«La #Gauche a perdu ce qu’elle avait de plus pénible: #MalekBoutih & M.#Valls», tant mieux!

Avec deux là, on avait du mal à fermer l’œil, mais ça c’était avant. C’est officiel:«La #Gauche a perdu ce qu’elle avait de plus pénible: Malek Boutih & Manuel Valls». Oui, on les a définitivement perdu cette fois, ([snif!] Plus là, et on a gardé les clés, ouf!)

Deux dystopiques, « si Français » (sic) et si …. loin! Non, on n’est pas couché fâché! Alors pas du tout! On va pouvoir se coucher enfin.

./…

Publicités

Du « pays des droits de l’homme » au « pays de l’homme de #Droite (extrême) », la #France …

Juste un titre et une illustration (de Marc Dubuisson) pour ne pas … « vous entraîner dans de vastes périodes oratoires où la fleur de la rhétorique (que je n’ai pas) permet parfois à d’habiles éditocrates (que je ne suis pas), d’escamoter le fond d’une actualité pour ne présenter qu’un talent patenté fait de mots, de périphrases, adroitement juxtaposées, aussi sonores qu’inutiles ». Passons à l’essentiel …

(L’Intro ci-dessus, que je recycle Ad Libitum est un souvenir d’une très vieille lecture, une plaidoirie dans un roman de San Antonio (Frédéric Dard) je crois (de mémoire). Le titre? Non, pas l’histoire de France vue par San-Antonio, c’est autre chose, je ne m’en souviens plus, passons). Bref, la France, ex « pays des droits de l’homme » est devenue « Pays de l’homme de Droite ». Bientôt dans la galaxie des « Shithole countries »? C’est possible, ne jamais sous-estimer notre capacité à « bien faire »

Relire: «Comptoir des étrangers»: la politique de la terra incognita

./…

Chère #Mennel (lettre de Christiane #Taubira à …). Lisons.

Quand la « Grande et haute voix«  Christiane Taubira prend sa plume pour écrire à la jeune Mennel (ex The Voice), ça mérite bien une lecture intégrale. Entrez …

Chère Mennel …

L’affaire dure. Je l’ai découverte tardivement, du fait de déplacements successifs hors de France. Je pourrais en rire et railler, voilà, dès que je m’éloigne, ce pays s’égare. Mais cette histoire ne donne guère envie de plaisanter.

D’abord l’essentiel : votre voix, imbibée d’émotion et de chaleur, est pleine de personnalité. Et cette interprétation que vous donnez d’Hallelujah est un enchantement. Leonard Cohen la chantait divinement dans ses récentes années. Jamais la spiritualité et la sensualité ne furent mêlées dans une voix et un corps d’homme avec autant de grâce et de puissance. Comme un vin de glace ou un rhum vieux qui aurait fait mine de s’être assoupi dans un fût de chêne ou de wapa d’Amazonie. Il chante, implore, exalte et sublime. Dance me to the end of love s’en approche, mais Hallelujah transcende tout, si merveilleusement. Et que vous, si jeune, rendiez un tel hommage à cet immense poète, si tendre, si triste, si raffiné et qui nous demeure si indispensable, donne envie de renouer avec un optimisme d’essence et d’existence.

Chaque fois que je vais au Canada je ramène un recueil de ses poèmes que j’achète en librairie à Montréal, Québec ou Ottawa ; et comme je les ai déjà tous, je les offre. Vous l’avez probablement vu ou entendu chanter The Partisan. Cohen fait partie de mes grandes amours des années soixante-dix, du temps de mes études universitaires. Ce fut d’abord Suzanne, évidemment, puis le temps passant je l’ai poursuivi de concert en concert. Vous avez vu comme il tient son micro lorsqu’il interprète So long, Marianne, tout en joie et en mélancolie ? Et ce solo de violon… Nous imaginons, vous et moi, ce que donnerait, en notes plus graves, un solo de oud ou un duo violon-oud.

Mais revenons à l’hystérie.

On vous reproche votre ‘turban’, disent-ils. Il vous sied délicieusement, sans rien dissimuler de votre beauté encore en éclosion. Ils vous reprochent de chanter en arabe… incultes, ils ne savent pas finir la phrase: en arabe la chanson d’un Juif magnifique. Quelle somptueuse audace, et quelle promesse pour notre monde !

