Petite réflexion sur « les nouveaux murs de Berlin »: De nos jours …

#BerlinWall Helmut Kohl devant la porte de Brandebourg #Berlin (par @BILD)[Relire]. Petite réflexion devant cette photo symbolique de l’ancien Chancelier Allemand Helmut Kohl, un matin d’automne 2014 au cœur de Berlin, assis dans ce fauteuil roulant, seul, face à la porte de Brandebourg, un monument face au Monument. (Photo: Andreas Mühe/VG Bild-Kunst Bonn für BILD)

Une saisissante image ornée d’une coruscante lumière en contrechamp, de l’autre côté, une invitation à franchir le mur du présent pour l’après. Prenons sa place un court instant et imaginons sa pensée, peut être se demande t-il: Qu’avons-nous fait des briques de ce mur que nous avons cassé le 09 novembre 1989? 

Il y a 25 ans au cœur de l’Europe, un mur était tombé, ce n’était pas qu’un simple mur, mais une longue rangée de béton où chaque brique portait les stigmates d’un passé qu’on voulait effacer du cœur de l’Europe. Non je n’étais pas à Berlin mais à Roubaix, dans cette ancienne cité ouvrière du nord de la France, avec sa tradition architecturale, es édifices en briques rouges. Le mur de Berlin n’était qu’une matérialisation des ces murs invisibles que l’on érige, que l’on entretient au printemps et, que l’on consolide par mauvais temps lorsque souffle le vent. Nous vivons dans des murs qui souvent illuminent nos sombres pensées la nuit tombée, parfois.

Individuellement, et comme de simples maçons, nous construisons nos murs (de pensées), nos  périmètres (de « sécurité ») et nos maisons avec des blocs de bétons qui au fil du temps deviennent des miroirs et reflètent notre image. La Cité n’est donc qu’un simple enchevêtrement de murs parfois invisibles, souvent maladroitement juxtaposés, érigés dans une géométrie approximative, et qui peuvent menacer la rectitude de notre édifice commun. Aujourd’hui encore, des fortes rafales de vents traversent nos murs avec une certaine facilité, un ressenti véhiculé dans ces bulletins météo présentés par des icônes idoines, acteurs de cette nouvelle télé-réalité qui poignarde nos convictions et qui remplace nos murs porteurs par des vieilles antiennes. L’édition numérique n’est pas en reste.

Le mur de Berlin est certes tombé, mais dans ses décombres, des archéologues sont déjà à l’ouvrage sur le même tracé, pour de « nouveaux murs de Berlin ».

Reprendre ses outils.

(…)

Publicités

[?] Aveugle, elle recouvre la vue (et l’Eglise décline toute responsabilité)…

Un fait divers pour un court-instant, une petite réflexion en toute sobriété…

IMG_5733.PNG

Un miracle? Peut-être bien que oui, peut-être bien que non, mais une vraie certitude: notre miraculé n’était pas bourrée! Dommage que cet heureux événement n’arrive pas à certains d’entre nous, (je parle des gens sans aucun problème apparent, ceux qui s’enferment volontairement dans postures imbéciles), les sortir de leur « cécité (morale) » serait une très bonne chose. Tant pis! Qu’ils restent dans le noir, ils se casseront la gueule un jour, tout seul. Et l’Église (de la Rose) déclinera toute responsabilité. Amen.

IMG_0122

Billet [Ophtalmologie (politique)], fait.

[Source]

Moquons-nous de Gérard Depardieu: « 1 film, 77 entrées, 623 dollars de recettes seulement »…

IMG_5730.PNG

Je crois que tout est dans le titre, pas la peine d’aller lire dans Le Figaro. Sacré Gérard! Pour se moquer des français qui payent leurs impôts en France, c’est le 1er, mais pour bien faire son boulot à l’étranger qu’il aime tant, y a plus personne. Avec une telle recette, il ne risque pas d’être imposable en France!. « Viktor » le film 2ème bide

Alors, Kékidi Gégé? tu veux « reviendre »? T’es parti « imposable » et tu veux revenir « Non-imposable »? Et ben… Non, une autre fois peut-être….

