Le «faf à faf» #Darmanin Vs Marine #LePen, la tenaille identitaire en action…

À gauche de l’image, l’héritière de Montretout. Longtemps en situation de monopole dans la galaxie extrême-droite, elle voit débarquer – à Droite- une nouvelle écurie venue du nord. Porté par les affidés du «Printemps Républicain» et coaché par la Daronne de Beauvau, son lead vocal – pro ManifPourTous – se veut le désormais référent du trophée «Tenaille d’Or». Un vrai faf à faf en perspective…

Au programme: l’islam- les Noirs, les Arabes – l’islam (bis) – le séparatisme – le certificat de virginité des filles d’immigrés – l’Islam (politique)- les banlieues – le voile -l’islam (triple) – le burkini – le scooter de Mokhtar – la laïcité – et encore l’islam.

Exclus de la joute cordiale, les sujets qui fâchent: Le chômage, la culture du viol (surtout pas!), l’inceste, la précarité des jeunes (pas que), la crise sanitaire, les vaccins que nous n’avons pas, la relance économique, la fermeture des écoles, le couvre-feu, l’ouverture des cafés-cinés-théâtres-Musées. Bref, la vie des français ne sera pas au programme, seuls les «immigrés comptent»!

Qui va l’emporter? Qui gardera le trophée «Tenaille identitaire 2021»? Le suspens est total.

./…

«#Universalisme» ou quand les racistes dénoncent le «racisme imaginaire» des victimes du racisme..

«L’Universalisme! L’Universalisme outragé! L’Universalisme brisé! L’Universalisme martyrisé! mais L’Universalisme libéré!» Libéré par Dominique Sopo dans ce papier à lire dans le Huffpost. Extrait.

*Universalisme*, ce mot fourre-tout utilisé à hue et à dia par les identitarés de France et de Navarre a enfin été décrypté avec précision. Pas mieux. Non l’universalisme ne s’arrête pas « aux portes de la Négrerie », maintenant vous savez. Toujours se méfier des#racistes qui aiment tant dénoncer le *racisme imaginaire* des victimes du racisme

./…

Poz(politique) ou l’actu à nicomaque…

Obono Valeurs actuelles Dix petits NègresJe ne sais pas pour vous, personnellement j’éprouve un réel besoin d’évasion pour oublier la traumatisante actualité de la semaine. Vous parler de l’inculture des CoVidiotsFN et du deuil qui les accable suite «décès d’édition de DixPetitsNègres d’Agatha Christie»? Non, nul besoin de s’attarder sur la «résistance imbécile» de ceux qui s’imaginent avoir été dépossédé de leur héritage et qui revendiquent aujourd’hui encore, le droit d’être racistes. Bref, des «des cons en manque d’amour» comme le dit si bien Christiane Taubira …

lire: Une leçon d’humiliation  | Daniele Obono

L’autre fait de la semaine, c’est l’infect et abject torchon d’un journal d’extrême-droite à jamais porté sur le suprémacisme blanc. Nous y reviendrons une autre fois (ou pas). Il me faut néanmoins vous dire que cette fois, quelques «hautes et belles voix» étaient présentes, à reculons pour certains, par obligation pour d’autres, avec sincérité pour les bons. Et demain, on reprendra les mêmes et on recommencera comme d’habitude. Aussi, pour s’aérer l’esprit – weekend oblige -, je vous invite à une courte pause sur les Rives du fleuve du Congo, chez moi. Chanson pour moi-même: «Papa Gwasuma (Koffi) ». Entrez…

Bonne fin de vacances à tous, et vive la rentrée !

De quelle couleur sont les #Blancs? Ce «#communautarisme» qui se veut «invisible»…

Du « communautarisme blanc« , concept à développer dans un billet à suivre (ou pas). Dans l’attente, rappelons l’interrogation de lilian Thuram: «Pourquoi les blancs devraient-ils être les seuls à n’être jamais désignés par leur couleur?». Et Sylvie Laurent et Thierry Leclèrce de poser une autre tout aussi intéressante: «De quelle couleur sont les Blancs?» Bah oui, quand on dit «blanc» ça couine, alors?

