Législatives : la «Marche des encombrants », 3615 Qui n’en veut (M. Valls, Boutih, ElKhomri)..

Investis, ni par le PS ni par «EnMarche», ils sont candidats. Des indésirables

Manuel Valls Législatives

Myriam ElKomri Législatives Paris

Malek Boutih Marisol Touraine

 

Des encombrants, dans la «Majorité Présidentielle par effraction». Du tapinnage (politique), ça va finir devant le Jury des électeurs. Et cette fois, «faire barrage sera un vrai plaisir». Séquence 3615 Qui n’en veut …

Reste l’option « créer sa propre secte ». Je dis ça je dis rien.

./…

Soldes (politiques): M.Valls déclare ouverte «la cérémonie quinquennale du #MacronBashing!» Tapis rouge…

La trêve politique dure la vie d’une rose, l’espace d’une journée, mais pas chez Manuel Valls.

Pour Valls,

Aucun respect pour ce temps symbolique qui oblige au silence, la journée d’intronisation du nouveau Résident de L’Élysée, Emmanuel Macron. Oui, Manuel Valls déclare ouverte la cérémonie quinquennale du #MacronBashing! Il n’en fallait pas tant pour que Twitter se déchaine. Bande annonce, et tapis rouge

Selfie Macron équipe en Marche

Macron Selfie humour

Durée des soldes (politiques), 5 ans. Pépère n’est plus là, Habemus Macron! Et pour finir, une dernière image des pro-macron après une bonne nuit de tambouille pour fêter leur stigmatisante victoire. Pfff…

Jegoun

Tous ces gens qui font des jegounneries avec leur hologramme rien que pour vous embêter, c’est pénible. Surtout ne rien dire car à la fin, ils finissent toujours par se faire passer pour des « victimes ». Va comprendre Charles! Quand «Baba!» veut (…). Fin de « la trêve Pépère » …

Games of blogs (3), reprise d’activité (ou pas).

/…

L’humiliation (politique) de M. #Valls: « candidat non grata » chez #EnMarche, terrible …

D’abord la déclaration de Manuel Valls ce matin: « Je suis (candidat) #EnMarche! » ..

Réponse cinglante, disons humiliante de B. Grivaux et C. Castaner, deux porte-parole d’#EnMarche…

20170509_141200

Et paf! Sans oublier l’avis du Président élu Emmanuel Macron, hier soir dans le docu sur sa conquête du pouvoir…

Bref, Manuel Valls ne marche pas, il rampe. Terrible. S’il ne l’a pas compris, tant pis. Et c’est lui qui nous parlait de « valeurs » et de l‘honneur .

./…

Confessionnal (politique) : «Pardonnez-moi mes péchés car je ferai barrage le #07Mai», puis …

Lyon - GargouilleDepuis dimanche dernier, souffle sur la France un vent nouveau, un parfum de sainteté qui accompagne «l’Ouverture du Confessionnal (politique) & social». C’est un rituel sacré, une procession œcuménique qui a lieu tous les 5 ans en France, au Printemps généralement, 20 jours au moins et trente-cinq jours au plus avant l’expiration des pouvoirs du Curé en exercice.

Le confessionnal (politique) est une chambre quinquennale qui ne s’ouvre que sur une durée de 15 jours. Pour l’occasion, tous les «Gens de France » et de Navarre, tous les officiers de la République, les prélats, les Ducs & Duchesses, et autres manants passent à confesse. Tous, à l’unisson, à genoux devant l’hôtel de la République, au nom de la «Liberté-Égalité-Fraternité» et des Saints d’Esprit, pour se délester de leurs péchés. La prière est connue: «Bénissez-moi mes frères & sœurs parce que j’ai péché, en pensée, en parole, par action, et même par omission! Oui, j’ai vraiment péché contre la République, mais chut!, secret..»

Confessional politique Présidentielle 2017

Pour le confessionnal de l’An 2017, des milliers de pénitents à peine discrets voire pas du tout, parmi lesquels des gens bien, mais aussi, Sir Manuel Duc d’Evry, la Duchesse Nadine-la-Blanche, Sir Estrosi de Nice le Grand Chevalier de la 5ème Colonne -, Père Nicolas, l’évangéliste de l’Église de MontreTout et ex Curé de la Paroisse, Sir François de Beaucé, Père Jean-François de Meaux, etc. Présents pour ces agapes «on ferme les yeux 15 jours puis on recommence». Une file d’attente sous le soleil devant un grand panneau encadré par deux gargouilles hébétées où l’on peut lire ces mots de l’évangile d’André Malraux... « Oui toi pénitent, Entre ici avec ton long cortège de péchés! Que le «faire barrage» t’inspire paroles justes et vrais sentiments envers tes prochains! -Enfin si t’es cap, sinon c’est pas grave, tu reviendras-.  Oui le Seigneur sait tout, il sait et t’aime (Jn 21, 17)».

