La musique, un « silence » qui s’imagine…

Douce ou bruyante, la musique, un silence

Musique silence reflexion bembelly

Face au son, notre perception de la musique diffère d’un individu à l’autre. Oui, au delà de l’ouïe, notre faculté d’appréciation s’entiche de critères qui nous sont propres, intègre ou s’imprègne de valeurs morales, de références culturelles voire cultuelles, etc. Et le son qui nous enrobe devient alors simple imagination, il nous soustrait des interférences extérieures pour un environnement qui désormais fait silence. Se taire, oui, et l’imaginer pour bien l’apprécier

La musique est un silence, et le silence une musique (...)

Extimité.

./image ..

La prédiction de #PapaWemba: « Dernier coup de sifflet »…

Pour son « dernier coup de sifflet » – comprendre-, Papa Wemba avait formulé un souhait, janvier 2016…

Et ce 24 avril à Abidjan, « dernier coup de sifflet » sur scène, une prophétie « quoi », un vœux exaucé « quoi », comme il aimait le dire dans son phrasé. Pour son « dernier concert » par contre, là, j’ai un doute: Je dirais qu’il aura lieu ce mardi lors de ses obsèques à Kinshasa, on assistera au « meilleur concert de Viva la Musica ». Chanté #CommeJamais par tout un continent et par les deux #Congo, l’artiste sera spectateur de son œuvre, et le VillageMolokaï*, mordu par la douleur, compensera par une hémorragie d’allégresse. Ekozala  Kéma Fumbe...

* « Village Molokai »: Son QG, et au delà, le fan club, de génération en génération. Eké Viva la Musica.

./…

Être cité par BBC News avec traduction, moi, c’est fait! . .

Ça va –encore– faire plaisir à ma mère. Dans l’image, à droite…

image

« So for Ms Rossignol this woman honoured in Washington yesterday is a « negro » – a consenting slave ». Moi, in English please, ZavezVu? Qu’est ce que je cause bien moi!  ;-). Papier traduction de Madame Figaro qui me cite aussi (là, c’est un peu la honte pour un affreux Gauchiste). Mais bon,  restons sur BB News_Europe si vous voulez bien, c’est mieux comme le dit si bien Fabien (@Menilmuche) via twitter.

laurence-rossignol : bembelly BBC News

Je confirme.  Relire: Nègres? Mme @lauRossignol, le nègre vous emmerde …

Ça , c’est fait.

./Merci à @Binouite

Ma Kippa, ma fille et moi …

Pour les 13 ans de mon fils ainé, il y a quelques années déjà, nous avions organisé une BarMitsva, oui. Une idée simple, en souvenir de celui de son meilleur pote Daniel qui avait fêté sa BM quelques mois en amont , la tradition. Pour résumer, une bar mitzvah, c’est un événement important pour les jeunes garçons et filles juives, – dans la 12e année de filles et de la 13e année des garçons-, un moment de grande fête qui marque le début de la responsabilité pour l’enfant qui rentre ainsi dans «l’age adulte». Mon ami Norbert (le papa de Daniel) avait prévu les gâteaux pour la circonstance, les offrandes, etc,. Pour les tenues, chacun selon sa tradition: tenues africaines assorties aux babouches, robes arabes et caftans marocains, les kippa et talith, les costumes cravates et polos, open look.  Petite image de ma Kippa, ma fille et moi, il y a prescription..

Barmitsva Alain Gilles_edit
Ma fille et moi
Bar Mitzva Bembelly_edit
Norbert et le fiston

Non, je ne suis pas juif et c’était juste un anniversaire, un moment de partage très symbolique avec lecture -et explications- des textes consacrés, un buffet ouvert par la récitation du Kiddouch, – la prière sur le vin:  » Béni es-Tu, Éternel, notre Dieu, Roi du monde, créateur du fruit de la vigne-. (Amen) ». Un souvenir de près de dix ans déjà qui est revenu dans notre conversation hier soir devant la télé, après un reportage sur l’agression antisémite de Marseille. Les enfants, – désormais grands – n’ont pas compris les motivations de cette agression, moi non plus d’ailleurs, et nous  avons parlé longuement, en famille. Non, cette période n’est pas terrible. Ce billet est édité en souvenir de ce cadeau qui nous a été fait et pour dire: « Baroukh Ché pétarni méônécho chel zé », je vais traduire «Béni soit celui qui m’a dispensé de la punition de celui-ci». Bref, j’ai une Kippa, que j’ai gardé.

