L’adversaire d’Angela Merkel est une femme: «Sarha la Rouge» …

Députée du Bundestag, Vice-présidente du parti Die Linke (Gauche), la nouvelle icône Allemande ne l’a pas dans sa poche. «Sarha la Rouge», portrait (L’OBS)…

 Sahra la Rouge, l'icône anti-Merkel

La quarantaine (comme Alexis Tsipras), Sahra Wagenknecht, née à Iéna, la cité des poètes et des philosophes (Goethe, Fichte, Hölderlin, Schiller…), germano-iranienne, elle a voté « non » au second plan d’aide aux Grecs, pas pour les mêmes raisons que ces z’allemands qui ne veulent plus payer pour la Grèce. Elle tire donc à boulets rouges sur «Mutti», surnom d’Angela Merkel, ne pas confondre avec Ornela Muti, surtout pas…

«Vous êtes en train de mettre en place une colonie financière ! (…) le concept de plans d’aide à la Grèce est un énorme mensonge. Les crédits ne sont jamais parvenus au peuple grec. Cela a d’abord servi à sauver les banques allemandes et françaises. Ensuite, on a transféré les dettes, qui étaient déjà très élevées en 2010, aux contribuables européens. (…) Pousser la Grèce à faire plus d’austérité n’a pas de sens. Il faut effacer une partie de la dette car cela ne sert à rien de vouloir résorber des vieux crédits avec des nouveaux crédits. Cela ne fera qu’appauvrir le pays et ne relancera pas son économie».  Dominique Strauss a dit la même chose, à peu près.

On ne sait pas si elle sera à Frangy aux cotés d’Arnaud Montebourg et Yanis Varoufakis, ça risque d’être drôle, très. Bref, Angela Merkel a une adversaire en Allemagne, une vraie, Sarha La Rouge, et c’est pas une Grecque

(Screen)

Et voila! Alexis Tsipras déprime, sa mère s’inquiète (ou l’inverse)…

«Dernièrement Alexis ne mange plus, ne dort plus, mais il n’a pas le choix, il a une dette envers le peuple qui lui a fait confiance (…) Je ne le vois plus que rarement. Il va de l’aéroport au Parlement. Il n’a pas le temps de voir ses propres enfants, comment pourrait-il me voir moi ?» confidence de sa mère Aristi Tsipras, 73 ans, à l’hebdomadaire people Parapolitika cité par Le Parisien.

Ou l’inverse: « Sa mère déprime, Alexis Tsipras (40 ans) s’inquiète, pour elle», c’est pareil. C’est la faute aux allemands! Toujours les mêmes, ils oublient que «derrière chaque Grec, il y a une maman qui souffre et qui s’inquiète».

A. Tsipras

La main sur le cœur, pour la Grèce, son fils.

(…)

Infographie #Grèce: Ce qu’il faut retenir de l’accord…

Pour résumer l’#AccordGrec, une petite infographie.

Des questions? Si oui, c’est dans les commentaires, si non, c’est pareil. Et si vous faites les réponses aussi, ça m’ira très bien! Merci. [Source: VisaActu]

(…)

Le « catalogue des atrocités » de l’EuroGroup (in Spiegel)… #ThisIsACoup

« Catalogue des atrocités ». C’est en ces termes que le journal allemand Spiegel qualifie les dernières recommandations de l’EuroGroup à la Grèce.

Propositions de l'eurogroup grèce catalogue des atrocités

Le Spiegel parle à raison de l’humiliation délibérée de la Grèce avec une série de mesures que le Journal LeMonde résume pour nous :

  • Implication totale du Fonds monétaire internationale, qui a jusque-là refusé de remettre la main à la poche en raison du défaut de paiement grec acté depuis le 1er juillet. Un prérequis à tout nouveau programme d’aide par l’intermédiaire du Mécanisme européen de stabilité (MES). Le montant de celui-ci est évalué entre 82 et 86 milliards d’euros dans le document.