(…)

Willy Sagnol, Prix Goncourt de la connerie… #racisme

Le Jury a décerné le « Prix Con-court » 2014 (le Goncourt de la connerie) au Bordelais Willy Sagnol pour l’ensemble de son œuvre éphémère et pour sa dernière prose « Sans-gnôle »‘ que l’on peut lire in extenso dans Jeune-Afrique. Extraits…

IMG_5714-0.JPG
IMG_5716.JPG

Comme Laurent Blanc (le précédent lauréat), il sera porté au « camp d’éloges » par certains « intelligents de la Gauche-Zemmour » (l’avis de la droite est connu) qui ne tarderont pas à dire: « Il faut sauver le soldat Willy! », le nouvel impétrant de l’académie des cons. La LigueA LICRA botte en touche et va porter plainte.

Dans le Football comme dans la vie, certains resteront toujours sur le banc (des accusés). Edit: Le Parti Socialiste vient d’éditer un communiqué que je découvre

Communiqué du PS Willy Sagnol

Et voila! « Le communiqué du PS, tu l’aimes ou tu te barres », point.

(…)

[Selfie] Je réfléchis à mon billet de demain…

20141101-211532-76532037.jpg

Oui je cherche une inspiration lumineuse
(…)

Pulvar-Tapie: Psychanalyse politique et clash…

Sur le plateau de itélé, Bernard Tapie n’était pas dans un cabinet de psychanalyse et Audrey Pulvar n’était pas là pour écouter ses confidences. Ça donne…

C’était musclé. Pourquoi une telle attitude de la part de Bernard Tapie? Entre autres raisons, il faut peut-être replonger dans la genèse de Bernard Tapie patron de presse et se souvenir de son différent avec Arnaud Montebourg, l’ex-compagnon d’Audrey Pulvar, c’était en 2012Le Ministre du Redressement productif était opposé à l’offre Tapie pour la reprise du Groupe Hersant (La Provence, Nice Matin, Var Matin, Corse Matin, France-Antilles et les Nouvelles de Calédonie). Arnaud Montebourg et François Villeroy de Galhau (BNP Paribas), avaient formulé une de dernière minute émanant du groupe belge Rossel. Au final, c’est l’offre Tapie qui a été retenue, moins quelques titres (Nice Matin etc…).

(…)

Chômage: l’échec…

IMG_5557.PNG

Pas la peine d’en dire plus, ni de chercher des explications, pas la peine, c’est un échec, point. Personne ne peut s’en réjouir.

Lire sur l’Express.

(…)

Sapin et #Macron à Berlin : Echec et Bitte schön, vu d’#Allemagne…

Ne pas s’en réjouir. A quelques jours du rendu de l’avis de la Commission européenne sur le budget français, les nouvelles ne sont pas bonnes. Michel Sapin (Ministre des finances) et Manu Macron (Ministre de l’économie) n’ont obtenu qu’un petit « Bitte schön » (Soyez les bienvenus) pour leur déplacement en Allemagne, un échec…

IMG_2500.PNG

Je résume. « L’Allemagne a tout simplement refusé la proposition du gouvernement français que Berlin consacre 50 milliards d’euros supplémentaires à des investissements, alors que la France envisage de son côté de faire 50 milliards d’euros d’économies ». Une somme qui correspond à l’enveloppe prévue par Manuel Valls pour financer son « Pacte de responsabilité, bizarre. Les méchantes langues diront: Angela Merkel .. (je vous laisse finir la phrase)…

La semaine (politique) de Sarkofrance va être intéressante.

Source: Courrier international

M. Valls: Réflexion primaire d’un 1er Ministre « qui gouverne » sur le départ…

Mnuel VAlls Le Départ de MAtignon?Lors du 2ème débat de la Primaire socialiste en 2011, Manuel Valls avait déclaré:

« La première mission du prochain Président de la République sera de nommer un vrai 1er Ministre en le respectant, qui gouverne… ».

Réflexion primaire, nous y sommes. Le 01 avril 2014, le candidat malheureux de la Primaire (avec seulement 5,6% de voix) a été élevé au grade de 1er Ministre, il «gouverne». Pour ce qui est du « respect« , Manuel Valls a récemment jugé «légitime» de mettre sur la table la question de la durée (et la modulation) des indemnités chômage. Une sortie hasardeuse, très vite recadrée par le Président de la République: « On ne fait pas des réformes pour des réformes, on fait des réformes pour qu’il y ait plus de croissance et plus d’emplois, notamment pour les jeunes ». Rappel du statutcollaborateur du 1er Ministre, François Hollande décide, Manuel Valls exécute, c’est la règle.

