Quand Lourdes tourne à l’eau de #Vichy: Le #FN balance l’adresse des réfugiés sur Facebook …

«Tous des bêtes sauvages, ils me dégoutent, des ordures sur le sol français», «Flinguer ces fils de putes! » etc. Des commentaires sur la page Facebook de la section Front National des Hautes-Pyrénées qui diffuse l’adresse des réfugiés hébergés à Lourdes via un post du 17 octobre repéré par Streetpress.

quand-le-fn-a-lourdes-diffuse-ladresse-de-refugies-sur-facebook

Délation, incitation à la haine, atteinte à la vie privée, divulgation d’informations pouvant mettre en danger le vie d’autrui, appel au meurtre. En prime, le numéro de téléphone de de la directrice du Centre d’accueil de demandeurs d’asile (CADA). La source de ce « fichier réfugiés »? Réponse du Conseiller régional FN, Olivier Monteil: «J’ai obtenu ces informations de source policière.». Tiens donc, la police …

 Bref, Lourdes tourne à l’eau de Vichy.

./Screen

 

 

 

Publicités

Vie « extime » et réseaux sociaux: Finalement …

Juste une note. Lecture  (ou réflexion) …

Finalement, c’est très con les réseaux sociaux. La vie extime s’expose, nouvelle norme et nouveau paradigme. En même temps, faire sans, c’est très compliqué, presqu’anti-social. Reste à bien choisir son psychiatre et son psychologue. Pour les flics, pas la peine de s’inquiéter, ils frapperont à votre porte le moment venu, et c’est gratuit – prise en charge de l’État hors trou de la Sécu-.

Demain j’arrête.

Extrait/@helviala

Top 10 hashtags de l’actu Afrique 2014, réseaux sociaux…

Le magazine Jeune Afrique a sélectionné les 10 hashtags qui ont marqué la riche actualité de l’Afrique 2014 sur Twitter (et Facebook). Rétrospective.

IMG_0238Clic pour les détails (agrandir)

Merci à Romain (P) pour le tweet.

Bref, j’ai débarqué sur « Ello », le réseau social anti-Facebook….

Ce matin, la grande Sophie se demandait comment faire pour rejoindre « Ello », le nouveau réseau social anti-Facebook, the new place to be

IMG_5364.PNG

Curieux, j’ai trouvé une invitation (secret des sources!) oui, un précieux sésame en tant que « blogueur invité » pour le tester. Bref, j’ai débarqué sur « Ello ».

IMG_5363.PNG

Mon profil. Puis, une bulle m’a demandé un truc: « Say Ello… », alors j’ai « Say Ello »…

IMG_5362.PNG

Encore un Facebook killer comme dans un passé récent avec Diaspora (qui s’en souvient?). Vu le nombre de personne que j’ai croisé sur « Ello« , je crois que twitter peut dormir tranquille, encore un moment. Premier avis « mauvaise foi volontaire«  sur cette version bêta, je garde la gentillesse pour la version finale. Pour l’invitation Ello, tapez #elloinvitecode sur twitter ou sur le web, l’ami Google vous invitera, il a déjà commencé l’indexation des profils Ello.

Ello bembelly indexé by Google

PS: Non, Ello n’est pas réservé qu’aux filles. Ah, j’oubliais, maintenant que j’ai le pouvoir d’inviter des gens, alors je vous préviens, plus de conneries dans les commentaires, je surveille…

invitation Ello

Le tester, et si cela ne vous convient pas, la fonction « supprimer son compte » est très visible contrairement à Facebook, un bon point non négligeable sur la vie privée, très appréciable pour tout effacer.

Suppression Ello

Alors, Ello?

(…)

Coincé +de 10 jours chez sa maîtresse, sa femme le croit dans le vol #MH370…

D’abord une chose importante, j’ai voté! Évidemment(à)Lyon. Ensuite, comme Romain P. sur Facebook, je partage la pensée de @NawfelChana, par solidarité…

NawfelChana

Il a « raté » le vol de la Malaysia Airlines? il y a comme un malaise, comme c’est triste! Partageons sa souffrance euh… chance! Moralité: L’infidélité peut sauver une vie…

Enfin, je crois 😉

Cinq bonnes raisons de suivre les soirées électorales sur France 3 Régions… #Lyon2014

Municipale2014, Lyon Rhône-AlpesCe matin 09h00, France3 Rhône-Alpes a dévoilé son dispositif spécial pour les soirées électorales du 23 et 30 mars. «Blogueur-invité» à ce point presse, j’ai pris des notes pour vous expliquer avec mes mots, pourquoi vous allez être les premiers sur l’info le soir de la grand’messe électorale sur Fr3Rhône-Alpes. 

