Le « nègre-littéraire » is dead, vive le «prête-plume» !

Chers tous, « ne dites plus « nègre » pour désigner un auteur sous-traitant anonymement un texte signé par une autre personne, souvent célèbre. Employez plutôt le terme « prête-plume » par exemple. Dans un communiqué, le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN, que certains critiquent à tort et à travers) explique que la formule «nègre littéraire» s’est imposée dans le monde littéraire, justement parce le « nègre », est celui qui fait tout le travail, sans en retirer le véritable bénéfice». Et vous savez quoi ? Le Cran – il faut en avoir- a en obtenu gain de cause auprès de la ministre de la Culture. Bah oui …

Nègre littéraire prête-plume CRAN

Et voilà le travail! Le «nègre-littéraire is dead, vive le prête-plume!» Quoi? Y a un problème? Z’êtes pas contents d’avoir un « nègre en moins »? Si? Voila! j’savais que ça allait plaire à certains. Passons. Et comme je le disais dans un précédent billet, « personne ne peut remplacer les victimes de discriminations dans la lutte contre les discriminations ». En clair, «tout ce qui est fait pour moi, sans moi, est fait contre moi» disait l’illustre Nelson Mandela. Les accompagner si besoin, ne jamais les stigmatiser ou les accuser de je ne sais quel « communautarisme à deux balles»  pour masquer un racisme désormais évident et qui ne trompe plus personne. Encore dans la récente actualité. Sinon, la nouvelle appelation rehabilite un joyeux souvenir…

 » 🎶 prête moi ta plume🎶-uhh🎶 pour écrire un mot!🎵 ».

C’est beau n’est ce pas? A suivre, le déboulonnage des statues du suprémaciste Jean-Baptiste Colbert, rédacteur en chef du Code Noir. Oui, pour son Édit du Roy, ses règlements & articles sur l’esclavage, ce texte de référence de la codification d’un horrible crime contre l’humanité. Et si ça vous dit d’aider, de faire «prête-plume», on veut bien. (D’avance merci).

./…

Publicités

Contre les crispations identitaires, «l’exigence #Ubuntu», par Souleymane Bachir Diagne, #philosophe…

L_encre des savants-Réflexions sur la philosophie en AfriquePendant que le monde se meurt et qu’ils applaudissent, abritons-nous un instant sous le baobab qui fait l’ombre dans la cour de cette récréation verbale, celle qui désormais alimente notre quotidien. Une pause-café, le temps de prendre connaissance de l’exigence #Ubuntu, une « distribution morale », une libre médication, pour soigner certaines crispations identitaires...

Au chevet de la bibliothèque victime de la flamme du mal, Soulemane Bachir Diagne, Philosophe (hypokhâgne et khâgne  à Louis-le-Grand, Paris, Docteur en Mathématiques (Sorbonne, Paris), Énarque et diplômé de Harvard, professeur de langue française à la Columbia University, codirecteur des Éthiopiques – revue sénégalaise de littérature et de philosophie -, membre du comité de publication de Présence africaine,- il a été désigné comme l’un des 50 penseurs de notre temps)…

Comme #Linux, Ubuntu est une exigence libre, un luxe qu’on peut s’offrir, à distribuer. Lire aussi « L’encre des savants: Réflexions sur la philosophie en Afrique » . Ed. Présence africaine, 2013.

./…

Retrait pancarte coloniale à Paris: «Au Nègre Joyeux» vous dit d’aller «Moufter» ailleurs …

Enseigne Au nègre joyeux#LeCroyezVous? Aujourd’hui encore au 14 Place de la Contrescarpe au niveau de la rue Mouffetard à Paris (Ve), une enseigne en bois d’une ancienne chocolaterie se visite (coordonnées GPS : latitude: 48.844483, longitude: 2.349445). «Au Nègre Joyeux», un passé-présent où l’on voit un Noir servir du chocolat à sa maitresse – Non c’est pas ce que vous croyez, ça se disait à l’époque. « Maitresse« , cette expression liée à la servitude n’a rien à voir avec sa « joyeuse » déclinaison de notre temps-. Passons.

Ce « tableau » protégé par une vitre, daterait du dix-huitième siècle et vantait ce qui (…), disons, – je reprends-, Ce «tableau» valorisait une comique joyeuseté, le « bon temps des colonies». Ce vestige esclavagiste ne choquera plus les passants. En effet, le Conseil de Paris a décidé ce lundi de retirer l’enseigne de l’espace public. Ce « vernissage urbain » n’avait que trop duré, il était temps.