Racisme communautarisme blanc, Extrême droite,

Une lecture vivement conseillée où l’on peut lire en « Page4 » ce qui suit. In extenso..

«Blancs», «petits Blancs», «racisme anti-Blancs». Ces expressions empruntées au lexique historique de l’extrême-droite ont refait une brutale apparition dans le débat public français depuis les années 2000. Alors que la France ne cesse de réaffirmer son credo républicain selon lequel il ne peut exister aucune distinction raciale, allant jusqu’à bannir le mot «race» de la législation, comment comprendre ce surgissement de la «question blanche» dans la rhétorique politique et médiatique?

Au PS, Manuel Valls voulut naguère mettre à l’image « quelques Blancs, quelques white, quelques blancos» dans sa belle ville d’Évry; au nom de l’UMP, Jean-François Copé est lui parti en guerre contre le «racisme anti-Blancs», tandis que l’éditeur et polémiste Richard Millet ne craint pas d’affirmer que passer par la station Châtelet-Les Halles à 6 heures du soir est un «cauchemar absolu […] surtout quand je suis le seul Blanc». Le débat sur les «minorités visibles», prégnant depuis une vingtaine d’années, s’est ainsi déplacé vers un questionnement sur la «majorité invisible». Mais qu’est-ce qu’être blanc? Une couleur? Ce serait si simple…

Pour la première fois en France, ce livre cherche à décliner les nuances de ce terme controversé afin d’en interroger la pertinence et les usages. Écrit par des contributeurs d’horizons, d’opinions et d’origines divers, il se veut à la fois une exploration du discours sociopolitique contemporain, une analyse historique de sa genèse coloniale et de ses héritages, mais également une réflexion sur la façon dont ce «blanc» colore nos imaginaires culturels, du cinéma à la littérature, du rap à la télévision.

_/._.\_

Vous y trouverez sûrement les réponses à vos questions, je n’en doute pas. D’ici là, et on ne le dira jamais assez, sachez que le racisme s’habille toujours chez très bonne intentionSe le dire.

./…

 

Bref, j’étais à la #Manif contre l’#islamophobie à Paris, et j’ai vu…

Manif contre l'islamophobie ParisDu haut de mon modeste statut de blogueur (politique), j’ai co-signé l’appel pour manifester contre l’islamophobie et le racisme le dimanche 10 novembre 2019 à Paris. Et j’y étais, avec des responsables de partis politiques, des personnes de Gauche avec qui je partage des affinités (politiques) et particulièrement le refus des discriminations.

Un manifeste que les blabla-blabla-pookie! ceux qui postillonnent n’avaient pas jugé utile d’organiser. Je voulais en être, tout simplement, et j’ai fait l’aller-retour Lyon-Paris ce dimanche 10 novembre. « Pourquoi? ». Bah… ne sentant pas la démangeaison de ceux qui toujours stigmatisent, je refuse l’idée de justifier un élan de solidarité envers ceux qui ne revendiquent que le droit élémentaire de dire qu’ils ont mal. Et c’est de ça dont il est question, ceteris paribus.

