on a inculqué savamment la peur, le complexe d’infériorité, le tremblement, l’agenouillement, le désespoir, le larbinisme. » La colonisation, comme le soulignait le même Césaire est une « négation de la civilisation ». En cela, elle est un crime, une barbarie intolérable.

Tenez, je vous invite chez moi, le long de ce serpent de fer que nous empruntions en famille pour les vacances d’été, de Brazzaville à Pointe-Noire sur la côte –porte de la déportation vers les Amériques lors de la traitre négrière-. Retour sur un «crime contre mon humanité»

«Échange de culture»? Peut-être bien un « consentement » si l’on demande son avis à Laurence Rossignol. Soit, mais vous repasserez une autre fois pour les «les excuses-à-la-Macron Con» si vous voulez bien.

./…

F.#Hollande & M.#Valls: «Je te cause moi non plus! », la déchéance de confiance …

Mésentente cordiale, ou quand F. #Hollande découvre le jeu «trahison & vérité» de l’«ami Ricoré»

La « cause commune » n’a jamais été inscrite dans l’agenda de Manuel Valls, et François Hollande ne le savait pas, il découvre la « déchéance de confiance« . Aussi, (message de service): Si t’as voté François Hollande en 2012 et que tu penses (encore) que Manuel Valls … –je vous laisse finir-

./…

#AssaTraoré, les vœux de «l’Autre France»: «Chers concitoyen(ne)s, chers tous, je suis… »

« L’Autre France », celle outragée et qu’on stigmatise vous présente ses vœux pour la Saison 2017. 

assa-traore-voeux-2017

Après les vœux de résistance 2011 de Stéphane Hessel, les vœux d’espoir 2012 de Moncef Marzouki, les vœux de lutte 2013 d’Édouard Martin, les vœux d’épopée 2014 d’Ariane Mnouchkine, les vœux de courage 2015 de François Morel et les vœux de paix 2016 d’OcéaneRosemarie, Médiapart donne à AssaTraoré l’occasion de vous présenter « nos vœux » pour cette nouvelle séquence (politique) 2017. Oui, je suis de « l’Autre France » et je partage son avis. Aussi, tradition obligeChers concitoyen(ne)s, chers tous

Bonne et Joyeuse Année 2017! Et surtout la santé… 

Vive la République et vive l’Autre France! Je vous remercie.

./Mediapart Prod...

Si ça continue, M. #Valls va nous dire qu’il soutient la famille d’#AdamaTraore …

[Billet de traverse]. A l’allure où vont les propositions primaires

Champion du «vas y que je t’embrouille», le très décomplexé Manuel Valls est bien capable de nous dire – simple hypothèse- 1. qu’il est solidaire de la famille d’Adama Traoré, mort asphyxié lors d’une interpellation dans le Vals d’Oise, 2. qu’il n’était pas 1er Ministre lors des faits et qu’il ne connait pas Bernard Cazeneuve, son double & remplaçant au Ministère de l’intérieur Place Beauvau, puis à Matignon (1er Ministre). Non, ce billet ne pointe aucune responsabilité dans ce drame qui a détruit toute une famille – laissons la justice prendre son temps et la présomption de légitime défense s’installer-.  Billet envie de briser ce silence qui s’installe progressivement, le temps passe et le mystère demeure sur les circonstances de ce décès. Peut-être bien qu’avec la présidentielle qui s’annonce et dès l’ouverture de la chasse aux électeurs – de banlieue-, on entendra …

« Moi Président, #JeSupprimeTout ! Et Je suis solidaire! »

May be. Dans l’attente, the Show Must Go On, les jeux (politiques) continuent, les médailles au Printemps.

[Billet coup de gueule, fait]

./…

Augustus Tolton (1854-1897), 1er prêtre noir-américain au XIX° siècle ./..

Un jour, quelqu’un avait dit: « Ah @Bembelly, il n’arrête pas de faire la promo des noirs sur son blog et c’est pas bien, etc…». Depuis je n’arrête pas, c’est pour réduire la géographie de l’ignorance. Si je peux aider, les sujets ne manquent pas. Tenez, ce matin par exemple, j’ai reçu une notification via twitter qui parle d’un certain Augustus Tolton, le premier prêtre afro-américain. LeSaviezTu? Moi non plus …

le-proces-en-beatification-du-p-augustus-tolton-1854-1897-a-ete-ouvert-en-2010-par-le-diocese-de-chicago-ou-il-officia-en-butte-aux-discriminations

Dans Urbi & Orbi Africa, site de l’actualité religieuse d’Afrique, on le découvre. Portrait (je résume).