./…

Le 07.01.15 il était 11h36 lorsque j’ai appris …

[#Archives] J’avais décidé de garder le silence ce 07 janvier 2016, puis…

image

Première interrogation, je venais d’apprendre la terrible nouvelle, c’était mon 1er tweet #Charlie, il a refait surface un an après,  l’ami @Fall28 vient de le re-partager, je le redécouvre en plus de l’émotion qui l’accompagne, ces noms qui se suivaient sur le macabre téléscripteur écran du smartphone, une liste interminable et ce réflexe inconscient de ne pas y croire, une mauvaise série. Ce jour là, à la fin d’une longue et pénible journée de « travail » la tête ailleurs, ce soir là, mes pas m’avaient conduit Place des Terreaux sur le parvis de l’Hôtel de ville de Lyon, pour une communion silencieuse contre l’inacceptable, et ne pas sentir seul …

img_1186
Charlie Habdo un an 07.01.15

Relire #Lyon 07.01.05: Cathédrale à ciel ouvert, une émotion

Non, ce soir là, je n’étais pas seul, nous étions tous #Charlie, et encore plus lors de la «#MarcheDu11Janvier» dans les artères de la République partout en France, c’est après que les choses ont changé, et bien avant le Bataclan

./…

1er billet 2016: Ma 1ère communion, mais attention, le 1er qui rigole …

« Charité bien ordonnée commence par soi-même » n’est ce pas? Aussi, pour bien commencer cette année 2016 – et avant la reprise des hostilités (politiques) -, une archive, mon cadeau de Noël by ma Mère en séjour à la Maison. Mais attention! Comme je l’ai notifié hier soir sur Facebook le premier qui rigole…

Première communion

On ne rigole pas je répète, #Pasdamalgam! Vous n’avez pas intérêt je vous préviens! Oui,  avant j’étais un « enfant de chœur » mais ça c’était avant!  (une idée de ma mère) 😉

/…

«le calendrier de «l’avant» est une joyeuse nostalgie»: Monsieur Hulot «Trafic», Jacques Tati, 1971 …

L’Avent (en latin: adventus , événement), nous y sommes depuis le 4ème dimanche avant Noël. Pour sortir de ce calendrier qui précède de joyeuses festivités, une illustration de l’autre calendrier de … l’Avant.

image

J’aime cette image, allez donc savoir pourquoi. Les traits de caractère, les détails? peut-être … Monsieur Hulot «Trafic», Jacques Tati, 1971, une simple illustration, toute une liturgie, une introspection, s’étonner et s’émerveiller pour un mode de vie, un climat, un temps où on laissait parler les petits papiers. Oui, «l’Avent est une féerie et le calendrier de «l’Avant», une joyeuse nostalgie…».

Billet Brindille, et Samparlebien.

(…)

Rachid X, un honnête homme…

00/07/1981. CITE DES MINGUETTES A VENISSIEUX APRES  LES EMEUTESCet après-midi, le téléphone de «Maman» a sonné comme souvent d’ailleurs, et c’était sa grande nièce au bout du fil, ça avait l’air sérieux.

– Allô? Vous savez quoi, j’ai reçu un coup de fil bizarre d’un monsieur qui m’a posé pleins de questions, il a trouvé mes coordonnées dans les « pages blanches » [elle a le même nom de famille que ma femme], il m’a dit qu’il a un sac avec des papiers importants, vos papiers et documents … [- Ah bon? Explique] – Oui, il les a trouvé vers votre parking, il était dans votre immeuble pour un boulot (raccordement fibre SFR) et en partant, le sac était sur le trottoir à côté de sa fourgonnette, personne n’a pu le renseigner, il l’a gardé et m’a contacté, j’ai son numéro de téléphone pour vous, c’est le 06…

Au téléphone, notre bienfaiteur nous donne son adresse, puis direction Vénissieux pour récupérer ces précieux documents égarés (par qui et comment ?). Arrivé aux  Minguettes (Bd Lénine, la Darnaise) sous la pluie, on l’informe et il nous répond: Ok, je descends !

