#QuiSuisJe? Des « origines et des hommes », voyage au pays de l’ADN..

D’abord une assertion: « Non, le tweet n’est pas un objet instantané, sa durée de vie est tributaire du message qu’il véhicule ». Exemple, ce tweet édité le 26 juin dernier, de nouveau à la UNE après un RT heureux. La vidéo intégrée se regarde…

Alors, #QuiEtesVous? Attention – je précise-, ce voyage dans le monde merveilleux de l’ADN n’est pas une recommandation pour tous car cela peut être très dangereux. En effet, sans évoquer la possible crise cardiaque qui l’accompagne, le risque de retrouver dans la « branche génétique des cons » n’est pas à exclure. Ou l’inverse. Bref, une émission télé malheureusement absente du paysage audiovisuel français. Dommage, ça nous aurait bien fait marrer…

./…

Publicités

S’il y avait un «Conseil représentatif des institutions Juives de France» (le CRIF), @Enthoven_R trouverait ça immonde, et il aurait tort.

En réponse au tweet du « fil-aux-œufs » Raphaël Enthoven – signalé par l’ami Gauche de Combat – on va s’autoriser ce titre pour résumer l’imbécilité ambiante qui circule librement de nos jours…

Raphael Enthoven

Oui, il n’y a pas de raison que ce soit toujours les mêmes qui dérouillent. Dans l’attente du célèbre «Ah mais c’est pas pareil!» ou, «Il ne faut pas comparer!», etc, je me dois de rappeler à l’assistance que Enthoven l’a fait – c’est son droit-, et que la devise même de la République est: « Liberté » – Égalité – Fraternité ». Et nul besoin de dire que « la mauvaise foi ou la racisme s’habille toujours chez très bonne intention. Et j’ajoute, opposé à « l’initiative du Conseil représentatif des associations noires de France» dans sa lutte contre ce passé raciste statufié dans nos villes, je suppose que …

« … Si Raphaël Enthoven était américain, il serait très certainement aux côtés des suprématistes blancs de Charlottesville, s’opposant au déboulonnage des statues des esclavagistes. On trouverait ça immonde, et on aurait raison » …

Pour finir, une maxime qui désormais m’accompagnera dans la jungle numérique, ce ring sans gants..

« Un jour, j’ai dit ce qu’ils ne voulaient pas entendre, et je me suis senti mieux ».

Fait [Lire la suite].

./…

 

​Que faire des statues des #négriers et #suprémacistes blancs de France? Question…

635px-Mascaron_nantais_02C’est bien de regarder vers les Amériques et de se réjouir du démantèlement des statues des suprémacistes blancs, il serait peut-être temps de se poser la même question pour nos suprémacistes & négriers Bleu-blanc-rouge. Oui, il y en a, beaucoup.

À toutes fins utiles, je rappelle aux uns et aux autres – comme ça- que notre belle république est truffée « d’objets du même calibre », résultat de plus de 400 ans de participation, aux premières loges, dans le  « commerce triangulaire » lors de la traite négrière. Il suffit de se promener en levant les yeux devant les riches bâtisses à Nantes par exemple – le principal port négrier français-, pour découvrir ce « vernissage d’un autre temps ».  Et pour ne pas faire de jaloux, on va citer La Rochelle, Le Havre, Bordeaux, Saint-Malo, Lorient, Honfleur, Marseille, Dunkerque, Rochefort, Vannes, Bayonne, Brest, Paris, etc. Dans les artères de ces villes, en plus des statues négriers, on trouve aujourd’hui encore, les marques de «l’Art Nègre Panthéonisé» sur les frontons de riches et belles demeures, des œuvres gravées du sceau de cette «belle époque» où le «bois d’ébène» avait une très grande valeur marchande. Aussi, Slate pose  la question: « Que faire des statues des négriers français »?  Extrait du beau papier de Slate.fr.

