Le propre du génie (Louis Aragon)…

Louis Aragon

Réfléchir pour changer. Si vous avez des exemples de crétins, ou de génies référents, voire une réflexion, le dire dans les commentaires, c’est le weekend (et peut-être les vacances), nous avons le temps…

[Louis Aragon, cité par Alain Mabanckou, Prix Renaudot 2006]

Tais-toi et meurs …

Tais toi et meursNon, il n’est nullement question de politique dans ce billet, et je n’ai point l’intention de «défriser» un copain d’avant, son coming-out est en marche, on va laisser le processus suivre son cours jusqu’à son terme, une question de temps bien que le mal soit profond. Je vais cependant, pour l’aider, lui offrir une Saga Africa Made-in-Paris et l’entrainer dans les artères d’un thriller haletant doublé d’une étude sociologique très saisissante. Par amitié, sympa je suis…

«Tais-toi et meurs», c’est le dernier opus de l’ami Alain Mabanckou, (copain d’avant aussi, du côté de ma racine africaine), Prix Renaudot 2006. Il nous livre un roman noir, dresse un portrait édifiant du Paris-Black, rue du Paradis, un monde où s’entremêlent combines souterraines, économie parallèle des ces migrants «sapeurs congolais», toujours drapés de beaux vêtements, avant la «descente à Mavula (Brazzaville)» pour le dress code chez bisso (nous), à Brazza et Ponton-sur-mer. Génération Kitendi.

Résumé: «Julien Makambo (en lingala est « les ennuis ») est un jeune Congolais fraîchement débarqué en France sous le nom de José Montfort. Il est accueilli à Paris par Pedro, figure de proue du milieu congolais de la capitale. Rusé renard, Sapeur à la pointe des tendances et «homme d’affaires» au bras long, Pedro prend Julien sous son aile, l’initiant au monde des combines souterraines. Puis, crise oblige, Pedro propose à Julien une mission mystérieuse mais particulièrement juteuse. Seule condition: ne pas poser de question… C’est ainsi que Julien se retrouve, un vendredi 13, témoin de la défenestration d’une jeune femme. Il est arrêté. En prison, il écrit un journal, dans lequel il tente de reconstituer l’enchaînement sinistre des événements qui l’ont conduit à la détention».

tais-toi-meurs

A lire, «Tais-toi et meurs », by Alain Mabanckou (En savoir plus), Éditions du livre de poche, juillet 2014, pour mesurer le degré du «si peu», pour soigner ses préjugés, pour mourir, puis renaitre, enfin libre…

(…)

Féerie littéraire: De mauvaises bonnes lectures…

Le temps s’y prête, les charentaises retrouvent avec plaisir la moiteur des doigts de pieds, la chaleur des feux  de cheminée accompagne déjà certains vers de mauvaises bonnes lectures. Aussi, Partageons ma revue de bonnes lectures 2012

D’abord une fierté partagée avec Romain, Sylvie et Marie. Lyon, ville de la féerie et des Lumières s’est encore distinguée avec le Prix Médicis. Après le Goncourt 2011 d’Alexis Jenni, c’est Emmanuelle Pireyre et sa « Féerie générale » |Éditions de l’Olivier|, qui décroche pour Lyon le Prix Médicis 2012. Lumière!

Emmanuelle Pireyre traite des questions contemporaines avec humour et érudition, aborde les sujets avec un phrasé structuré, moderne, style jegoun.net : « Cela a été assez long, cela m’a demandé beaucoup de travail d’écriture, d’invention de personnages, d’histoires (…) J’ai intégré des éléments prosaïques du monde, dans cette structure d’écriture, cela devient plus lisible par un plus grand nombre de lecteurs ».

Le Médicis essai a été décerné à David Van Reybrouck pour «Congo, une histoire», chez Actes Sud. Congo? une histoire qui s’exhibe dans les écrits de Alain Mabanckou, écrivain congolais, lauréat du Prix Renaudot 2006,  et sur les toiles de Rhode Makoumbou, artiste peintre, sculpteur. Saveurs d’Afrique…

Le dernier roman d’Alain Mabanckou «Le Sanglot de l’homme noir»  2012, Fayard, est à découvrir. Signalons l’œuvre de Isabelle Bouvier, «révélation littéraire de cette rentrée » pour son premier roman « Carnet de voyage d’un mort débutant»

© Féerie générale de Emmanuelle Pireyre, Édition L’Olivier, Prix Médicis 2012, disponible en papier & en numérique.