«augustinetoltonNé en 1854, esclave – comme toute sa famille- dans une ferme du Missouri, il file à l’anglaise à l’âge de 10 ans avec sa mère et ses frères et sœurs en traversant le fleuve Mississippi – non, il n’avait pas croisé Tom Sawyer-. La famille se réfugie dans l’État «libre» de l’Illinois et s’installe dans la paroisse catholique de Quincy. Le petit Augustus voulait devenir Prêtre – on se demande bien pourquoi d’ailleurs. Noir avec un prénom grec – ou latin-, c’était pas gagné d’avance, il aurait pu faire chauffeur-de-maître, des Hautes Études Cotonnières (HEC) dans les champs ou un truc dans le genre, clown. Mais non, il avait de l’ambition le « Fils Tolton », lire la messe en latin! Va-comprendre-Charles. Aussi, il commence par se trouver un job dans une fabrique de tabac pour économiser suffisamment afin d’aller étudier à (…) Rome! Tous les chemins -de la foi- mènent au Saint Siège. Rappel: Nous sommes dans les années 1880 et les séminaires américains ne voulaient pas de la candidature d’un Noir. « Ok, je m’barre en Italie, voila! ». Diplôme de l’Église en poche, au lieu de partir comme missionnaire en Afrique selon son premier vœu, le désormais Père Augustus Tolton de l’École de Rome rentre aux États-Unis. Sa première messe fut célébrée devant une assemblée majoritairement noire – les autres n’étaient pas venus je crois, tant pis, c’était une belle messe avec du Gospel dedans, amazing grâce-. Il officia d’abord à Quincy, chez lui dans l’Illinois, essuyant humiliations et discrimination – comme récemment à Callac en Bretagne-, avant de se rendre à Chicago – comme les Obama– pour fuir les persécutions racistes. Puis il fonde la paroisse St Monica -en 1893- destinée aux catholiques afro-américains – tant qu’à faire-. Puis se consacra au service des pauvres, de tous les pauvres. Il mourut en 1897 à l’âge de 43 ans. Bref, un mec bien.»

Samedi dernier – 10 décembre 2016-, ses reliques ont été exhumées pour être examinées dans le cadre d’un procès en béatification, une étape de plus qui pourrait conduire l’Église à le sanctifier. Un fait important, very important, particulièrement dans le contexte actuel de tensions raciales de l’Amérique de Donald Trump.

« Saint Augustus, Priez pour eux , -nous ça va-« .

Amen!

./…

L’#Afrique innove: « billes et bidons » pour remplacer bulletins de vote et urnes … #Gambie

Comme on dit: « En Afrique, on a pas de pétrole -ou l’électricité ou tout ce que vous voulez- mais on a des idées! » Oui, pour l’élection présidentielle en Gambie par exemple, le vote s’effectue selon un système unique au monde, on peut le dire. Pas de vote électronique ni par internet, pas des bulletins de vote et sans même les urnes. Mais comment donc qu’ils font? C’est simple et très ingénieux, c’est au moyen de billes à déposer dans des bidons de couleurs différentes, une par candidat. [Magnéto Serge] …

Et voila le travail! Comme une distribution Linux: « Vite, simple et bien ». Plus besoin de paperasse, méga respect de la nature, système très écologique, reste plus qu’à déposer le brevet. L’élection sera supervisé par des experts de l’Union africaine, les observateurs européens seront absents, c’est trop complexe ce « système à billes » #MadeinAfrica, ils ne sont pas assez qualifiés

Pas de bulletins? On s’en fiche, on vote avec des billes! Marque déposée®. 

L’#Afrique is magic! 

./…

De « l’aide à l’emploi» pendant la colonisation … #ReecrisLesManuels

[À archiver] Une belle piqure de Scopius.φ en réponse à François Fillon pour sa sortie sur le « partage de culture«  pendant la colonisation & l’esclavage: « La France n’est pas coupable d’avoir voulu faire partager sa culture aux peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Nord. Non, la France n’a pas inventé l’esclavage»

fillon-partage-de-culture-reponse

. Puisqu’il faut réécrire les manuels scolaires pour mieux réviser l’Histoire, on va dire (pour aider): « l’esclavage n’était rien de plus qu’une aide à l’emploi pendant la colonisation, ce grand #BlackFriday ». C‘était le bon vieux temps, toute notre jeunesse, que de bons souvenirs

Je garde, et ça va servir.

