#Amish(politique): le «#PS Comedy Club», la suite…

Dire que le PS (Parti socialiste) a raté le passage de la «5G politique» est un doux euphémisme, l’illustration est plus parlante…

Que JeanCri Cambadelis – le grosse feignasse selon Julien Dray– se sente l’obligation de remonter sur sa palette, c’est dire l’état hors-réseau de l’appareil de Solferino. Depuis que l’ex bras droit de Manuel Valls -Carlos Da Silva– est devenu administrateur réseau de Faure Olivier et le logiciel des identitarés du printemps républicain installé, le PS-serveur est en panne, perte d’abonnés. Bref, c’est le bordel.

[PS: Mes excuses à la «communauté Amish», chez eux au moins le hors-réseau est un choix assumé].

./…

«#Universalisme» ou quand les racistes dénoncent le «racisme imaginaire» des victimes du racisme..

«L’Universalisme! L’Universalisme outragé! L’Universalisme brisé! L’Universalisme martyrisé! mais L’Universalisme libéré!» Libéré par Dominique Sopo dans ce papier à lire dans le Huffpost. Extrait.

*Universalisme*, ce mot fourre-tout utilisé à hue et à dia par les identitarés de France et de Navarre a enfin été décrypté avec précision. Pas mieux. Non l’universalisme ne s’arrête pas « aux portes de la Négrerie », maintenant vous savez. Toujours se méfier des#racistes qui aiment tant dénoncer le *racisme imaginaire* des victimes du racisme

./…

De quelle couleur sont les #Blancs? Ce «#communautarisme» qui se veut «invisible»…

Du « communautarisme blanc« , concept à développer dans un billet à suivre (ou pas). Dans l’attente, rappelons l’interrogation de lilian Thuram: «Pourquoi les blancs devraient-ils être les seuls à n’être jamais désignés par leur couleur?». Et Sylvie Laurent et Thierry Leclèrce de poser une autre tout aussi intéressante: «De quelle couleur sont les Blancs?» Bah oui, quand on dit «blanc» ça couine, alors?

Racisme communautarisme blanc, Extrême droite,

Une lecture vivement conseillée où l’on peut lire en « Page4 » ce qui suit. In extenso..

«Blancs», «petits Blancs», «racisme anti-Blancs». Ces expressions empruntées au lexique historique de l’extrême-droite ont refait une brutale apparition dans le débat public français depuis les années 2000. Alors que la France ne cesse de réaffirmer son credo républicain selon lequel il ne peut exister aucune distinction raciale, allant jusqu’à bannir le mot «race» de la législation, comment comprendre ce surgissement de la «question blanche» dans la rhétorique politique et médiatique?

Au PS, Manuel Valls voulut naguère mettre à l’image « quelques Blancs, quelques white, quelques blancos» dans sa belle ville d’Évry; au nom de l’UMP, Jean-François Copé est lui parti en guerre contre le «racisme anti-Blancs», tandis que l’éditeur et polémiste Richard Millet ne craint pas d’affirmer que passer par la station Châtelet-Les Halles à 6 heures du soir est un «cauchemar absolu […] surtout quand je suis le seul Blanc». Le débat sur les «minorités visibles», prégnant depuis une vingtaine d’années, s’est ainsi déplacé vers un questionnement sur la «majorité invisible». Mais qu’est-ce qu’être blanc? Une couleur? Ce serait si simple…

Pour la première fois en France, ce livre cherche à décliner les nuances de ce terme controversé afin d’en interroger la pertinence et les usages. Écrit par des contributeurs d’horizons, d’opinions et d’origines divers, il se veut à la fois une exploration du discours sociopolitique contemporain, une analyse historique de sa genèse coloniale et de ses héritages, mais également une réflexion sur la façon dont ce «blanc» colore nos imaginaires culturels, du cinéma à la littérature, du rap à la télévision.

_/._.\_

Vous y trouverez sûrement les réponses à vos questions, je n’en doute pas. D’ici là, et on ne le dira jamais assez, sachez que le racisme s’habille toujours chez très bonne intentionSe le dire.

./…

 

Ce moment hallucinant où Julien Dray (PS) considère que le #CodeNoir de #Colbert était un «progrès», pour les #noirs… WTF?!