6a00d8341ce44553ef01bb081daff6970d-800wi

Seul face à tout le monde, chaque pénitent doit réciter un chapelet extrait la Sainte Écriture sur la miséricorde et le repentir: «Mon Père, je ne me suis pas confessé depuis le 21 avril 2002, J’ai commis des pêchés véniels que personne n’a oublié, des mots, actes publics, paroles injurieuses et immorales contre les #MadeinAilleurs. Oui, des péchés contre les nègres, les arabes – oh putain qu’est ce qu’ils ont pris dans la tronche-,  Oui j’assume mes propos racistes, antisémites et islamophobes, j’assume mon homophobie, ma concupiscence avec la Manifpourtous, je reconnais avoir fricoté avec la GaucheFinkielkrault, d’avoir bu des canons avec le Pétainiste Sir Éric Zemmour, j’assume avoir stigmatisé la banlieue avec les Printemps Républicains, je ne demande aucun pardon, juste l’absolution au nom de la Vierge Marie, des anges et tous les cons ici présents. Oui mon Père, « je ferai barrage» lors de la Grande Messe du 07 mai, je m’opposerai à l’Église inspiratrice de MontreTout, à leurs idées que je partage volontiers matin midi et soir. J’ai bon?».

Le Prêtre lui donne conseils, impose pénitence sans obligation, l’invite à manifester sa contrition pour faire genre, le pardonne. Et lui, heureux comme s’il avait un bar-tabac, exulte ..

«Merci Mon Dieu! Aucun regret les gens pour ces offenses que je referai avec plaisir car vous êtes justes & bons, infiniment aimables bande de cons! Je promets, avec mon nouveau « forfait-insultes-racistes-illimitées » que j’ai, et le secours de votre sainte imbécilité, de toujours vous offenser. Amen ! ».

Le curé prononce les paroles de l’absolution avant de renvoyer ses ouailles à ses dérives éternelles.

«Par le ministère de la non-repentance, Que Notre République vous montre sa miséricorde, Qu’elle vous envoie l’Esprit-Con pour la réédition de vos péchés; Et moi, au nom du Père, du Fils et des Saints d’Esprit, je vous pardonne (…) Allez « faire barrage » dans la paix du Christ, accomplissez votre pénitence! Ne surtout pas s’abstenir – sauf chez vous, avec votre conjoint (e) mais ça c’est votre problème – Pas d’abstention, car vous porterez la honte et le remord sur vous et durant toute votre vie de mécreant, pour des siècles et des siècles, Amen!».

Le clap de fin est « une action de grâce collective » tout en quittant la Place de la république…

« Mon Dieu, Nous te rendons grâce pour tous ces péchés effacés, merci de nous recevoir à nouveau dans ton ministère. Ni pardon, ni miséricorde pour tout ce qui, de par nôtre misère, a manqué de contrition, de pureté et d’intégrité dans la République. En vérité en vérité, nous prenons la ferme résolution et les moyens nécessaires pour recommencer les péchés que nous venons de confesser. Et pas la peine de te prendre la tête pour nous soumettre à la tentation parce que c’est notre projet! Amen ».

Fermeture automatique du confessionnal le #07Mai à 20h00, encore quelques jours, vous avez le temps. Puis suivra la grande procession « PéchéPourTous », dès le 40è jour de l’An 1 de la Saint-Macronavec le retour autorisé de la Famille de Montretout. «Béni soit la République, Nous rendons Grace à Dieu!».

Amen.

