#Désintox: Non, la France n’a pas plus de fonctionnaires que les autres pays… #FonctionPublique

Dans le projet réforme de la #FonctionPublique, l’un des arguments avancés par le gouvernement & associés est le suivant: « On a trop de fonctionnaires en France % à d’autres pays ». Ah bon? Vérification, données de l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques de 2015)

Voila. Sauf embauche massive de fonctionnaires depuis 2015 – on l’aurait remarqué, le chômage toujours en hausse – on peut affirmer que, la France n’a pas plus de fonctionnaires que les autres pays. Une chose est vraie néanmoins …

« La France est le seul pays au monde où un ministre accusé de viol – présomption d’innocence en bandoulière- peut s’ériger en parangon de vertu pour décider de l’avenir des serviteurs de L’État en proposant de vite les démissionner »

./…

.

Publicités

«Bon baiser de #Macron»: Encore une taxe, hausse de la #CSG …

Bons baisers de Macron Hausse CSGCréée par la loi de finances 1991, la CSG (Contribution Sociale Généralisée) est un impôt assis sur l’ensemble des revenus des personnes résidant en France. La CSG concerne : les revenus d’activité (salaires, primes et indemnités diverses…), les revenus de remplacement (pensions de retraite, allocations chômage, indemnités journalières…), les revenus du patrimoine (revenus fonciers, rentes viagères…), les revenus de placement, les sommes engagées ou redistribuées par les jeux. Elle est prélevée à la source, direct sur ta feuille de paie.

Pendant que le Gouvernement de Philippe 1erMinistre d’Emmanuel Macron réduit à tour de bras les contributions des entreprises et les impôts du milieu autorisé, la CSG, l’impôt des premiers de corvée vient d’augmenter de 1,7 point

hausse-de-la-csg-macron-loiu-finance-2018

L’acharnement continue, c’est toujours les mêmes qui paient. Nouvelle taxe sur les revenus d’activité. Pour le prochain « barrage », prévoir des fuites parce que trop c’est …

Tiers payant généralisé Hausse taxe Macron

trop …

./…

Pendant ce temps, Emmanuel Macron annule les poursuites pénales pour fraude fiscale …

Versailles, Poutine, Congrès, Champs-Élysées, 14 juillet, Donald Trump, Sommet du G8, Paris 2024, Tour Eiffel, Tour de France, Rome, Bruxelles, Berlin, Mali, Tataouine, etc. Emmanuel Macron est partout sauf dans son bureau Pourquoi?  Eh ben, il bosse, disons qu’il occupe l’espace (médiatique) et la presse, car en même temps, dans le silence de la session parlementaire, il travaille en loucedé sur des « trucs politiques » qui ne s’affichent pas plus à la UNE de la presse. Exemple? Sur les poursuites pénales pour fraude fiscale (le verrou de Bercy)

Annulation des poursuites pénales fraude fiscale

Pendant qu’on regarde Top Gun (ou Top Chef) à Istres, il verrouille – et annule- les poursuites judiciaires, avec de nombreuses restrictions, c’est exceptionnel. Stratégie de la « diversion (politique) », et ça marche, semble t-il. Bref, Emmanuel Macron a annulé les poursuites pénales en cas de fraude fiscale, je répèteEt là, on comprend mieux ce tweet du premier ministre Édouard Philippe, son ennemi c’est pas la finance

Edourd Philippe Are You in Finance? Come to Paris!

La Grande É(in)vasion est #EnMarche. Il va finir par réhabiliter Jérôme Cahuzac

./…

Déficits publics et recapitalisation d’#Areva: Rendre à #Macron ce qui est à #Macron …

Dans Libération, on peut lire ceci: « Emmanuel Macron ne va pas se gêner pour noircir le tableau financier du pays et rendre responsable l’équipe gouvernementale précédente des futures mauvaises nouvelles – équipe dont il a pourtant été membre jusqu’à fin août 2016 ». C’est vrai, il y était, depuis mai 2012, d’abord à l’Élysée «conseiller économique de François Hollande» avant de conduire la politique économique de la France dès 2014 à Bercy. Des « déficits »: CICE, Pacte de responsabilité, entre autres largesses au profit du Medef. Aussi, l’alarmiste «audit des finances publiques» de la Cour des comptes (à lire ici), celui qui parle d’«errements», de «biais de construction», et des «textes financiers manifestement entachés d’insincérités»… est à resituer dans son contexte. Pour «Rendre à Macron ce qui est à Macron », j’ai refait le titre de l’article de Libé, un simple copier coller a suffit. Résultat …