Ce matin à l’heure du café, pour m’assurer que je n’avais pas fait un mauvais cauchemar, j’ai demandé sur Twitter si quelqu’un avait l’extrait vidéo du passage de Julien Dray sur CNews où il déclarait (je résume), que « le code noir de Colbert c’était un progrès d’un point de vue historique (sic!)». CNews n’a pas jugé utile de partager l’extrait sur Twitter. Sans réponse, j’ai fini par retrouver l’extrait dans  le replay de Cnews – émission Ça se dispute du samedi 20 juin 2020 (à 46’30) -. Faute de mieux, l’iPhone a fait le reste, en ligne sur Youtube. Respirez un bon coup, préparez votre cachet. (Meilleur affichage sur smartphone)…

Je vous repose ça là, par écrit, et je vais prendre un cachet de doliprane pour dormir. À vous…

«(..) On se focalise sur Colbert, mais la vérité historique, d’un certain point de vue le Code Noir dans l’histoire de l’esclavage c’est un progrès (…)»

Signé Julien Dray, Membre du Bureau politique du Parti Socialiste.

Julien Dray Code Noir PS Colbert Esclavage progès

Pour les amoureux du « fameux contexte« , je vous invite à (re)lire Code Noir  que j’avais édité en 2014, ici, pour vous. Bien lire les articles 31,32 & 39, par exemple. Cela devrait suffire. Ou, lire les 54 articles de ce texte structuré, matrice d’un crime contre l’humanité…

CODE NOIR : Edit du Roy, règlement & articles…

D’avantage serait d’intempérance.

./…

 

Bref, j’ai reçu une lettre de Gérard Collomb & voici ma réponse: Cher Gérard… #Municipales

Ce midi à l’heure de ma pause télétravail, je descends relever mon courrier et là: surprise! Une lettre de Gérard Collomb, ex Ministre de l’intérieur et ancien Maire de Lyon balayé au 1er tour des élections municipales. Donc, le Macroniste 1er du nom m’envoie un courrier. Ne pas y répondre serait une entorse à la Politesse légendaire qui me singularise. Un renvoi avec la mention « N’habite plus l’adresse barrée » est une inélégance que je vais m’épargner.  Disons donc les choses au mieux, avec humanité & fermeté

Cher Gérard, je vais dire Gérard car on se connait de longue date n’est-ce pas? Mais oui Gérard, je suis celui qui avait reçu, à Radio Sun FM101.5 Mhz,  ton équipe de campagne menée par Jean-Louis Touraine, ton ancien 1er Adjoint quand tu voulais devenir Maire de Lyon, le bon vieux temps. Oui,  je suis celui qui t’avait filé un p’tit coup de main lors des Municipales2014 sous la bannière «EvidemmentLyon» avec Sylvie Trublyonne, les Romain Blachier, etc. Ah le bon vieux temps de la Gauche Lyonnaise. Sauf que, par ta faute, certains ont viré Macronistes pour ne pas dire autre chose. Et que dire de cette folie qui t’avait poussé à livrer la Région Rhône-Alpes à l’autre-là … (là je cherche| Ayé j’ai trouvé! Laurent Wauquiez. Pourquoi? Juste parce que le candidat de la Gauche n’avait pas placé ta compagne en NumberTwo sur sa liste. Cette trahison-là, personne ne l’a oublié. Relire l’excellent papier de Toniolibero pour t’en souvenir.

Cher Gérard, non je ne te parlerai pas de ton passage Place Beauvau pour ne pas me couper l’appétit. Oui je suis en pause je te l’avais pas dit? Prends des notes Gérard, ça m’évitera de me répéter ok? Merci. Et aujourd’hui, t’as l’outrecuidance de m’écrire, ok. Certaines mauvaises langues diront que « c’est la vieillerie », mais je dirai, – politesse oblige – que tu nous prends pour des cons Gérard. Aussi, je vais écourter ma réponse, elle est toute simple: Non Gérard, t’es viré, déboulonné!. N’insiste pas. Et pour t’éviter de te perdre en arguties – à propos de l’utilisation de mes coordonnées personnelles -, je te conseille de bien lire les recommandations de la CNIL destinées aux candidats pour le 2nd tour, les règles à respecter avant le second tour des municipales ‬.

Allez, je te laisse Gérard, mon plat de Bobosse m’attend. Si tu veux, on se rappelle après les municipales et on se fait une bonne bouffe ok ? Avoir du temps libre est un luxe tu verras. Ah, pour mon 06, demande à Jean-Marie (Girier), il l’a toujours je suppose. Non je n’ai rien changé, moi, ni mes valeurs «GauchePropre» ni mon numéro de téléphone. Fallait passer en « Mode avion »...  (Réponse-billet dispo dès 17heures ici et via Twitter, ça m’évitera de paumer un timbre-poste pour toi. PS: ce n’était pas utile d’apposer ton adresse sur l’enveloppe, je dis ça je dis rien).

Bien cordialement, smileys toussa. @Bembelly

Envoyé via smartphone. Rédigé sur Notes/iPhone. Édition Appli WordPress.

#CoVid19fr: « Si c’était une guerre bactériologique nous serions déjà tous morts ». De l’impréparation de Macron, terrible constat..