./…

« Tajabone » à l’Élysée: Le «Jour de Gloire» des soldats #MadeinAilleurs est arrivé (Woléy!) …

Des soldats #MadeinAilleurs à l’Elysée, c’est Tadjabone. Près de 60 ans après les indépendances africaines, on fête « Tajabone à l’Élysée » , une réception tardive mais officielle par le Président de la république. Pour ces enfants d’Afrique originaires des rives du fleuve Sénégal, de la forêt équatoriale du Congo, des vallées de la Centrafrique ou des contrées ivoiriennes, le «Jour de Gloire» est enfin arrivé

François Hollande va naturaliser 28 anciens tirailleurs africains

Venus d’ailleurs (woléy), désignés volontaires sous les trois couleurs (woléy), les #AdamaTraoré, #BlackM & #Théo d’avant, (woley), ils ont formé et tenu les rangs (woléy) dans différentes opérations militaires entre 1857 et 1960 (woléy). Pour ces valeureux soldats de la «guerre de Navarre» (woléy), aujourd’hui à l’Élysée (woléy) grâce au travail acharné de la génération d’après (woléy), le Griot chantera ces valeureux guerriers qui honorent leurs Pères & Mères (woléy).

Aujourd’hui à l’Élysée, camp #decolonial, c’est «Tajabone », On fête le Tajabone. Oui, Ta..Tajabone, Woléy !

./…

#Présidentielle : À chacun sa vision de la #laïcité! Les programmes au scanner…

Oui, il m’arrive encore de lire le Journal format papier. Petit extrait du Progrès de #Lyon. Pour mieux comprendre la vision de la laïcité des principaux candidats à la présidentielle . La #Gauche est à droite de l’image et la #Droite à gauche. Le Milieu (le Centre), disons,  la « Tour de Pise » penche plus à #Droite sur cette question (de société). Faut suivre.

Laïcoyé présidentielle 2017 programmes des candidatsjpg

Deux bonnes réponses: 1. « La loi de 1905 est complète, l’une des plus belles de la République », [Benoit Hamon] 2. « L’Église chez elle, et L’État chez lui!«  [De Victor Hugo cité par Mélenchon]. Pas mieux. Et je ne résiste pas au plaisir de vous donner à lire le magistral discours de Victor Hugo du 15 janvier 1850 contre le projet de loi Falloux, lorsque la bourgeoisie et les lois antidémocratiques et, parmi elles, la loi Falloux soutenue par M. Thiers et par Mgr Dupanloup, livrait la jeunesse à la hiérarchie catholique après les élections d’avril 1848 et l’arrivée au pouvoir du « Parti de l’Ordre«  qui, aux élections de 1849, emporte les deux tiers des sièges de l’Assemblée. C’est au cours des débats acharnés qui durèrent trois mois que Victor Hugo….

victorhugoJ’aborde immédiatement la question dans sa réalité positive actuelle. Je la prends où elle en est aujourd’hui, au point relatif de maturité où les événements, d’une part, et, d’autre part, la raison publique, l’ont amenée. A ce point de vue restreint, mais pratique, de la situation actuelle, je veux, je le déclare, la liberté de l’enseignement; mais je veux la surveillance de l’État, et comme je veux cette surveillance, effective, je veux l’État laïque, purement laïque, exclusivement laïque. L’honorable M. Guizot l’a dit avant moi; en matière d’enseignement, l’État n’est pas et ne peut être autre chose que laïque.

Je veux, dis-je la liberté de l’enseignement sous la surveillance de l’État, et je n’admets, pour personnifier l’État dans cette surveillance si délicate et si difficile qui exige le concours de toutes les forces vives du pays, que des hommes appartenant sans doute aux carrières les plus graves mais n’ayant aucun intérêt, soit de conscience, soit de politique, distinct de l’unité nationale. C’est vous dire que je n’introduis, soit dans le conseil supérieur de surveillance, soit dans les conseils secondaires, ni évêques ni délégués d’évêques. J’entends maintenir, quant à moi, et au besoin faire plus profonde que jamais, cette antique et salutaire séparation de l’Église et de l’État, qui était la sagesse de nos pères, et cela dans l’intérêt de l’Église comme dans l’intérêt de l’État.

Je viens de vous dire ce que je voudrais Maintenant, voici ce que je ne veux pas :Je ne veux pas de la loi qu’on vous apporte. Pourquoi? Messieurs, cette loi est une arme. Une arme n’est rien par elle-même ; elle n’existe que par la main qui la saisit. Or, quelle est la main qui se saisira de cette loi? Là est toute la question. Messieurs, c’est la main du parti clérical. Messieurs, je redoute cette main ; je veux briser l’arme, je repousse le projet. Cela dit, j’entre dans la discussion. J’aborde tout de suite, et de front, une objection qu’on fait aux opposants placés à mon point de vue, la seule objection qui ait une apparence de gravité. On nous dit: « Vous excluez le clergé du conseil de surveillance de l’État, vous voulez donc proscrire l’enseignement religieux? »

Messieurs, je m’explique. Jamais on ne se méprendra, par ma faute, ni sur ce que je dis ni sur ce que je pense. Loin que je veuille proscrire l’enseignement religieux, entendez-vous bien? Il est, selon moi, plus nécessaire aujourd’hui que jamais. Plus l’homme grandit, plus il doit croire. Plus il approche de Dieu, mieux il doit voir Dieu.

