«Tolérer une discrimination c’est justifier toutes les autres» [Msg de Service /Ch. Taubira] …

A toutes fins utiles, message de service  (By Christiane Taubira). Avec p’tite modif. À tous ceux qui s’amusent à justifier l’injustifiable, à ceux qui se cachent derrière des « immunités imaginaires«  ou qui s’inventent des excuses-à-la-con.  Oui, pour tous ceux qui ont des toiles d’araignée dans la tête

Tolérer une discrimination justifie toutes les autres

Oui, « Tolérer une discrimination c’est justifier toutes les autres ». Maintenant vous savez. Et si ça peut aider.

Bien cordialement.

./…

« Discours sur le racisme » ou « la peur du Front national moi non plus » [Aimé Césaire revisité]…

Discours sur le racisme (colonialisme Aimé Cesaire FN Présidentielle 2nd tourEt puisqu’il m’est autorisé de parler de la menace Front national et donc du racisme, allons droit au mensonge principal à partir duquel prolifèrent tous les autres.  «Une société qui s’avère incapable de résoudre les problèmes que suscite son fonctionnement est une société décadente» écrivait un grand poète noir, Aimé Césaire, le «nègre fondamental», dans son «Discours sur le colonialisme, 1950» de 1950, 1ère Édition. Un texte fondateur, un réquisitoire, un pamphlet poétique retiré des programmes scolaires en 1995 par François Bayrou alors Ministre de l’Éducation nationale. Soit. Je vais ici le reprendre, l’actualiser et le déstructurer au nom de la raison critique dans la « France de l’entre deux tours», pour comprendre et saisir avec fruit, les dessous de cette société moribonde qui s’effondre et qui dans sa chute se répète sans cesse: « jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici (..)».

Le fait est que, notre société telle que l’ont façonné des siècles de Lumières refuse de résoudre les problèmes majeurs auxquels son existence a donné naissance: le problème de sa pluralité et de ses influences multiples; que, déférée à la barre de la «raison» comme à la barre de la «conscience», cette France-là est impuissante à se justifier; et que, de plus en plus, se réfugie dans une hypocrisie d’autant plus odieuse qu’elle a de moins en moins la chance de tromper son monde. Et aujourd’hui, il se trouve que ce ne sont plus les masses venues d’ailleurs qui la menacent, ou qu’on incrimine sur la place publique, aujourd’hui, l’acte d’accusation proféré sur fond de racisme accepté, est un aveu de culpabilité de ceux qui osent encore s’ériger en parangon de vertu. Une société de bonne foi certes, mais d’une hypocrisie collective où l’on pose malhabilement les problèmes pour mieux légitimer les odieuses solutions qu’on leur apporte. Et elle s’obstine à éviter l’innocente question initiale:

Qu’est-ce qu’en son principe que le racisme ?

« Lutter contre » n’est ni entreprise philanthropique, ni volonté de reculer les frontières de l’ignorance. Je trouve que l’hypocrisie n’est pas de date récente, (…) le grand responsable dans ce domaine est le pédantisme collectif, pour avoir posé les équations malhonnêtes: « colonisation civilisatrice », «intégration à la française», «BanlieueStigmatisation des esprits», etc. Et ne pouvaient s’ensuivre que d’abominables conséquences racistes. Il faudrait d’abord étudier comment la France travaille à déresponsabiliser le Français, à l’abrutir au sens propre du mot, à réveiller ses instincts enfouis, (violence verbale, haine raciale, relativisme moral, etc.), et montrer que, …

 » (..) chaque fois qu’il y a un acte raciste et un œil crevé et qu’on accepte, chaque fois qu’il y a une violence policière et qu’en France on accepte, chaque fois qu’il y a une discrimination et qu’on accepte, il y a un acquis de la morale qui pèse de son poids mort, une régression universelle qui s’opère, une gangrène qui s’installe, un foyer d’infection qui s’étend, et qu’au bout de toutes ces valeurs violées, au bout de tous ces mensonges propagés et de toutes ces expéditions punitives tolérées, au bout de cet orgueil encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de la société, et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement de la République .