Ensuite, l’Eurogroupe demande à la Grèce des efforts en trois temps :

  • D’ici au 15 juillet, c’est-à-dire mercredi, Athènes doit adopter une série de mesures prioritaires incluant, entre autres, une réforme de la TVA et du système fiscal ou encore des mesures anticipées préparant une réforme du système des retraites.
  • Ensuite, une nouvelle série de conditions: Durcissement des réformes proposées par Athènes en prenant mieux en compte la situation économique et financière de la Grèce, réforme des retraites, Réforme commerciale incluant des mesures sur le travail du dimanche.., Privatisation de la compagnie d’électricité, une révision du droit du travail (en matière de négociations et de licenciements collectifs…) et, renforcement du secteur financier.
  • Enfin, Modernisation et renforcement de l’administration grecque, amélioration des méthodes de travail avec les institutions européennes. Surtout, une vague de privatisations, ou la mise en place d’un fonds basé au Luxembourg, chargé de la gestion des privatisations et des actifs qui en émaneraient.

Et « Si un accord ne pouvait être trouvé, la Grèce se verrait proposer de rapides négociations sur une sortie temporaire de la zone euro, avec une possibilité de restructuration de sa dette ». Rien que ça. Si même les allemands doutent de la grosse ficelle de l’Eurogroup, on peut parler de «catalogue d’atrocités» comme l’écrit le Spiegel, un coup d’état (P. Krugman), voire d’une annexion, celle de la Crimée par la Russie, c’était le «Club Med!». Bref, le vrai problème de l’Europe, c’est l’EuroGroup, et l’Allemagne.

(…)

F. Hollande : le «nouvel homme fort de l’Europe»? in Die Welt (journal Allemand)…. #NoGrexit

«Flanby»? C’est fini, «François Hollande is the new homme fort de l’Europe»  pense le journal allemand DieWelt dans son édition en ligne du 10 juillet dernier:«Wackelpudding » Hollande wird zu Europas neuem starken Mann».

Hollande Die Welt

Un titre qu’on attribuerait facilement au courageux Alexis Tsipras qui n’a pas démérité dans son combat face à l’EuroGroup et qui se bat aux côtés du peuple Grec depuis tant de mois dans un engagement désintéressé. N’empêche, la dernière déclaration de F. Hollande suscite l’admiration, une promesse à tenir.

F Hollande nouvel homme fort de l'Europe

Interférence dans le dossier Grec avec véhémence sur la question de la dette, met tout en œuvre pour que la Grèce reste dans l’Euro, aide la Grèce dans la rédaction de son nouveau programme avec mise à disposition d’une équipe d’experts français, etc. Et Die Welt d’écrire (google traduction): «(…) la France peut sortir de l’ombre de l’Allemagne et prétendre être à juste titre au rôle de nouveau leader en Europe ». Ce leadership va de pair avec la réussite des négociations sur la dette Grec, une issue de plus en plus incertaine face à la mauvaise foi de l’Eurogroup et son « catalogue d’atrocités » selon Spiegel, et des allemands qui proposent une «sortie temporaire de la Grèce de la zone euro, #Grexit». F. Hollande Homme fort de l’Europe? Possible, à condition de réussir le maintien de la Grèce dans la zone Euro, pas seulement dans l’intérêt des Grecs, mais aussi en prévision de sa réélection en 2017. Oui, cette négociation (toujours en cours ce dimanche soir à Bruxelles) a aussi un enjeu national, ce qui explique peut-être le déplacement de Nicolas Sarkozy aujourd’hui à Bruxelles et sa maladroite prise de parole, il demande à F. Hollande de se rallier à l’Allemagne, encore une connerie (et ça se revendique du Général De Gaulle…).

Relire (billet de 2014) : J’emmerde l’Allemagne!...
Alexis Tsipras), Angela Merkel et François Hollande,: Le Grec Round ...
Donald Tusk, Alexis Tsipras, Euclide Tsakalotos, Angela Merkel et François Hollande

Le « Grec Round » continue. Édit 13 juillet, 08h50: Le jeu de paume est terminé, un accord a été trouvé, «Il fallait réussir» a résumé Hollande.

Accord Grèce F Hollande Merkel Tsipras

Après près de treize heures de discussions, pas de sortie temporaire de la Grèce de la monnaie unique comme évoqué, un projet de compromis entre Angela Merkel, François Hollande, Alexis Tsipras et Donald Tusk, (président du Conseil européen) est en marche, tout va bien.