Non, le coronavirus n’a rien d’une guerre bactériologique, qu’on se le dise. Mais dans cette hypothèse – supposons -, la réponse -ci dessous- au tweet du 20 juillet 2017 d’Emmanuel Macron Président de la République et Chef des Armées, révèle quelque chose de glaçant, une terrible impréparation …

Pas de masques, pas de respirateurs dans les hôpitaux, pas d’équipement pour le personnel médical (et on ne se posera pas la question des « abris pour la population » dans cette hypothèse). Garant de rien! Aussi, n’en déplaise aux « nouveaux spécialistes de la médecine virale tous diplômés de la Grande École de la parole sur les réseaux sociaux », il est aisé d’affirmer que… « les choix budgétaires d’Emmanuel Macron se font aux dépens de la sécurité des français, et donc la République ». point.  Nul besoin de vous entraîner dans de vastes périodes oratoires pour expliquer une évidence, « Gouverner c’est prévoir. On ne le dira jamais assez… 

#RestezChezVous.

./…

Tiens, Emmanuel Macron désavoué par Cédric Villani |« Paris j’y suis j’y reste et voilà!» …

Emmanuel Macron a demandé à Cedric Villani de « se rapprocher » de Benjamin – candidat #LaReM largué à Paris, ce qu’il refuse catégoriquement dans une déclaration style «Non c’est non, j’y suis et j’y reste ! » qui fera date

Cedric Villani non à Macron Communiqué

Oui, « Paris est d’une naissance qui dépasse les Grivoiseries de Jupiter« . C’est ce qu’on appelle « Se prendre une bonne gauche » comme on peut le lire dans son communiqué après entretien. De quoi redonner le sourire à Anne Hidalgo, Maire de Paris, toujours en tête dans les sondages avec 25%, devant Rachida Dati (LR) avec 19% des sondages. Benjamin Griveaux candidat de Macron s’effondre avec ses modestes 15% juste devant l’écologiste David Belliard (14%) puis Cédric Villani le « Sékou Touré » et ses 13% qui énervent Jupiter Macron.

./…

Cher Emmanuel Macron .. «Make Our Retraites Great Again» ok? Et rien à foutre de #Noël…

Faire simple vite et bien, puis aller au boulot pour une cotisation incertaine, désormais. Puisqu’il faut dire quelque chose à Jupiter et sa bande organisée et bien le dire, une seule chose: #MakeOurRetraitesGreatAgain!

Ma fille ne sera peut_être pas là pour Noël mais bon, on le fera en visio! Dans ce monde numérique la distance s’estompe n’est-ce pas? Voila, on va innover. Et comme on se le dit désormais dans ces joyeuses grèves de fin d’année

« Mieux vaut avoir un #Noël🎄pourri qu’une #retraite de merde! »

Aussi, #MakeOurRetraitesGreatAgain épicétout!

./…

« Joyeuses grèves de fin d’année » Monsieur le Président! Et surtout la #Retraite hein?

Lettre à Emmanuel Macron, Président de La République et du rabotage des pensions de retraite des français. On va se la faire courte.

« Joyeuses grèves de fin d’année Manu! »

Et surtout la santé retraite hein? | C’est la période, Til Cara a fait un atelier d’art en milieu scolaire et moi un billet de feignasse pour rendre service. Présenter ses vœux de fin d’année, c’est fait.

À vous.

./…1

Bref, j’étais à la #Manif contre l’#islamophobie à Paris, et j’ai vu…

Manif contre l'islamophobie ParisDu haut de mon modeste statut de blogueur (politique), j’ai co-signé l’appel pour manifester contre l’islamophobie et le racisme le dimanche 10 novembre 2019 à Paris. Et j’y étais, avec des responsables de partis politiques, des personnes de Gauche avec qui je partage des affinités (politiques) et particulièrement le refus des discriminations.

Un manifeste que les blabla-blabla-pookie! ceux qui postillonnent n’avaient pas jugé utile d’organiser. Je voulais en être, tout simplement, et j’ai fait l’aller-retour Lyon-Paris ce dimanche 10 novembre. « Pourquoi? ». Bah… ne sentant pas la démangeaison de ceux qui toujours stigmatisent, je refuse l’idée de justifier un élan de solidarité envers ceux qui ne revendiquent que le droit élémentaire de dire qu’ils ont mal. Et c’est de ça dont il est question, ceteris paribus.