Manif contre l'islamophobie Paris #Le10Contrelislamophobie

Marche contre l'islamophobie Paris1

Un appel sans commune mesure face à quelque chose qui nous dépasse et qui nous oblige. Je peux comprendre les réticences de certains pour préserver leur image de peur d’être indexés sur les réseaux sociaux, je comprends. Mais le courage c’est Maintenant!  Car il est ici question de valeurs, non pas celles actuelles que l’on érige comme des étendards d’exclusion, ni celles faussement indexées à la laïcité que l’on martyrise à hue et à dia, mais celles que nous avons en partage. Aussi, à peine l’appel signé et édité que déjà sifflaient les premières flèches des archers du discrédit toujours à l’affût au sommet du « Mont-Polémique» comme chaque fois qu’une « voix non-autorisée» ose sortir de son « assignation à résidence » dans cette France maternelle et affective, celle désormais «fais-pas-ci-fais-pas-ça», celle surveillante générale qui vous colle des mots dièses dans le cahier de liaison pour que les parents vous allument à la maison, ou en public devant les copains de classe, celle marâtre qui toujours vous prive de goûter, et de goûter aux délices de la liberté et de l’égalité. Au final, celle qui toujours nous nourrit et nous protège, ou pas, au gré de ses humeurs.

Et l’octogone a eu lieu. Particulièrement avec ceux de mes amis étouffés par la peur, singulièrement ceux planqués derrière « le dernier secrétaire d’un Parti » moribond désormais aux abonnés absents comme hier déjà – en 2013 -lorsque Christiane Taubira, alors Ministre de la justice, était victime d’insultes racistes d’une violence inouïe (et finalement étonnée quaucune haute et belle voix – du PS – ne soit levée pour elle). Bref, revenir sur les polémiques lancées autour, avant, pendant et après cette joyeuse manifestation serait accorder beaucoup trop d’importance à la bonne conscience de ceux qui veulent discréditer ce qui les insupporte, la liberté d’autrui. Et, ceux qui convoquent les morts et les utilisent pour justifier leur propre racisme ont cherché, ils ont cherché, et ils ont encore cherché, et ils ont trouvé. Quoi au final?

Faut croire que non. Alors ils ont creusé, à la pelleteuse comme dans un grand chantier du dimanche pour trouver des bouts de quelque chose pour se réchauffer. L’hiver (politique) ne fait que commencer, il sera rude pour certains et ça risque bien de durer encore longtemps.

De Toulouse, Marseille, Avignon, Saint-Malo, Lyon, etc., des quatre coins de la France, – des « cinq points » de l’Hexagone – des français s’étaient donné rendez-vous à Paris pour une grande messe du Dimanche qui a tenu toutes ses promesses. Fallait la vivre de l’intérieur pour saisir le malaise à l’origine de ce rassemblement, une souffrance joyeusement exprimée par les sourires affichés qui masquaient à peine le «merci» qui l’accompagne. Au rythme de nos pas et sans tourner le dos à toutes les convenances, on a fait à peu près intégralement – comme dirait Benabar – ce qu’on interdit de faire à des gosses. Aussi, on a chanté pêle-mêle et dans une grande confusion, «Laïcité je t’aimeeeuh!» et la Marseillaise... et pas Sting, simple oubli..

Oui la Marseillaise et ce pays ne s’en félicite même pas, c’est vous dire. Soit. Le long du très long cortège entre Gare du Nord et Nation, en passant par la bien nommée Place de la république, les discussions s’enchevêtraient et moi où j’en étais, je savais plus trop quoi penser des «controverses» et autres billevesées qui défilaient sur mon fil Twitter. Ma réalité était une joie sans nom et un vrai moment festif. Plus tard, à Nation – terminus -, devant cette fumante tapageuse bonne humeur contre le racisme et l’islamophobie, les orateurs, redoublant d’exubérance servaient à la cantonade un « thé-à-la-menthe » savamment parfumé d’arômes de fraternité. A la Manif contre l’islamophobie j’ai croisé des regards et j’ai vu… ce que certains refusent de voir. Ce qu’ils ne savent pas encore et ça n’a rien d’étonnant, c’est le fait que cette porte ouverte marque le début de quelque chose, une sorte d’émancipation morale et sociale, et peut-être bien un éveil politique. Et c’est en ça que les absents ont eu tort. Une fenêtre ouverte se ferme mieux de l’intérieur, encore faut-il franchir le seuil de la porte de la «Maison commune». Certains y étaient et d’autres pas, certainement perdus dans des théories farfelues dont ils ont perdu le fil, un naufrage. «Ils avaient piscine», dans une eau à 6,2° – dernier relevé de température -, ils n’ont pas dû avoir bien chaud. Le thé était pourtant offert, mais il faut les croire grisés par cette bruyante gaité qui désormais maquille à tort la laïcité en droit d’invectiver – et sans tromper personne -. On ne peut que se désoler de les voir si mal, ou de se dire … tant mieux!