(…)

L’ #Oxi gêne, c’est bien (image du jour)… #Greferendum

L’ #Oxi gêne (de) l’Europe: image du jour

OXI referendum grec résultats
  • 5 colonnes ioniques pour tenir le fronton du Temple Grec,
  • 3 lettres pour une nouvelle Maison Europe, et
  • 1 mot pour y parvenir: #OXI

Il faut se souvenir que l’idéal démocratique trouve son origine dans la Grèce antique à l’âge classique (ve et ive s. avant J.-C.). Oui, ce sont les Grecs qui ont posé les premiers jalons de la démocratie politique directe, dans laquelle les citoyens prennent eux-mêmes les décisions concernant la cité (polis). La consultation de ce jour (réferendum) en est la preuve. De l’oxygène, depuis le laboratoire grec, pour une nouvelle Maison Europe.

Édit (résultats): «Nai» ou «Oxi»«Oui» ou «non»? 9,8 millions de citoyens grecs appelés à prononcer ce dimanche sur le sort européen de la Grèce. Et c’est «Oxi» [Non à l’austérité] qui l’emporte…

Réferendum grec resultats Tsipras Siriza

Ce soir c’est « ration double canicule » pour les perdants, il va faire chaud. Angela Merkel sera demain à L’Élysée pour discuter des suites possibles après cette consultation démocratique.  Comme l’a si bien dit @Sarkofrance: « L’Euro-group a joué aux huissiers de Cetelem avec l’un des berceaux de la démocratie européenne… » cette fois, le peuple a causé, l’entendre

[image 1 via le tweet de @Laurent_Potelle en soutien au peuple grec.]

(…)

#Grèce: Quand DSK s’en mêle «Apprendre de ses erreurs»…

24399-dsk-veut-une-restructuration-bancaire-plus-rapideDominique Strauss-Kahn est de retour et s’attaque déjà à l’épineuse question de la crise grecque. Dans un texte de trois pages, l’ancien Directeur du FMI revient sur les erreurs du FMI – sous sa tutelle sans épargner l’actuelle politique de l’institution-: «Quoiqu’il en soit, le FMI a fait des erreurs et je suis prêt à prendre ma part de responsabilité».

DSK pose la question des ajustements budgétaires «sévères» imposés à la Grèce par la Zone Euro, dénonce le conservatisme de ses autorités monétaires. Bref, DSK  s’exprime et fait quelques propositions, discutables, sans certitude de réussite – c’est lui qui le dit -, et pense qu’une autre politique est possible: «Forcer le gouvernement grec à céder créerait un précédent tragique pour la démocratie européenne et pourrait mettre en marche une relation en chaîne incontrôlable» (DSK).

2015/07/img_1911.png2015/07/img_1912.png2015/07/img_1913.png

Signé: Dominique Strauss-Khan.

Sondage: #Grèce : Meurtre économique ou suicide politique?

(Source)

Et en plus, ils ont de l’humour les Grecs…

Ce tweet de Yanis Varoukakis, le ministre des Finances grec à l’attention de Christine Lagarde (directrice générale du FMI) est à archiver..

 Il confirme non sans humour que la Grèce ne paierait pas l’échéance de 1,5 milliard d’euros qu’elle doit au FMI avant ce soir à minuit, « les banques sont fermées! ».  Tweet partagé par CNN, mais à vérifier, s’il a osé… c’est gonflé. L’Europe et le FMI voulaient manger « Grec », ils sont tombés sur un os.

Excellent.

(…)

#Syriza: L’Austérité va changer de camp (Qui est Alexis Tsipras ?) …

En Grèce, les électeurs ont placé Syriza, (la gauche passéiste) au pouvoir. La politique d’austérité budgétaire de la Banque européenne, de la commission européenne et du FMI doit désormais composer avec Alexis Tsipras, nouveau 1er Ministre de la Grèce. Présentation…

Alexis Tsipras

Ce soir sur les chaines de télévision en France, le panneau #JeSuisSyriza était visible sur le fronton de tous les partis politiques jusqu’au Front national (sic), une belle soirée récup’ à fond, #SyrizaPourtous. Sinon, la Grèce a choisi l’extrême Gauche, Mélenchon jubile, le PS s’inquiète (je suppose), et on reparlera de la politique de l’austérité en France dans les jours à venir, peut-etre bien dès ce Mardi avec la publication des chiffres du chômage de décembre (donc de l’annee 2014). À suivre, Podemos en Espagne.

(…)