Quand « Beyoncé clip le Louvre », la #culture urbaine redonne vie à l’#Art et à l’Histoire…

Dans ce clip (Apshit) réalise au Louvre par Beyoncé & Jay-Z, les références à une certaine histoire sont nombreuses (à découvrir). Les toiles jusque là hiératiques, se dévoilent avec majesté, les œuvres s’animent au rythme des notes et entrent dans la danse, le « Sacre de Napoléon » est enfin festoyé. Et que dire de cette 1ère « visite de famille » pour la « la négresse » de Marie-Guillemine Benoist, heureuse, sous le regard et la tendresse Joconde de Monalisa sa copine 

« Culture urbaine » n’a jamais aussi bien porté son nom. Demain, « ils » iront au Louvre sur les traces de cette toile mouvante, demain, ils étudieront l’Histoire de l’Art dans les collèges et lycées via ce support dynamique, demain, ils s’approprieront l’œuvre figée pour une nouvelle dynamique sociale. Demain, ou pas. Allez, tous au Musée les Djeuns’, #culturezVous! A ce propos, une question: « Pour vous, que représente cette image tirée du clip de Beyoncé? » Ah! indice: la symbolique historique est importante, très. Ref. à l’histoire d’un long voyage sans retour. Et Vous avez 4heures …

Traitre negrière esclaves bateaux

Bonne Fête des Pères les copains. (Billet Culture, fait.)

./..

Publicités

«Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément», comme des notes de musique…

20180408_215536

«Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément » disait Nicolas Boileau dit le «Législateur du Parnasse», l’ami de Molière, de La Fontaine et de Racine. Oui, «et les mots pour le dire arrivent aisément». J’ajoute, « comme des notes de musique ». Exemple avec cette belle archive de « mon âge tendre », souvenir de mes samedis soirs devant la Télé-Zaïre du pays d’en face (de l’autre Congo). À l’affiche: Frank Lassan accompagné de Victoria Eleison pour une sagesse chantée, une oralité éducative et toujours bien présente. (La qualité de l’image importe peu, son message suffit et pas besoin de traduction). Intro-présentation du producteur Georges Kiamuangana Mateta, Boss du Studio Vévé-Verkys-Vévé 8 Pistes..

Ce billet Musique & citation ou « Fable de la plume et de la guitare » n’appelle pas de commentaire, « laissez tomber » comme le dit si justement Frank Lassan. Simple Édition coup de cœur, pour « me faire pLèze » comme on dit.

./…

Alexandre Dumas, Chevalier de St George, Guillaume Guillon Lethière, voici leur #Histoire (de #France) …

De Thomas Alexandre Davy de la Pailleterie (dit Général Dumas) sous Napoléon, au Chevalier de St George, violoniste virtuose à la cour du Roi et qui posa dans les tableaux du peintre Guillaume Guillon Lethière, deuxième prix de Rome et premier antillais à entrer à l’Académie Française, ce documentaire de 26 minutes nous éclaire sur la vie flamboyante de ces trois héros de l’Histoire de France

Au XVIIIème, dans le « Paris empoudré », leur « singularité » était un pari et ce ne fût pas un handicap dans leur ascension sociale. « Le rêve Français » (ce soir sur France 2) était une réalité, enfin presque

./…

Le Décalogue de la mère (africaine): À l’heure des adieux, les «10 Commandements» à l’enfant

Amkoullel Enfant peul«Amkoullel, l’enfant Peul» / Hamadou Hampâté Bâ (Mémoires). Oui je l’ai lu, un peu par obligation – c’était au programme scolaire, là-bas-, puis par plaisir à l’âge adulte lorsqu’on éprouve ce besoin de reconstituer cette «bibliothèque» qui vous a fait homme.