D’abord une chose, lorsqu’on cause télévision, l’habillage est de circonstance même sur un blog (politique). Permettez donc, Mesdames Mesdemoiselles (ça ne se dit plus) et Messieurs,  que je m’installe dans le fauteuil du présentateur-vedette, en compagnie de mes deux assesseurs de circonstance (Paul Satis et Olivier Michel, journalistes politique sur Fr3Rhône-Alpes, avant de vous donner les 5 bonnes raisons de suivre les Municipales sur France 3 Rhône-Alpes (ou dans votre Région, pareil).

Paul Satis et Olivier Michel FRance3, Municipales lyon2014(Faire présentateur télé face au prompteur et sans oreillette, ça c’est fait)

1. La première raison est une évidence: l’élection municipale est un scrutin local, n’en déplaise aux « nationalisateurs des élections locales » (nouvelle expression, c’est plus parlant). Pour une municipale, l’électeur lambda cherche avant toute chose, une info de proximité (écoles, cantines, le cadre de vie, l’emploi, les transports, le rayonnement international, d’urbanisme, la qualité de vie, etc.) enfin, il s’intéresse aux sujets en lien direct avec son quotidien, de la proximité avant tout. Puis viendra le temps des tendances et résultats le soir des élections, pour sa commune, son arrondissement etc,. Le relais automatique avec l’Édition Nationale de France3 permet de suivre les directs grâce à la richesse éditoriale des 24 antennes régionales associés. Oubliez donc BFMTV, itélé et les autres chaînes d’info, la municipale se joue chez vous.

2. Pour les débats pré et post-électoraux des candidats de votre commune. Entendre les grands majors de la politique nationale nous expliquer à longueur de soirée notre politique locale sans connaitre notre ville et nos préoccupations, c’est…, enfin passons.. Fr3Rhone-Alpes organisera par exemple, ce jeudi 20 mars un grand débat avec toutes les têtes de liste de la municipale lyonnaise. Voici le programme.

Débat municipale Lyon 2014, les candidats et résultats

Puis, les admissibles du deuxième tour (s’il y un deuxième tour) se retrouveront pour la belle à Lyon et dans deux villes importantes de la région (Roanne par exemple).

3. Le dispositif Fr3Rhone-Alpes est exceptionnel (j’ai vérifié, c’est bien et c’est beau). L’image vieillotte de France3, c’est une connerie à oublier, car les moyens mis en place nous plongent dans une nouvelle ère numérique, compatible avec les réseaux sociaux: Tenez, le soir de l’élection dès19h00, on pourra suivre le direct sur son smartphone ou sa tablette (iPad) via un « fleuve d’actualité » alimenté au fur et à mesure  avec des résultats par commune, par arrondissement, des réactions etc..

photo 4

4. Pour l’info de proximité, proche des électeurs.  C’est déjà le cas depuis le 03 mars avec le décryptage de l’info par Paul Satis et Olivier Michel (en haut avec moi dans la photo) dès 19h00 dans le « journal de campagne » : Monographies, portraits des candidats, sondages, anecdotes etc. Bref,  des outils simples pour comprendre les enjeux locaux.

5. Les réseaux sociaux et des débats interactifs. Pour suivre le fil des tweets, un hashtag est à disposition: #MunicipalesRA. Dispositif piloté par une équipe Web de 4 personnes (deux journalistes, une chargée d’édition numérique, une animatrice des réseaux sociaux (Facebook, twitter etc). Mieux, entre les deux tours, des «débats citoyens» se feront en partenariat avec Google «Hangout», ce qui devrait plaire à Jegoun qui souvent en parle.

Pour finir, , la vraie raison, c’est le fait de m’avoir invité, c’est dire combien ils s’intéressent à la proximité, à moi (Merci pour l’invitation), à vous. Aussi, je pense que vous ferez comme moi pour une autre raison: On paye une redevance télé, tant qu’à faire, on regarde!

C'est par là: France3 Rhône-Alpes, Municipales 2014

Voila.