Au Nègre Joyeux Paris C'est fini

Que les esprits chagrins se rassurent. Comme ici suggéré pour l’ensemble des ces œuvres encore visibles dans notre espace public, ce témoignage de la France coloniale ne tombera pas dans les oubliettes, l’enseigne sera restaurée et conservée au musée Carnavalet (IIIe). Oui, on n’efface rien, on garde! Un « patrimoine », témoignage du passé de cette belle France que nous avons en partage. Et « vous irez Moufter ailleurs, en privé», seuls avec l’archivé, si besoin. Et comme le disait si justement Christiane Taubira

« Le seul moyen de se débarrasser du passé, c’est de le prendre en compte ».

Christiane Taubira « Le seul moyen de se débarrasser du passé, c'est de le prendre en compte ».

Ça c’est fait. Next? Les statues esclavagistes des suprémacistes Français. Oui il y en a, beaucoup, pas qu’en Amérique, en France aussi, les « prendre en compte et s’en débarrasser » une bonne fois pour toute.

Désormais, vous irez moufter ailleurs, loin de la rue Mouffetard

./…

 

​Que faire des statues des #négriers et #suprémacistes blancs de France? Question…

635px-Mascaron_nantais_02C’est bien de regarder vers les Amériques et de se réjouir du démantèlement des statues des suprémacistes blancs, il serait peut-être temps de se poser la même question pour nos suprémacistes & négriers Bleu-blanc-rouge. Oui, il y en a, beaucoup.

À toutes fins utiles, je rappelle aux uns et aux autres – comme ça- que notre belle république est truffée « d’objets du même calibre », résultat de plus de 400 ans de participation, aux premières loges, dans le  « commerce triangulaire » lors de la traite négrière. Il suffit de se promener en levant les yeux devant les riches bâtisses à Nantes par exemple – le principal port négrier français-, pour découvrir ce « vernissage d’un autre temps ».  Et pour ne pas faire de jaloux, on va citer La Rochelle, Le Havre, Bordeaux, Saint-Malo, Lorient, Honfleur, Marseille, Dunkerque, Rochefort, Vannes, Bayonne, Brest, Paris, etc. Dans les artères de ces villes, en plus des statues négriers, on trouve aujourd’hui encore, les marques de «l’Art Nègre Panthéonisé» sur les frontons de riches et belles demeures, des œuvres gravées du sceau de cette «belle époque» où le «bois d’ébène» avait une très grande valeur marchande. Aussi, Slate pose  la question: « Que faire des statues des négriers français »?  Extrait du beau papier de Slate.fr.

Le « débat sur la Mémoire de l’esclavage » est posé. Certains proposent de «Débaptiser les collèges et les lycées Colbert», ministre de Louis XIV et acteur de la légalisation de l’esclavage. Le retirer de l’espace public. Mon avis: les virer, mais ne pas les détruire, les garder dans « le Musée de l’esclavage » – À construire, dans Paris par exemple (une idée). L’option « Musée des horreurs » n’est pas à exclure. En plus – c’est dimanche et j’ai le temps, -, je propose de les remplacer par les statues des « gens propres » et qui ont fait la grandeur de la France, dans le droit fil de l’identité française, ce patrimoine commun.  A ce propos …

Pour la journée du patrimoine, Emmanuel Macron était à Villers-Cotterêts pour un retour sur un acte fondateur de notre identité: l’ordonnance de 1539 par François Ier, « qui fait du français la langue officielle », [Macron]. « Si nous parlons tous le français, c’est grâce à l’ordonnance de Villers-Cotterêts », [Stéphane Bern]. Au delà de la polémique autour de cette approximation historique,  je vais m’attarder sur le très peu cité personnage central au cœur de cet Édit: Alexandre Dumas, l’un des plus écrivains français, le plus lu dans le monde, un personnage haut en couleur qui, comme tout le monde le sait très bien, était … noir. Disons … « pas blanc » bien qu’interprété au cinéma par Gérard de Depardieu.

Alexandre Dumas.jpg_large

C’est lui. Puisque l’Édit de Villers-Cotterêts – On va dire « ordonnance Alexandre Dumas » – est l’acte fondateur de notre identité, – ce qui me propulse de facto dans « notre identité (Youpi!) – je propose de remplacer les statues des suprémacistes français par celui Alexandre Dumas, par exemple. Une statue Joseph Bologne dit Chevalier de Saint-Georges à Versailles ne serait pas mal je crois. Voila pour ces deux français « victimes des négriers suprémacistes blancs de France ». Dans ce « Grand Remplacement », je propose qu’on érige une statue d’honneur à Robert Badinter, Père de l’abolition de la peine de mort en France. Le manuscrit de son discours devant l’Assemblée nationale est à lire. Et une statue pour Simone Weil – loi du 17 janvier 1975 relative à l’interruption volontaire de grossesse (IVG)». Les gens biens, ce n’est pas ce qui manque en France. Alors, Kékonfait des statues de nos suprémacistes français? Vous avez 4 heures – et pas 400 ans-.