Manif contre l'islamophobie Paris #Le10Contrelislamophobie

Marche contre l'islamophobie Paris1

Un appel sans commune mesure face à quelque chose qui nous dépasse et qui nous oblige. Je peux comprendre les réticences de certains pour préserver leur image de peur d’être indexés sur les réseaux sociaux, je comprends. Mais le courage c’est Maintenant!  Car il est ici question de valeurs, non pas celles actuelles que l’on érige comme des étendards d’exclusion, ni celles faussement indexées à la laïcité que l’on martyrise à hue et à dia, mais celles que nous avons en partage. Aussi, à peine l’appel signé et édité que déjà sifflaient les premières flèches des archers du discrédit toujours à l’affût au sommet du « Mont-Polémique» comme chaque fois qu’une « voix non-autorisée» ose sortir de son « assignation à résidence » dans cette France maternelle et affective, celle désormais «fais-pas-ci-fais-pas-ça», celle surveillante générale qui vous colle des mots dièses dans le cahier de liaison pour que les parents vous allument à la maison, ou en public devant les copains de classe, celle marâtre qui toujours vous prive de goûter, et de goûter aux délices de la liberté et de l’égalité. Au final, celle qui toujours nous nourrit et nous protège, ou pas, au gré de ses humeurs.

Et l’octogone a eu lieu. Particulièrement avec ceux de mes amis étouffés par la peur, singulièrement ceux planqués derrière « le dernier secrétaire d’un Parti » moribond désormais aux abonnés absents comme hier déjà – en 2013 -lorsque Christiane Taubira, alors Ministre de la justice, était victime d’insultes racistes d’une violence inouïe (et finalement étonnée quaucune haute et belle voix – du PS – ne soit levée pour elle). Bref, revenir sur les polémiques lancées autour, avant, pendant et après cette joyeuse manifestation serait accorder beaucoup trop d’importance à la bonne conscience de ceux qui veulent discréditer ce qui les insupporte, la liberté d’autrui. Et, ceux qui convoquent les morts et les utilisent pour justifier leur propre racisme ont cherché, ils ont cherché, et ils ont encore cherché, et ils ont trouvé. Quoi au final?

Faut croire que non. Alors ils ont creusé, à la pelleteuse comme dans un grand chantier du dimanche pour trouver des bouts de quelque chose pour se réchauffer. L’hiver (politique) ne fait que commencer, il sera rude pour certains et ça risque bien de durer encore longtemps.

De Toulouse, Marseille, Avignon, Saint-Malo, Lyon, etc., des quatre coins de la France, – des « cinq points » de l’Hexagone – des français s’étaient donné rendez-vous à Paris pour une grande messe du Dimanche qui a tenu toutes ses promesses. Fallait la vivre de l’intérieur pour saisir le malaise à l’origine de ce rassemblement, une souffrance joyeusement exprimée par les sourires affichés qui masquaient à peine le «merci» qui l’accompagne. Au rythme de nos pas et sans tourner le dos à toutes les convenances, on a fait à peu près intégralement – comme dirait Benabar – ce qu’on interdit de faire à des gosses. Aussi, on a chanté pêle-mêle et dans une grande confusion, «Laïcité je t’aimeeeuh!» et la Marseillaise... et pas Sting, simple oubli..

Oui la Marseillaise et ce pays ne s’en félicite même pas, c’est vous dire. Soit. Le long du très long cortège entre Gare du Nord et Nation, en passant par la bien nommée Place de la république, les discussions s’enchevêtraient et moi où j’en étais, je savais plus trop quoi penser des «controverses» et autres billevesées qui défilaient sur mon fil Twitter. Ma réalité était une joie sans nom et un vrai moment festif. Plus tard, à Nation – terminus -, devant cette fumante tapageuse bonne humeur contre le racisme et l’islamophobie, les orateurs, redoublant d’exubérance servaient à la cantonade un « thé-à-la-menthe » savamment parfumé d’arômes de fraternité. A la Manif contre l’islamophobie j’ai croisé des regards et j’ai vu… ce que certains refusent de voir. Ce qu’ils ne savent pas encore et ça n’a rien d’étonnant, c’est le fait que cette porte ouverte marque le début de quelque chose, une sorte d’émancipation morale et sociale, et peut-être bien un éveil politique. Et c’est en ça que les absents ont eu tort. Une fenêtre ouverte se ferme mieux de l’intérieur, encore faut-il franchir le seuil de la porte de la «Maison commune». Certains y étaient et d’autres pas, certainement perdus dans des théories farfelues dont ils ont perdu le fil, un naufrage. «Ils avaient piscine», dans une eau à 6,2° – dernier relevé de température -, ils n’ont pas dû avoir bien chaud. Le thé était pourtant offert, mais il faut les croire grisés par cette bruyante gaité qui désormais maquille à tort la laïcité en droit d’invectiver – et sans tromper personne -. On ne peut que se désoler de les voir si mal, ou de se dire … tant mieux!

Marche contre le racisme et l'islamophobie

Bref. Presque par inadvertance, j’ai croisé – et c’est une chance – des Regards, et j’ai su

./…