Le « débat sur la Mémoire de l’esclavage » est posé. Certains proposent de «Débaptiser les collèges et les lycées Colbert», ministre de Louis XIV et acteur de la légalisation de l’esclavage. Le retirer de l’espace public. Mon avis: les virer, mais ne pas les détruire, les garder dans « le Musée de l’esclavage » – À construire, dans Paris par exemple (une idée). L’option « Musée des horreurs » n’est pas à exclure. En plus – c’est dimanche et j’ai le temps, -, je propose de les remplacer par les statues des « gens propres » et qui ont fait la grandeur de la France, dans le droit fil de l’identité française, ce patrimoine commun.  A ce propos …

Pour la journée du patrimoine, Emmanuel Macron était à Villers-Cotterêts pour un retour sur un acte fondateur de notre identité: l’ordonnance de 1539 par François Ier, « qui fait du français la langue officielle », [Macron]. « Si nous parlons tous le français, c’est grâce à l’ordonnance de Villers-Cotterêts », [Stéphane Bern]. Au delà de la polémique autour de cette approximation historique,  je vais m’attarder sur le très peu cité personnage central au cœur de cet Édit: Alexandre Dumas, l’un des plus écrivains français, le plus lu dans le monde, un personnage haut en couleur qui, comme tout le monde le sait très bien, était … noir. Disons … « pas blanc » bien qu’interprété au cinéma par Gérard de Depardieu.

Alexandre Dumas.jpg_large

C’est lui. Puisque l’Édit de Villers-Cotterêts – On va dire « ordonnance Alexandre Dumas » – est l’acte fondateur de notre identité, – ce qui me propulse de facto dans « notre identité (Youpi!) – je propose de remplacer les statues des suprémacistes français par celui Alexandre Dumas, par exemple. Une statue Joseph Bologne dit Chevalier de Saint-Georges à Versailles ne serait pas mal je crois. Voila pour ces deux français « victimes des négriers suprémacistes blancs de France ». Dans ce « Grand Remplacement », je propose qu’on érige une statue d’honneur à Robert Badinter, Père de l’abolition de la peine de mort en France. Le manuscrit de son discours devant l’Assemblée nationale est à lire. Et une statue pour Simone Weil – loi du 17 janvier 1975 relative à l’interruption volontaire de grossesse (IVG)». Les gens biens, ce n’est pas ce qui manque en France. Alors, Kékonfait des statues de nos suprémacistes français? Vous avez 4 heures – et pas 400 ans-.

[PS: Dans l’hypothèse « c’est une idée insupportable! Mais pourquoi donc tu nous stigmatises? », dans cette hypothèse, je propose qu’on les naturalise citoyens américains pour commencer, puis on les déboulonne, ça passera mieux je crois. Sans oublier l’option déchéance de nationalité. De rien]

À vous.

./…

Chez #Nathan, en plus de l’exo de maths «Calcul des #Migrants», Omar SY & le Moyen-Âge…

Révélé par Valerio Motta et épinglé chez Claire H sur Facebook, le très célèbre «Édition Nathan» propose aux élèves de terminales ES et L un curieux exercice de mathématique, collection Hyperbole. Pas de bol.

Edition Nathan calcul des migrants exe maths

Comment « aimer les maths » dans cette France 2017 où l’on peut calculer la quantité de migrants qui arrivent en Méditerranée. Et que dire de la chute? « Arrondir à l’unité », Elodie J. a failli s’étouffer: «Ah… ouf, manquerait plus qu’il faille être précis en plus». Pour «se justifier», Les Éditions Nathan nous donne à lire l’explication 2ème effet Kiss Cool, (extrait)…

Nathan Exo maths migrants

Des fois se taire c’est mieux. Dans sa tentative désespérée d’arrondir les angles, l’Éditeur Nathan a oublié une chose et pas des moindre; la curiosité du monde 2.0 et sa faculté à s’intéresser à l’Histoire de France, particulièrement à cette belle et haute période de la France bien avant l’arrivée massive des migrants, le Moyen-Âge. Pour l’illustrer, Ed. Nathan  livre Omar Sy en pâture

Omar Sy Edition Nathan Moyen-âge migrants

Drôles de questions: « Dis ce que tu vois sur cette photographie », mieux: « Trouve deux raisons pour lesquelles cette scène (sic) n’aurait pas été possible en France au Moyen-âge ». Je vous laisse le plaisir de la réponse attendue par les Éditions Nathan.