Marche contre le racisme et l'islamophobie

Bref. Presque par inadvertance, j’ai croisé – et c’est une chance – des Regards, et j’ai su

./…

Les @Valeurs [Actuelles] d’Emmanuel #Macron: la « #Minute d’allégeance » à l’#extrêmedroite…

Tout est dans le titre & dans l’illustration. Et dire: « Nous n’avons pas les mêmes « Valeurs » n’est d’aucune utilité. Ceci n’est pas une simple Couv’, le message qu’il véhicule est net et sans détour

Macron islam Valeurs actuelles identité

Islam immigrationidentité, etc. Tout y est!‪ Ses racines, son idéologie et sa soit-disant complexe pensée (politique).‬ Même Nicolas Sarkozy n’avait pas osé pareille promo à la UNE d’un Magazine d’Extreme-Droite, déjà condamné pour incitation à la discrimination et à la haine, un hebdomadaire qui a vu son directeur de publication, Yves de Kerdrel condamné pour provocation à la discrimination envers les musulmans. Mais bon, depuis le temps qu’on vous le dit. « Minute » de rappel …

MAcron Valeurs actuelles UNE immigration Voile racisme antiblancs

Allô les ex-copainsPS EnMarche! ça va vous? Vraiment? «Faire barrage» dès le 1er tour toussa au lieu de voter à Gauche c’était bien n’est-ce pas? | Alors? Toujours « Copains comme cochons »  avec vos «Valeurs actuelles» bande de cons

Emmanuel Macron, 1er Président d’Extrême-droite de la 5ème République.

./…

A qui profite #Zemmour? | Question Prioritaire de Complicité [QPC] Billet politique, avis…

Zemmour Marion Marine Macron

Complicité d’incitation à la discrimination raciale, provocation à la haine religieuse, racisme, homophobie, révisionnisme et islamophobie aggravée. Des dérives qui caractérisent le néo-pétainiste récemment condamné par la Justice de la république. Depuis son retour à la UNE, d’abord sur LCI dans un direct sans filet lors de la Convention de l’ExtrêmeDroite, puis sur Cnews Groupe Canal+ malgré l’opposition de certains journalistes –pas que-, l’ex-chroniqueur de Laurent Ruquier n’en finit pas de transgresser les règles. Depuis peu sur Cnews, il semble bénéficier d’une complaisance verbale sans bornes et d’une immunité dont les dessous mériteraient qu’on s’y intéresse de très près. Il fait passer la très décriée rédaction de BFMTV pour des enfants de chœur dans cette France Halloween qui s’amuse à se faire peur, un exploit qui mérite une belle épingle et pose la question suivante: ▪️ À qui profite Eric Zemmour? Plusieurs hypothèses ..

1. À Marion Le-Pen désormais «Maréchal» à l’image du « Grand Soldat » réhabilité dans le verbe par un récent Président de la République. Tout a été dit ou presque sur cette «Convention des Droites» présentée comme rampe de lancement -ou de retour souhaitée – de la nièce pseudo-encombrante de Marine Le Pen, la grande absente lors de ladite Assemblée. Cette option, valide certes, ne répond cependant pas à la complexité de la «permission Zemmour».