Deux minutes après, il était là, devant nous dans ce hall d’immeuble (accès digicode, sans tag ni graffiti), présent avec ce sac reconnaissable, le notre. La quarantaine passée, le visage fin, souriant, avec sa barbe permanente «d’une semaine», vêtu d’un bleu de travail qui apparemment avait bien servi, notre bienfaiteur prend le temps de vérifier notre identité (pour ne pas se tromper), avant de nous remettre le tout. En effet, j’avais de précieux documents dans la nature et je venais de remettre la main dessus (ouf!). Dans le lot, en plus des précieux docs (secret), des photos de famille, une copie couleur de ma pièce d’identité, un vieux carnet de chèques avec quelques feuillets dont un signé en prévision d’une dépense (scolaire), etc.… Une méchante inadvertance, certainement le fait de ce fichu «nettoyage de printemps» que je n’ai pas encore fini d’ailleurs, je ne vois pas d’autres explications, bref.

Je dois une fière chandelle à cet homme qui n’accepte que des remerciements par le verbe, et qui, disons le, affiche bien d’autres «qualités»: 1. Il se prénomme Rachid, pas facile pour manger à la cantine chez Ménard à Béziers avec un tel prénom, 2. Il est arabe, depuis tout petit et sur plusieurs générations déja, 3. Il est «musulman d’apparence» comme l’aurait dit Nicolas Sarkozy, et pour finir, 4. Il habite la banlieue! (la totale). Et pas une petite banlieue « tranquille avec pavillons » comme dans l’ouest parisien, non, une vraie, format «de l’autre côté du Périph’», avec une particularité: C’est historiquement l’une des plus célèbres de France, Oui, souvenez-vous, les Minguettes à Vénissieux, ses années «hachipé-hachopé» (ou Hip-hop si vous préférez), ses voitures brulées, le point de départ de la Marché des fiertés jusqu’à Paris, la réception à l’Élysée, etc.

Non, je ne découvre pas la « banlieue » et ses « qualités » car «je suis la banlieue», socialement parlant, bien entendu, j’étais dans le Vénissieux-nouveau, une « résidence urbaine » avec  ses immeubles-pavillons le long de la ligne verte du tramway, ses tours rénovées de la Darnaise à l’Église en passant par la Rotonde, l’autre Venissy, centre d’activité. Et Rachid n’est pas une exception, Mamadou est tout aussi sympa, c’est le cousin d’Ali le taulier du très Sélect’ «Rosa Parks» à La Duchère (Lyon 9), je traine souvent par là (il y a le wifi, pratique pour bloguer les jours de repos). Bref, j’ai rencontré un mec «normal», pas Thenardier du tout, Que Dieu te garde, Barack Allah ou fik Rachid! Et comme aime le dire mon ami Ben Semmoun: « Une main en lave une autre ».

Merci.

(…)

Caricaturé…

Ce matin à Corralejo (île de Fuerteventura), un artiste local m’a tiré le portrait.

2015/04/img_1365-0.jpg

Être perçu ou (se) percevoir. Mon portrait croqué ce matin en 5 minutes sur la place du marché. Reflet approximatif, simple caricature ou l’autre moi que je ne peux voir? Peut être bien un peu de chaque, c’est, disons, celui que le narcissique que je suis n’imagine pas, mon avatar-quotidien, l’image reflétée qui jamais ne me quitte, avec ses traits et ses aspérités, loin du vaillant Chevalier de Saint-George de mon monde-clic (le Web).