On vous reproche des tweets passés. Vos références intellectuelles étaient loin d’être recommandables. Je ne me situe pas dans le champ moral, il est le moins fécond. Sur le plan philosophique d’une conception de la vie, du rapport à l’autre, de l’exigence envers soi-même, d’une vision de la socialité possible et souhaitable, ces deux références sont simplement indigentes et lamentables. Manifestement fourbes, parfois immondes. Ils ne sont pas les seuls. Le souci, c’est la fascination qu’ils parviennent à exercer sur de jeunes esprits, même brillants. C’est cela le seul sujet, pour nous autres adultes.

Vous vous êtes excusée et vous avez bien fait. N’en ayez surtout aucun regret, c’est votre hauteur. Et tant pis si les fâcheux eurent le dernier mot sur les pusillanimes et les commerciaux. Ce n’est qu’un avant-dernier mot. Le dernier, c’est vous qui l’aurez si vous décidez qu’il vous revient de tracer vous-même votre chemin de vie.

Les seules personnes que vous devez avoir à l’esprit sont les familles et les proches des victimes de l’attentat à Nice ainsi que celles du père Jacques Hamel. Il y a tout lieu de croire, pour ce que nous savons de sa bonté, que lui aurait su vous offrir une écoute et vous dire en quoi vous faites gravement erreur. Vos excuses sont la marque de votre dignité. Elles ne doivent pas vous exonérer d’une vigilance sur la sensibilité des autres, sur les plaies qui ne referment pas, sur ces cicatrices qui saignent et saigneront encore, selon les mots du poète Antara.

Le philosophe Emmanuel Levinas confiait que son père, s’adressant à ses fils, les adjurait de s’installer en France, c’est là qu’il faut aller vivre, dans ce pays où l’on est capable de se déchirer pour l’honneur d’un capitaine juif, le capitaine Dreyfus. Tant d’agressions antisémites, de défiance et d’injures à l’encontre des musulmans, d’actes et de propos racistes, de déchaînement xénophobe, de résurgence homophobe, d’arrogance sexiste, laisseraient accroire que ce temps est révolu, que l’intolérance règne sans partage. En attestent les victoires des pleutres à pseudonymes, aux doigts fébriles sur leurs claviers. Il n’en est rien. La France reste une terre de passion et de générosité, elle est une béance du monde d’où surgissent, toujours vives, des querelles et des fureurs qui n’ont jamais su dissoudre ses ardeurs fraternelles. C’est bien là qu’il faut vivre.

Et d’abord, c’est votre pays. Ne vous le faites pas voler.

Christiane Taubira (via Facebook)

Fin de la « nouvelle bonté à l’attention des assassins d’aube ». Pas mieux. Relire aussi (mon avis): « L’instant #Mennel: « Hallelujah » de Leonard Cohen, FashionSong & trilogie verbale ».

Photo_2018-02-23_08-21-25_AM

HaMennelujah, Amen! Message de service, partageons.

./…

 

L’instant #Mennel: « Hallelujah » de Leonard Cohen, FashionSong & trilogie verbale …

Dès les 1ères notes sur le plateau de «The Voice/TF1», un «moment bijou», séquence émotion..

Sauf mauvaise foi, « pas possible » de ne pas aimer. Et mon p’tit doigt me dit « qu’ils » trouveront à redire, je ne sais pas pourquoi, une habitude des réseaux sociaux très certainement -, les activistes d’une certaine France iront chercher des détails pour couper les ailes de celle qui s’affiche déjà comme la potentielle gagnante de cette joute musicale qui m’indiffère. L’on cherchera dans son passé des «coquilles», des bouts de boisde Dieu pour allumer la cheminée de la délation et réchauffer les veilles antiennes d’un village communautaire enneigé et inondé par des bourrasques venues des contrées lointaines. Dans les quelques heures/jours qui vont suivre cette prestation, sonnera l’heure H(aine) d’une société qui désormais tourne dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Pendant qu’en Angleterre Big Ben marque une pause, et qu’en Belgique on se tape des barres de frites dans le confort du canapé de la tolérance, en France les chiffonniers de la république trouveront bien le moyen de s’indigner sur cette belle séquence « Hallelujah » – de l’hébreu הללויה ou Alléluia en français-, Ode à la racine judéo-chrétienne, chanson de l’immense Léonard Cohen sanctifiée par une jeune franc-comtoise, bilingue (tri) et « look Bardot » des années yé-yé. Je le répète …

« La discrimination s’habille toujours chez « très bonne intention »

Et « ils » dessinent, tranquille, les contours de la «Fashion week-haine» à leur guise. La musique adoucit les mœurs, chez les cons c’est l’inverse (Proverbe). [Édit: On me signale à l’instant – dans l’oreillette – que j’ai quelques TGV de retard, la «bande organisée en Conseil Numérique des Réseaux Sociaux» est déjà passée à l’œuvre. Polémique de chiffons, nouvel attentat (moral), une victime et de nombreux vexés].