Je veux donc, je veux sincèrement, fermement, ardemment, l’enseignement religieux, mais je veux l’enseignement de l’Église et non l’enseignement religieux d’un parti. Je le veux sincère et non hypocrite. Je le veux ayant pour but le ciel et non la terre;

je ne veux pas qu’une chaire envahisse l’autre; je ne veux pas mêler le prêtre au professeur. Ou, si je consens à ce mélange, moi législateur, je le surveille, j’ouvre sur les séminaires et sur les congrégations enseignantes l’œil de l’État, et, j’y insiste, de l’État laïque, jaloux uniquement de sa grandeur et de son unité. Jusqu’au jour, que j’appelle de tous mes vœux, où la liberté complète d’enseignement pourra être proclamée, et en commençant je vous ait dit à quelles conditions, jusqu’à ce jour-là,

je veux l’enseignement de l’Église en dedans de l’Église et non au dehors. Surtout je considère comme une dérision de faire surveiller, au nom de l’État, par le clergé l’enseignement du clergé. En un mot, je veux, je le répète, ce que voulaient nos. pères, l’Église chez elle et l’État chez lui.

L’Assemblée voit déjà clairement pourquoi je repousse le projet de loi ; mais j’achève de m’expliquer. Messieurs, comme je vous l’indiquais tout à l’heure, ce projet est quelque chose de plus, de pire, si vous voulez, qu’une loi politique, c’est une loi stratégique. Je m’adresse, non, certes, au vénérable évêque de Langres, non à quelque personne que ce soit dans cette enceinte, mais au parti qui a, sinon rédigé, du moins inspiré le projet de loi, à ce parti à la fois éteint et ardent, au parti clérical. Je ne sais pas s’il est dans le gouvernement, je ne sais pas s’il est dans l’assemblée; mais je le sens un peu partout. Il a l’oreille fine, il m’entendra. Je m’adresse donc au parti clérical et je lui dis Cette loi est votre loi. Tenez, franchement, je me défie de vous. Instruire, c’est construire. Je me défie de ce que vous construisez.

Je ne veux pas vous confier l’enseignement de la jeunesse, l’âme des enfants, le développement des intelligences neuves qui s’ouvrent à la vie, l’esprit des générations nouvelles, c’est-à-dire l’avenir de la France,

parce que vous le confier ce serait vous le livrer. Il ne me suffit pas que les générations nouvelles nous succèdent, j’entends qu’elles nous continuent. Voilà pourquoi je ne veux ni de votre main ni de votre souffle sur elles. Je ne veux pas que ce qui a été fait par nos pères soit défait par vous.

Votre loi est une loi qui a un masque.

Elle dit une chose et elle en ferait une autre. C’est une pensée d’asservissement qui prend les allures de la liberté. C’est une confiscation intitulée donation. Je n’en veux pas. C’est votre habitude. Quand vous forgez une chaîne, vous dites: « Voici une liberté! » Quand vous faites une proscription, vous criez : « Voilà une amnistie ». Et vous voulez être les maîtres de l’enseignement. Et il n’y a pas un poète, pas un écrivain, pas un philosophe, pas un penseur, que vous acceptiez!

Et tout ce qui a été écrit, trouvé, rêvé, déduit, illuminé, imaginé, inventé par les génies, le trésor de la civilisation, l’héritage séculaire des générations, le patrimoine commun des intelligences, vous le rejetez! Si le cerveau de l’humanité était là devant vos yeux, à votre discrétion, ouvert comme la page d’un livre, vous y ferez des ratures! Convenez-en!

Et vous réclamez la liberté d’enseigner! Tenez, soyons sincères; entendons-nous sur la liberté que vous réclamez c’est la liberté de ne pas enseigner. A qui en voulez-vous donc? Je vais vous le dire vous en voulez à la raison humaine. Pourquoi? Parce qu’elle fait le jour. Oui, voulez-vous que je vous dise ce qui vous importune?