MAcron Cour des comptes

Par ricochet, que reproche la Cour des comptes à l’ex ministre de l’économie et des déficits publics? Entre autres choses, la Cour des Comptes pointe du doigt la recapitalisation d’Areva et l’indemnisation des actionnaires – pour un surcoût de 2,3 milliards d’euros, soit 0,1 point de PIB, et c’est beaucoup. (Extrait rapport, synthèse, page 12)

Audit Cour des comptes Macron Bilan

Oui, Areva 86,52% du capital détenu par État– est dans le « rapport », comme c’est curieux. Et c’est drôle de voir Édouard Philippe de Matignon, ancien Directeur d’Areva, aux manettes de la critique contre le bilan du gouvernement dont a fait partie son boss Emmanuel Macron. Rappel de Mediapart

Edouard philippe Areva Cour des comptes

Une « recapitalisation » conséquence de son passage chez Areva? A vérifier. Donc, on résume (…)

« la Cour des Comptes recommande à l’attelage Macron-Philippe – deux copains et ex Young Leader de la promo 2012-, de prendre «des mesures fortes de redressement», c’est à dire, «d’instaurer l’austérité» s’ils comptent tenir l’engagement européen de retour au 3% des déficits publics, c’est à dire, trouver 8 milliards au total pour boucher le trou hérité du travail d’Emmanuel Macron, ex Ministre de l’Économie & des Déficits – on peut le dire-, conséquence, en partie, de la recapitalisation du Groupe Areva dirigé par Édouard Philippe l’actuel Gouverneur de France à Matignon « .

En mathématique comme en politique, pour comprendre (puis résoudre) l’équation des déficits publics, il faut, en amont, définir les « fonctions cachées des principaux acteurs », bien circonscrire leur domaine de définition avant de sortir sa « calculette », ça évite de se limiter aux simples variables d’ajustement (…).

./…

Là, F.#Hollande exagère: La finance « l’ennemi imaginaire » is back! Act 2 …

Je ne voulais pas mais là. Je résume, pas besoin d’en dire plus.

Mon ennemi c'est finance Act 2

Comme en 2012! Là, désolé les copains-copines de la Team FH2012 je me désolidar (euh) .. démobilise! Encore. Faut pas exagérer. Peut-être bien qu’il parle d’ E. #Macron si ça se trouve. Vérifions…

« Je vais vous dire qui est mon adversaire, mon véritable adversaire. Il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti. Il ne présentera jamais sa candidature. Il ne sera donc pas élu. Et pourtant, il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance. » (François Hollande – Le Bourget – 22 janvier 2012)

Bref, la Finance « l’ennemi imaginaire » s’inquiète déjà. A moins de suivre les conseils d’Arnaud Montebourg, la présidentielle 2017 risque d’être très drôle

./…

Et en plus, ils ont de l’humour les Grecs…

Ce tweet de Yanis Varoukakis, le ministre des Finances grec à l’attention de Christine Lagarde (directrice générale du FMI) est à archiver..

 Il confirme non sans humour que la Grèce ne paierait pas l’échéance de 1,5 milliard d’euros qu’elle doit au FMI avant ce soir à minuit, « les banques sont fermées! ».  Tweet partagé par CNN, mais à vérifier, s’il a osé… c’est gonflé. L’Europe et le FMI voulaient manger « Grec », ils sont tombés sur un os.

Excellent.