2. Au Front National, certainement, probablement et peut-être indirectement. Devenu horloge parlante de la Droite et de ses extrêmes, Éric Zemmour ne cache pas ses affinités avec l’idéologie négationniste de cette mouvance politique, celle jadis collaborationniste, celle raciste qui rêve d’une France immaculée, blanche et proprette. Ses accointances morales entre autres références littéraires ne laissent aucun doute sur sa relation d’appartenance. «Pétainiste en kippa» ou, comme l’avait dit Jacques Attali, un « juif antisémite »Éric Zemmour est devenu «cheval de Troie» d’une France « malade imaginaire », traumatisée par elle-même, pour elle-même et désormais embourbée dans ses polémiques de chiffon. Toutes voiles dehors, elle végète sur des terres arides et asséchées par le réchauffement cérébral qui l’affecte. On va dire ça…

3. À la France d’aujourd’hui, celle «En Marche» vers les deux précédentes. Celle silencieuse face à l’infect, l’abject et l’incorrect, celle en échec dans la protection des valeurs de la République», des valeurs devenues de simples paravents pour d’autres velléités. Ce troisième point mériterait une attention singulière et toute une dissertation. Mais week-end oblige et pour ne pas se perdre en argutie et garder son temps de cerveau disponible, résumons : La Macronie dans son dessein politique rêve comme en 2017 d’une opposition réduite à la portion congrue: l’extrême-droite. Son projet?  1. Imposer les débats du catalogue frontiste (immigrationaide médicale de l’État aux réfugiésrefus d’accueil des bateaux des migrants, etc.). 2. «Mettre un voile» sur les questions sociales (chômage, réduction des services publics, déconstruction des pensions retraites, etc,). 3. S’ériger en parangon de vertu, en barrage imaginaire contre ce qu’elle fait elle aussi tout en prétextant la combattre.

La suite s’imagine. Pour 2022, refaire le match 2017 et nous la refaire à l’envers. Et qui de mieux que Zemmour pour ce rôle du fou du Roi? Sous la Gauche lors du quinquennat de François Hollande, un certain Ministre de l’intérieur avait utilisé les pouvoirs à sa disposition pour mettre fin aux dérives antisémites d’un autre trublion. La machine était en marche – pour de vrai-  jusqu’au Conseil d’État pour limiter la visibilité du discours haineux du «polémiste» qu’il convient de ne pas citer. Il s’imagine. Ces outils tables-de-la-loi semblent échapper à l’actuel Ministre de l’intérieur et à la Garde des Sceaux Ministre de la justice. On se demande bien pourquoi quand on pense qu’ils avaient décidé de saisir la justice contre l’opposition pour le mot « barbare », par exemple, sans oublier les différentes procédures judiciaires contre les manifestants GiletsJaunes. Et toujours rien pour le cas Zemmour, parquet-flottant. Aussi, …

« À qui profite le crime?»

Aux trois très certainement mais à des niveaux différents. Aucune entente cordiale – quoi que – mais une convergence qui pourrait le laisser penser. Non, l’inadvertance n’a pas sa place dans «l’alignement des planètes» surtout pas en politique, se le dire.

À son compte en banque, le business de la haine reste le plus vieux métier du monde, en France. On ne le dit jamais assez.

Illustration | Compil'#CroisonsLes by GuillaumeTC

Mon avis sur votre avis dans ce débat sur le «#voile» qui masque celui sur les #Retraites…

Dans ce débat imposé (par qui?), dans cette furie qui fait abstraction de vrais sujets (Retraites, le bordel au Chili – mais comme c’est pas le Vénézuela personne n’en parle-, la révolution en Catalogne avec la fuite en France de Manuel Valls, Hong-Kong, les Kurdes, les GiletsJaunes, etc), dans ces ébats je disais, il y a des gens qui ont les mains tellement sales on dirait des pieds (Coluche) | Aussi, pour faire simple, un titre, une illustration et hop billet!  Résumons mon avis.

Débat Voile Vidéo Franche-comté Odoul FN

Just foot it!

Bref, j’ai blogué, pareil que Sarkofrance: [PS: Je file courir le long de la Saône, y a pas de raison de perdre son temps le dimanche avec ces billevesées].