Moi semble t-il, peut-être bien les traits des premières populations préhispaniques d’origine berbère venues d’Afrique avant les conquistadors sur cette terre volcanique de la Macaronésie comme l’écrivait un certain Boccace: « les îles Canaries sont des terres rocailleuses sans aucun type de cultures agricoles, mais riches en chèvres et autres animaux et remplies d’hommes et de femmes dénudés s’apparentant à des sauvages. Certains de ces hommes semblent avoir du pouvoir sur les autres et s’habillent de peaux de chèvres teintes à l’aide de safran et de colorants rouges. Ces peaux ont l’air fines et sont cousues avec soin grâce à des fils faits en tripes d’animaux. […] Leur langage est très doux, et leur façon de parler très vive et rapide rappelle l’italien ». Ou peut être encore les traits de ces esclaves pourchassés par les Portugais et Espagnols avant l’attribution de ces îles à l’Espagne en 1479 par le traité d’Alcáçovas. (Au Portugal l’île de Madère, non loin). Oui peut-être, les gens d’ici ne sont pas d’ici m’a fait remarqué mon fils, là-bas nous non plus, la vie n’est que Fuerte ventura. C’est peut-être encore les traits de grands chiens sauvages (les canes) que les premiers explorateurs ont découvert sur l’île d’où le nom du latin Canariae Insulae qui veut dire îles aux chiens, à moins que ce ne soit les traits des phoques qui peuplaient ces eaux bleues (également désignés sous le nom de «chiens de mer»).

Peut-être tout simplement moi, chien-du-web, caricaturé je suis, vantard dans un monde de clics, derrière mon bouclier pour faire face à la volée des claques,  un simple avatar. Puis, partir et « souffrir » de se sentir si bien, encore une caricature…

(…)

Désolé Monsieur le Président, je peux pas, j’ai famille ….

Monsieur le Président,

Je sais, c’est un rendez-vous à ne pas manquer, oui. Et qui donc refuserait un tête-à-tête dans Le Supplément avec Maïtena Biraben? personne. Monsieur le Président, comme tous les français, j’ai reçu avec plaisir (via votre service com’ ) une invitation pour vous suivre à la télé ce dimanche midi sur Canal+, je suis flatté mais je ne peux pas, j’ai famille…

Monsieur le Président, je sais, et ce n’est que la deuxième fois que je décline votre invitation, désolé, mais il faut dire que ça tombe toujours mal. Tenez, en avril 2013 par exemple, lorsque vous nous avez fait l’honneur d’une invitation à déjeuner à l’Élysée avec mes copains blogueurs dit -de Gouvernement (avant l’arrivée de Valls qui a fait explosé le groupe), mon absence très remarqué à votre table avait fait couler un peu d’encre, enfin presque pas, disons pas du tout, mais bon, j’étais absent et ça ne se fait pas de ne pas se rendre à l’Élysée lorsque vous y êtes convié, c’est mal, surtout pour un festin en aparté en plus. Oui Monsieur le Président, ce jour là, j’étais dans les airs vers une destination très ensoleillée, la Crète, choisir entre deux destinations-plaisirs, c’est pénible. Et l’histoire de nos rendez-vous manqués continue, sauf le 12 septembre 2013. Monsieur le Président, pendant votre exposé-bilan-des-3 ans, je serai dans un objet volant bien identifié par les radars, loin de tout, et très proche des miens. Une fois encore, je «décline» l’invitation pour une île à quelques miles des côtes marocaines, pour un bout de terre d’Afrique propriété de l’Espagne, les Canaries (oui, C l’Afrique). Je suis désolé, un peu, pas beaucoup, bref je ne peux pas, j’ai famille…

Monsieur le Président, je regarderais votre tête à tête dès mon retour si Canal veut bien le mettre en replay, ou sinon, j’en prendrais connaissance sur les blogs (politiques) si d’aventure je tombe sur un bout de réseau 3G, mais ça dépendra de Maman, car avec elle c’est «no-web pendant les vacances et surtout pas devant les gosses» une devise. Monsieur le Président, pour votre invitation-bilan-des-3ans, j’ai juste un p’tit regret, celui de manquer la « séance relooking » en direct devant les français. A ce sujet, j’avais conseillé « la jeune garde de l’Elysée » dans un billet Menswear, j’avais fait le job, et j’espère que …

Monsieur le Président, mon bonjour à la charmante Maïtena et toute son équipe, et si vous pouvez transmettre ce message : « Maïtena, si tu m’invites un jour, je viens ! même pendant les vacances car dorénavant je prendrais une assurance–annulation , mais cette fois je peux pas, la crise…».

Pour finir, Chers tous, bonne émission et bonne semaine, je vous enverrai une carte postale (j’ai l’adresse n’est ce pas ?), je vous laisse et j’embarque avec moi le livre de Guy Birenbaum pour recharger mes batteries. Désolé, j’ai famille …

Cordialement,

Guy-Alain Bembelly. Loin, le 19.04.15

(…)