[PS: Dans l’hypothèse « c’est une idée insupportable! Mais pourquoi donc tu nous stigmatises? », dans cette hypothèse, je propose qu’on les naturalise citoyens américains pour commencer, puis on les déboulonne, ça passera mieux je crois. Sans oublier l’option déchéance de nationalité. De rien]

À vous.

./…

Afrika Obota ou « Mère Afrique » de Pierre Claver #Akendengue. Billet [@Zgur_ Music] …

Dans le casque «Extimités (musicales)» l’émouvante « Africa Obota » ou «Mère Afrique» du Grand Pierre Claver Akendengue, l’encyclopédie de la musique africaine. L’ami @Zgur_ ne jure que par lui. Il connait #AfricaObota, ce sublime chant en langue Omyènè du Gabon qu’il ne … parle pas – à vérifier-. Et ça l’a marqué, moi aussi d’ailleurs, depuis tout petit au Congo, une mélodie très présente sur le «Grundig Satellit 2000» – la radio de mon Père- toujours connecté sur les ondes courtes d’ «Africa n°1, Boite postale 001 Libreville Gabon» (comme l’annonçait le générique, de mémoire). Au menu, une longue intro symphonique qui sublime la «Mère Afrique» au rythme guitare acoustique et percussions (bongos, congas, goumbis, talking drums, etc). J’avoue, ce beau refrain «🔊Congoooôôôô-ho! Algérie! Nigéria 🎶Zaïre – Ghana🎶 – Éthiopie🎵 – Camerounnn!🎶🎶» à 2’20 m’a beaucoup marqué, une vieille addiction que je vous livre …

Pour la « récitation des pays d’Afrique » y a pas mieux, en musique en plus, je le conseille. Ouvert et très engagé, « plus grand » que Manu Dibango en Afrique mais moins connu à l’international, Pierre Claver Akendengue avait répondu au «discours de Dakar de Sarkozy» en novembre 2008 dans « Vérité d’Afrique », un album vision globale de l’histoire de l’Afrique, à découvrir.

Africa Obota Pierre Akendegue

🎶Africa! Africa! Africa! Africa ! [En savoir plus, relire billet Zgur de juin 2009]

./…

Indépendance « chacha » du #Congo: Et la pirogue «Les Jours heureux» toujours pas là…

Congo Indépendance Brazzaville KinshasaEn Afrique dans « le Pays Bantou», il y a deux Congo, deux capitales: Brazzaville et Kinshasa. Le Kongo, pour l’écrire à l’ancienne, est un « pays 2-en-1 » traversé par le majestueux fleuve du même nom, avec deux dates d’indépendance: le 30 juin 1960 pour le Congo-Kinshasa [RDC, Ex Congo-Belge, ex-Zaïre], et le 15 Août de la même année pour le Congo-Brazzaville (Ex Congo Français), le pays du #MadeinSape, chez bisso-na-bisso. On parlera du Cabinda (3ème Congo, ex Portugais) une autre fois.

Et pour sceller dans le marbre la liberté enfin retrouvée, André Malraux avait fait le déplacement à Brazzaville, le Roi Baudoin de Belgique avait rencontré nos cousins d’en face. « Cérémonie remise des clés », le proprio reprenait enfin son bien après des centaines d’années d’esclavage et de colonisation. L’année 1960 marquait la fin du bail en Afrique, mais dans l’euphorie, on avait oublié de vérifier « l’état des lieux sortant ». On ne savait pas …

Et depuis, comme des cons, on n’arrête pas de rembourser cette caution longue comme un bras késapélério « la dette« , plus les intérêts. Bref, passons. Ah l’indépendance! Une bien «belle époque», celle de l’espérance et du « kimpwanza », symbolisée par une mélodie mythique, « Indépendance Chacha » de Joseph Kabasselé dit Grand Kallé, une chanson référence des indépendances africaines, dans le patrimoine culturel de tout un continent – pour l’Unesco, il faut vérifier-. C’est cette agréable sonorité que je partage en ce jour 1er de la liberté de cette terre ancestrale qui m’a vu naître et grandir. Nostalgie perso, en musique, via un clip complainte de la «nouvelle génération», une vraie réussite visuelle et musicale. Chantons! «Indépendance cha-cha to zoui hé! Ô kimpwanza cha-cha to bakiri !