C’est cette énorme quantité de lumière libre que la France dégage depuis trois siècles, lumière toute faite de raison, lumière aujourd’hui plus éclatante que jamais, lumière qui fait de la nation française la nation éclairante, de telle sorte qu’on aperçoit la clarté de la France sur la face de tous les peuples de l’univers.

Eh bien cette clarté de la France, cette lumière libre, cette lumière directe, cette lumière qui ne vient pas de Rome, qui vient de Dieu, voilà ce que vous voulez éteindre, voilà ce que nous voulons conserver!

Je repousse votre loi. Je la repousse parce qu’elle confisque l’enseignement primaire, parce qu’elle dégrade l’enseignement secondaire, parce qu’elle abaisse le niveau de la science, parce qu’elle diminue mon pays.

VICTOR HUGO

Maintenant vous savez. (De rien)

./…

M. #Valls, « l’erreur 404 » du quinquennat de François Hollande. #Iscariote enfin démasqué…

On est tous tombé dessus un jour, « erreur 404, loyauté introuvable« . Après les aveux d’iscariote

Et ce n’est pas une Peugeot.

./…

▶#Macron ne veut pas de Manuel #Valls, le pauvre…

Perdre face à Hamon, trahir (2fois) et se faire jeter, ça va me faire la semaine. Pour finir, une pensée pour les aficionados de François Hollande, président sortant pour qui Emmanuel Macron a eu un mot très sympa ce mardi. Sans oublier cette atteinte à la mémoire de François Mitterrand

Macron pour tourner la page des 5 dernières années et des pratiques des 20 dernières

Ces « 5 dernières années »? il n’était pas pas là, lui, loin de tout sur « l’île de la Guyane » n’est ce pas? Comparer la Gauche victorieuse de 1980 à la ligue de Droite de l’avant guerre, c’est (…) comment dire (…) ni de Gauche et pas du tout de Gauche je crois. Pour ne pas dire autre chose.

/…

Pour S. Royal, #Macron c’est « non! ». « Je ne participerai pas au feuilleton des ralliements »…

Billet « Du courage en politique », édition « avoir des convictions ou ne pas en avoir comme M.Valls ».

Plus question pour Ségolène Royal d'apporter son soutien public à Emmanuel Macron

Ségo Macron

« L’exigence », titre du bide littéraire de Manuel Valls, prêt (lui) à rejoindre cette auberge espagnole qui ne veut pas de lui,  #EnMarche sous l’eau. Bref, « quand Ségolène Royal dit non, c’est non! »

Ségolène Royal Macron c'est non

Ségolène Royal, #GauchePropre. Et paf!

./Source..

Et Emmanuel #Macron inventa « l’île de la Guyane ». «Géographie de l’ignorance» Acte2 …

Entre le Suriname et le Brésil, la Guyane, région française étendue sur 83 846 km22, deuxième plus grande région de France couverte à 98% par une forêt équatoriale parmi les plus riches du monde, la Guyane est devenue « une île »depuis hier soir. L’immersion est #EnMarche

C7396whX0AA9lUN

Après avoir qualifié les Guadeloupéens d’«expatriés», Emmanuel Macron invente « L’île de la Guyane ».

« Bloquer le fonctionnement de l’île(…) » [?] Chassez la naturel, le subconscient revient toujours au galop. «Géographie de l’ignorance», Acte2. Rappel: En décembre dernier, Emmanuel Macron avait tweeté son départ aux Antilles au côté d’un jeune lycéen « qui partait rejoindre sa mère expatriée en Guadeloupe »)...

img_3507

Deux fois, déjà, d’où l’importance de « certains » chez Emmanuel Macron. Mais on trouvera, comme d’hab’, une « très bonne excuse » pour nous expliquer qu’il voulait parler de « l’Île-de-France »! Ou, encore mieux [Eurêka j‘ai trouvé!, je vous explique]: En vrai, comme pour Donald Trump, le projet secret du Khâgneux Emmanuel Macron c’est de « creuser un mur d’eau salée » tout autour de la Guyane sur le tracé des frontières pour en faire une île ». Pas bête. Elle sera ainsi protégée contre l’invasion barbare des immigrés clandestins qui viennent des pays voisins pour manger le pain des expatriés français ». Non? Autre hypothèse: Ils ont déménagé les Guyanais vers une île secrète pour étendre le Centre spatial guyanais (base de lancement de Kourou) mais on ne le sait pas encore (chuut, c’est un secret!)...

Si vous avez une autre explication

./…