(…)

#Swissleaks : C’est l’histoire d’un mec qui rêvait d’une banque… #HSBC

C’est l’histoire d’un mec, normal le mec, sympa, (je reprends, pour l’instant il n’y a qu’un seul mec, faut suivre…), le mec, il rêvait d’une banque mais pas n’importe laquelle! «une banque idéale qui soit faite spécialement pour lui. Attention pas une banque qui l’oblige à prendre des trucs qui servent à rien, qu’il ne comprend pas, ça non! Une banque qui penserait à ses intérêts (au mec) avant de penser aux siens!» (…).

Ce mec, avec beaucoup d’autres (là, il y a plusieurs mecs avec le même fantasme!: «rêver d’une banque», dans le tas on compte des politiciens, des icônes du sport, des capitaines d’industrie, des vedettes du showbiz , des rois etc), ils avaient trouvé dans une filiale de la banque britannique HSBC à Genève une grosse et belle combine pour une grande évasion fiscale en bande organisée. C’est ce que révèle le Monde qui dévoile les dessous d’un gigantesque scandale financier. C’est explosif, du lourd! 180,6 milliards d’euros, plus de 100 000 clients dans le monde et de 20 000 sociétés offshore, écrit le journal qui nous explique ce particulier mécanisme …

«Je rêve d’une banque… ». Au fait le mec, il disait quoi déjà en 2009 sur l’évasion fiscale? Le Huffingtonpost a fait les archives, et c’est plutôt pas mal…

Pasdamalgam! Mais si vous avez d’autres noms..

A suivre.

(…)

Le bon vieux RIB est mort, et SEPA grave… #Europe

SEPA EuropeL’Europe c’est génial! Ils ont choisi le vendredi 01 août, une période où les citoyens se croisent sur la route des vacances, pour lancer une grande réforme des opérations bancaires, c’est fantastique! Depuis ce matin, c’est…

Welcome SEPA! [Single Euro Payments Area, en français, Espace unique de paiement en euros], c’est un nouveau truc pour simplifier les virements bancaires. Le bidule SEPA va remplacer notre bon vieux RIB. Objectif? instaurer un système de prélèvement et virement unique pour les usagers bancaires de l’union européenne. Garez-vous sur l’aire de repos, je vous explique…

20140801-091555-33355885.jpg

Donc, le bon vieux RIB va rester dans l’IBAN (International Bank Account Number) et, la fiabilisation de l’acheminement des fonds se fera avec le BIC (Bank Idenfier Code). Non, ce n’est pas notre bon vieux bic d’écolier, c’est un autre truc, du ex-nihilo. Ce qui change pour les prélèvements?

1. Avant, on avait le circuit suivant.

20140801-092036-33636210.jpg

2. (Mais ça c’était avant). À partir d’aujourd’hui, Clémence…

20140801-092145-33705958.jpg

Voilà pour la nouvelle norme unique valable dès aujourd’hui dans les 28 pays membres de l’Union européenne. RIP le RIB, et SEPA grave!

(ou pas).

(…)

Le FMI avoue: il n’existe pas de seuil entre dette publique et perspectives de croissance…

FMICommençons par la conclusion: l’austérité imposée par le FMI, c’était une connerie de première! En effet, le Fonds Monétaire international (FMI pour les victimes) vient remettre en cause l’étude économétrique à la base de sa politique d’austérité imposée pendant la crise.

Dans Le Monde.fr qui décrypte l’info, on peut lire:«La croissance d’un pays ne ralentit pas automatiquement lorsque sa dette publique dépasse le seuil de 90 % du PIB». Conclusion d’Andrea Pescatori, Damiano Sandri et John Simon dans une très récente étude intitulée «Dette et croissance: y a-t-il un seuil magique?» («Debt and Growth: Is There a Magic Threshold? »).»

20140219-212751.jpg

Le FMI avait donc tout faux lorsqu’il affirmait qu’ « un taux d’endettement public supérieur à 90 % du PIB entraîne systématiquement une baisse du taux de croissance. Et ce, quel que soit le niveau de développement du pays« . Cette conclusion contraignante et erronée qui fondait ses politiques d’austérité était une vraie connerie, un foutage de gueule manifeste avec de terribles conséquences. La Grèce devrait porter plainte…

Après vérification (des centaines de données économétriques, des milliers de lignes de code), nos trois spécialistes du FMI, dans un joli « Oups, on s’était trompé! » affirment: «Nous n’avons trouvé aucune preuve d’un seuil particulier d’endettement au-dessus duquel les perspectives de croissance à moyen terme seraient significativement compromises (…) Les pays ayant une dette publique élevée mais en voie de diminution affichent en effet des taux de croissance similaires à ceux de pays beaucoup moins endettés». Ah bon? « Aucune preuve? » Et qui va rembourser les faillites? (On a les preuves, nous).