Racisme choic deuxièlme tour Présidentielle 2017Et alors un beau jour, au lendemain d’un dimanche d’élection, elle est réveillée par un formidable choc en retour: La haine suprême est aux portes du pouvoir, les fachos s’affairent et discutent déjà autour des chevalets. On s’étonne, on dit: «Comme c’est curieux! Mais Bah, c’est le nationalisme, on fera barrage, et ça passera  (..)». Et on se tait à soi-même la vérité, que ce racisme déjà installé est une barbarie, celle qui résume la quotidienneté des Barbaries

« Et on attend, on espère, et on oublie qu’avant d’en avoir peur, avant d’en être la victime éventuelle, on en a été le complice; que ce racisme-là, on l’a supporté, on l’a absous, on a fermé l’œil là-dessus, que ce nazisme-là, on l’a légitimé, parce que, jusque-là, il ne s’était appliqué qu’à des êtres serviles; que cette sauvagerie hurlante, on l’a cultivé, on en est responsable, et qu’il sourd, qu’il perce, qu’il goutte, avant de l’engloutir dans ses eaux rougies de toutes les fissures de la société ».

Oui, il vaudrait la peine d’étudier cliniquement, dans le détail, le laxisme collectif dans la lutte contre les discriminations, et de révéler à la société toute entière, aux très distingués donneurs de leçons, qu’ils portent en eux une intolérance coupable, que la haine nationaliste est son Pétain et le racisme l’habite, que s’ils le vitupèrent aujourd’hui seulement, c’est par manque de logique, …

 (..) et qu’au fond, ce qu’ils ne supportent pas dans ce miroir, ce n’est pas le racisme en soi, ce n’est pas le crime contre l’homme, c’est le crime contre soi, ce qu’ils ne supportent pas par dessus tout, c’est la peur de se voir appliquer des procédés dont ne relevaient jusqu’ici que les « commis de la république » dont ils étaient les Maîtres.

Et c’est là le grand reproche que j’adresse aux pseudos « barragistes de l’entre deux-tours-et-puis-s’en-vont», aux «chiens de garde du colonialisme», aux «macrotteurs politiciens lèche-chèques», aux «académiciens goitreux endollardés de sottises», aux «ethnographes métaphysiciens et dogonneux», aux «intellectuels et hommes politiques convaincus de leur  «supériorité dolicho-blonde»,  à tous ces «Bidault aux airs d’hostie conchiée», etc., je leur reproche d’avoir trop longtemps rapetissé les valeurs de la République, d’en avoir eu, d’en avoir encore une conception étroite et parcellaire, partielle et partiale et, tout compte fait, sordidement raciste.

Faut-il pour autant rejeter dans les ténèbres de l’oubli tous les faits d’armes de la lutte contre le racisme ?

Non. Il est des tares qu’il n’est au pouvoir de personne de réparer et des fautes qu’on n’a pas fini d’expier, mais chaque jour qui passe, chaque déni de justice, chaque réclamation noyée, chaque scandale étouffé, nous fait sentir combien notre société est malade, moralement atteinte. Une société qui, irrésistiblement, de reniement en reniement, appelle sa propre haine. À se replier sur elle-même, une société, quel que soit son génie intime, s’étiole, et la grande chance de la France est d’avoir été un carrefour, et que, d’avoir été le lieu géométrique de toutes les idées, le réceptacle de toutes les philosophies, le lieu d’accueil de tous les sentiments en a fait le meilleur redistributeur d’énergie, l’échange est son oxygène. Et le 07 Mai 2017, viendra la nouvelle  «expropriation pour cause d’utilité publique».

[…]

Lyon, 30 avril 2017. Guy-Alain B. « Discours sur le racisme », adaptation (très) libre du texte d’Aimé Césaire «Discours sur le colonialisme, Chap. – À l’origine du Nazisme – (1955), Paris Sorbonne, 4ème Édition».

./…

2nd tour? Désolé, je bois plus (na za’té !)…

Billet allégorie (ou Allez les gorilles), au choix. Eloko bolukakiYa ngoOyo!

Tour oyo? Bo dondwa, bino na bino, bo suana pé to mona. Je vais traduire: Cette fois ça sera sans moi, désolé, j’ai déjà donné. Oui, depuis le temps que je fais «barrage tout seul» – c’est une image-, j’ai des jours de RTT à récupérer je crois, beaucoup de jours. Si «combattre le Front national» ET (surtout) «les idées du Front national» – déjà bien en place – intéresse encore certains d’entre vous d’ici deux semaines, après la présidentielle par exemple, si ce n’est pas un CDD (combat-à-durée-déterminée), si vraiment c’est un CDI, alors vous saurez où me trouver, ici. Bien! À vous de jouer «les gens», c’est votre responsabilité. Depuis le temps qu’on (…), sous vos yeux …

Bref, Na za’téchui pas là-,  je bois plus...