Les spéculations sur le départ de Manuel Valls de Matignon. Il est déjà dans l’après, prépare son départ, probablement après les Régionales : « à quoi bon jouer les supplétifs soumis dans un quinquennat agonisant alors qu’il n’a effectué que la moitié à peine de son parcours du combattant sous le feu de la crise. Perdu pour perdu, le soldat Valls préfère passer à la postérité avec des faits d’armes qui pourront resservir dans une autre vie. » écrit Olivier Picard dans le NouvelObs. Perdu pour perdu…

Le départ de Manuel, une hypothèse que j’avais romancé dès son arrivée à Matignon dans un billet en deux volets: « A l’intérieur de Matignon« . Au delà de la prévisible défaite aux régionales 2014 (après celle des municipales), j’évoquais le départ de Valls (en 2015-2016 avec l’idée bien arrêtée de ne pas laisser passer sa chance en 2017) en prévision d’une cristallisation possible des intentions de vote de Gauche sur F.Hollande (il remonte dans les sondages), et face à une droite plombée par la condamnation de Sarkozy (hypothèse plausible). Romance politique? Peut être bien que oui, quoique…

Palais Elysée

L’ambition de Manuel Valls (« Je veux être Président de la République! ») rend crédible l’hypothèse d’un départ anticipé pour deux raisons: 1. Sa chute dans les sondages d’opinion peut le pousser au clash avec le Président de la République, même indirectement, se faire virer pour mieux se démarquer de ce bilan mitigé, résultat de son implication depuis mai 2012, d’abord en tant que Ministre de l’intérieur Place Beauvau, puis 1er Ministre et chef du Gouvernement depuis Avril dernier, se défausser… 2. Pour se préparer à l’alternative de Gauche dans l’hypothèse d’une non candidature de F. Hollande en 2017.

Selon toute vraisemblance, ce départ est envisageable et peut-être envisagé, car l’action politique de M. Valls tourne autour de cette option. « Quitter Matignon, se faire virer pour ne pas être comptable du bilan 2012-2017, » une tentation. D’ailleurs, ses réformes libérales ne sont pas que reflets d’un positionnement politique incohérent pour la Gauche certes, mais conforme avec son ambition présidentielle, personnelle. Ce départ éventuel pour incohérence assumée avec sa famille politique légitime la réticence des électeurs à son égard: « il est clivant avec les écologistes, le Front de Gauche etc., divise, fragilise les syndicats dans ses réformes, clame son amour pour l’entreprise etc. Il porte bien son nom, valse, flatte l’électorat de droite (Se souvenir de son laxiste face aux débordements des Manifpourtous bien que Ministre de l’intérieur, il avait observé le silence devant la furie des bonnets rouges sur les portiques écotaxes).

Un avenir à la Michel Rocard?

C’est possible, peut-être bien à la JF Copé qui se voulait opposant de Nicolas Sarkozy avant 2007. Remarque, dans le cas Copé/Sarkozy ou de Sarkozy/Chirac, la divergence politique n’était pas accompagnée d’un désamour avec son propre électorat, c’est là une spécificité propre à M. Valls, son ascenseur-sondage est en panne…

Être Président de la République, c’est au delà de tout programme politique, être capable de créer les conditions d’un consensus dans son propre camp d’abord, puis au delà pour espérer « franchir avec mandat » le portail en fer du 55 Rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris. Matignon est une belle étape (politique), un tremplin, voire un terminus, Michel Rocard le sait et le vit très bien. Le départ de Valls ne s’accompagnera pas d’un « Merci pour ce moment » de la part des sympathisants socialistes, je ne le pense pas… Les projections politiques de celui qui demandait le départ de F. Hollande, alors 1er secrétaire du PS en 2008 se compliquent. (A suivre).

(…)

Naissance de Jésus: Et Dieu créa la 1ère GPA ! (2014 ans déja)…

J’ai une question sur la fameuse opération du Saint-Esprit pour la naissance du p’tit Jésus (Christ), il y a 2014 ans: Je me trompe ou c’était (déjà) la 1ère Gestation pour autrui (GPA) comme le signale Gilles Babinet?

IMG_5421.PNG

La première GPA, c’était donc Marie? Ami-e-s de la ManifPourTous, réfléchir. Vous avez 4 siècles, ça devrait suffire. Amen.

(…)