Mathématiques & Histoire, une transdisciplinarité qu’il fallait bien illustrer n’est ce pas? Oui, dans les manuels scolaires (Nathan, 2017), on propose non seulement de calculer la quantité de migrants qui arrivent en Méditerranée, mais aussi de bien «Comprendere» -en Latin-le Moyen-âge avant les migrants. À se demander si cette « pédagogie » se fait avec l’autorisation du Ministère de l’Éducation Nationale ou pas. La question se pose. Michel Blanquer, Ministre de service nous doit une explication je crois …

./…

Quand le #Rap français dézingue les #Nazillons de #Charlottesville, mais pas que …

Un son ou « message de la banlieue française », et ne s’adresse pas qu’aux Ricains ..

C’était une « carte postale des Cités ». Produit du collectif Logos Admetos 

./…

#AdamaTraoré, mort parce que #Noir? On va finir par le croire… #1andéja.  

Mort à 24 ans suite à un contrôle de gendarmerie à Persan dans le nord du Val d’Oise le 19 juillet 2016, asphyxié – sous le poids de 3 gendarmes- selon le dernier rapport d’autopsie. Avis d’expert.

#AdamaTraoré, mort parce que #Noir?

On va finir par le croire, une question qu’on ne se pose pas d’ailleurs, on se demande bien pourquoi. Il aurait eu 25 ans aujourd’hui, un an déjà et (…) toujours rien de la part des « autorités compétentes« . Pensées pour la famille, pour la vaillante frangine Assa Traoré, et pour #OumaTraoré, maman de « 7 à 8 gosses » selon la pensée de JupiterNon, «un noir bien portant n’est pas un malaise cardiaque qui s’ignore». Qu’on se le dise…

#JeSuisAdamaTraoré.

./…

 À chacun son « civilisationnel »? Trois fœtus dans un frigo à Rennes, France. Ho!?

Là, on va dire, sans se moquer, ou juste un peu, que «le civilisationnel d’Emmanuel #Macron» prend un grand coup dans la tronche». Et, la femme noire qui doit être «MDR» comme diraient les «7 à 8 d’jeuns par femme d’Afrique». Ce cas précis d’infanticide qui trop souvent se répète en France – malheureusement – je l’évoquais hier déjà …


Et paf! Trois d’un coup dans le congélo! Et ça vient critiquer les « 7 à 8 gosses vivants par femme d’Afrique ». Précision: Le 1er qui me parle de «déni de grossesse» je le vire, point. À chacun son «civilisationnel», faut pas deconner, y a pas de raison que ça soit toujours les mêmes qui ramassent. [Désolé, mais les propos de Macron sur la «fécondité de la femme africaine» ne passent pas, et ça ne risque pas d’ailleurs…]. Voilà.

Le « civilisationnel » est une proximité que trop souvent on ignore (Pensée)

./source

[Le Résistant inconnu] Addi Bâ dit « le terroriste noir », mort pour la France …

Charismatique et séducteur, Addi Bâ est mort pour la France. Dans «Nos patriotes», le cinéaste français, Gabriel Le Bomin, revient sur son parcours exceptionnel.

Nous sommes dans les années 40. La France est attaquée. Elle est sous le joug hitlérien. Un homme, Addi Bâ, adopté en Touraine et originaire de la Guinée, souhaite la défendre, comme engagé volontaire dans le 12erégiment des Tirailleurs sénégalais. Il sera fait prisonnier dans la Meuse par l’armée allemande.

Pas pour longtemps, car il parvient à s’échapper. Se réfugie dans la forêt vosgienne. Et c’est par le truchement de l’institutrice du village de Romaincourt que viendra son salut. Entre-temps, la Résistance voit le jour. Addi Bâ la rejoint et prend la tête d’un groupe de maquisards. Grâce à son charisme et à sa bravoure, il se révèle en mettant sur pied des stratégies fortes et efficaces. Pour vaincre l’ennemi allemand. Malheureusement, il sera dénoncé, arrêté, torturé, exécuté par les soldats d’Hitler. A qui il refusa de communiquer la moindre information sur ses frères d’armes.