./…

#JeffaceLeRacisme: C’est l’histoire d’un mec, « normal », enfin presque …

Bembelly Jefface le racisme

C’est l’histoire d’un mec (…) Vous la connaissez? Non? Me dire parce que après on a l’air con. Je reprends, C’est l’histoire d’un mec (…) normal (..) enfin presque, et qui n’est pas sur le pont de l’Alma. Je sais, c’est plus rigolo quand c’est un mec « normal », mais y’a aucune raison pour que ce soit toujours les mêmes qui dérouillent

code-noir-one

C’est donc l’histoire d’un mec qui avait plein de p’tits noms: « noiraude, bamboula, négro, Guenon, sale noir Nègre! mais c’est pas une insulte hein!-, bougnoule, etc . La cour de récrée à l’école c’était son bagne. Des siècles de scarifications, toute une vie. Dans la famille du mec, son arrière-arrière-arrière-grand-père était déjà lui aussi bien entaché, pas que par des mots, marqué au fer rouge du sceau du roi de France, « la fleur de Lys », celle qui accompagnait invectives et autres joyeusetés. – Ah, ça, si on sait pas, on comprend que dalle hein!– A l’époque de l’ancêtre de notre mec de l’histoire que je vous raconte, ils n’étaient pas libres les mecs, je vous explique: ils voulaient tous se barrer chez eux en Afrique, mais s’évader d’une île ou quitter les Amériques, c’était mission impossible. Une fois rattrapés, on leur disait: « Hé Négro! viens là qu’on te fasse une fleur -de Lys-! Chosifiés, ils étaient « biens meubles » malgré eux, des objets en vente sur les places du marché, des produits d’exportation. Le Roi de France et de Navarre – un mec normal pour de vrai– avait tout bien codifié dans un bouquin de plusieurs pages, « le Code Noir ». C’était pour bien expliquer aux gens dans tout le pays que «l’ancêtre du mec de notre histoire» n’était pas comme eux. Les mecs. Et là, les gens y disent – certains d’entre vous-  « Ah ben, nous, on savait pas que c’est comme ça qu’on vous faisait avant. Et puis nous, vous savez … ». Oui je sais « sans vos lunettes », c’était avant toussa, etc . Passons. Dans la suite de l’histoire (« elle est pas finite» disait Coluche), dans la suite, y a maintenant plusieurs mecs: le mec, ses cousins et cousines  et toute la famille. Ils avaient pris une décision:

« Ok les gens, depuis le temps qu’on se prend des tartes dans la gueule, on va vous résumer la chose, vous mâcher le boulot en gros, pour bien tout visualiser, puis on passera à autre chose. Si ça peut (vous) aider ». Graver dans le marbre ce qui désormais doit s’effacer (...) Porter de façon très visible la marque des mots maux qui accompagnent nos vies. L’écrire sur nous, pas dans une langue nègre mais dans la vôtre, une lecture conseillée, pour enfin l’effacer»

Avec beaucoup de Cran, ils se sont fait des scarifications partout sur le corps pour externaliser le mal.

«Tu crois que ça va marcher? » demande le cousin du mec. « Bah, pas sûr, faut voir… ». Et si ça ne marche pas on fait quoi? « Bin, on passera au « Plan B », option machine à baffes!». Tiens, Hadama Traoré du Val d’Oise est désigné volontaire au cas où, je dis ça je dis rien. Alors? Elle « est rigolote, hein »?

Bref, c’est « l’histoire d’un mec », normal, enfin presque. Moi.

./…

«La paresse intellectuelle de M.#Valls»: Benoît #Hamon contre-attaque, ça chauffe..