./…

#Trumpettes de la renommée: #Obama s’en va, et la #Liberté est bien mal embouchée …

Quoi? «Ne me quitte pas»? Bah si, « vivre à l’écart de la place publique, serein, contemplatif, ténébreux, bucolique,  (…) sur mon brin de laurier dormir -enfin- comme un loir! ». Oui je m’barre, j’arrête de causer politique et je vous laisse avec les Trumpettes de la renommée...

Moralité: La Liberté est un statut qui s’acquiert en quittant les Trumpettes de la renommée. [Billet Msg de service]
.

./via

De l’Exil: «Né loin d’ici, pourtant, je reconnais des mots que je n’ai pas appris»…

« J’ai si longtemps rêvé de ce pays lointain que j’ai réinventé ses bruits et ses parfums. Les rythmes d’aujourd’hui mêlés au sons d’hier scandent ma nostalgie, réchauffe mon hiver. Parfois île volcan et parfois île fleur, j’en connais les beauté j’en connais les douleurs. Des contes oubliés naissent du souvenir, entre les pleurs on se prend à rire … » [Ralph Thamar, Malavoi 1987]

« Je suis né loin d’ici pourtant je suis d’ici, je reconnais des mots que je n’ai pas appris », et ces mots, je vous laisse les trouver –c’est tout l’intérêt de ce billet d’ailleurs-. Pour finir, comme le dit une vieille chanson des îles, « D’où qu’il part, l’homme est d’ici ».

« Nou ja maché an tout coté – Ni lontan nou ka vwayajé – Dèpi tan’an nou ka drivé- Aktuèlman nou la nou rivéJodi jou nou ké jambé dlo’a  – Nou ja connèt tout péyi – On vyé chanson ka di – An pa moun lot bo mwen sé moun isi »

« #Allemand et #Noir (en plus!) »: Theodor Michael Wonja, rescapé des nazis …

wonja-592x296-1477753868Allemand et noir en plus!, il a survécu au nazisme. Theodor Michael Wonja (92 ans) porte sur lui tous les préjugés et stéréotypes collés aux Allemands et aux Noirs, il est les deux et l’accepte.

Dans son autobiographie (Allemand et Noir en plus!  éd. Duboiris), déjà un best-seller en Allemagne avec 40 000 exemplaires, désormais dans les bacs en France depuis le 29 octobreTheodor Michael Wonja retrace l’histoire d’un noir allemand victime des lois raciales de l’Allemagne du 3ème Reich, rescapé du nazisme  et qui a du faire face à la discrimination dans l’après-guerre

 theodor-michael-wonja-moi-allemand-et-noir-rescape-des-camps-nazis

Tiraillé entre ses origines africaines et ses «valeurs prussiennes», il affiche son attachement au continent Africain et au Cameroun – ex colonie allemande-, pays d’origine de son père qui débarqua à Berlin fin des années 1800- début des années 1900 avant de rencontrer sa mère, une allemande. Une vie de galère fait de boulots de figurants dans des « spectacles d’exhibition d’indigènes » pour survivre –car beaucoup considérait déjà que les Noirs étaient là pour leur prendre leur travail.Aujourd’hui c’est pareil, et pas qu’en Allemagne -. Puis, interné dans un camp de travail tenu par les nazis en 1943, il a eu beaucoup de chance. Question de Jeune Afrique:

Aujourd’hui père de quatre enfants, comment avez-vous pu échapper à la stérilisation forcée pratiquée par les autorités du Reich sur des enfants d’origine africaine ?

J’ai eu beaucoup de chance. L’administration m’avait sans doute oublié. D’autant que je m’appelle Theodor Michael. Il est difficile sans me voir de savoir si je suis noir ou blanc. Wonja qui est un titre honorifique à Bimbia, localité d’origine de mon père au Cameroun, ne figure pas sur mes papiers allemands. Je n’ai jamais reçu de convocation pour me rendre et subir cette stérilisation. Peut-être aussi grâce aux spectacles d’exhibition d’indigènes qui nous ont fait voyager dans plusieurs pays les autorités ont-elles perdu notre adresse…

A Paris –chez Présence Afrique, la référence il a rencontré sa famille et amis avant une séance de dédicace que nous livre JMTV+, auteur de la vidéo ci-dessus que j’ai résumé pour vous.

«Je suis allemand de nationalité, de langue maternelle, de culture. Un Allemand responsable aussi de la deuxième guerre mondiale, de l’extermination des Juifs. Et en plus, je suis Noir. Je porte en moi tout ce que le monde reproche aux Allemands et tous les préjugés et stéréotypes collés aux Noirs. Mais c’est surtout un témoignage de cette époque hitlérienne que j’ai voulu produire».

A lire et à offrir : Allemand et noir en plus! Souvenirs d’un rescapé des camps Nazis

./…