./…

« Lorsque la Mère paraît, le cercle de la haine vocifère à grands cris. Et l’Enfant pleure…» |#Œuvre française. Toile…

« Lorsque la Mère paraît». Toile à l’huile-de-haine, Tableau collectif. France 2019.

  • Lorsque la mère paraît, le cercle de la haine vocifère à grands cris.
  • Et le doux regard de l’enfant ne fait plus briller tous les yeux,
  • Et les tristes Fronts, les plus souillés, se rident soudain à la voir paraître, avec l’Enfant, innocent et joyeux.
  • Ils éructent, hurlent, interpellent la mère qui tremble, de voir l’enfant pleurer
  • Si beau, aux yeux sont pleins de douceurs infinies, aux petites mains, joyeuses et bénies qui n’ont point mal fait encore; l’Enfant pleure…

Mère voilée Julien Odoul Franche-comté

Dans les bras de la Mère, Ses pleurs vite apaisés

Œuvre française. Du Victor Hugo? Presque, pour l’Enfant, pas que.

./…

#Immigration: le «Off Salvini » d’Emmanuel Macron | «Oui mais..» Ça se radicalise…

Dans un pays qui désormais revendique le droit d’être islamophobe, dans une France qui fait des victimes de cris de singe des racistes anti-blancs, Jupiter surfe sur la vague et affute ses armes politiques pour 2022. Devant des parlementaires macronistes, Emmanuel Macron a déclaré –à propos de l’immigration: « Nous n’avons pas le droit de ne pas regarder le sujet en face. Devons nous être le parti bourgeois? Les bourgeois ne croisent pas l’immigration, ce sont les territoires les plus pauvres qui en sont le réceptacle  (..) « La France a toujours été un pays d’immigration. [Mais] en Europe les flux n’ont jamais été aussi bas et en France les demandes d’asiles aussi élevées. Je défendrai toujours l’asile mais il est parfois utilisé par des réseaux » |Source| Cédric Pietralunga -journaliste (politique) au quotidien Le Monde.

Macron immigration Savini Migrants

Le barrage imaginaire n’était qu’une passerelle. Par ces propos Emmanuel Macron sort les immigrés ou enfants d’immigrés – et descendants- du champ lexical des « classes populaires », de facto, les soustrait de la pauvreté et du chômage. En clair, ils n’existent pas dans la lecture de sa société bourgeoise, donc blanche, à l’entendre. Le préjugé est manifeste, sans conteste, dans une société ou la politique consiste à accroitre le profit des riches, à baisser les protections sociales des fameuses classes populaires pour ensuite jeter l’opprobre sur les étrangers, désignées « coupables ». Des propos racistes et Mattéo Salvini approuve ce message. Et Christophe Castaner n’en pense pas moins. Récemment, autour d’un verre avec des amis Lyonnais, tous de Gauche (ou Ex) j’évoquais cette dérive identitaire comme souvent sur ce blog, et l’un d’eux  m’a lancé: « Bah, c’est la RealPolitik! ». Ah bon? Le FN disait (dit) exactement la même chose, il a oublié, apparemment. Petit rappel, « Marine LePen 2012 dans les Paroles et des Actes » …

Et, version Emmanuel Macron (2019) : « Les bourgeois ne croisent pas l’immigration, ce sont les territoires les plus pauvres qui en sont le réceptacle (..) les classes populaires subissent le chômage, la pauvreté, et ce sujet (l’immigration)». Pareil. Étonnant non? Bref, beaucoup d’ami.e.s d’ExDeGauche acceptent désormais ce que l’on combattait ensemble. – Ils se reconnaitront.  Soit. Rendez-Vous à Verdun2022, je serai dans le camp d’en face, dans les tranchées coté France, Allée Gauche Propre, Bataillon des Tirailleurs, et vous n’aurez pas du mal à me reconnaitre

En France, l’Extrême-droite est bien EnMarche...

 Bonne chance.

./…