« Hallelujah», Amen bande de cons!

./…

 

Les @Valeurs Actuelles de Manuel Valls…

Certains retweets valent tous les discours et « certaines valeurs » s’épinglent, semble t-il..

C’est … « quand tu commences à partager les Unes de la galaxie extrême-droite qu’on sait que t’as viré identitaire« . Une simple confirmation de ce qu’on savait déjà n’est ce pas? [Sources: Là (François Sionneau, Redac-chef de L’@Obs] et là (Twitter). ] On me signale qu’il n’assume plus ce RT, soit…

Qui se ressemble s’épingle (proverbe politique)…

Manuel Valls UNE Valeurs actuelles

A suivre, l’alliance avec Laurent Wauquiez (ou pas)

./…

#Racisme: Définition par l’exemple …

Racisme: « Attitude d’hostilité systématique à l’égard d’une catégorie déterminée de personnes ». [Larousse, 2017]. Exemple: le racisme anti-musulmans (corollaire, islamophobie). Illustration. 

Maintenant vous savez.

./Screen2

#QuiSuisJe? Des « origines et des hommes », voyage au pays de l’ADN..

D’abord une assertion: « Non, le tweet n’est pas un objet instantané, sa durée de vie est tributaire du message qu’il véhicule ». Exemple, ce tweet édité le 26 juin dernier, de nouveau à la UNE après un RT heureux. La vidéo intégrée se regarde…

Alors, #QuiEtesVous? Attention – je précise-, ce voyage dans le monde merveilleux de l’ADN n’est pas une recommandation pour tous car cela peut être très dangereux. En effet, sans évoquer la possible crise cardiaque qui l’accompagne, le risque de retrouver dans la « branche génétique des cons » n’est pas à exclure. Ou l’inverse. Bref, une émission télé malheureusement absente du paysage audiovisuel français. Dommage, ça nous aurait bien fait marrer…

./…

Est ce que «critiquer #CharlieHebdo c’est l’esprit #Charlie, ou pas»? Répondre… 

À gauche, dessin à la UNE de #Charlie du Jour (l’original), à droite, la proposition gribouillage, certifié @Rakidd: «J’ai corrigé la Une de Charlie Hebdo. J’espère qu’ils vont m’embaucher » écrit-il. Et sur sa page Facebook, il ajoute cette MAJ: «Critiquer Charlie Hebdo c’est ça l’esprit Charlie. Alors Relax ».

UNE #CharlieHebdo Islam, rélidion de paix éternelle

Peut-on [doit-on] corriger la UNE de #CharlieHebdo? Est ce que, «critiquer #CharlieHebdo c’est l’esprit #Charlie, ou pas»? Répondre…

Et que la paix soit avec vous. Amen.
./…

Quand le #Rap français dézingue les #Nazillons de #Charlottesville, mais pas que …

Un son ou « message de la banlieue française », et ne s’adresse pas qu’aux Ricains ..

C’était une « carte postale des Cités ». Produit du collectif Logos Admetos 

./…

Ivres, ils confondent sièges de bus et femmes voilées (burqa). Oui, l’#islamophobie rend con …

Je pose ça là, comme ça, et je le dédicace à nos amis #identi du Printemps républicain de mon ami LaurentBouvet. Ils vont finir comme leurs cousins de Norvège (..)

Être contre le port de ce ridicule vêtement est une chose, mais de là en voir partout, mon Dieu. Et c’est là que l’expression « LeConDuJour » devient presque dérisoire, banal, voire un compliment. Il faut trouver autre chose je crois. Dans l’attente, une pensée pour celle qui avait déclaré un jour: « Il ne faut pas avoir peur de se faire traiter d’islamophobe ». Je plussoie. Elle avait juste oublié les coliques néphrétiques » qui accompagnent cet état second, sans oublier les hallucinations

./source