« Page 4 » on peut lire: «Amadou Hampâté Bâ raconte ici sa petite enfance et son adolescence, du temps où il portait le surnom d’Amkoullel, et où – dans le Mali du début de ce siècle -1900- il s’initiait aux traditions ancestrales, fréquentait l’école française en même temps que la coranique, courait la savane alors que beaucoup partaient pour une guerre lointaine (la Première Guerre mondiale), découvrait le colonialisme et s’apprêtait à devenir l’un des derniers grands dépositaires d’une civilisation orale en pleine mutation. A la fois roman d’aventures, tableau de mœurs et fresque historique, ce livre restitue dans une langue savoureuse et limpide toutes les richesses, les couleurs et la vie du grand récit oral africain.()». Je confirme.

Cette mémoire a refait surface sur un post Facebook du mur de mon ainé Jean Michel Nzikou (PS: c’est le seul africain de ma connaissance qui adore le bon vieux fromage qui pique –pour ne pas dire autre chose-). Dans son post Facebook je disais, Ya Nzikou de Besançon nous livre avec délectation un décalogue tiré de l’œuvre d’Hamadou Hampâté Bâ. J’ai lu et me suis souvenu que ce bel ouvrage ornait ma bibliothèque. Une relecture s’imposait. Si tôt dit, j’ai parcouru la table de matière pour m’éviter les 535 pages de l’œuvre – paresse-, pour extraire, à l’heure du café, la bonne page dans ce trésor littéraire acheté le 28 décembre 1993 à Montpellier [je note toujours les dates d’achat de livres -;)]. Bref, quand vint l’heure des adieux, ici ou ailleurs, quand l’enfant s’en va, la mère conseille, elle n’offre certes que des mots, des bouts de mots, mais de bien précieuses recommandations toujours en place dans le sac-à-dos de nos souvenirs. À l’heure des adieux, le rituel est immuable et l’intro une symbolique d’autorité …

« Regarde-moi bien dans les yeux »

  1. N’ouvre jamais ton mal en présence de qui que ce soit. La force d’un homme, viens de sa réserve; Il ne faut étaler ni sa misère, ni sa fortune. Fortune exhibée appelle jaloux, quémandeurs et voleurs.
  2. N’envie jamais rien, ni personne car tu ne connais pas l’origine de tous leurs biens. Accepte ton sort avec fermeté, sois patient dans l’adversité et mesuré dans le bonheur. Ne te juge pas par rapport à ceux qui sont au-dessus de toi, mais par rapport à ceux qui sont moins favorisés que toi.
  3. Ne sois pas avare. Fais l’aumône autant que tu le pourras, mais fais-la aux malheureux, plutôt qu’aux petits marabouts ambulants.
  4. Rends le plus de service que tu pourras et demandes-en le moins possible. Fais-le sans orgueil. Ne sois jamais ingrat ni envers Dieu, ni envers les hommes.
  5. Sois fidèle dans tes amitiés et fais tout pour ne pas blesser tes amis.
  6. Ne te bats jamais avec un homme plus jeune ou plus faible que toi.
  7. Si tu partages un plat avec des amis ou des inconnus, ne prends jamais un gros morceau, ne remplis pas trop ta bouche d’aliments et surtout ne regarde pas les gens pendant que vous mangez car rien n’est plus vilain que la mastication. Et, ne sois jamais le dernier à te lever ; car, s’attarder autour d’un plat est le propre des gourmands et la gourmandise est honteuse.
  8. Respecte les personnes âgées. Chaque fois que tu rencontreras un vieillard, aborde-le avec respect et fais-lui un cadeau, si minime soit-il. Demande-lui des conseils et questionne-le avec discrétion.
  9. Méfie-toi des flatteurs, des femmes de mauvaise vie, des jeux de hasard, de l’alcool
  10. Respecte tes chefs, mais ne les mets pas à la place de Dieu. Fais régulièrement tes prières.