Non, je n’ai pas connu ce « bon vieux temps », je suis de «la génération d’après», celle qui attend toujours que la pirogue « les Jours heureux » remonte ce putain de fleuve pour accoster au Beach Ngobila (Brazza) et sur l’autre rive du Pool Malébo (Kinshasa), avant d’emprunter les «routes imaginaires» de ce grand territoire de l’Afrique centrale pour enfin déverser les bienfaits de la liberté toujours attendue comme le rappelle Alain Mabanckou. Mais bon, mieux vaut être pauvre et libre que  …  sous tutelle, un tiens vaut mieux que deux tu l’auras n’est ce pas?.

Indépendance bla-bla  (version originale ici)

./…

#AdamaTraoré, mort parce que #Noir? On va finir par le croire… #1andéja.  

Mort à 24 ans suite à un contrôle de gendarmerie à Persan dans le nord du Val d’Oise le 19 juillet 2016, asphyxié – sous le poids de 3 gendarmes- selon le dernier rapport d’autopsie. Avis d’expert.

#AdamaTraoré, mort parce que #Noir?

On va finir par le croire, une question qu’on ne se pose pas d’ailleurs, on se demande bien pourquoi. Il aurait eu 25 ans aujourd’hui, un an déjà et (…) toujours rien de la part des « autorités compétentes« . Pensées pour la famille, pour la vaillante frangine Assa Traoré, et pour #OumaTraoré, maman de « 7 à 8 gosses » selon la pensée de JupiterNon, «un noir bien portant n’est pas un malaise cardiaque qui s’ignore». Qu’on se le dise…

#JeSuisAdamaTraoré.

./…

La « danse du ventre » des gens bien d’Afrique, ou quand le « liboumou Ya Ba Boss » s’exhibe …

Chez « l’homme africain » – on va dire ça-,  un « joli petit ventre bedonnant, mais pas trop » est un « signe extérieur de richesse », tout un paradigme. Avoir la forme (ou les formes), c’est être « en forme » – socialement parlant-. Précision: un beau « libumu (ventre) Ya ba Boss » est sans excès de graisse, pas flasque du tout et, – c’est important, je précise – en format « alimentation salade », c’est-à-dire « bio » si vous préférez, et sans Mfubua dedans. Le ventre -liboumou- Ya ba Boss- se montre, avec élégance please (…) …

MadeInSape Lubumu Ya ba Boss

 (…) et se valorise. Le « liboumou Y a Ba Boss », c’est le truc-à la-con des gens-bien-d’Afrique. Ne cherchez pas, c’est comme ça et puis c’est tout! La bière? Un raccourci possible vers le « liboumou Ya Ba Boss », à éviter, ou juste un peu.  Alors, comment ça se danse le « li-danse Ya Ba Boss »? Toujours doucement, malembé, tranquille, bras droit devant et poing fermé, puis de simples mouvements « haut-bas » du fameux « ventre des Boss » que l’on exhibe, un pas devant, bloqué, puis derrière. Tuto-clip démo by Koffi Olomidé le Grand Mopao DonaldTrump(é)

Et comme vous l’avez remarqué, Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs, chez la femme africaine c’est « l’inverse », on se comprend. Bref, Bo ségaki « Billet li-danse ya boss », bozui ya ngo (fait)!

./Album, Nyataquance (iTunes)

 

 À chacun son « civilisationnel »? Trois fœtus dans un frigo à Rennes, France. Ho!?

Là, on va dire, sans se moquer, ou juste un peu, que «le civilisationnel d’Emmanuel #Macron» prend un grand coup dans la tronche». Et, la femme noire qui doit être «MDR» comme diraient les «7 à 8 d’jeuns par femme d’Afrique». Ce cas précis d’infanticide qui trop souvent se répète en France – malheureusement – je l’évoquais hier déjà …


Et paf! Trois d’un coup dans le congélo! Et ça vient critiquer les « 7 à 8 gosses vivants par femme d’Afrique ». Précision: Le 1er qui me parle de «déni de grossesse» je le vire, point. À chacun son «civilisationnel», faut pas deconner, y a pas de raison que ça soit toujours les mêmes qui ramassent. [Désolé, mais les propos de Macron sur la «fécondité de la femme africaine» ne passent pas, et ça ne risque pas d’ailleurs…]. Voilà.