Ça chauffe. En réponse aux allégations infondées de Manuel Valls sur son programme, Benoît #Hamon contre-attaque et pointe du doigt  « la paresse intellectuelle de Manuel Valls »..

benoi%cc%82t-hamon-regrette-la-paresse-intellectuelle-de-manuel-valls

Oui, la sobriété s’impose.  En critiquant sa proposition sur le «revenu universel d’existence» Benoît Hamon estime que Manuel Valls, «le théoricien des gauches irréconciliables» fait preuve de «paresse intellectuelle». [Et paf!] En effet, le 27 octobre dernier, Manuel Valls déclarait ceci sur ce fameux « revenu universel »:  «Ce projet de revenu universel, c’est affirmer ce que doit être notre modèle social» . Signé Manuel Valls, Bordeaux, 27 avril 2016.

ce-projet-de-revenu-universel-cest-affirmer-ce-que-doit-e%cc%82tre-notre-modele-social

«(..) Notre modèle social», les archives .. [.]. Un « avis  de Gouvernement » partagé, non sans plaisir,  sur Twitter par l’ex- premier ministre sur son compte perso

le-revenu-universel-que-je-defends-cest-une-grande-innovation-sociale-garantir-un-revenu-a-tous-et-a-tout-moment

« (..) une grande innovation sociale  garantir un revenu à tous et à tout moment». Alors, Manuel Valls, « homme d’État»? On peut sincèrement en douter et sans aucune invective car, dans cet exemple,  « la paresse intellectuelle»  – pour ne pas dire-, la «farniente morale » est avérée comme pour le 49.3, une nouvelle fois .  C’est irresponsable de la part d’un ancien premier ministre qui, aux dernières nouvelles, revient sur sa parole de soutenir le vainqueur de la #PrimaireGauche. Le débat de demain sera une belle joute verbale ...

./Source.

#AssaTraoré, les vœux de «l’Autre France»: «Chers concitoyen(ne)s, chers tous, je suis… »

« L’Autre France », celle outragée et qu’on stigmatise vous présente ses vœux pour la Saison 2017. 

assa-traore-voeux-2017

Après les vœux de résistance 2011 de Stéphane Hessel, les vœux d’espoir 2012 de Moncef Marzouki, les vœux de lutte 2013 d’Édouard Martin, les vœux d’épopée 2014 d’Ariane Mnouchkine, les vœux de courage 2015 de François Morel et les vœux de paix 2016 d’OcéaneRosemarie, Médiapart donne à AssaTraoré l’occasion de vous présenter « nos vœux » pour cette nouvelle séquence (politique) 2017. Oui, je suis de « l’Autre France » et je partage son avis. Aussi, tradition obligeChers concitoyen(ne)s, chers tous

Bonne et Joyeuse Année 2017! Et surtout la santé… 

Vive la République et vive l’Autre France! Je vous remercie.

./Mediapart Prod...

Quand Lourdes tourne à l’eau de #Vichy: Le #FN balance l’adresse des réfugiés sur Facebook …

«Tous des bêtes sauvages, ils me dégoutent, des ordures sur le sol français», «Flinguer ces fils de putes! » etc. Des commentaires sur la page Facebook de la section Front National des Hautes-Pyrénées qui diffuse l’adresse des réfugiés hébergés à Lourdes via un post du 17 octobre repéré par Streetpress.

quand-le-fn-a-lourdes-diffuse-ladresse-de-refugies-sur-facebook

Délation, incitation à la haine, atteinte à la vie privée, divulgation d’informations pouvant mettre en danger le vie d’autrui, appel au meurtre. En prime, le numéro de téléphone de de la directrice du Centre d’accueil de demandeurs d’asile (CADA). La source de ce « fichier réfugiés »? Réponse du Conseiller régional FN, Olivier Monteil: «J’ai obtenu ces informations de source policière.». Tiens donc, la police …

 Bref, Lourdes tourne à l’eau de Vichy.

./Screen

 

 

 

Le Musée du #QuaiBranly et la « vie agréable » de certains esclaves. #Révision

Dans un livret pour enfants du Musée du Quai Branly, on apprend que certains esclaves avaient des vies « agréables » (sic), et que l’année 1964 marque « la fin de la discrimination raciale » aux États-Unis avec le Civil Rights Act. Ho?. Tranquille, ils ne regardent pas les chaines d’info américaines je crois ….

thecolorlinebanner1

thecolorlinebooklet1marked

« […] La plupart d’entre eux avaient été vendus par des Africains à des Européens […] » WTF? Des propos dans la lignée de Laurence Rossignol, la toujours Ministre du Gvt Valls sur « ces nègres américains qui étaient pour l’esclavage ». Révisionnisme ébranlé, nouveau chapitre destiné aux enfants de la République. Et ça se passe au Musée du Quai Branly. Ne rien dire à Jacques Chirac, ça peut l’achever.