« Tu as bien compris ? »

Oui. Dix Commandements ou conseils pour les enfants – filles & garçons – d’ici ou d’ailleurs, pour traverser mers et océans sans ambages. « le Maître de sagesse » est une maman, toujours. Pour finir…

Amkoullel Enfant Peul Conseils de la mère

Voila pour le «partage de culture». CC à mes deux «Amkoullel», les 2A.

./…

 

Le Rap de #Johnny avec les «Jeunes de banlieue». Feat Doc Gyneco, Passi, Stomy Bugsy. Clip «Le temps passe», rappel et #Désintox…

Johnny Hallyday Stomy Bugsy Doc Gyneco Passi

Pour mieux vous aider à comprendre ce que certains découvrent et au risque de vous coller des coliques néphrétiques, le Grand Johnny Hallyday était copain comme cochon avec «les Jeunes de Banlieue». Et bah ouais. En 2006, Doc Gyneco, Passi & Stomy Bygsy / Ministère Amer réalisaient un rêve: taper la rime et la frime avec l’idole des jeunes, de tous les jeunes, de « Porte de la Chapelle » jusqu’en Seine Saint Denis style…

Oui, il avait traversé le Périph’ pour chanter les hommes et leurs désirs, les destins fragiles et l’amour. Sans regrets, pour un destin qui lui ressemble bien. Et deux ans +tard, le Parisien Jean Philippe Smet que vous connaissez plus sous le nom de Johnny, avait remis le couvert avec Bruno Beausir connu sous le nom de Doc_Gy (pour les intimes) pour célébrer l’ Art de Rue...

Et comme l’écrit si justement Romain Piginel (lire)...

« Il (Johnny Hallyday) était cette bande-son nationale incontournable que l’on subissait malgré soi, quand on se passionnait pour le rock indé, le rap, la techno, un peu comme ces réunions de famille auxquelles on est traîné de force par ses parents. Il était ce totem à tête d’indien (sur la Harley) contre lequel on aimait se révolter, avec la morgue de la jeunesse — mais il était donc, aussi, un repère structurant, insensible au temps qui passe« .

«Le temps passe » et Johnny Hallyday restera l’idole des tous les jeunes jusqu’en banlieue! Que cela vous plaise ou pas. [Bande de cons!]

./…

#QuiSuisJe? Des « origines et des hommes », voyage au pays de l’ADN..

D’abord une assertion: « Non, le tweet n’est pas un objet instantané, sa durée de vie est tributaire du message qu’il véhicule ». Exemple, ce tweet édité le 26 juin dernier, de nouveau à la UNE après un RT heureux. La vidéo intégrée se regarde…

Alors, #QuiEtesVous? Attention – je précise-, ce voyage dans le monde merveilleux de l’ADN n’est pas une recommandation pour tous car cela peut être très dangereux. En effet, sans évoquer la possible crise cardiaque qui l’accompagne, le risque de retrouver dans la « branche génétique des cons » n’est pas à exclure. Ou l’inverse. Bref, une émission télé malheureusement absente du paysage audiovisuel français. Dommage, ça nous aurait bien fait marrer…

./…

De la « Salope », entre autres noms d’oiselles, « réflexion-miroir » sur l’insulte…

Actuellement à la Fondation maison des sciences de l’homme (54 boulevard Raspail, Paris), et jusqu’au 18 octobre, une exposition « invitation au voyage », destination «le pays des grandes insultées», pour bronzer au cœur du paradigme classique de l’insulte animalière, un rendez-vous avec soi. Et je suppute, mes chers amis, que ça ne va pas vous plaire du tout! Non? Ok, le confessionnal  est ouvert, entrez […]

De la Salope entre autres noms d_oiselles

Via Libération.

./…

“De tous les hommes que je n’aime pas, c’est certainement mon mari que je préfère.” [Madame de #Staël]

Pour changer de registre…

“De tous les hommes que je n’aime pas, c’est certainement mon mari que je préfère.” [Germaine de Staël]. Paris.