Certains d’entre vous doivent se dire: »Chouette! laissons courir la dette! » Mauvaise idée, car un niveau élevé de dette publique rend le PIB plus volatil, notamment à cause de la pression des marchés et des mesures d’austérité mises en place pour tenter de redresser les finances publiques. « Arrêtons l’austérité alors!« . Pourquoi pas, on va attendre d’en savoir plus, je vous signale que la nouvelle affirmation vient du FMI!. La prudence est donc de mise. Non, on ne peut pas porter plainte pour « mise en danger de la vie d’autrui« .

Enfin, je n’en sais rien.

(…).

Une dégradation purement «idéologique» de la France pour P. Krugman…

Paul KrugmanLe prix Nobel d’économie Paul Krugman vole au secours de la France dans une tribune libre dans le NYTimes.

L’économiste américain pense que la «dégradation de la France» par Standars&Poors est une «dégradation purement idéologique» fondée sur rien. Il parle de volonté de «tuer l’État providence». Les mots sont forts. Quelques extraits….

«Donc, S & P a abaissé la France. Qu’est-ce que cela nous apprend?» écrit Paul Krugman, sa réponse est: pas grand chose de la France. Il pense qu’il ne faut pas insister sur cet avis car les agences de notation n’ont aucune information particulière sur la solvabilité nationale — surtout pour de grands pays comme la France.

«Est-ce que S & P a connaissance de l’état réel des finances françaises?» Non dit-il,  S&P a t-il un meilleur modèle macroéconomique? Pour lui, il est utile de comparer les projections du FMI pour la France avec ceux d’un autre pays bien côté par Standard & Poors, il prend l’exemple du Royaume-Uni pour un comparatif basé sur les projections du FMI jusqu’en 2018 .

110813krugman1-blog480

 1. Ainsi, la France fait mieux que le Royaume-Uni sur le PIB à ce jour, et le FMI s’attend à ce que cet avantage persiste. 2. La France est légèrement moins endettée, et le FMI s’attend à ce que cette différence s’élargisse un peu.

«Alors pourquoi la France est-elle déclassée?» (So why is France getting downgraded?)  s’interroge Paul Krugman. Parce que pour S&Poor la France n’a pas réalisé les réformes qui permettront d’améliorer ses perspectives de croissance à moyen terme.

«Comment savoir quelles sont les réformes économiques qui vont générer la croissance? (…) Les discours de la Commission européenne sur les réformes structurelles et ses bienfaits ne s’appuient sur rien». Personne ne sait avec certitude quel sera le taux de croissance à terme de la politique menée par François Hollande: «Does anyone really know that Hollande’s policies will mean growth that is x.x percent — or more likely, 0.x percent — slower than it would be if Olli Rehn were put in control? No.»

So, again, where is this coming from? Et de poursuivre (je résume): «Je suis désolé, mais je pense que quand S & P se plaint de l’absence de réforme, il s’agit principalement de démanteler l’État-providence (…) il se plaint en fait de ce que Hollande augmente, plutôt que baisse, les impôts sur les plus hauts revenus, et qu’il n’est pas assez favorable, de façon générale, au libre-marché pour satisfaire les principes de Davos..(…) Mais ne prenez pas cette décote comme une démonstration que quelque chose est vraiment pourri dans le royaume de France. ».

Conclusion de Paul Krugman: «Cela tient davantage de l’idéologie que d’une analyse économique défendable» (It’s much more about ideology than about defensible economic analysis). Pas mieux. Lire en anglais  sur le NYTimes :

PAul Krugman NYTimes

Ideological Ratings (Paul Krugman, Économiste de Gouvernement, n’en déplaise à MarcVasseur)