De la « #Benalla-risation» de Macron à l’Élysée, une affaire d’État |Chap. #AlexandreBenalla…

Pour ne pas se perdre en arguties, relire ce billet pour le résumé des faits, ou cette vidéo.

Dans le feuilleton « le collabo. de Macron porte bien son titre », on a peine à croire la réaction de l’Élysée, complètement à l’ouest sur le cas #AlexandreBenalla. Malgré des faits graves & avérés, le Rambo de l’Elysée, casseurs de Manifs, a bénéficié d’avantages non inhérents à sa fonction: un équipement de policier, une voiture équipée d’accessoires réservés à la hiérarchie policière, un logement dans une dépendance de l’Élysée et un haut grade au sein de la réserve citoyenne, sans oublier un salaire de +de 10.000 euros/mois  payé avec notre #PognonDeDingue ….

E. Baldit, Ex @leLab_E1 désormais at @Libe👍résume cette «Benalla-risation» (ou Benalisation).

Donc, « tabasser quelqu’un gratuitement n’est ni un crime ni un délit » nous dit l’Elysée-de-Macron, on note? (Mon dieu). Bref, Emmanuel Macron, notre désormais #Benalla-#Risé de la République a joyeusement pissé sur l’article 40 du Code de procédure pénale qui stipule: Toute autorité constituée (Président de la République par exemple) qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit est ...

Arti.40 code de procédure pénale Macron affaireBenalla.png

Mais rien, une faute grave, une affaire d’État. Faut croire que Alexandre Benalla détient un secret, disons un «gros secret» sur Emmanuel Macron pour justifier un tel manquement à l’éthique et aux obligations de la fonction. D’ailleurs, Le Ministre de l’intérieur Gérard Collomb a tenté de se désolidariser en affirmant avoir transmis l’ensemble des éléments à l’Élysée dès le 02 mai. C’est « Sauve qui peut! », Edouard Philippe de Matignon pédale, lui … sur le TourDeFrance, panique d’État. Le Semainier (politique) de Sarkofrance revient sur ces faits avec bien d’autres révélations (à lire) …

A suivre.

./…

 

Publicités