Les Extimités de Madame de Staël

Anne-Louise Germaine Necker, baronne de Staël-Holstein, (22 avril 1766 – 14 Juillet 1817). Fille des Lumières et de la Révolution qui a marqué son époque. Dans un portrait récent sur RTL – pour son entrée à La Pléiade– on peut lire …

« Madame de Staël fut, de son vivant, la femme la plus célèbre d’Europe et a littéralement révolutionné la pensée de son temps avec ses écrits. Née à Paris en 1766, fille du Genevois Jacques Necker, ministre des Finances de Louis XVI, Mme de Staël (femme d’Erik M. Staël-Holstein, ambassadeur de Suède à Paris) côtoie dès son enfance (..) tout ce que le siècle compte de gens de lettres et du monde. Diderot, D’Alembert, Buffon, etc. En 1788, son premier livre est consacré à Rousseau. Durant les premiers mois de la Révolution, « elle côtoie le pouvoir, influence des décisions et prend part, dans l’ombre, aux intrigues, à défaut de siéger dans les assemblées officielles ou de détenir un portefeuille régalien ». La jeune femme croit « en un avenir plus juste »… avant de déchanter. En exil à Londres et en Suisse, elle revient à Paris en mai 1795.

Femme libre comme en témoigne sa vie amoureuse, (…) opposée à Napoléon, mise au ban de l’Empire, elle est reçue dans toutes les capitales européennes comme une souveraine de la littérature et de la liberté, jusqu’à sa mort à Paris, à 51 ans ».

Féminine ou féministe? La réponse, peut-être bien in « Œuvres inédites de Mme la Bonne de Staël » Ed. 1821, publiées par son fils. A lire .

./…

 À chacun son « civilisationnel »? Trois fœtus dans un frigo à Rennes, France. Ho!?

Là, on va dire, sans se moquer, ou juste un peu, que «le civilisationnel d’Emmanuel #Macron» prend un grand coup dans la tronche». Et, la femme noire qui doit être «MDR» comme diraient les «7 à 8 d’jeuns par femme d’Afrique». Ce cas précis d’infanticide qui trop souvent se répète en France – malheureusement – je l’évoquais hier déjà …


Et paf! Trois d’un coup dans le congélo! Et ça vient critiquer les « 7 à 8 gosses vivants par femme d’Afrique ». Précision: Le 1er qui me parle de «déni de grossesse» je le vire, point. À chacun son «civilisationnel», faut pas deconner, y a pas de raison que ça soit toujours les mêmes qui ramassent. [Désolé, mais les propos de Macron sur la «fécondité de la femme africaine» ne passent pas, et ça ne risque pas d’ailleurs…]. Voilà.

Le « civilisationnel » est une proximité que trop souvent on ignore (Pensée)

./source

Après la bataille (de Solférino), billet politique [Texte de Victor Hugo]…

[Prolégomènes]. Les personnages et les situations de ce court récit  de Victor Hugo étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes politiques – d’origine ibérique par exemple – ou des situations existantesdans l’Essonne par exemple,– ou ayant existé, n’est ni fortuite ni involontaire! Idem pour le « Caramba » dans le texte, «Toute ressemblance -blablabla-..» avec un éventuel « Premier secrétaire démissionnaire d’un parti politique » bla-bla-bla. Ce texte est antérieur aux faits présents n’est ce pas? Voila pour les avertissements. Lisons.

Après la bataille législatives au PS

La Légende des Siècles, recueil de poèmes écrits entre 1855 et 1876), résume tout l’art de Victor Hugo. Ce billet est à lire comme une peinture, un miroir observé par l’électeur de Gauche, l’Être égaré dans ce labyrinthe (politique) qui entremêle des visions éparses, reflet de l’affreux-gauchiste plongé un long cheminement qui l’éloigne de la lumière. Il erre, sur les traces de Sisyphe, dans les ruines effrayantes de l’édifice désormais en ruine.

Après la bataille. Et il a soif.

./…