Le « civilisationnel » est une proximité que trop souvent on ignore (Pensée)

./source

La réponse des « 7 à 8 enfants par femme d’Afrique » à Emmanuel #Macron: Cher Missié..

Cher Missié Président de France, on note que vous avez déclaré ceci sur la « fécondité de nos mères »

« Civilisationnel »? Ho!? Ça va? [Édit] Et si on ajoute tes macronneries sur « les Antilles c’est pas la France! », « la Guyane, c’est une île!« , sur la « colonisation crime, puis pas-crime contre l’humanité«  sans oublier tes propos sur les kwassa-kwassa comoriens, faut avouer que ça commence à faire beaucoup, pour « un jeune de 39 ans ». Généralement, c’est plus tard qu’on dérouille, passons. Tiens, le magazine AJ+ se pose la question « Is France’s new president racist? ». Avis partagé par le site américain Quartz qui ne prend pas du tout de gant: «Bien sûr, ce qu’a dit Macron est raciste», par le site Vox: « Indépendamment de son intention, le mauvais choix du mot « civilisationnel » est, au mieux, maladroit, au pire, raciste », ou encore le NéoZélandais The Daily Vox et l’Australien SBS. Voila pour la « belle image de la France » à l’étranger que t’offres aux français qui t’ont élu pour « faire barrage au Front national », sans compter la honte pour ta « pauvre mère, 4 gosses (je respecte) ». Alors, c’est ça le #MakeLaFranceGreatAgain?

Is Macron raciste polémique Femme africaine civilisationnel

Cher Emmanuel, l’Afrique, cette veille dame, elle en a vu bien d’autres. Oui mon grand, depuis des siècles – et des siècles– (relire), et elle ne t’a jamais rien demandé je crois. Tu débarques. Cher Emmanuel, « Président de la République française » n’est pas prétexte à invectiver » et le forfait «Toi Président » n’inclut pas cette « forfaiture contre mon humanité« . Tiens, j’y pense, et la fécondité traditionnelle des familles cathos tradi. qui pèse lourd en allocs dans le budget-famille de la république française, l’Afrique, elle t’en parle? c’est (…) « civilisationnel » comme la pédophilie dans l’Église c’est ça? Et les Mormons qui n’élèvent pas que du bétail dans les contrées américaines, ce sont des africaines aussi? Répondre, sauf si ce qualificatif ne s’adresse qu’aux « Mamans d’Afrique», à la femme noire que tu stigmatises, à tort.

Catho intégriste famille nombreuse

Macron enfants d'Afrique fécondité

Mon cher Missié Macron du Touquet, t’as du toupet mais tu t’es planté, et bien comme il faut. En effet, l’ami Fabien sur Facebook nous fait remarquer que ton analyse est basée sur des statistiques obsolètes, des chiffres de 1960 sur le « taux de fertilité, total (naissances par femme) ». Les chiffres 2015 de la Banque mondiale n’ont rien à voir avec tes supputations. C’est beaucoup moins, raté! A défaut de virer ton conseiller-en-statistiques-à-la-con, bien vérifier qu’il ne fréquente pas les sites identitaires pro FN. Autre chose Mon cher Monsieur le Président-stagiaire, l’Afrique n’a pas inventé la « carte famille nombreuse», ça n’existe pas chez nous. Et puis les gosses, pour bien en évaluer le nombre, il faut déjà en avoir je crois, n’est ce pas? Et pour tout dire, la femme africaine elle au moins ne congèle pas ses gosses pour ensuite chanter le « déni de grossesse ». Non, c’est pas dans le « civilisationnel de l’Afrique ». Elle assume, et reste dans son « Histoire, avec son homme africain ». Pas de frigidaire, elle mange bio. Aussi, j’avais pensé te dire avec cette délicatesse légendaire qui désormais me singularise, « je t’emmerde et bien cordialement! » Mais je vais m’abstenir, par respect pour l’éducation de ma pauvre mère, et pour ne pas énerver sa « fécondité civilisationnelle»  comme tu dis. Un petit rappel, notre bon vieux Pépère,- bien que « pas Tonton » selon Noël Mamère – respectait ma mère, lui.

Vive l’Afrique, vive la femme noire, et Gloire à nos mères d’ici et d’ailleurs! …

Signé: un « enfant d’Afrique d’une famille heureuse, avec ses 6 à 7 frères & sœurs, élevés en plein air et au grain de maïs…« .

./…