Facebook affiche la « théorie du genre », l’UMP va peut-être fermer sa page…

La première partie du titre est une info, la seconde une recommandation. Le sujet « gender » m’amuse depuis qu’on a découvert que l’UMP l’avait inscrit dans ses tablettes en 2011 et que Nadine Morano le défendait en février 2012. Ce matin de la Saint-Valentin, je voulais parler d’autres choses, de cadeaux high-tech par exemple, d’amour etc, finalement, on va rester sur le like. Le célèbre réseau social Facebook introduit les options « transsexuel » ou « intersexuel » dans le choix du profil utilisateur…

20140214-065142.jpg

Cette fois, difficile d’accuser l’école ou le gouvernement, le « gender » c’est Facebook!. La question est savoir si l’UMP de JF Copé, adepte de Facebook, va fermer sa page avec recommandation aux militants: « Barrez-vous!! ». Facebook, c’est le réseau préféré de Nicolas Sarkozy pour communiquer avec ses fans, c’est aussi l’espace de prédilection des mouvances réacs, alors, rester sur un réseau social qui affiche aussi clairement la couleur est contraire à leur éthique, cela devrait les inciter à partir voir ailleurs.

Rester, c’est faire un Like

[screen]

Génération internés (l’Abondance) de @SebMusset (livre)…

Dans « Libération-Livres « , une critique littéraire sur l’Abondance, extrait..

20140123-184928.jpg

Je vous le recommande. Symphonie des mots, un récit très actuel où tout n’est pas politique, pour comprendre les standards de notre époque. Lisez-le! (si Libé en parle…). En savoir plus (et le commander), chez l’ami SebMusset, un WebAddict (je confirme).

À lire.

«Testament numérique»: Après les vœux, mes aveux…

Aveux numériques[Internet, le 05 Janvier 2014, il est 05heures, à confesse…]

Sur le web, j’ai fait des rencontres improbables, vraiment. De «justes» rencontres? Peut être juste des rencontres, intéressantes selon les circonstances. De l’amitié? Peut-être bien de l’auto-satisfaction après avoir traversé l’écran de l’ordinateur pour un espace tout aussi grand que celui du smartphone.

Depuis quelques années je traine sur le web avec ma «boite à outils», j’empile des legos sur Twitter, Facebook, Google+, kweeper, LinkedIn etc.), pièce après pièce, pour me construire une «identité numérique». Oui, j’ai mon «id»! En avoir et « Être ».

Sur le Net tout ne l’est pas, le clic dessine les contours d’un espace temps, il devient instrument de mesure d’une nouvelle noblesse dans un monde en friche, le domaine de nouveaux explorateurs. Un p’tit clic suffit pour un grand pas vers une amitié qui chaque jour nous éloigne un peu plus du silence des vertueux. Pourquoi ces lignes? Je n’en sais rien. Une soudaine envie d’écrire autre chose que  celles dictées par la «Net conscience», c’est à dire, les «bonjour!» sur twitter, les «Like» Facebook ou les «je vous aime mes bichons» sur instagram. L’envie d’écrire l’inédit pour clore cette 53ème semaine et poser les bases de ma nouvelle année-numérique. Après les vœux, l’heure des aveux. Pour cela, prenons quelques fèves de cette belle galette numérique pour une explication détaillée …

1. Les universitaires-du-Web

Mes préférés. J’ai rencontré des «universitaires du web», les « diplômés de la grande école de la parole», que de la parole. J’ai les nomsSur leur profil blog ou autres supports numériques (Viadéo, Linkedin etc.), des références imaginées (ou imaginaires), souvent in English, c’est une tendance. Ce sont de vrais «selfie numériques» qui cherchent à asseoir une «id» à travers textes et écrits, s’exposent comme des mémoires ou thèses universitaires de rattrapage. Les internets, disons, le Web, c’est pour eux «l’université de la seconde chance», un monde ou les vrais universitaires & diplômés souvent font preuve de modestie, sans «faire valoir» sur les frontons de leurs profils. Les vrais vivent le Net comme un espace récréatif, partagent et/ou se découvrent d’autres passions loin de leur quotidien. Ils s’affichent sur LinkedIn, ailleurs, ils font preuve d’humilité, en quête de normalité hors taf– surtout dans le style d’écriture-, ils sont loin de l’exubérance de nos amis les «unis-vers-cités-du-web», les diplômes-à-clics (en un mot)