Le « terroriste noir »

C’est ce parcours exceptionnel, cette histoire vraie que le cinéaste français Gabriel Le Bomin tente de camper dans son dernier long métrage, Nos patriotes. Comme l’avait fait auparavant le Prix Renaudot, Tierno Monénembo, dans Terroriste noir, surnom que les Allemands avaient donné à Addi Bâ. Un résistant qui a déjà été honoré par la République française en 2003 mais aussi par les villes de Tollaincourt et Langeais.

[Par Guillaune Camara (in AfricainsMag)]

./…

«Tolérer une discrimination c’est justifier toutes les autres» [Msg de Service /Ch. Taubira] …

A toutes fins utiles, message de service  (By Christiane Taubira). Avec p’tite modif. À tous ceux qui s’amusent à justifier l’injustifiable, à ceux qui se cachent derrière des « immunités imaginaires«  ou qui s’inventent des excuses-à-la-con.  Oui, pour tous ceux qui ont des toiles d’araignée dans la tête

Tolérer une discrimination justifie toutes les autres

Oui, « Tolérer une discrimination c’est justifier toutes les autres ». Maintenant vous savez. Et si ça peut aider.

Bien cordialement.

./…

« Discours sur le racisme » ou « la peur du Front national moi non plus » [Aimé Césaire revisité]…

Discours sur le racisme (colonialisme Aimé Cesaire FN Présidentielle 2nd tourEt puisqu’il m’est autorisé de parler de la menace Front national et donc du racisme, allons droit au mensonge principal à partir duquel prolifèrent tous les autres.  «Une société qui s’avère incapable de résoudre les problèmes que suscite son fonctionnement est une société décadente» écrivait un grand poète noir, Aimé Césaire, le «nègre fondamental», dans son «Discours sur le colonialisme, 1950» de 1950, 1ère Édition. Un texte fondateur, un réquisitoire, un pamphlet poétique retiré des programmes scolaires en 1995 par François Bayrou alors Ministre de l’Éducation nationale. Soit. Je vais ici le reprendre, l’actualiser et le déstructurer au nom de la raison critique dans la « France de l’entre deux tours», pour comprendre et saisir avec fruit, les dessous de cette société moribonde qui s’effondre et qui dans sa chute se répète sans cesse: « jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici (..)».

Le fait est que, notre société telle que l’ont façonné des siècles de Lumières refuse de résoudre les problèmes majeurs auxquels son existence a donné naissance: le problème de sa pluralité et de ses influences multiples; que, déférée à la barre de la «raison» comme à la barre de la «conscience», cette France-là est impuissante à se justifier; et que, de plus en plus, se réfugie dans une hypocrisie d’autant plus odieuse qu’elle a de moins en moins la chance de tromper son monde. Et aujourd’hui, il se trouve que ce ne sont plus les masses venues d’ailleurs qui la menacent, ou qu’on incrimine sur la place publique, aujourd’hui, l’acte d’accusation proféré sur fond de racisme accepté, est un aveu de culpabilité de ceux qui osent encore s’ériger en parangon de vertu. Une société de bonne foi certes, mais d’une hypocrisie collective où l’on pose malhabilement les problèmes pour mieux légitimer les odieuses solutions qu’on leur apporte. Et elle s’obstine à éviter l’innocente question initiale:

Qu’est-ce qu’en son principe que le racisme ?

« Lutter contre » n’est ni entreprise philanthropique, ni volonté de reculer les frontières de l’ignorance. Je trouve que l’hypocrisie n’est pas de date récente, (…) le grand responsable dans ce domaine est le pédantisme collectif, pour avoir posé les équations malhonnêtes: « colonisation civilisatrice », «intégration à la française», «BanlieueStigmatisation des esprits», etc. Et ne pouvaient s’ensuivre que d’abominables conséquences racistes. Il faudrait d’abord étudier comment la France travaille à déresponsabiliser le Français, à l’abrutir au sens propre du mot, à réveiller ses instincts enfouis, (violence verbale, haine raciale, relativisme moral, etc.), et montrer que, …

 » (..) chaque fois qu’il y a un acte raciste et un œil crevé et qu’on accepte, chaque fois qu’il y a une violence policière et qu’en France on accepte, chaque fois qu’il y a une discrimination et qu’on accepte, il y a un acquis de la morale qui pèse de son poids mort, une régression universelle qui s’opère, une gangrène qui s’installe, un foyer d’infection qui s’étend, et qu’au bout de toutes ces valeurs violées, au bout de tous ces mensonges propagés et de toutes ces expéditions punitives tolérées, au bout de cet orgueil encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de la société, et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement de la République .