[Édit] Via Twitter, le Musée du Quai Branly m’apporte une réponse

quai-branly-reponse-esclavage-livre-enfants

quai-branly-reponse-esclavage

Ça me va, pour cette fois. #TousEstPardonné, avec sursis. Voila où ça mène de retirer l’Histoire de l’Afrique des manuels au Collège. Dans l’attente de la nouvelle édition – et des poursuites éventuelles sur les rédacteurs de ce torchon-, je garde le [Bande de cons!]. Et Laurence Rossignol est toujours Ministre de la République, la DILCRA de Gilles Clavreul s’est spécialisé dans le « racisme dit inversé », etc. Pour finir, partageons l’avis de Nadège Ab., elle ne décolère pas…

Au quai Branly, le révisionnisme habituel concernant l’esclavage et la souffrance des Noirs : insinuer que les Noirs en sont responsables, qu’ils étaient heureux, que la fin légale de la ségrégation raciale aux États-Unis signe la fin des discriminations. Bla bla bla. Quand va-t-on cesser cette désinvolture totalement calculée à l’égard de l’histoire des Noirs et de leurs souffrances? Nous parlons d’une institution, nous parlons du quai Branly! Le livret pour enfants a heureusement été retiré grâce à la mobilisation des internautes sur les réseaux sociaux, mais surtout grâce aux historiens Laurence DC, Myriam Cottias, Romain Hurel, qui ont relevé ces énormités qui sont des insultes aux mémoires.

Tout cela après le dossier spécial du journal l’Express sur le bon vieux temps des colonies, où l’on chantait sans doute ensemble Hakuna matata dans le cadre d’une coopération culturelle. Il va falloir que les gens comprennent que ce genre de choses ne passera plus ! Ce qui est malheureux, c’est que pour ce type de sujet sérieux, on ne peut pas compter sur beaucoup d’alliés. Respecter l’histoire, les mémoires et les hommes, c’est vivre bien ensemble, aujourd’hui.

Nadège Abomangoli

./…

Laïcité: le « Briand » rappel de Yann Moix sur la loi 1905, Art 2 …

Hier soir sur le plateau de « On n’est pas couché » de Laurent Ruquier, le pas-gauchiste Yann Moix a lu pour nous -pour vous-, les détails de l’article 2 de la loi de 1905 qui fonde la laïcité en France, avec Aristide Briand dans le texte. Petite leçon d’histoire, c’est gratuit…

Parler de la laïcité, c’est se référer à son texte fondateur, c’est respecter sa substance et l’esprit d’Aristide Briand, rapporteur de la loi. -il porte bien son nom-. Et si cette lecture ne vous convient pas, alors il serait temps de se poser la question suivante: « Êtes vous vraiment laïque? ». Y réfléchir, ça évitera à certains de passer pour des imbéciles bloqués sur la file #Droite d’un #Cenacle insupportable.

Laïcité le Briand rappel de Yann Moix sur la loi 1905 Art 2 …

Yann Moix a été brillant, comme Aristide (grand défenseur de l’idée de la grève générale – comme Philippe Martinez-, député socialiste de Saint-Étienne en 1902, très proche de Jean Jaurès, secrétaire général du Parti socialiste français et Prix Nobel de la paix en 1926). Un homme de Gauche que certains qui s’en réclament aujourd’hui n’hésiteraient pas de qualifier de … (…) – je cherche leur expression fétiche, Ah j’ai trouvé! – « d’islamo-gauchiste », sans aucun doute.

(De rien, « bande de cons! »)

./…

« Incitation à la haine »: @LePoint fait son Mea culpa (presque) …

Des années et (carnets) d’incitation à la haine en Cover, et une pirouette pour « Prendre nous encore pour des demeurés » comme l’écrit Sébastien Fontenelle auteur de ce petit résumé.

Franz-Olivier GIESBERT ayant chanté ses « sourates en bande organisée » – avec Le Figaro, Valeurs Actuelles, l’Express de Christophe Barbier, le JDD, Minute, etc- se trouva fort honteux lorsque « la canicule morale » fut venue. Puis s’excusa, enfin presque …

Si j’étais arabe (ou musulman) je dirais: « Excuses » refusées! C’est sur la durée qu’on peut se faire une idée sur la véracité de certaines déclarations. Attendre un Édito complet, – on peut toujours rêver-, voire plusieurs numéros à la suite pour valider ce qui ressemble, sauf erreur, à un nouveau foutage de gueule.

./…