2. Les féministes-intégristes …

Ça existe, quelques unes, pas toutes, et j’ai eu le plaisir d’en rencontrer. Les féministes, c’est une très grande famille avec ses «activistes de circonstances», celles qui se drapent de cette noble cause pour d’autres velléités. De la gauchiste-sympa à la réac d’extrême-droite en passant par la catho intégriste, ces «féministes-là» sont à la limite de ce qu’on peut appeler «l’intégrisme féminin». J’ai beaucoup de respect pour celles et celles qui détricotent avec talent les catalogues de grandes enseignes, celles qui traquent l’indice publicitaire mal placé, celles qui dénoncent le détail à contre courant de «l’égalité». L’homme n’est pas la cible 1ère de la «traqueuse de pub», mais le système dans son ensemble. Elles ont raison. Néanmoins, la virulence affichée par certaines «féministes» m’éloigne un peu plus de cette noble cause qu’est l’Égalité. Devenir «victime consentante»  légitimerait ce féministe-agressif qui sévit sur le web. J’ai une pensée toute particulière (et une affection) pour la «féministe négresse verte (de rage)», celle qui vous traite de «violeur» car votre mélanine n’est pas pas caution solidaire de sa frangine Nafissatou-de-Manhattan certainement en villégiature dans le triangle des Bermudes. Elle peut. (et elle n’est plus, peace).

La «féministe du web» n’est pas critiquable en soi car la sanction est immédiate: Machisme primaire et déferlante de « la meute en folie« . [Avec des guillemets, pas taper, ok les copines? Je vous love, en vrai]. Messieurs, ne pas croire que toutes ces femmes qui vous tombent dessus d’un coup est une partie de plaisir. Non. La société doit changer, oui! Mais accepter d’être jeté en pâture sans brancher, non merci. La galanterie a le droit de prendre quelques semaines de vacances, de temps en temps si ça ne vous dérange pas, au nom de l’Égalité.

3. Les « Oui mais c’est-pas-pareil »

Dans mes pérégrinations sur le Net, j’ai rencontré des racistes (et ce n’est pas une surprise). Dans le monde numérique on dit «réacs» pour qualifier ces adeptes des thèses racistes, pour désigner avec pudeur ces fascistes et antisémites, souvent à Droite de l’échiquier politique, pas que. J’ai rencontré des gens dont l’humanité se limite au reflet de leur propre image. Sans être narcissique, ils ont l’indignation sélective, s’enferment dans l’invective facile ou dans des pseudo principes universels pour contraindre les autres à partager ce qu’ils refusent de faire quand l’indignation ne les touche pas. J’ai aussi découvert une gauche dite «décomplexée», avec des «valeurs actuelles», très. Elle s’imagine à Gauche mais s’offre des vacances sur l’ile de la tentation, et vous explique que «Non, c’est pas pareil». Pareil dans « la vraie vie », comme on dit.

Oui, je vis dans un monde merveilleux ou rien n’est «jamais pareil», un univers où les ombres bougent sur fond vert de l’actualité. Difficile de prévoir une tenue adaptée pour affronter les éléments qui chaque jour se déchaînent, même les bottes de la retenue ne vous protègent plus de la montée des eaux dans ces bâtisses où vous pensiez être en sécurité.

Pour finir…

La vie sur les réseaux sociaux est tout aussi numérique que féerique, c’est comme le monde de la nuit où les buées du matin enveloppent les discordes de minuit avant de s’évaporer dès les premiers rayons du soleil. Pas toujours. On se découvre aussi des amis qui n’en sont pas, des «amis» par simple respect pour d’autres, des «amis» qu‘on n’aime pas et qui vous le rendent bien, des «ennemis» qui deviennent parfois des amis en dépit des divergences de vue. À durée limitée. Je vous épargne les cons permanents ou de circonstance (j’en suis), les donneurs de leçons, les frustrés et les avatars-anonymes planqués derrière leur voile-web. Oui, je vis dans un monde num(f)éerique, The Place To Be.

J’ai dit.

Couple-Web de l’année 2012-2013: @Lisepressac & @Guybirenbaum… #FF

S’il fallait retenir deux Web trotteurs pour l’année 2012-2013, un « couple » s’impose sans conteste: L’épicier du web @guybirenbaum et la charmante @LisePressac, partenaires distributeurs « des clics et des claques sur Europe1.« . Laurent Guimier, chef de la bande organisée les félicite, David Abiker aussi, Agnès Léglise est injoignable, Juan Sarkofrance confirme le vote, Nicolas partage mon avis, MarcVasseur a voté deux fois, SebMusset trois…

20130802-083850.jpg

Ils ne passeront pas leurs vacances ensemble mais se retrouveront à la rentrée, quelque part sur le .Net, dans cette difficile fonction d’horloge tendance des réseaux sociaux..

PS: On va éviter les « Oh! ils sont trop mimi!« … Merci.

Billet « j’ai décidé tout seul« , fait.