Racisme choic deuxièlme tour Présidentielle 2017Et alors un beau jour, au lendemain d’un dimanche d’élection, elle est réveillée par un formidable choc en retour: La haine suprême est aux portes du pouvoir, les fachos s’affairent et discutent déjà autour des chevalets. On s’étonne, on dit: «Comme c’est curieux! Mais Bah, c’est le nationalisme, on fera barrage, et ça passera  (..)». Et on se tait à soi-même la vérité, que ce racisme déjà installé est une barbarie, celle qui résume la quotidienneté des Barbaries

« Et on attend, on espère, et on oublie qu’avant d’en avoir peur, avant d’en être la victime éventuelle, on en a été le complice; que ce racisme-là, on l’a supporté, on l’a absous, on a fermé l’œil là-dessus, que ce nazisme-là, on l’a légitimé, parce que, jusque-là, il ne s’était appliqué qu’à des êtres serviles; que cette sauvagerie hurlante, on l’a cultivé, on en est responsable, et qu’il sourd, qu’il perce, qu’il goutte, avant de l’engloutir dans ses eaux rougies de toutes les fissures de la société ».

Oui, il vaudrait la peine d’étudier cliniquement, dans le détail, le laxisme collectif dans la lutte contre les discriminations, et de révéler à la société toute entière, aux très distingués donneurs de leçons, qu’ils portent en eux une intolérance coupable, que la haine nationaliste est son Pétain et le racisme l’habite, que s’ils le vitupèrent aujourd’hui seulement, c’est par manque de logique, …

 (..) et qu’au fond, ce qu’ils ne supportent pas dans ce miroir, ce n’est pas le racisme en soi, ce n’est pas le crime contre l’homme, c’est le crime contre soi, ce qu’ils ne supportent pas par dessus tout, c’est la peur de se voir appliquer des procédés dont ne relevaient jusqu’ici que les « commis de la république » dont ils étaient les Maîtres.

Et c’est là le grand reproche que j’adresse aux pseudos « barragistes de l’entre deux-tours-et-puis-s’en-vont», aux «chiens de garde du colonialisme», aux «macrotteurs politiciens lèche-chèques», aux «académiciens goitreux endollardés de sottises», aux «ethnographes métaphysiciens et dogonneux», aux «intellectuels et hommes politiques convaincus de leur  «supériorité dolicho-blonde»,  à tous ces «Bidault aux airs d’hostie conchiée», etc., je leur reproche d’avoir trop longtemps rapetissé les valeurs de la République, d’en avoir eu, d’en avoir encore une conception étroite et parcellaire, partielle et partiale et, tout compte fait, sordidement raciste.

Faut-il pour autant rejeter dans les ténèbres de l’oubli tous les faits d’armes de la lutte contre le racisme ?

Non. Il est des tares qu’il n’est au pouvoir de personne de réparer et des fautes qu’on n’a pas fini d’expier, mais chaque jour qui passe, chaque déni de justice, chaque réclamation noyée, chaque scandale étouffé, nous fait sentir combien notre société est malade, moralement atteinte. Une société qui, irrésistiblement, de reniement en reniement, appelle sa propre haine. À se replier sur elle-même, une société, quel que soit son génie intime, s’étiole, et la grande chance de la France est d’avoir été un carrefour, et que, d’avoir été le lieu géométrique de toutes les idées, le réceptacle de toutes les philosophies, le lieu d’accueil de tous les sentiments en a fait le meilleur redistributeur d’énergie, l’échange est son oxygène. Et le 07 Mai 2017, viendra la nouvelle  «expropriation pour cause d’utilité publique».

[…]

Lyon, 30 avril 2017. Guy-Alain B. « Discours sur le racisme », adaptation (très) libre du texte d’Aimé Césaire «Discours sur le colonialisme, Chap. – À l’origine du Nazisme – (1955), Paris Sorbonne, 4ème Édition».

./…